AboutKidsHealth (FR) Home

AboutKidsHealth est un site d'éducation sur la santé, destiné aux enfants et aux adolescents, et aux personnes qui s'en occupent.

Explorez le menu pour en savoir plus sur les problèmes de santé courants et sur les maladies complexes.

 

 

Trouble d’alimentation sélective et/ou d’évitement : présentation généraleTrouble d’alimentation sélective et/ou d’évitement : présentation généraleAvoidant/restrictive food intake disorder: OverviewTFrenchPsychiatryToddler (13-24 months);Preschooler (2-4 years);School age child (5-8 years);Pre-teen (9-12 years);Teen (13-18 years)NANAConditions and diseasesCaregivers Adult (19+)NA2016-02-02T05:00:00Z000Health (A-Z) - ConditionsHealth A-Z<p>Les causes possibles de l’ARFID et les différences entre l’ARFID et faire la fine bouche.</p><h2>Qu’est-ce que le trouble d’alimentation sélective et/ou d’évitement?</h2> <p>Le trouble d’alimentation sélective et/ou d’évitement (ARFID, pour avoidant/restrictive food intake disorder) est un trouble de l’alimentation caractérisé par le fait qu’un enfant ou un adolescent ne s’alimente pas suffisamment pour satisfaire ses besoins énergétiques ou nutritionnels. Cela peut se produire pour diverses raisons, par exemple une aversion envers la texture de certains aliments ou un dégoût lors de la consommation de certains aliments.</p> <p>L’enfant ou l’adolescent aux prises avec ce trouble mangera très peu ou évitera carrément certains aliments. Cela peut entraîner notamment une perte de poids appréciable ou l’incapacité de prendre du poids.</p><h2>À retenir</h2> <ul> <li>L’enfant ou l’adolescent aux prises avec ce trouble mangera très peu ou évitera certains aliments et ce, pour diverses raisons, par exemple une aversion envers la texture de certains aliments ou un dégoût lors de la consommation de certains aliments.</li> <li>Certains présentent des troubles d’anxiété qui se manifestent par une phobie de vomir ou de s’étouffer.</li> <li>L’ARFID et faire la fine bouche sont deux phénomènes différents. Le premier est caractérisé par un faible appétit, alors que le second est plutôt caractérisé par un rejet de certains aliments seulement; l’ARFID requiert un suivi médical et des soins psychologiques.</li> <li>L’ARFID survient en principe durant l’enfance, mais peut également se manifester chez les personnes de tout âge.</li> </ul><h2>Qu’est-ce qui cause l’ARFID?</h2> <p>On sait peu de choses au sujet des causes de l’ARFID.</p> <p>Certains enfants et adolescents touchés par l’ARFID présentent en outre des <a href="/Article?contentid=18&language=French">troubles anxieux</a> qui se manifestent par une phobie de vomir ou de s’étouffer. D’autres présenteront un trouble de l’alimentation en concomitance avec un autre trouble comme <a href="/Article?contentid=21&language=French">l’autisme</a>, par exemple. Le diagnostic d’ARFID ne serait posé, le cas échéant, que si la problématique liée à leur alimentation était plus grave que celle normalement attendue pour le trouble concomitant.</p> <h2>L’ARFID et faire la fine bouche sont-ils deux phénomènes pareils?</h2> <p>Non, l’ARFID et faire la fine bouche ne sont pas des phénomènes pareils.</p> <ul> <li>L’enfant touché par l’ARFID refusera de manger des aliments d’une certaine texture, température, couleur ou odeur ou d’un certain goût alors que, règle générale, l’enfant qui fait la fine bouche a une aversion seulement envers quelques aliments.</li> <li>L’enfant touché par l’ARFID a généralement peu d’appétit et présente souvent un retard de croissance. L’enfant dont on dit qu’il fait la fine bouche a plutôt un appétit normal, mange suffisamment dans l’ensemble et se développe normalement.</li> <li>Les problématiques en lien avec les aliments des enfants touchés par l’ARFID persistent longtemps et nécessitent un suivi médical et des soins psychologiques. Les problématiques des enfants qui font la fine bouche se résorbent généralement d’elles-mêmes au fil du temps.</li> </ul> <h2>Qui est touché par l’ARFID?</h2> <p>L’ARFID survient en principe durant l’enfance, mais peut également se manifester chez les personnes de tout âge. Contrairement aux personnes aux prises avec <a href="/Article?contentid=268&language=French">l’anorexie mentale</a> ou la <a href="/Article?contentid=282&language=French">boulimie mentale</a>, celles touchées par l’ARFID n’ont pas de problème d’image corporelle ou une crainte de prendre du poids.</p><h2>En savoir plus</h2><p>Pour plus d’informations sur trouble d'alimentation sélective et/ou d’évitement (ARFID), consultez les pages suivantes:</p><p> <a href="/Article?contentid=275&language=French">L’ARFID : signes avant-coureurs</a></p><p> <a href="/Article?contentid=273&language=French">L’ARFID : complications médicales</a> </p><p> <a href="/Article?contentid=703&language=French">L’ARFID : options de traitements </a></p><p> <a href="/Article?contentid=272&language=French">L’ARFID : comment aider votre enfant à la maison​</a></p><h2>Ressources</h2><p> <a href="http://www.nedic.ca/" target="_blank"> <span>NEDIC – Centre d’information sur les troubles alimenta</span><span>ires</span></a> (Canada)</p><p> <a href="https://www.nationaleatingdisorders.org/">NEDA – Association nationale des troubles alimentaires</a> (États-Unis)</p><p>L'académie américaine de pédiatrie – <em> <a href="https://www.healthychildren.org/English/health-issues/conditions/emotional-problems/Pages/Is-Your-Teen-at-Risk-for-Developing-an-Eating-Disorder.aspx" target="_blank">​Eating Disorders in Children</a></em></p><p> <a href="https://www.beateatingdisorders.org.uk/" target="_blank">BEAT – Lutter contre les troubles alimentaires</a> (Royaume Uni)</p><p> <a href="https://keltyeatingdisorders.ca/" target="_blank">Troubles alimentaires Kelty</a> (Centre de ressources sur la santé mentale Kelty, Hôpital pour enfants de la Colombie-Britannique)</p><p>Le Centre hospitalier pour enfants de l’est de l’Ontario – <em> <a href="https://www.cheo.on.ca/fr/troubles_alimentaires_info" target="_blank">Troubles de l'alimentation</a></em>​</p>https://assets.aboutkidshealth.ca/AKHAssets/avoidant_restrictive_food_intake_overview.jpgARFID : Présentation générale Découvrez les causes possibles de l’ARFID (trouble d’alimentation sélective et/ou d’évitement) et qui est touché par l’ARFID.Main
Commotion cérébrale: gérer le retour de votre enfant à ses activités quotidiennesCommotion cérébrale: gérer le retour de votre enfant à ses activités quotidiennesConcussion: Managing your child's return to everyday activitiesCFrenchNeurologyChild (0-12 years);Teen (13-18 years)HeadBrainNon-drug treatmentCaregivers Adult (19+)Headache;Nausea2017-06-14T04:00:00Z9.8000000000000054.60000000000001792.00000000000Health (A-Z) - ProcedureHealth A-Z<p>Découvrez comment agir face à la commotion cérébrale d’un enfant et planifier un retour sécuritaire aux activités quotidiennes.</p><p>Une commotion cérébrale est une blessure à la tête qui doit être prise au sérieux et qui doit être traitée de manière adéquate. Lorsque votre enfant reçoit le diagnostic d’une commotion cérébrale, la clé de sa guérison est le repos physique et cognitif (mental).</p><p>Le cerveau de chaque enfant répond de manière différente à une commotion cérébrale et guérit à son propre rythme. Certaines commotions cérébrales présentent d’abord de légers symptômes et guérissent rapidement, mais d’autres peuvent avoir des symptômes plus intenses qui prennent plus de temps à se résorber. La plupart des personnes se remettent complètement après une commotion cérébrale, mais la durée de leur guérison dépend de certains facteurs comme la gravité de la commotion cérébrale, leur état de santé avant qu’ils ne subissent la commotion cérébrale et la façon dont ils ont géré leur convalescence.</p><p>Un retour graduel aux activités habituelles, y compris l’école et la pratique d’activités sportives, vous permettra, votre enfant et vous-même, d’évaluer ses symptômes de commotion cérébrale et d’ajuster ses activités au besoin. Cela laisse plus de temps au cerveau pour se rétablir.</p><br><h2>Symptômes après une commotion cérébrale</h2><p>Une commotion cérébrale peut avoir pour effet chez votre enfant.</p><h3>Symptômes physiques</h3><ul><li><a href="/article?contentid=29&language=French">Maux de tête</a></li><li>Nausées</li><li>Étourdissements</li><li>Être incommodé par la lumière ou le bruit</li><li>Mauvaise coordination</li><li>Dormir plus ou moins que d’habitude</li></ul><h3>Symptômes cognitifs</h3><ul><li>Confusion</li><li>Se sentir étourdi</li><li>Difficultés à se concentrer ou à se souvenir</li></ul><h3>Symptômes émotionnels</h3><ul><li>Irritabilité</li><li>Anxiété</li><li>Problèmes de compétence émotionnelle</li></ul><p>L’erreur la plus fréquente des personnes souffrant d’une commotion cérébrale est de reprendre trop tôt leurs activités habituelles. Tant que les symptômes de commotion cérébrale de votre enfant n’auront pas complètement disparu, tenez pour acquis qu’il n’est pas encore complètement guéri.</p><br><h2>À retenir</h2><ul><li>Après une commotion cérébrale, votre enfant a besoin de beaucoup de repos pour l’aider à se rétablir.</li><li>Un plan de gestion à la suite d’une commotion cérébrale implique un retour graduel aux activités mentales et physiques.</li><li>Votre enfant doit se reposer à la maison au moins quelques jours si les symptômes de sa commotion cérébrale l’empêchent de réfléchir ou de se concentrer.</li><li>Des accommodements doivent être mis en place lorsqu’il retourne à l’école.</li><li>Une reprise graduelle des activités sportives est importante afin de prévenir le risque de multiples commotions cérébrales.