AboutKidsHealth (FR) Home

AboutKidsHealth est un site d'éducation sur la santé, destiné aux enfants et aux adolescents, et aux personnes qui s'en occupent.

Explorez le menu pour en savoir plus sur les problèmes de santé courants et sur les maladies complexes.

 

 

AllergiesAllergiesAllergiesAFrenchAllergyChild (0-12 years);Teen (13-18 years)BodyImmune systemConditions and diseasesCaregivers Adult (19+)Cough;Eye discomfort and redness;Runny nose;Rash;Wheezing2019-04-01T04:00:00ZHealth (A-Z) - ConditionsHealth A-Z<p> Résumé facile à comprendre des symptômes d’allergie chez les enfants, des tests et de la façon de traiter ou prévenir une réaction allergique.</p><h2>Que sont les allergies?</h2> <p>Le système immunitaire nous protège contre les substances nocives telles que les virus et les bactéries. Une allergie est un type de forte réaction immunitaire à une substance qui n’est pas nocive chez la plupart des gens. On appelle cette substance un allergène. </p> <p>Chez les enfants atteints d’une allergie, le système immunitaire a une réaction exagérée et traite l’allergène comme un intrus. Il en résulte des symptômes qui vont d’un léger inconfort à une grave détresse. </p> <p>Les troubles allergiques, y compris les allergies alimentaires, sont fréquentes chez les enfants. Beaucoup d’autres personnes ont une intolérance alimentaire. L’intolérance alimentaire est un symptôme désagréable déclenché par la nourriture. Elle ne concerne pas le système immunitaire. Bon nombre d’enfants allergiques font aussi de l’<a href="/Article?contentid=785&language=French">asthme</a>.</p><h2>Types d’allergènes</h2><h3>Allergènes aéroportés fréquents</h3><p>Les acariens sont des alergènes aéroportés communs. Ces minuscules insectes vivent dans les endroits chauds, humides et poussiéreux de votre maison. Ils mangent les cellules mortes de la peau. Leurs déchets sont une cause importante d’allergies et d’asthme. Les autres allergènes aéroportés courants incluent:</p><div class="akh-series"><div class="row"><div class="col-md-12"> <figure> <img src="https://assets.aboutkidshealth.ca/akhassets/Common_airborne_allergens_EQUIP_ILL_FR.jpg" alt="Illustration des moisissures, des acariens, du pollen, des coquerelles et des animaux" /> </figure> <ul><li>pollen des fleurs et d’autres plantes;<br></li><li>moisissures;<br></li><li>squames d’animaux (les cellules mortes de la peau d’animaux);<br></li><li>cafards.<br></li></ul></div></div></div><h3>Allergènes alimentaires fréquents</h3><p>Les allergènes alimentaires les plus courants comprennent, sans toutefois s’y limiter, les suivants :</p><div class="akh-series"><div class="row"><div class="col-md-12"> <figure> <img src="https://assets.aboutkidshealth.ca/akhassets/Common_food_allergens_EQUIP_ILL_FR.jpg" alt="Illustration des œufs, des noix, du lait, du poisson et des crustacés" /></figure> <ul><li> <a href="/Article?contentid=809&language=French">arachides (cacahuètes);</a></li><li> <a href="/Article?contentid=812&language=French">noix comme des noisettes, noix de Grenoble, amandes et noix de cajou;</a> </li><li> <a href="/Article?contentid=806&language=French">œufs;</a></li><li> <a href="/Article?contentid=808&language=French">lait de vache</a>;<br></li><li>blé;<br></li><li> <a href="/Article?contentid=805&language=French">soja</a>;<br></li><li>poisson;<br></li><li> fruit de mer.<br></li></ul></div></div></div><p>Ces aliments, même en petites quantités, peuvent déclencher l’anaphylaxie chez certains enfants allergiques. L’<a href="/Article?contentid=781&language=French">anaphylaxie</a> est le type le plus sévère de réaction allergique. C’est une urgence médicale. Votre enfant peut présenter une éruption cutanée (peut-être de l’urticaire, des difficultés respiratoires, des maux d’estomac (peut-être des vomissements) et de l’hypotension (peut-être un choc). Il s’agit d’une urgence médicale qui nécessite des soins médicaux immédiats. Donnez-lui de l’<a href="/Article?contentid=130&language=French">épinéphrine</a> (si vous en avez) et appelez une ambulance.