</li></ul> <br><h2>Éviter de conduire avant un rétablissement complet</h2><p>Les adolescents ne doivent pas conduire avant d’être complètement remis de leur commotion cérébrale et d’avoir reçu l’autorisation de leur médecin. Conduire nécessite plusieurs fonctions mentales, comme la perception spatiale, la coordination et un temps de réaction rapide. Ce sont tous des éléments altérés par la commotion cérébrale.</p><br><h2>Quand consulter le médecin de votre enfant en cas de commotion cérébrale</h2><p>Votre enfant doit être suivi par son médecin jusqu’à la disparition des symptômes. Le médecin peut aider votre enfant à gérer ses symptômes, peut créer un programme individualisé de retour au jeu ou aux activités scolaires et peut fournir une autorisation médicale lorsque votre enfant sera rétabli. Il peut aussi recommander d’autres façons de gérer certains symptômes comme les maux de tête persistants ou des troubles de santé mentale et donner des conseils sur la façon de favoriser un sommeil réparateur ou la vigilance. Si votre enfant souffre toujours des symptômes liés à sa commotion cérébrale après un mois de repos mental et physique adéquat, le médecin de votre enfant pourrait vous aiguiller vers un spécialiste.</p><br><h2>Raisons pouvant expliquer un lent rétablissement après une commotion cérébrale</h2><p>Plusieurs raisons peuvent expliquer le lent rétablissement de votre enfant.</p><ul><li>Votre enfant a subi des commotions cérébrales par le passé, surtout au cours de la dernière année. Les enfants qui ont souffert de multiples commotions cérébrales prennent plus de temps à se rétablir à chaque nouvelle commotion cérébrale.<p></p></li><li>Votre enfant souffre d’un trouble de l’humeur, d’anxiété ou de troubles du sommeil.</li><li>Votre enfant a des antécédents de maux de tête. La migraine, en particulier, peut entraîner un ralentissement du rétablissement.</li><li>Votre enfant prend des médicaments qui masquent ses symptômes physiques ou interfèrent avec son rétablissement.</li></ul><br><br><h2>Comment gérer la convalescence immédiatement après la commotion cérébrale?</h2><p>Si vous pensez que votre enfant est atteint d’une commotion cérébrale, faites-le évaluer par un professionnel en soins de santé afin de confirmer le diagnostic et voyez s’il a besoin de traitements immédiats. Un professionnel en soins de santé peut aussi aider à établir un programme de reprise des activités habituelles préparé sur mesure pour votre enfant.</p><h3>Première nuit de sommeil</h3><p>Au cours de la première nuit de sommeil à la suite de sa commotion cérébrale, allez surveiller votre enfant à quelques reprises afin de vous assurer que les symptômes de la commotion ne se soient pas aggravés. Vérifiez que sa respiration est normale et qu’il ne gémit pas ni ne vomit ou fait des convulsions. Poussez-le doucement afin de vous assurer qu’il répond, mais, si possible, ne le réveillez pas totalement. Une pleine nuit de sommeil est très importante à la guérison. S’il présente des signes d’un sommeil agité, amenez votre enfant au service des urgences.</p><p>Auparavant, il était fréquent de réveiller les patients souffrant d’une commotion cérébrale au cours de leur première nuit de sommeil afin de s’assurer qu’ils ne tombent pas dans le coma. Cette pratique est de moins en moins recommandée à moins que votre enfant ne perde connaissance, ait des pertes de mémoire ou qu’il éprouve toujours des symptômes de commotion cérébrale avant de se mettre au lit.</p><h3>Convalescence à la maison</h3><ul><li>Assurez-vous que votre enfant dorme et se repose autant que possible. Conservez un horaire de sommeil régulier sans nuits passées à l’extérieur de la maison ou soirées tardives.</li><li>Administrez de l’acétaminophène ou de l’ibuprofène contre les maux de tête de votre enfant</li><li>évitez les activités qui sont physiquement exigeantes ou qui demandent beaucoup de concentration pour au moins 24 à 48 heures après l’incident.</li><li>Bien que le repos soit important, un repos excessif peut retarder la guérison de votre enfant.</li></ul><br><h2>Reprendre l’école après une commotion cérébrale</h2><p>Pendant leur convalescence à la suite d’une commotion cérébrale, les étudiants peuvent éprouver des difficultés de concentration, de mémoire et de vitesse de raisonnement. Ces difficultés peuvent nuire à l’apprentissage et aux résultats de votre enfant à l’école.</p><p>Le cerveau a besoin de repos pour pouvoir guérir d’une commotion cérébrale. Si le cerveau n’est pas complètement guéri, les travaux scolaires risquent de le surmener. Accorder du temps de repos à votre enfant peut parfois signifier qu’il faudra justifier des absences de l’école. Il est nécessaire de trouver un équilibre entre l’importance de retourner à l’école et la convalescence du cerveau.</p><p>Après que votre enfant ait passé quelques jours à la maison et que ses symptômes se soient résorbés, il peut essayer quelques brefs efforts cognitifs comme des travaux domestiques, des devoirs ou regarder la télévision afin de voir si les symptômes recommencent. Si les symptômes n’augmentent pas lors de ces activités ou s’ils réapparaissent, mais diminuent après une pause, votre enfant peut reprendre à l’école avec une charge de cours plus allégée. Une fois que votre enfant est de retour à l’école, assurez-vous de négocier les accommodements nécessaires pour ses travaux scolaires.</p><h3>Accommodements possibles pour un enfant d’âge scolaire ayant subi une commotion cérébrale</h3><ul><li>Consultez le professeur de votre enfant ou laissez-lui un message dans le but de discuter d’une reprise graduelle des travaux scolaires. Votre médecin peut communiquer avec l’école afin de recommander les accommodements nécessaires.</li><li>Permettez à votre enfant de prendre des demi-journées de congé ou de faire des pauses fréquentes si ses symptômes s’aggravent quand il est à l’école.</li><li>Encouragez votre enfant à faire des pauses, mentales et physiques, en quittant la salle de classe toutes les 20 minutes s’il éprouve de la difficulté à se concentrer.</li><li>En cas de maux de tête, administrez suffisamment d’acétaminophène ou d’ibuprofène à votre enfant afin de soulager sa douleur au cours de la journée. Assurez-vous que votre enfant est bien hydraté et qu’il fait des pauses fréquentes.</li><li>Retirez temporairement votre enfant de certains cours, par exemple, d’éducation physique, de travaux manuels, de musique ou tous les cours faisant appel à des ordinateurs.</li><li>Si le bruit ou la lumière incommodent votre enfant, il peut porter des lunettes de soleil ou des bouchons d’oreille. Il devrait éviter les endroits bruyants comme la cafétéria et les assemblées.</li><li>évitez à votre enfant le passage de tests et d’examens académiques jusqu’à ce qu’il se sente prêt mentalement</li><li>limitez le temps des devoirs à des périodes de 20 minutes. Augmentez lentement cette durée à mesure que les symptômes se résorbent.</li></ul><p>Une fois que vous avez l’impression que les symptômes de votre enfant ont disparu ou qu’ils se sont largement résorbés, il peut reprendre sa charge de travaux scolaires habituels à l’école. Si les symptômes s’aggravent, il doit réduire son niveau d’activités.</p><p>Si les symptômes persistent, consultez le médecin de votre enfant, car votre enfant pourrait avoir besoin de davantage d’évaluations ou d’accommodements.</p><h2>Reprendre la pratique d’activités sportives après une commotion cérébrale</h2><p>Le repos physique est aussi important que le repos mental au rétablissement de votre enfant. Si votre enfant est un athlète, il doit également employer une approche graduelle pour son retour aux activités athlétiques.</p><p>Un enfant ne doit jamais reprendre le sport la journée où il a subi une commotion cérébrale. Non seulement cela ralentit la convalescence, mais cela peut aggraver la blessure ou entraîner des complications.</p><p>Votre enfant doit reprendre ses activités physiques uniquement lorsque tous les symptômes de commotion cérébrale se sont résorbés:</p><ul><li>il est de retour à l’école à temps plein sans accommodement</li><li>il a reçu l’autorisation de son médecin.</li></ul><p>Votre enfant peut reprendre ses activités en suivant un protocole par étape, sous supervision médicale. Votre enfant doit passer au moins une journée par étape et passer à l’étape suivante uniquement si ses symptômes ne sont pas revenus. Si ses symptômes réapparaissent à l’une des étapes, il doit s’asseoir et se reposer immédiatement. Une fois les symptômes disparus à nouveau, il doit seulement reprendre à la dernière étape qu’il a complétée sans ressentir de symptôme.</p><h3>Les étapes pour reprendre les activités sportives</h3><ul><li>Étape de repos: votre enfant ne doit pratiquer aucune activité physique mis à part de légers étirements et de la marche. Il doit demeurer à cette étape jusqu’à ce que ses symptômes aient disparu et pour les quelques jours suivants, surtout si ses symptômes initiaux ont pris plus d’une semaine avant de disparaître. Votre enfant ne devra plus prendre d’acétaminophène ou d’ibuprofène après cette étape afin d’évaluer de manière adéquate la manière dont son cerveau se rétablit.</li><li>Étape d’activité physique légère: les activités suggérées comprennent la marche, la natation, la course légère et le vélo stationnaire pratiqués à moins de 50 pour cent de son intensité. Le but est de tester de quelle façon le cerveau de votre enfant répond à une augmentation du rythme cardiaque.</li><li>Étape d’activité physique propre à un sport: votre enfant peut ajouter la course ou le patinage à intensité modérée, mais il doit encore éviter les contacts et les entraînements complexes. Il doit éviter tout type d’entraînements de musculation ou de résistance.