<br></p><p>Des allergènes peuvent aussi se cacher dans des mets de fête partagés comme des biscuits, des gâteaux, des bonbons ou d’autres aliments. Demandez toujours au cuisinier ou au serveur si les mets contiennent des aliments auxquels votre enfant est allergique.</p><h3>Autres allergènes courants</h3><ul><li> <a href="/Article?contentid=800&language=English">Piqûres d’insectes</a><br></li><li>Médicaments<br></li></ul><h2>À retenir</h2><ul><li>Une allergie est un type de réaction immunitaire à une substance qui n’est pas nocive chez la plupart des gens. </li><li>Si vous pensez que votre enfant souffre d’une allergie, un allergologue peut réaliser des tests afin de déterminer exactement ce qui cause l’allergie et discuter avec vous comment maîtriser cette allergie.</li><li> Afin de réduire l’exposition de votre enfant aux allergènes, ayez une maison sans animaux et enlevez tapis et moquettes.<br></li><li>Pour gérer une allergie alimentaire, veillez à ce que votre enfant évite tous les aliments auxquels il est allergique et qu'il apprenne à lire les étiquettes, et posez des questions sur les ingrédients des aliments servis.<br></li><li>Si votre enfant a une allergie sévère, assurez-vous d’avertir ses professeurs et les autres qui s'en occupent.</li><li>Si vous pensez que votre enfant a une réaction anaphylactique, donnez-lui de l’épinéphrine (si vous en avez) et composez le 911.<br></li></ul><h2>Signes et symptômes d’allergies</h2><p>Les réactions allergiques varieront d’un enfant à l’autre et selon l’allergène. L’endroit où vous vivez peut également avoir une incidence sur le type et la gravité de l’allergie.</p><h3>Symptômes relatifs aux allergènes aérogènes</h3><p>Parmi les symptômes courants relatifs aux allergènes aérogènes, on note :</p><ul><li>éternuements; </li><li>démangeaisons du nez ou de la gorge; </li><li>congestion ou écoulement du nez;</li><li>rougeur, démangeaison et larmoiement des yeux; </li><li>toux;</li><li>respiration sifflante ou essoufflement; </li><li>maux de tête ou oreilles bouchées.</li></ul><h3>Symptômes relatifs aux allergènes alimentaires et aux morsures ou piqûres d’insectes</h3><p>La réaction de votre enfant à une allergie alimentaire ou à une morsure d’insecte dépendra de son degré de sensibilité à cet aliment ou à ce médicament. Parmi les symptômes, on note :</p><ul><li>démangeaisons de la bouche et de la gorge lors de l’ingestion de nourriture;</li><li>éruptions cutanées, notamment de l’<a href="/Article?contentid=789&language=French">urticaire</a> (bosses rouges et surélevées qui grattent); </li><li>enflure du visage ou de la gorge; </li><li>problèmes respiratoires, comme une respiration sifflante; </li><li>toux, éternuements;</li><li><a href="https://www.aboutkidshealth.ca/Article?contentid=746&language=French">vomissements</a> ou <a href="https://www.aboutkidshealth.ca/Article?contentid=7&language=French">diarrhée</a>;<br></li><li>démangeaison, écoulement ou congestion du nez;</li><li><a href="/Article?contentid=782&language=French">conjonctivite</a> (yeux rouges et gonflés) ou larmoiement et démangeaison des yeux;</li><li>état de choc.</li></ul><h2>Causes</h2> <p>Des allergènes peuvent entrer en contact avec la peau ou être respirés, mangés ou injectés. </p> <p>Quand le corps détecte un allergène, il demande au système immunitaire de produire des anticorps que l’on appelle l’immunoglobuline E (IgE). Ces anticorps causent la libération par certaines cellules du corps de produits chimiques que l’on appelle des histamines. Les histamines voyagent dans la circulation sanguine pour nous défendre contre la substance envahissante, ou l’allergène. </p> <p>La réaction allergique de votre enfant dépend de la partie de votre corps qui a été exposée à l’allergène. La plupart du temps, les réactions allergiques affectent les yeux, le nez, la gorge, les poumons ou la peau de l'enfant. </p><h2>Ce que le médecin de votre enfant peut faire pour traiter ses allergies</h2> <p>Le médecin de votre enfant procédera