</li><li>Étape d’entraînement sans contact: les activités proposées à votre enfant comprennent des entraînements plus complexes faisant appel à des passes, des lancers, des mouvements plus élaborés et une prise de décision rapide. Les adolescents qui pratiquent un sport peuvent ajouter des entraînements de musculation ou de résistance de faible intensité.</li><li>Étape de pratique avec contact: une fois que votre enfant a reçu l’autorisation de son médecin, il peut recommencer à prendre part à des activités d’entraînement avec contact comme frapper, bloquer et lutter. Assurez-vous que votre enfant surveille ses symptômes avec attention au cours de cette étape.</li><li></li><li>Étape du retour au jeu: à cette étape, votre enfant peut reprendre le jeu normal. Les symptômes de commotion cérébrale de votre enfant doivent avoir disparu et vous êtes sûr qu’il s’est complètement remis.</li></ul><p>Les enfants qui pratiquent des sports avec contact doivent être particulièrement prudents lorsqu’ils retournent au jeu après une commotion cérébrale. Il est primordial d’avoir obtenu l’accord du médecin avant de reprendre la pratique de leur sport. Il faut également s’assurer de faire un reprendre l’activité avec contact graduellement.</p><p>Votre enfant est plus à risque de subir une autre commotion cérébrale s’il retourne au jeu avant de s’être remis complètement de sa première commotion cérébrale. Avec cette deuxième commotion cérébrale, les symptômes pourraient s’aggraver et durer plus longtemps.</p><p>Si votre enfant a des antécédents de commotions multiples, il doit suivre ces étapes de manière encore plus stricte.</p><h3>Évaluation cognitive de référence</h3><p>Certaines ligues de sports de contact mettent en œuvre des évaluations neurocognitives ou neuropsychologiques de référence.</p><p>Ce type d’évaluation permet aux entraîneurs, aux parents et aux professionnels en soins de la santé de comparer les résultats de tests avant et après une commotion cérébrale afin de voir si le cerveau de votre enfant s’est complètement remis de sa blessure. Les évaluations neuropsychologiques sont aussi utiles aux athlètes qui ont subi de multiples commotions cérébrales ou aux enfants dont les symptômes s’aggravent ou ne s’améliorent pas malgré le repos physique ou cognitif.</p><p>Ces évaluations sont des manières très utiles et objectives d’évaluer la progression du rétablissement de votre enfant et peuvent permettre de repérer des déficits cognitifs spécifiques et guider la planification des études.</p><br>https://assets.aboutkidshealth.ca/AKHAssets/concussion_managing_return_to_activity.jpgCommotion cérébraleMain
Ibuprofène pour le soulagement de la fièvre ou de la douleurIbuprofène pour le soulagement de la fièvre ou de la douleurIbuprofen for Fever or PainIFrenchPharmacyNANANervous systemDrugs and SupplementsCaregivers Adult (19+)NAhttps://assets.aboutkidshealth.ca/AKHAssets/ICO_DrugA-Z.png2019-06-15T04:00:00Z57.00000000000008.00000000000000913.000000000000Drugs (A-Z)Drug A-Z<p>Votre enfant doit prendre un médicament nommé « ibuprofène ». La présente fiche de renseignements explique comment agit léibuprofène, comment l'administre et quels effets secondaires ou quels problèmes pourrait ressentir votre enfant alors qu'il prend ce médicament.<br></p><p>Votre enfant doit prendre un médicament qui se nomme « ibuprofène ». La présente fiche de renseignements explique comment agit l'ibuprofène, comment l'administrer et quels effets secondaires ou quels problèmes pourrait ressentir votre enfant alors qu'il prend ce médicament.</p><h2>Avant de donner ce médicament à votre enfant</h2> <p>Avertissez votre médecin si votre enfant est allergique à l'ibuprofène ou à tout autre AINS, y compris l'AAS (aspirine).</p> <h3>Avisez votre médecin ou votre pharmacien si votre enfant souffre de l'une des affections suivantes car il pourrait s'avérer nécessaire de prendre des précautions avant d'administrer ce médicament à votre enfant :</h3> <ul><li>Asthme</li> <li>Maladie des reins ou du foie</li> <li>Ulcères à l'estomac ou maladie inflammatoire</li> <li>Saignements ou problèmes de coagulation</li> <li>Insuffisance cardiaque ou pression sanguine élevée</li></ul><h2>Comment administrer ce médicament à votre enfant</h2> <p>Suivez les instructions présentées ci-dessous lorsque vous donnez de l'ibuprofène à votre enfant :</p> <ul><li>Donnez ce médicament avec de la nourriture pour prévenir les maux d'estomac.</li> <li>Les comprimés à mâcher peuvent être écrasés et mélangés à de la nourriture ou ils peuvent être mâchés. Ils ne devraient pas être avalés entiers.</li> <li>Un liquide (gouttes, suspension) est disponible si votre enfant ne peut pas avaler de comprimés. Agitez lasuspension avant de l'utiliser.</li> <li>Les enfants qui ont des sondes d'alimentation peuvent également utiliser le liquide. Rincez la sonde d'alimentation avant et après la prise du médicament.</li> <li>Mesurez les doses de liquide avec soin. Utilisez le dispositif de mesure fourni avec le médicament. Si aucun dispositif de mesure n'est fourni, procurez-vous une seringue, un compte-gouttes pour médicaments, une cuillère pour médicaments ou une tasse pour médicaments (uniquement pour les enfants plus âgés) auprès de votre pharmacien.</li></ul><h2>Que faire si votre enfant manque une dose?</h2> <ul><li>Donnez-lui la dose manquée dès que vous y pensez.</li> <li>S'il est presque l'heure de la dose suivante, sautez la dose manquée et donnez la dose suivante à l'heure prévue. Laissez au moins 6 heures s'écouler entre les doses.</li> <li>Ne donnez pas 2 doses à votre enfant afin de compenser pour la dose manquée.</li></ul><h2>Après combien de temps les effets commenceront-ils à se manifester?</h2> <p>Votre enfant pourrait se sentir mieux peu de temps après avoir commencé à prendre ce médicament pour soulager sa fièvre ou sa douleur.</p><h2>Quels sont les effets secondaires possibles de ce médicament?</h2> <p>Votre enfant pourrait développer certains des effets secondaires suivants alors qu'il prend de l'ibuprofène. Consultez le médecin de votre enfant si ce dernier continue d'afficher un ou plusieurs des effets secondaires suivants, s'ils ne disparaissent pas ou s'ils le dérangent :</p> <ul><li>Mal à l'estomac</li> <li>Nausées et vomissements</li> <li>Diarrhée (selles liquides) ou constipation</li></ul> <p>Téléphonez au médecin pendant les heures de bureau sivotre enfantaffiche des saignements ou des ecchymoses inhabituels.</p> <h3>La plupart des effets secondaires suivants ne sont pas courants et pourraient laisser présager un problème grave. Téléphonez immédiatement au médecin de votre enfant ou rendez-vous à la salle d'urgence avec votre enfant si ce dernier affiche l'un ou plusieurs des signes suivants :</h3> <ul><li>Selles noires, poisseuses ou qui contiennent du sang</li> <li>Éruption cutanée ou tout autre signe de réaction allergique</li> <li>Sang dans l'urine</li> <li>Respiration sifflante ou difficulté à respirer</li></ul><h2>Mesures de sécurité à prendre lorsque votre enfant utilise ce médicament</h2> <p>Parlez à votre médecin ou à votre pharmacien si votre enfant est allergique à la tartrazine (jaune tartrique) ou s'il est atteint de phénylcétonurie (PCU) car ce médicament peut contenir de la tartrazine ou de la phénylalanine.</p> <p>Certains médicaments ne devraient pas être pris en même temps que l'ibuprofène ou, dans certains cas, il pourrait s'avérer nécessaire d'ajuster la dose d'ibuprofène ou celle de l'autre médicament. Il est important d'informer votre médecin et votre pharmacien de tout autre médicament que prend votre enfant (médicaments sur ordonnance, médicaments sans ordonnance, produits à base d'herbes médicinales ou produits naturels) y compris des anticoagulants (comme la warfarine), la cyclosporine et le tacrolimus, le méthotrexate, des diurétiques ou d'autres médicaments pour le cœur.</p><h2>Autres renseignements importants au sujet de ce médicament</h2><ul><li>Dressez la liste de tous les médicaments que prend votre enfant et montrez cette liste au médecin ou au pharmacien.</li><li>Ne partagez pas les médicaments de votre enfant avec d'autres personnes. Ne donnez jamais les médicaments d'une autre personne à votre enfant.</li><li>Assurez-vous de toujours avoir des réserves suffisantes d'ibuprofène pour les fins de semaine, les jours fériés et les vacances. Téléphonez à la pharmacie pour renouveler votre prescription au moins 2 jours avant d'avoir épuisé tous les médicaments afin de renouveler la prescription.</li><li>Conservez l'ibuprofène à température ambiante dans un endroit frais, sec et à l'abri des rayons du soleil. NE le conservez PAS dans la salle de bain ou dans la cuisine.</li><li>Ne conservez pas les médicaments périmés. Demandez à votre pharmacien quelle est la meilleure façon de disposer des médicaments périmés ou excédentaires.<br></li></ul>Comment donner l'ibuprofène Découvrez comment agit l'ibuprofène, comment l'administrer et quels problèmes pourrait ressentir votre enfant alors qu'il prend ce médicament. Main