normalement à l’examen physique de votre enfant. Le fournisseur de soins vous demandera ensuite l’historique des allergies de votre enfant, de même qu’une description des symptômes allergiques. Votre enfant pourrait ensuite subir des examens. Ils peuvent comprendre, entre autres, des tests cutanés, des prises de sang, des radio de la poitrine, une exploration fonctionnelle respiratoire ou un test de tolérance à l’effort. Le médecin établira un diagnostic fondé sur les conclusions de ces examens. Le médecin vous verra ensuite votre enfant et vous à un autre moment afin de discuter des conclusions. <br></p> <h3>Comment vous préparer pour le rendez-vous</h3> <p>Votre enfant pourrait devoir cesser de prendre des médicaments pendant un certain temps avant le test allergique. Ces médicaments peuvent comprendre des antihistaminiques et d’autres comprimés contre le mal des transports. Demandez à votre médecin si votre enfant doit cesser de prendre des médicaments avant la visite. </p><h2>Prendre soin de votre enfant allergique à la maison</h2> <p>Traitez l’allergie de votre enfant avec le médicament conseillé par son médecin. Si votre enfant présente un prurit, une lotion calamine ou des compresses froides peuvent soulager la douleur et l’irritation. Les antihistaminiques (comme Benadryl ou Chlor-Tripolon) peuvent aussi soulager la douleur ou les démangeaisons. Ces médicaments peuvent causer une somnolence chez votre enfant.</p> <p>Si votre enfant a une allergie sévère, votre médecin pourrait vous donner une ordonnance pour un stylo auto-injecteur d’adrénaline (EpiPen). Votre médecin peut vous montrer comment et quand utiliser le stylo. Votre enfant et vous pourriez devoir en porter un sur vous en tout temps.</p> <p>Dans la mesure du possible, limitez les contacts de votre enfant avec l’allergène. Les mesures que vous devez prendre dépendent de ce à quoi votre enfant est allergique. Parlez-en avec le médecin de votre enfant. </p><h2>Prévenir une réaction allergique</h2><h3>Allergènes aéroportés</h3><ul><li>Ayez une maison sans animal. Si vous avez un animal, ne le laissez pas entrer dans la chambre de votre enfant et lavez-le souvent.<br></li><li>Enlevez moquettes et tapis de la maison, particulièrement dans la chambre de votre enfant. Les surfaces de plancher dures n’accumulent pas autant la poussière que les tapis. Si vous avez de la moquette, vous devriez essayer de passer l’aspirateur au moins une fois par semaine.<br></li><li>Réduisez l’humidité relative dans la maison.<br></li><li>Lavez la literie à l’eau chaude. Cela aidera à réduire le nombre d’acariens détriticoles.<br></li><li>Contrôlez le contact avec le pollen extérieur en fermant les fenêtres pendant les hautes saisons. Utilisez un système de conditionnement d’air (climatisation) avec un filtre à particules fines.<br></li><li>Débarrassez-vous des articles de la maison qui accumulent la poussière. Il peut s’agir, par exemple, de grands rideaux ou de vieux meubles sales.<br></li><li>Nettoyez souvent votre maison. Changez régulièrement le filtre de votre chaudière à la maison, selon les recommandations.<br></li><li>Scellez les oreillers et les matelas si votre enfant est allergique aux acariens détriticoles.<br></li><li>Gardez les salles de bain et les autres pièces propices à la formation de moisissures propres et sèches.</li></ul><h3>Allergies alimentaires</h3><p>Si votre enfant a une allergie alimentaire, enseignez-lui quels aliments il doit éviter. Votre enfant et vous devez apprendre à lire les étiquettes et à poser des questions sur les aliments servis. Il est aussi important d’informer toutes les personnes en charge de votre enfant de ses allergies et restrictions de son régime alimentaire.