Éducation sexuelle: ce que les enfants doivent savoir et à quel momentÉducation sexuelle: ce que les enfants doivent savoir et à quel momentSexuality: What children should learn and whenÉFrenchAdolescentToddler (13-24 months);Preschooler (2-4 years);School age child (5-8 years);Pre-teen (9-12 years);Teen (13-18 years)NANAHealthy living and preventionCaregivers Adult (19+)NA2019-06-06T04:00:00ZFlat ContentHealth A-Z<p>Lorsque vous abordez le sujet de la sexualité et de la reproduction avec votre enfant, assurez-vous qu’il comprend ce que vous dites. Ce guide présente ce que les enfants sont en mesure de comprendre à différents stades.</p><p>La meilleure stratégie en matière d’éducation sexuelle consiste à amorcer une conversation au sujet de la sexualité dès le plus jeune âge de l’enfant et à poursuivre cette conversation tout au long de sa croissance. Cela permet aux parents d’éviter d’avoir une grande discussion lorsque l’enfant atteint l’adolescence, lorsqu’il pense peut-être déjà tout savoir à ce sujet et qu’il ne sera peut-être pas réceptif. Lorsque vous parlez de sexe à vos enfants, il est important d’expliquer les choses d’une façon compréhensible pour eux, selon leur âge et leur niveau de développement.</p><h2>À retenir</h2><ul><li>Lorsque vous parlez de sexualité à vos enfants, assurez-vous d’expliquer les choses d’une façon adaptée à son niveau de développement.</li><li>Vous n’avez pas à tout expliquer en même temps. Les enfants plus jeunes ont tendance à s’intéresser davantage à la grossesse et aux bébés qu’à l’acte sexuel.</li></ul><p>Chaque enfant est différent, mais voici les grandes lignes de la compréhension des enfants concernant la sexualité et la reproduction à différents stades.</p><h2>Tout-petits : de 13 à 24 mois</h2><p>Les tout-petits devraient pouvoir nommer toutes les parties du corps, y compris les parties génitales. En utilisant les noms exacts des parties du corps, ils seront à même de mieux communiquer un problème de santé, une blessure ou des sévices sexuels. Cela leur permet également de comprendre que ces parties sont aussi normales que les autres, ce qui leur donnera confiance en eux et leur procurera une image positive de leur corps.</p><p>La plupart des enfants de deux ans connaissent la différence entre un homme et une femme, et habituellement, ils peuvent déterminer si une personne est de sexe masculin ou féminin. Ils devraient comprendre que l’identité sexuelle d’une personne n’est pas déterminée par ses parties génitales et que le genre peut être exprimé de différentes manières. Les aidants naturels peuvent contribuer à cette démarche en n’associant pas la biologie sexuelle au genre (p. ex., dire « les personnes qui ont un pénis » ou « les personnes qui ont un vagin »).</p><p>Les tout-petits devraient savoir que leur corps est privé. Il est normal qu’ils explorent leur corps, notamment en touchant leurs parties génitales, mais ils devraient comprendre quand et où cela est approprié.</p><h2>Enfants d’âge préscolaire : de deux à quatre ans</h2><p>La plupart des enfants d’âge préscolaire sont à même de comprendre les principes fondamentaux de la reproduction : le spermatozoïde et l’ovule s’unissent, et le bébé grandit dans l’utérus. Selon leur degré de compréhension et d’intérêt, vous pourriez leur raconter l’histoire de leur naissance et leur dire que ce n’est pas la seule manière de fonder une famille. Ne pensez pas que vous devez tout leur expliquer en même temps. Les enfants plus jeunes s’intéressent davantage à la grossesse et aux bébés qu’à l’acte sexuel.</p><p>Les enfants devraient comprendre que leur corps leur est propre et savoir que personne n’a le droit de le toucher sans leur autorisation. Ils devraient savoir que d’autres personnes peuvent les toucher, mais uniquement de certaines façons, et que personne ne devrait demander à toucher leurs parties génitales, à moins qu’il ne s’agisse de leurs parents ou de fournisseurs de soins. S’ils font la distinction entre ce qui est approprié et ce qui ne l’est pas, ils seront plus enclins à vous dire s’ils sont victimes d’une agression sexuelle.</p><p>À cet âge, les enfants devraient également apprendre à demander avant de toucher quelqu’un (p. ex., faire un câlin, chatouiller) et devraient commencer à apprendre à poser des limites (p. ex., comprendre que lorsque quelqu’un fait un pas en arrière, votre enfant devrait respecter ce signal, qui indique un besoin d’espace).</p><p>Éduquez les enfants au sujet de l’intimité qui entoure les questions liées au corps. Par exemple, ils devraient savoir à quel moment la nudité est appropriée.</p><p>Ils devraient également en apprendre davantage au sujet d’autres parties et fonctions du corps. Certains enfants de cet âge pensent que les filles n’ont qu’une seule ouverture pour les selles et l’urine, et bon nombre d’enfants croient que les bébés grandissent dans le ventre, au même endroit que celui où vont leurs aliments.</p><h2>Enfants d’âge scolaire : de cinq à huit ans</h2><p>Les enfants devraient avoir une compréhension sommaire du fait que certaines personnes sont hétérosexuelles, homosexuelles ou bisexuelles, et qu’il existe une palette d’expressions du genre; le genre n’est pas déterminé par les parties génitales d’une personne. Ils devraient également connaître le rôle de la sexualité dans les relations.</p><p>Ils devraient connaître les conventions sociales essentielles de l’intimité, de la nudité et du respect des autres dans les relations. La majorité des enfants ont commencé à explorer leur corps à cet âge. Ils devraient comprendre que même si cela est normal, il s’agit d’une activité privée.</p><p>Apprenez aux enfants comment utiliser un ordinateur et des appareils mobiles en toute sécurité. Les enfants de cette tranche d’âge devraient commencer leur apprentissage de l’intimité, de la nudité et du respect des autres dans le contexte numérique. Ils devraient avoir conscience des règles quant aux échanges avec des étrangers et au partage de photos en ligne, et savoir comment faire face à une situation inconfortable.</p><p>Il convient d’enseigner aux enfants les principes fondamentaux de la puberté vers la fin de cette tranche d’âge, car un certain nombre d’enfants entreront dans la puberté avant l’âge de 10 ans. Ils devraient non seulement se familiariser avec les changements qu’ils vont vivre, mais aussi avec d’autres corps — les garçons et les filles ne devraient pas recevoir une éducation distincte. Ils devraient également connaître l’importance de l’hygiène et des soins personnels à la puberté. En abordant ces questions très tôt, vous les préparerez aux changements qui vont survenir durant la puberté, et ils seront ainsi rassurés sur le fait que ces changements sont normaux et sains.</p><p>La connaissance des enfants en matière de reproduction ​humaine devrait être approfondie. Celle-ci pourrait inclure le rôle des rapports sexuels, mais ils devraient également savoir qu’il existe d’autres moyens de reproduction. Cette information pourrait être intégrée aux discussions liées à la puberté.</p><h2>Préadolescents : de neuf à douze ans</h2><p>En plus d’insister sur tous les aspects précités qu’ils ont déjà appris, les préadolescents devraient être sensibilisés aux pratiques sexuelles sûres et aux méthodes de contraception, et ils devraient disposer de renseignements de base au sujet de la grossesse et des infections transmissibles sexuellement (ITS). Ils devraient savoir que le fait d’être un adolescent ne veut pas dire qu’ils doivent être sexuellement actifs.</p><p>Les préadolescents devraient comprendre les fondements tant d’une relation positive que d’une relation négative.</p><p>Ils devraient maintenant connaître assez bien la sécurité sur Internet, y compris l’intimidation et les sextos. Ils devraient connaître les risques liés au partage de photos de nudité ou sexuellement explicites d’eux ou de leurs camarades.</p><p>Les préadolescents devraient aussi comprendre en quoi les médias influencent la perception des personnes à l’égard de leur corps, et ils devraient pouvoir exercer leur pensée critique quant à la manière dont la sexualité est dépeinte dans les médias. Somme toute, ils devraient être en mesure de juger si les représentations du sexe et de la sexualité sont vraies ou fausses, réalistes ou non, et si elles sont positives ou négatives.</p><h2>Adolescents : de 13 à 18 ans</h2><p>Les adolescents devraient recevoir des renseignements plus détaillés au sujet des menstruations et des éjaculations nocturnes (« rêves mouillés ») et savoir qu’ils sont normaux et en bonne santé. Ils devraient également développer leurs acquis concernant la grossesse et les ITS ainsi qu’au sujet des différentes méthodes de contraception et de la manière de les utiliser pour se livrer à des pratiques sexuelles sûres.</p><p>L’apprentissage relatif à l’adoption de pratiques sexuelles sûres va de pair avec celui qui a trait à l’impact de l’alcool et des drogues sur le jugement.</p><p>Les adolescents devraient continuer d’apprendre la différence entre une relation saine et une relation malsaine. Cette conscientisation comprend l’apprentissage des pressions et de la violence dans les fréquentations, de même que la compréhension de la signification du consentement dans les relations sexuelles. Les adolescents devraient être dotés de compétences en matière de négociation et de refus, ainsi que de méthodes pour mettre fin à une relation.<br></p><p>Les adolescents sont généralement des personnes très réservées. Cependant, si les parents ont abordé le sujet du sexe tôt avec leur enfant, il est plus probable que celui-ci s’adressera à ses parents en cas de situation difficile ou dangereuse par la suite, ou s’il a des questions ou des inquiétudes par rapport aux changements de son corps et à son identité.</p><h2>Références</h2><p>Alberta Health Services (n.d.). <em>Information by age: Understanding your child’s development</em>. Retrieved from: <a href="https://teachingsexualhealth.ca/parents/information-by-age/">https://teachingsexualhealth.ca/parents/information-by-age/</a></p><p>Alberta Health Services (n.d.). <em>Sexual & gender diversity</em>. Retrieved from: <a href="https://teachingsexualhealth.ca/parents/information-by-topic/sexual-diversity/">https://teachingsexualhealth.ca/parents/information-by-topic/sexual-diversity/</a></p><p>Alberta Health Services (n.d.). <em>Understanding consent</em>. Retrieved from: <a href="https://teachingsexualhealth.ca/parents/information-by-topic/understanding-consent/">https://teachingsexualhealth.ca/parents/information-by-topic/understanding-consent/</a></p><p>Canadian Paediatric Society — Caring for Kids (2017). <em>How to talk with your teen</em>. Retrieved from: <a href="https://www.caringforkids.cps.ca/handouts/talk_with_your_teen">https://www.caringforkids.cps.ca/handouts/talk_with_your_teen</a></p><p>Canadian Paediatric Society — Caring for Kids (2018). <em>Gender identity</em>. Retrieved from: <a href="https://www.caringforkids.cps.ca/handouts/gender-identity">https://www.caringforkids.cps.ca/handouts/gender-identity</a><a></a></p> <a> </a> <p>Canadian Paediatric Society — Caring for Kids (2018). <em>Sexual orientation</em>. Retrieved from: <a href="https://www.caringforkids.cps.ca/handouts/teens_sexual_orientation">https://www.caringforkids.cps.ca/handouts/teens_sexual_orientation</a></p><p>Planned Parenthood (n.d.). <em>Get the facts on sexual health</em>. Retrieved from: <a href="https://www.plannedparenthood.org/learn">https://www.plannedparenthood.org/learn</a></p>https://assets.aboutkidshealth.ca/AKHAssets/sex_education_what_when.jpgÉducation sexuelle Lorsque vous abordez le sujet de la sexualité et de la reproduction avec votre enfant, assurez-vous qu’il comprend ce que vous dites. Main
Nutrition et santé mentale : notions de base d’une alimentation saineNutrition et santé mentale : notions de base d’une alimentation saineNutrition and mental health: The basics of a healthy dietNFrenchNutrition;Psychiatry;AdolescentTeen (13-18 years)BodyNAHealthy living and preventionTeen (13-18 years)NA2019-03-22T04:00:00ZFlat ContentHealth A-Z<p>Pour améliorer ton humeur et ton bien-être général, adopte un régime alimentaire équilibré composé de macronutriments (glucides complexes, protéines et gras sains) et de micronutriments (vitamines et minéraux).</p><h2>Glucides</h2><p>Les glucides sont la principale source d’énergie du corps et la seule source d’énergie du cerveau. Grâce à cette énergie, tu auras les idées claires et tu seras prêt à assumer tes activités quotidiennes.</p><p>Pour maintenir ton humeur et ton énergie à un niveau stable, consomme des aliments contenant des glucides complexes comme les légumes, les légumineuses (pois chiches, lentilles, etc.), et certains fruits (de préférence avec la pelure). Ces aliments sont d’importantes sources de fibres; ils t’aideront à te sentir rassasié plus longtemps et faciliteront le passage de la nourriture dans l’appareil digestif.</p><p>Les bonbons, les jus et autres aliments et boissons sucrés contiennent tous des glucides simples sous différentes formes. Tu peux en consommer de temps à autre, mais ces aliments ne devraient pas constituer ta principale source d’énergie. Ils peuvent faire augmenter très vite le taux de sucre sanguin puis le faire chuter brusquement, provoquant des baisses d’énergie pendant la journée.</p><h2>Protéines</h2><p>En tant que composants de base des cellules, les protéines aident à développer et à réparer les muscles, les organes et les os. Elles aident aussi à maintenir la santé du système immunitaire et procurent un sentiment de bien-être. Les protéines sont composées d’acides aminés dont ton corps a besoin pour fonctionner de façon optimale. Dans l’ensemble, les protéines t’aident aussi à te sentir rassasié plus longtemps, ce qui améliore ensuite le fonctionnement de ton corps.</p><p>Les principales sources de protéines sont le poulet, le bœuf, le poisson et les autres viandes, ainsi que les œufs, le lait, le fromage et le yogourt. Parmi les sources végétales de protéines, il y a les haricots, les lentilles, les noix, les graines, le tofu et le tempeh.</p><h2>Gras</h2><p>Les gras jouent un rôle-clé dans le développement du corps et du cerveau. Ils aident le corps à absorber des micronutriments essentiels comme les vitamines A, D, E et K.</p><p>Tu as peut-être entendu dire que tous les gras sont mauvais, mais il y en a qui sont sains et d’autres qui le sont moins. Les poissons gras, les noix, les graines, les avocats et les huiles végétales contiennent des gras insaturés. Lorsqu’ils sont consommés avec modération, ces gras aident à prévenir plusieurs maladies chroniques (à long terme) comme un taux de cholestérol élevé, les maladies du cœur et le diabète de type 2. Les gras moins sains, également appelés gras saturés ou gras trans, se trouvent dans les produits de source animale comme les viandes très grasses et les produits laitiers, y compris le beurre. Ces aliments peuvent tout de même faire partie d’un régime alimentaire équilibré, mais il mieux vaut opter pour des choix plus maigres quand c’est possible.</p><h2>Vitamines et minéraux</h2><p>Il est important de consommer une variété de vitamines et de minéraux tous les jours pour rester en bonne santé.</p><p>Prendre des repas réguliers pendant la journée — toutes les trois heures environ — est bénéfique pour le cerveau et la santé mentale. Au lieu de mettre l’accent sur des « super-aliments » ou des suppléments à la mode, consomme plutôt un mélange coloré de fruits et de légumes chaque jour. Ces aliments contiennent beaucoup de vitamines et de minéraux (aussi appelés micronutriments), ainsi que des éléments phytochimiques, qui peuvent jouer un important rôle dans la santé du cerveau.</p><p>Le fer joue un rôle clé dans la régulation de la fatigue. Tu devrais consommer des aliments riches en fer tous les jours : légumes-feuilles vert foncé, haricots, noix, légumineuses (pois chiches, lentilles, etc.) et les viandes maigres. Les grains entiers, les produits laitiers faibles en gras, les œufs, les noix, les viandes maigres et les légumineuses sont riches en vitamines B et peuvent aider le corps et le cerveau à transformer la nourriture en énergie.</p><p>Rappelle-toi que différents aliments fournissent différents micronutriments. En consommant l’« arc-en-ciel » (des aliments de différentes couleurs), tu obtiendras toutes les vitamines et tous les minéraux dont ton corps a besoin.</p><h2>Ressources</h2><p>Les ressources suivantes sont disponibles uniquement en anglais.</p><p> <a href="https://www.health.harvard.edu/staying-healthy/listing_of_vitamins">Harvard Health Publishing - Listing of vitamins</a></p><p> <a href="https://www.mind.org.uk/information-support/tips-for-everyday-living/food-and-mood/#.XJU1eBNKiWZ">Mind (UK) - Food and mood</a></p>https://assets.aboutkidshealth.ca/AKHAssets/basics_of_health_diet.jpgNutrition et santé mentale Votre adolescent apprendra les notions de base d’une alimentation saine pour améliorer son humeur et son bien-être général. Teens

 

 

Érythème papulo-érosifÉrythème papulo-érosifDiaper rashÉFrenchDermatologyNewborn (0-28 days);Baby (1-12 months);Toddler (13-24 months)SkinSkinConditions and diseasesCaregivers Adult (19+)Rash2010-03-05T05:00:00Z7.0000000000000067.0000000000000472.000000000000Health (A-Z) - ConditionsHealth A-Z<p>L’érythème fessier survient habituellement quand la peau entre en contact avec de l’urine ou des selles. Apprenez comment la traiter et les mesures à prendre pour la prévenir chez votre bébé.<br></p><h2>Qu’est-ce que l'érythème papulo-érosif?</h2> <p>L’érythème papulo-érosif est une irritation de la peau qui affecte les nourrissons ou les tout-petits dans la région de la couche. La plupart du temps, il est attribuable au contact entre l’urine et les selles avec la peau sensible de votre bébé. La plupart des nourrissons auront au moins un érythème papulo-érosif avant de faire l’apprentissage de la propreté. </p> <h2>À retenir<br></h2><ul><li>Les érythèmes papulo-érosifs sont courants chez les nourrissons et les tout-petits.</li><li>La dermatite par les couches et la manifestation la plus fréquente.</li><li>Le fait de garder la région propre et sèche contribue à prévenir les érythèmes.</li></ul><h2>Signes et symptômes d’un érythème papulo-érosif</h2> <p>Le nourrisson qui présente un érythème papulo-érosif peut avoir les signes et les symptômes qui suivent :</p> <ul> <li>peau rouge;</li> <li>peau irritée ou douloureuse;</li> <li>taches ou cloques dans la région de la couche.</li> <li>L’érythème papulo-érosif léger ressemble à des plaques roses sur la peau. Les formes plus graves sont rouge vif et peuvent présenter des boutons ouverts. Ils sont souvent très douloureux.</li> </ul> <h2>Causes</h2> <p>La cause la plus fréquente d’érythème papulo-érosif est le contact avec l’urine et les selles. C’est ce que l’on appelle la « dermatite par les couches ». Elle se produit souvent si le nourrisson a la diarrhée. Elle affecte habituellement les fesses et les cuisses. Les pantalons et les couches serrés en plastique qui empêchent l’humidité de sécher peuvent empirer l’érythème.</p> <p>L’érythème papulo-érosif peut aussi être causé par une infection aux levures (Candida). Cette infection fongique prolifère dans les endroits chauds et humides comme les replis de la peau. L’érythème papulo-érosif a une apparence rouge et comporte souvent de petites taches rouges sur les côtés. Il est habituellement indolore. Les antibiotiques peuvent causer ou empirer la situation chez les bébés.</p> <p>D’autres érythèmes peuvent se manifester dans la région de la couche. Ils peuvent inclure, entre autres, de l’eczéma, des bactéries, des infections virales et des réactions allergiques. On peut aussi les observer sur d’autres parties du corps.</p> <h2>Traitement</h2> <p>Ne remettez pas de couches. Exposez la peau de votre bébé à de l’air chaud et sec le plus possible.