<br></p><h2>Quand obtenir une aide médicale pour une réaction allergique</h2><p>Composez le 911 ou emmenez votre enfant au service d’urgence le plus proche en cas d’anaphylaxie. Parmi les signes et symptômes d’anaphylaxie, on note :</p><ul><li><a href="/Article?contentid=789&language=French">urticaire</a>, démangeaisons, rougeur de la peau;</li><li>yeux, lèvres, langue ou visage gonflés;</li><li>baisse rapide de la pression artérielle;</li><li>difficulté à respirer, resserrement de la gorge ou difficulté à avaler;</li><li>douleurs abdominales (ventre), nausées, vomissements ou apparition soudaine de diarrhée;</li><li>toux;</li><li>congestion ou écoulement du nez, larmoiement des yeux, éternuements;</li><li><a href="/Article?contentid=779&language=French">évanouissement</a>, confusion, sensations ébrieuses ou étourdissements;</li><li>rythme cardiaque rapide ou irrégulier;</li><li>peau froide, moite et transpirante;</li><li>changements dans la voix.</li></ul><p>Votre enfant doit se rendre au service d’urgence le plus proche, même s’il a reçu de l’épinéphrine (EpiPen), car les symptômes peuvent se déclarer à nouveau des heures après l’administration de ce médicament.</p>allergieshttps://assets.aboutkidshealth.ca/AKHAssets/allergies.jpg Apprenez-en davantage sur les allergies et ses symptômes, les tests d’allergie et la façon de traiter ou prévenir une réaction allergique.Main
Infection des ongles (périonyxis ou paronychie)Infection des ongles (périonyxis ou paronychie)Fingernail infection (paronychia)IFrenchDermatologyChild (0-12 years);Teen (13-18 years)Fingers;ToesNailsConditions and diseasesCaregivers Adult (19+)NA2019-05-10T04:00:00ZHealth (A-Z) - ConditionsHealth A-Z<p>Un aperçu des infections des ongles, comme les causes possibles, le traitement et quand consulter un médecin.</p><h2>Qu’est ce qu’une infection des ongles?</h2><p>Les infections des ongles se produisent sur ou près de la peau autour de l’ongle. La plupart du temps, les infections des ongles ne sont pas graves, mais elles peuvent être douloureuses. Ce type d’infection peut également apparaître sur les ongles des orteils.<br></p><h2>À retenir</h2> <ul> <li>Les infections des ongles peuvent se manifester sur les mains et sur les pieds. </li> <li>Se ronger les ongles et se sucer les doigts peut causer des lésions cutanées, ce qui permet aux bactéries d’y entrer. </li> <li>L’enflure, les rougeurs et la sensibilité près de la région infectée sont quelques uns des symptômes. </li> <li>Nettoyez l’ongle infecté trois fois par jour dans de l'eau chaude et un savon antiseptique. </li> <li>Si l’infection est toujours là après quatre ou cinq jours, consultez un médecin.</li></ul><h2>Signes et symptômes</h2><p>Voici certains des signes et des symptômes des infections des ongles :<br></p><ul><li>enflure à l’endroit où la cuticule rencontre l’ongle; </li><li>rougeurs et légère sensibilité autour de la région infectée; </li><li>une ampoule remplie de pus jaune ou de pus jaune s’écoulant de la région enflée.</li></ul><h2>Causes </h2> <p>Les infections des ongles sont causées par des bactéries qui entrent sous la peau autour de l’ongle. Se ronger les ongles (onychophagie), les ongles incarnés et se sucer les doigts peut endommager la peau et permettre aux bactéries d’y entrer. Repousser ou couper la cuticule (ceci fait généralement partie d'une manucure) peut aussi entraîner une infection.<br></p><h2>Traitement</h2> <h3>Laisser tremper l’infection dans une solution antiseptique</h3> <p>Laissez tremper l’infection dans de l’eau chaude et un savon antiseptique. Répétez cette procédure 3 fois par jour à raison de périodes de 10 à 20 minutes. Si l’infection n’est pas guérie après quatre ou cinq jours, prenez un rendez-vous avec le médecin de votre enfant.</p> <h3>Drainage</h3> <p>Dans la plupart des cas, le pus s’écoulera tout seul après avoir laissé tremper le site infecté. Il se peut que vous deviez exercer une légère pression en frottant ou en appuyant délicatement sur la région avec une serviette humide ou un coton tige. Si cela ne fonctionne pas, allez voir le médecin. Il est possible qu'il draine le pus en ouvrant la région infectée à l’aide d’une aiguille.