</p> <p>Au moment de changer la couche, lavez les fesses de votre bébé au savon léger et à l'eau chaude, rincez-les et séchez-les en tapotant. Votre bébé ressentira peut-être moins de douleur si vous lavez la région dans un bain chaud. Évitez les lingettes qui contiennent de l’alcool, car elles peuvent accroître la douleur.</p> <p>Utilisez un onguent protectif non parfumé, comme de la gelée de pétrole (Vaseline) ou de l’oxyde de zinc afin de protéger la région après chaque changement de couche. Les crèmes ne doivent pas être partagées avec d'autres enfants. Ne contaminez pas la crème. Lavez vos mains avant de les mettre dans le pot.</p> <p>L'érythème papulo-érosif causé par une infection à Candida (levures) doit être traité avec une crème antifongique topique comme la nystatine ou le clotrimazole. </p><h2>Prévention</h2> <p>La meilleure façon de prévenir l’érythème papulo-érosif est de changer souvent la couche de votre bébé. Si votre bébé a la diarrhée, changez sa couche plus souvent qu’à l’habitude. L’application d’une mince couche de crème protectrice non parfumée peut aussi protéger la peau. On ne sait pas si les couches en tissu ou jetables sont préférables afin de prévenir les érythèmes papulo-érosifs.</p> <h2>Quand demander une aide médicale</h2> <p>Prenez rendez-vous avec le médecin de votre enfant si l’érythème ne s’atténue pas après quelques jours ou si le bébé semble se sentir mal ou fait de la fièvre. </p> diaperrashhttps://assets.aboutkidshealth.ca/AKHAssets/diaper_rash.jpg Apprenez les causes de l’érythème fessier de votre bébé, comment la traiter et les mesures à prendre pour la prévenir chez votre bébé.Main
Les cigarettes électroniques et le vapotageLes cigarettes électroniques et le vapotageE-cigarettes and vapingLFrenchRespiratoryTeen (13-18 years)Lungs;BrainRespiratory systemHealthy living and preventionAdult (19+) CaregiversNA2019-11-04T05:00:00Z1359.00000000000Flat ContentHealth A-Z<p>Renseignez-vous sur les cigarettes électroniques, leur fonctionnement et les consommateurs. Vous y trouverez également des renseignements sur les risques pour la santé liés au vapotage.</p><h2>À propos des cigarettes électroniques</h2><p>Les cigarettes électroniques font partie d’une catégorie de dispositifs communément appelés inhalateurs électroniques de nicotine. Bien qu’il existe plusieurs types d’inhalateurs électroniques de nicotine, ils possèdent tout de même quelques composants en commun, y compris :</p><ul><li>une pile;</li><li>un élément chauffant ou atomiseur;</li><li>un embout buccal;</li><li>un réservoir;</li><li>un capteur ou un bouton qui déclenche l’élément chauffant.</li></ul><p>Certaines cigarettes électroniques sont jetables, tandis que d’autres comprennent une cartouche rechargeable ou un réservoir qu’on remplit de liquide à vapoter. D’ailleurs, quelques modèles de cigarettes électroniques offrent la possibilité de modifier la puissance et la tension électrique.</p><p>Il existe plusieurs noms pour désigner les cigarettes électroniques, notamment :</p> <figure><img alt="Small vaping device that looks like a flash drive" src="https://assets.aboutkidshealth.ca/AKHAssets/vaping.jpg" /> </figure> <ul><li>similicigarette;</li><li>cigarette électronique stylo;</li><li>« mods »;</li><li>système à capsules (JUUL, Blu, Phix, Suorin, STIG);</li><li>appareils à réservoir.</li></ul><p>Les cigarettes électroniques revêtent différentes formes et tailles. Certaines sont petites et ressemblent à des clés USB ou à des stylos, tandis que d’autres sont plus volumineuses.</p><h2>À retenir</h2><ul><li>Le recours aux cigarettes électroniques, ou le vapotage, est largement répandu chez les adolescents et les jeunes adultes. À vrai dire, la popularité du vapotage n’a cessé de croître au cours des dernières années.</li><li>Les liquides à vapoter peuvent contenir de la nicotine ainsi que d’autres constituants chimiques tels que le tétrahydrocannabinol (THC) et l’huile de cannabidiol (CBD).</li><li>La nicotine crée une forte dépendance et peut rapidement induire une dépendance à long terme, surtout chez les adolescents et les jeunes adultes puisque leur cerveau est toujours en développement.</li><li>Les constituants chimiques que renferment les liquides à vapoter peuvent entraîner des problèmes de santé à court terme et accroître le risque de problèmes de santé chroniques.</li><li>Si vous tentez de vous désaccoutumer du tabac, veuillez consulter un professionnel de la santé qui établira un programme qui vous conviendra.</li></ul><h2>Le fonctionnement des cigarettes électroniques</h2><p>Le vapotage s’entend de l’utilisation d’une cigarette électronique. L’inhalation à partir de l’embout buccal de la cigarette électronique déclenche l’élément chauffant. L’élément chauffant, alimenté par la pile, chauffe le liquide à vapoter, provoquant ainsi la vaporisation du liquide. Cette vapeur inhalée imite l’utilisation d’une cigarette de tabac. En fait, cette vapeur se condense en un aérosol qui comporte des particules fines.</p><h2>Liquides à vapoter</h2><p>Les liquides à vapoter, aussi appelés substances de vapotage, peuvent renfermer différents produits chimiques.</p><ul><li>Le propylèneglycol : Il s'agit de l’un des principaux liquides (avec le glycérol) servant de véhicule à d’autres constituants chimiques.</li><li>Le glycérol : Il s'agit de l’un des principaux liquides (avec le propylèneglycol) servant à transporter les autres produits chimiques.</li><li>La nicotine : Il s’agit du principal toxicomanogène présent dans les cigarettes de tabac et les liquides à vapoter.</li><li>Les composés aromatisants : Ils comprennent différents constituants chimiques, dont le diacétyle, employé pour créer diverses saveurs et odeurs.</li><li>Le tétrahydrocannabinol (THC) et l’huile de cannabidiol (CBD) : Il s’agit de deux constituants chimiques qui sont parfois dissous dans les liquides à vapoter.</li></ul><p>Qui plus est, certains liquides à vapoter renferment différents métaux lourds (p. ex. le nickel, l’étain et le plomb).</p><h2>Qui fume la cigarette électronique?</h2><p>Les études les plus récentes de 2018 démontrent que 37 % des adolescents (âgés de 16 à 19 ans) au Canada ont déjà essayé la cigarette électronique. Il s’agit d’une augmentation de 8 % comparativement à 2017. La plupart de ces adolescents ne fument pas de cigarettes à tabac. Au moment de l’enquête en 2018, environ 3,6 % des Canadiens âgés de 16 à 19 ans interrogés ont eu recours à la cigarette électronique plus de 15 jours sur une période de 30 jours.</p><p>En outre, moins de 1 % des adultes (âgés de 45 ans ou plus) en Amérique du Nord utilisent quotidiennement la cigarette électronique comparativement à 8 % de la population âgée 18 à 24 ans. Actuellement, les jeunes représentent le groupe d’âge qui consomme le plus la cigarette électronique.</p><h2>Le vapotage et les risques pour la santé</h2><p>Le vapotage présente des risques pour la santé à court terme ainsi que des risques de problèmes de santé chroniques. Effectivement, à de rares occasions, des appareils se sont enflammés ou ont explosé, entraînant ainsi des lésions corporelles. Des cas de crises épileptiques ont également été rapportés. Pire encore, de graves lésions pulmonaires mettant en danger la vie du consommateur ont été liées à l’usage de la cigarette électronique. Par ailleurs, certains décès sont attribuables à ces lésions pulmonaires. Même si on ignore la manière dont les poumons de ces personnes ont été abîmés de la sorte, certaines preuves démontrent que ces lésions sont attribuables à un ou plusieurs des constituants chimiques présents dans les liquides à vapoter.</p><p>De plus, le vapotage expose les adolescents à un risque de problème de santé chronique, puisque la nicotine peut nuire au développement de leur cerveau. La nicotine peut perturber les régions du cerveau qui contrôlent l’attention, l’humeur et les impulsions.</p><p>Le risque important de la dépendance à la nicotine guette également les jeunes. Le cerveau en développement des adolescents et des jeunes adultes rend ces jeunes gens très vulnérables à la dépendance que crée la nicotine. Une seule capsule de cigarette électronique permet à une personne d’inhaler davantage de nicotine que si elle fumait un paquet de cigarettes. Aussi, malgré le fait que de fortes doses de nicotine peuvent provoquer de la nausée et des maux de tête, la cigarette électronique ne produit pas de fumée suffocante et élimine le besoin de se rallumer une autre cigarette. Par conséquent, une personne peut consommer une grande quantité de nicotine en une journée.</p><p>La nicotine est toxique. En effet, il s’agit d’une substance toxique pour les poumons et l’usage à long terme de la nicotine peut accroître le risque de contracter une maladie pulmonaire chronique.</p><p>Bien que le vapotage n'existe pas depuis assez longtemps pour confirmer ses effets à long terme sur la santé, les études menées sur des cellules et des modèles animaux supposent que l’usage à long terme d’autres constituants chimiques que contiennent les liquides à vapoter pourrait également engendrer des problèmes de santé.</p><h2>La cigarette électronique à titre de thérapie de remplacement de la nicotine</h2><p>Les produits de vapotage qui contiennent de la nicotine ont parfois été employés à titre de thérapie de remplacement de la nicotine pour aider les adultes, dont les femmes qui ne sont pas enceintes, à cesser de fumer ou à réduire leur consommation de tabac. Certaines données laissent entendre que la cigarette électronique pourrait aider les gens à délaisser le tabac. Néanmoins, d’autres des données révèlent que l’usage de la cigarette électronique n’encourage guère de fumeurs à abandonner le tabac.</p><p>En revanche, les gens disposent d’autres modes de substitution de la nicotine et d’approches pour cesser de fumer qui ne comportent pas de thérapie de remplacement de la nicotine. Si vous tentez de vous désaccoutumer du tabac, veuillez consulter un professionnel de la santé afin d’examiner les options qui vous conviendraient.</p><h2>Aperçu</h2><p>En fonction des renseignements actuellement disponibles concernant les cigarettes électroniques, on recommande aux non-fumeurs ne pas commencer le vapotage. Si vous fumez et souhaitez vapoter, renseignez-vous sur les options, les risques et les bienfaits afin de prendre une décision éclairée.</p><h2>Ressources</h2><p>The Hospital for Sick Children offre le Substance Abuse Program (programme de lutte contre la toxicomanie) qui vient en aide aux adolescents de 18 ans ou moins aux prises avec des problèmes connexes à l’abus d’alcool ou d’autres drogues : <a href="http://www.sickkids.ca/adolescentmedicine/programs/substance-abuse-program/substance-abuse-program.html">http://www.sickkids.ca/adolescentmedicine/programs/substance-abuse-program/substance-abuse-program.html</a>.</p><p>La Clinique de la dépendance située au Centre de toxicomanie et de santé mentale (CAMH) offre ses services à tous ceux qui désirent cesser de fumer ou réduire leur consommation de tabac : <a href="https://www.camh.ca/fr/vos-soins/programmes-et-services/nicotine-dependence-clinic">https://www.camh.ca/fr/vos-soins/programmes-et-services/nicotine-dependence-clinic</a>.</p><p>Le Service de traitement des dépendances et des troubles concomitants chez les jeunes du Centre de toxicomanie et de santé mentale (CAMH) offre ses services aux jeunes (de 14 à 24 ans) aux prises avec des problèmes liés à la consommation de substances, avec ou sans troubles de santé mentale concomitants : <a href="https://www.camh.ca/fr/vos-soins/programmes-et-services/youth-addiction--concurrent-disorders-service">https://www.camh.ca/fr/vos-soins/programmes-et-services/youth-addiction--concurrent-disorders-service</a>.</p><p>La Société canadienne du cancer propose des ressources pour vous aider à cesser de fumer : <a href="https://www.smokershelpline.ca/fr-ca/home">https://www.smokershelpline.ca/fr-ca/home</a>.</p><h2>Références</h2><p>Dai, H. & Leventhal, A.M. (2019, September 16). Prevalence of e-Cigarette Use Among Adults in the United States, 2014-2018. <em>The Journal of the American Medical Association</em>. Retrieved from <a href="https://doi.org/10.1001/jama.2019.15331">https://doi.org/10.1001/jama.2019.15331</a></p><p>Government of Canada. (2019, July 25). Talking with your teen about vaping: a tip sheet for parents. Retrieved from <a href="https://www.canada.ca/en/services/health/publications/healthy-living/talking-teen-vaping-tip-sheet-parents.html">https://www.canada.ca/en/services/health/publications/healthy-living/talking-teen-vaping-tip-sheet-parents.html</a></p><p>Government of Canada. (2019, August 6). About vaping. Retrieved from <a href="https://www.canada.ca/en/health-canada/services/smoking-tobacco/vaping.html">https://www.canada.ca/en/health-canada/services/smoking-tobacco/vaping.html</a></p><p>Hammond, D., Reid, J.L., Rynard, V.L., Fong, G.T., Cummings, K.M., McNeill, A.,…White, C.M. (2019). Prevalence of vaping and smoking among adolescents in Canada, England, and the United States: repeat national cross sectional surveys. <em>The British Medical Journal, 365</em>. <a href="https://doi.org/10.1136/bmj.l2219">https://doi.org/10.1136/bmj.l2219</a></p><p>Stanwick, R. (2018, February 28). E-cigarettes: Are we renormalizing public smoking? Reversing five decades of tobacco control and revitalizing nicotine dependency in children and youth in Canada. <em>Canadian Paediatric Society</em>. Retrieved from <a href="https://www.cps.ca/en/documents/position/e-cigarettes">https://www.cps.ca/en/documents/position/e-cigarettes</a></p><p>US Department of Health and Human Services. (2016). E-cigarette Use Among Youth and Young Adults: A Report of the Surgeon General. Retrieved from <a href="https://www.cdc.gov/tobacco/data_statistics/sgr/e-cigarettes/pdfs/2016_sgr_entire_report_508.pdf">https://www.cdc.gov/tobacco/data_statistics/sgr/e-cigarettes/pdfs/2016_sgr_entire_report_508.pdf</a></p><p>Walley, S.C., Wilson, K.M., Winickoff, J.P., & Groner, J. (2019). A Public Health Crisis: Electronic Cigarettes, Vape, and JUUL. <em>Pediatrics, 145</em>. Retrieved from <a href="https://pediatrics.aappublications.org/content/143/6/e20182741">https://pediatrics.aappublications.org/content/143/6/e20182741</a></p>https://assets.aboutkidshealth.ca/AKHAssets/vaping_devices.jpgCigarettes électroniques et vapotage Renseignez-vous sur les cigarettes électroniques et leur fonctionnement aussi que les risques pour la santé liés au vapotage.Main
RougeoleRougeoleMeaslesRFrenchInfectious DiseasesChild (0-12 years);Teen (13-18 years)SkinImmune systemConditions and diseasesCaregivers Adult (19+)Cough;Eye discomfort and redness;Fever;Rash;Runny nosehttps://assets.aboutkidshealth.ca/akhassets/Measles_closeup_MEDIMG_PHO_EN.jpg2019-10-03T04:00:00Z1462.00000000000Health (A-Z) - ConditionsHealth A-Z<p>Apprenez quels sont les symptômes et les causes de la rougeole et renseignez-vous sur la façon de prendre soin de votre enfant s’il contracte la maladie. </p><p>La rougeole est une infection causée par un virus très contagieux. Quand une personne infectée par le virus tousse ou éternue, des gouttelettes contaminées se propagent dans l’air et se déposent sur des surfaces à proximité. Votre enfant peut contracter le virus en inhalant ces gouttelettes ou en touchant son visage, sa bouche ou ses yeux après être entré en contact avec elles.</p><p>Votre enfant court un plus grand risque d’attraper la rougeole s’il n’a pas été vacciné contre cette maladie et s’il voyage à l’étranger, où la rougeole est plus fréquente, sans avoir été vacciné.</p><h2>À retenir</h2><ul><li>La rougeole est une infection causée par un virus. Elle est très contagieuse et il n’existe aucun traitement antiviral spécifique pour cette maladie.</li><li>Habituellement, la rougeole cause de la fièvre, un écoulement nasal, de la toux, une conjonctivite (yeux rouges et larmoyants) et une éruption cutanée.</li><li>La fréquence des complications est plus élevée chez les jeunes enfants et ces aggravations comprennent la pneumonie, une encéphalite (infection ou inflammation du cerveau), la cécité ou la mort.</li><li>La rougeole peut être prévenue avec la vaccination.</li><li>Si vous pensez que votre enfant est atteint de rougeole et doit être examiné, il faut en parler à son médecin, à la clinique ou au service des urgences avant votre arrivée. Des précautions pourront être prises pour prévenir la propagation de l’infection à d’autres personnes.</li></ul><h2>Signes et symptômes de la rougeole</h2> <figure> <span class="asset-image-title">L’éruption cutanée causée par la rougeole</span> <img alt="Torso of child with measles rash" src="https://assets.aboutkidshealth.ca/akhassets/Measles_torso_MEDIMG_PHO_EN.jpg" /> <figcaption class="asset-image-caption">L’éruption cutanée de la rougeole apparaît d’abord sur le visage et se propage vers le bas du corps jusqu’aux pieds.</figcaption></figure> <p>Les symptômes courants de la rougeole comprennent :</p><ul><li>une fièvre qui dure quelques jours;</li><li>une toux, un écoulement nasal, des yeux rouges et larmoyants (<a href="/article?contentid=782&language=french">conjonctivite</a>);</li><li>une éruption cutanée qui commence par le visage, dans le haut du cou et derrière les oreilles, et qui se répand ensuite vers le bas du corps avant de s’étendre vers les bras, les mains, les jambes et les pieds.</li></ul><p>Après cinq jours environ, l’éruption cutanée s’estompe dans le même ordre où elle est apparue.</p><h2>Propagation de la rougeole</h2> <figure> <span class="asset-image-title">Gros plan sur des éruptions cutanées dues à la rougeole</span> <img alt="Gros plan sur des éruptions cutanées dues à la rougeole" src="https://assets.aboutkidshealth.ca/akhassets/Measles_closeup_MEDIMG_PHO_EN.jpg" /> <figcaption class="asset-image-caption">L’éruption cutanée caractéristique de la rougeole est rouge et en taches.</figcaption> </figure> <p>La rougeole est une maladie très contagieuse. Elle se propage très facilement d’une personne à l’autre et peut aussi se répandre dans l’air.</p><p>Le virus de la rougeole vit dans le nez et dans la gorge des personnes infectées. Quand une personne infectée éternue ou tousse, elle projette des gouttelettes dans l’air. Le virus peut rester présent dans l’air ou se déposer sur des surfaces à proximité; le virus peut alors encore se propager pour une durée pouvant atteindre deux heures. Le fait de se trouver dans la même pièce ou d’être au même endroit qu’une personne atteinte de rougeole, même pour une courte durée, peut être suffisant pour transmettre l’infection à une personne qui n’a pas été vaccinée. C’est pourquoi les parents doivent appeler avant d’aller consulter leur médecin, d’aller à la clinique ou au service des urgences lorsqu’ils suspectent que leur enfant est atteint de rougeole, pour que des précautions soient mises en place pour empêcher que la maladie se propage davantage.</p><p>Les personnes qui ont la rougeole sont en général contagieuses à partir de quatre jours avant les premières éruptions cutanées et le restent jusqu’à quatre jours après leur apparition. Les enfants qui ont des problèmes immunitaires restent souvent contagieux beaucoup plus longtemps.</p><h2>Comment la rougeole est-elle diagnostiquée?</h2><p>Le diagnostic de la rougeole repose sur l’examen physique de l’enfant. Il arrive aussi que le médecin demande des analyses de sang ou des prélèvements viraux du nez ou de la gorge. Si vous pensez que votre enfant a la rougeole, appelez le médecin de votre enfant, la clinique ou le service des urgences avant de vous y rendre afin que l’infection ne se transmette pas à d’autres patients sur les lieux.</p><h2>Complications en lien avec la rougeole</h2><p>Les complications sont dangereuses et plus fréquentes chez les jeunes enfants. Un quart environ des enfants de moins de 5 ans qui contractent la rougeole doivent être hospitalisés. Certains enfants infectés par le virus de la rougeole auront aussi une <a href="/article?contentid=8&language=french">otite</a>, de la <a href="/article?contentid=7&language=french">diarrhée</a>, voire une <a href="/article?contentid=784&language=french">pneumonie</a>.</p><p>Dans de rares cas, certains enfants atteints de rougeole développent également une inflammation ou une infection du cerveau appelée encéphalite. Les cas graves d’encéphalite peuvent être à l’origine de convulsions, d’une perte auditive ou de lésions cérébrales, voire entraîner la mort.</p><p>Les enfants qui ont une carence en vitamine A et qui attrapent la rougeole risquent de perdre la vue.</p><h2>Prendre soin de votre enfant à domicile</h2><p>Il n’y a pas de traitement spécifique contre la rougeole. Vous pouvez aider votre enfant en essayant de rendre sa situation la plus confortable possible.</p><h3>Contrôle de la fièvre</h3><p>Vous pouvez traiter la fièvre avec de l’<a href="/article?contentid=62&language=french">acétaminophène</a> ou de l’<a href="/Article?contentid=153&language=French">ibuprofène</a>. Ne donnez pas d’<a href="/article?contentid=77&language=french">AAS</a> (acide acétylsalicylique, Aspirine) à des enfants.</p><h3>Isolez votre enfant et laissez-le se reposer au lit</h3><p>Votre enfant ne peut pas aller à l’école ni à la garderie avant au moins cinq jours après l’apparition des taches rouges. Au Canada, les cas de rougeole sont signalés à l’Agence de la santé publique. Celle-ci communiquera avec vous pour vous indiquer quand votre enfant pourra reprendre sans risque sa routine quotidienne.</p><h3>Donnez des liquides à votre enfant</h3><p>Offrez fréquemment de l’eau et d’autres boissons à votre enfant.</p><h2>Prévention de la rougeole</h2><p>Dans de nombreux pays, le vaccin contre la rougeole est offert gratuitement. Les enfants le reçoivent en deux doses, par injection.</p><ul><li>La première dose est habituellement administrée peu de temps après le premier anniversaire de votre enfant.</li><li>La deuxième dose est habituellement administrée lorsque votre enfant commence la maternelle.</li></ul><p>La rougeole est comprise dans le vaccin contre la rougeole, les oreillons et la rubéole (ROR) et dans le vaccin antirougeoleux, antiourlien, antirubéoleux et antivaricelle (RROV). Parlez à votre médecin du vaccin ROR ou du RROV si vous ou votre enfant n’avez pas reçu tous vos vaccins contre la rougeole.</p><p>Dans la plupart des cas, la vaccination protège l’enfant contre la rougeole. La vaccination prévient aussi les complications de la maladie comme des infections graves des poumons et l’encéphalite.</p><h3>Réactions au vaccin</h3><p>Quand ils reçoivent le vaccin contre la rougeole, certains enfants manifestent des symptômes bénins de la maladie. C’est normal. Si cela se produit, des taches rosées apparaissent en général 7 à 10 jours après le vaccin. Cette éruption cutanée dure environ 3 jours. Il arrive aussi que l’enfant ait un peu de fièvre et de légères douleurs articulaires pendant cette période. Si ces symptômes vous inquiètent, appelez le médecin de votre enfant.</p><h3>Importance du vaccin contre la rougeole</h3><p>Depuis l’introduction du vaccin contre la rougeole au Canada, le nombre estimé de cas de rougeole est passé de 400 000 par an en 1963 à seulement 29 cas en 2018.</p><p>Dans les pays où le vaccin est gratuit et facile à obtenir, la vaccination a contribué à réduire les infections par le virus de la rougeole à des taux très bas. Cependant, la rougeole est encore fréquente dans de nombreux endroits du monde et parce que ce ne sont pas tous les enfants qui se font vacciner, la rougeole est de plus en plus fréquente dans de nombreux pays qui avaient auparavant de bas niveaux d’infection. Vous, votre enfant et votre famille devriez être vaccinés contre la rougeole pour vous protéger de la maladie et de ses complications, surtout si vous voyagez à l’étranger. Dans certains cas, la vaccination peut être recommandée dès l’âge de six mois. Si une dose du vaccin contre la rougeole est administrée hâtivement, une deuxième et une troisième doses seront tout de même nécessaires, conformément à l’échéancier habituel. Contactez le médecin de votre enfant avant de partir en voyage.</p><h2>Quand consulter un médecin</h2><p>Appelez le médecin habituel de votre enfant si :</p><ul><li>la fièvre de votre enfant ne diminue pas après quatre jours suivant l’apparition des taches rouges;</li><li>la toux de votre enfant s’aggrave;</li><li>les oreilles de votre enfant commencent à lui faire mal.</li></ul><p>Emmenez votre enfant au service d’urgence le plus près ou composez le 911 si votre enfant :</p><ul><li>a le souffle court ou se met à respirer bruyamment de façon persistante;</li><li>montre un changement de comportement ou des problèmes de mouvement;</li><li>a des convulsions;</li><li>a des maux de tête importants ou vomit de façon persistante.</li></ul><p>Si vous pensez que votre enfant a la rougeole, appelez au cabinet du médecin de votre enfant, à la clinique ou au service des urgences avant de vous y rendre afin que des précautions soient prises pour que l’infection ne se transmette pas à d’autres.</p> La rougeole est une infection causée par un virus. Apprenez les symptômes et les causes de la rougeole et comment il peut être évité.Main
Arthrite psoriasiqueArthrite psoriasiquePsoriatic arthritisAFrenchRheumatologyChild (0-12 years);Teen (13-18 years)Body;SkinSkeletal systemConditions and diseasesAdult (19+)Joint or muscle pain;Painhttps://assets.aboutkidshealth.ca/akhassets/arthritis_psoriatic_MED_ILL_EN.jpg2017-01-31T05:00:00Z7.0000000000000062.00000000000000Flat ContentHealth A-Z<p>L’arthrite psoriasique s’agit d’un type d’arthrite que l’on retrouve chez les personnes atteintes d’une maladie de la peau appelée psoriasis.</p><h2>Qu’est-ce que le psoriasis et l’arthrite psoriasique?</h2><p>Le psoriasis est une maladie de la peau. Le psoriasis est un rash produisant des plaques rouges et dont la peau ressemble à de petites écailles. Le rash survient habituellement sur le cuir chevelu, derrière les oreilles, sur les paupières, les coudes, les genoux, les fesses, ou encore dans le nombril. Les ongles de certaines personnes atteintes de psoriasis ont des creux et des bosses.</p><p>Certaines personnes ayant cette maladie sont également atteintes d’arthrite. Ce type d’arthrite s’appelle arthrite psoriasique. Parfois, le psoriasis apparaît avant l’arthrite, parfois c’est l’inverse. Des antécédents familiaux de psoriasis sont un indice important pouvant mener au bon diagnostic.</p><h2>À retenir</h2> <ul><li>Le psoriasis se présente sous la forme d’une éruption cutanée rouge et écailleuse sur le cuir chevelu, derrière les oreilles, sur les paupières, sur les coudes, sur les genoux, sur les fesses ou dans le nombril.</li> <li>L’arthrite psoriasique touche de 3 % à 10 % des enfants atteints d’AIJ.</li> <li>Il peut être modéré ou, au contraire, être grave et persister jusqu’à l’âge adulte.</li></ul><h2>Faits éclairs sur l’arthrite psoriasique</h2> <figure><span class="asset-image-title">Polyarthrite psoriasique</span><img src="https://assets.aboutkidshealth.ca/akhassets/arthritis_psoriatic_MED_ILL_FR.jpg" alt="Illustrations des articulations d’un mâle et d’une fille et de l’éruption psoriatique, des érosions ponctuées et de dactylite" /><figcaption class="asset-image-caption">La polyarthrite psoriasique touche tant les hommes que les femmes. Elle se caractérise par des ongles de couturière, des doigts et des pieds enflés, de la douleur dans les articulations et des éruptions cutanées rouges qui se desquament.</figcaption> </figure> <p>L’arthrite psoriasique touche autant les hommes que les femmes. Elle se caractérise par des ongles de couturière, une enflure des doigts ou des orteils, de la douleur articulaire et un rash rouge et écailleux.</p><p>Voici quelques faits sur ce type d’arthrite :</p><ul><li>On le retrouve chez 3 à 10 % des jeunes atteints d’AIJ.</li><li>Il apparaît à tout âge.</li><li>Il touche autant les garçons que les filles.</li><li>Il peut toucher peu ou beaucoup d’articulations.</li><li>Tout comme l’arthrite reliée à l’enthésopathie, l’arthrite psoriasique peut s’attaquer aux hanches ou au dos.</li><li>Les doigts et les orteils dont les tendons enflent ou s’inflamment peuvent ressembler à des saucisses. C’est ce qu’on appelle dactylite.</li><li>Il y a un risque modéré de maladie oculaire appelée uvéite.</li></ul><p>Certains enfants et adolescents ont une arthrite psoriasique relativement légère. D’autres ont des symptômes graves qui peuvent continuer à l’âge adulte.</p>Arthrite psoriasique L’arthrite psoriasique s’agit d’un type d’arthrite que l’on retrouve chez les personnes atteintes d’une maladie de la peau appelée psoriasis. Main

Nous tenons à remercier nos commanditaires

AboutKidsHealth est fier de collaborer avec les commanditaires suivants, qui nous aident à accomplir notre mission, qui consiste à améliorer la santé et le mieux-être des enfants canadiens et étrangers, en leur donnant accès sur Internet à des renseignements sur les soins de santé.

Nos Sponsors