</p> <h3>Antibiotiques</h3> <p>Vous pouvez commencer par appliquer une pommade antibiotique en vente libre, telle que Polisporin, sur la zone infectée deux à trois fois par jour. Le meilleur moment pour appliquer cette pommade est juste après avoir faire tremper le(s) doigt(s) infecté(s) dans de l'eau chaude pendant 10 à 20 minutes. Si l'infection persiste, le médecin de votre enfant pourrait prescrire une pommade antibiotique plus forte afin de combattre l’infection. Appliquez la pommade selon les directives jusqu’à ce que l’infection disparaisse. Si l’infection semble se propager au delà de l’ongle, le médecin de votre enfant pourrait prescrire un antibiotique oral.</p> <h2>Prévention</h2> <p>Encouragez votre enfant à ne pas se ronger les ongles, les écorcher ou les mâcher. Utilisez plutôt un coupe-ongles. Évitez de repousser ou couper les cuticules.</p><h2>Quand consulter un médecin?</h2><p>Prenez un rendez vous avec le médecin de votre enfant si :</p><ul><li>votre enfant a de la <a href="/Article?contentid=30&language=French">fièvre</a>; </li><li>l’infection n’est pas guérie après quatre ou cinq jours; </li><li>les rougeurs ou l’enflure prennent de l’ampleur;<br></li><li>si la région est chaude et douloureuse.</li></ul>https://assets.aboutkidshealth.ca/AKHAssets/fingernail_infection.jpgInfection des ongles Un aperçu facile à comprendre des infections des ongles, y compris les causes possibles, le traitement et quand consulter un médecin. Main
Hépatite C : renseignements pour les adolescentsHépatite C : renseignements pour les adolescentsHepatitis C: Information for teenagersHFrenchGastrointestinalChild (0-12 years);Teen (13-18 years)LiverImmune systemConditions and diseasesCaregivers Adult (19+)NAhttps://assets.aboutkidshealth.ca/akhassets/IMD_liver_FR.jpg2015-10-05T04:00:00ZHealth (A-Z) - ConditionsHealth A-Z<p>​L’hépatite C est un virus qui affecte le foie. Découvrez comment vivre avec cette maladie à l’adolescence.<br></p><figure><span class="asset-image-title">Le foie</span> <img src="https://assets.aboutkidshealth.ca/akhassets/IMD_liver_fr.jpg" alt="L’emplacement du foie dans le système digestif d’une fille" /> <figcaption class="asset-image-caption">Le foie est un organe qui fait partie du système digestif. Il aide à se débarrasser des toxines et des déchets, à digérer les aliments et à stocker l’énergie que nous en tirons.</figcaption> </figure> <h2>Qu’est-ce que l’hépatite C?</h2><p>L’hépatite C est une maladie du foie causée par un virus.</p><p>Le <a href="https://akhpub.aboutkidshealth.ca/Article?contentid=1468&language=French">foie</a> est un organe situé dans l’abdomen (le ventre). Il aide l’organisme à se débarrasser des toxines et des déchets. Il nous aide aussi à digérer les aliments et à stocker l’énergie que nous en tirons. Le terme « hépatite » signifie inflammation du foie. Cette inflammation peut avoir un effet sur la capacité du foie à remplir correctement sa fonction. L’hépatite peut être provoquée par une infection (virale, bactérienne ou parasitaire), des médicaments ou des toxines (dont l’alcool). Plusieurs types de virus peuvent causer l’hépatite. Le virus de l’hépatite C est l’un d’eux. Au fil du temps, l’hépatite C peut entraîner une irritation et une fibrose du foie, ce qui nuit au bon fonctionnement de celui-ci.</p><h2>À retenir</h2><ul><li>L’hépatite C est une infection causée par un virus, le virus de l’hépatite C. On peut contracter l’hépatite C par contact avec du sang, y compris le sang présent sur des aiguilles contaminées, et de la mère à l’enfant, pendant la grossesse ou l’accouchement.</li><li>L’alcool et les drogues peuvent aggraver les atteintes au foie. Vous devriez en éviter la consommation.</li><li>Des médicaments pouvant guérir l’hépatite C existent. Parlez à votre fournisseur de soins de santé pour connaître vos options de traitement.</li><li>Si vous vous apprêtez à avoir un bébé, parlez de votre hépatite C à l’équipe qui vous fournit des soins de santé.</li></ul><h2>Comment attrape-t-on l’hépatite C?</h2><p>Le virus de l’hépatite C peut se transmettre d’une personne à l’autre par contact avec du sang, et de la mère à l’enfant, pendant la grossesse ou l’accouchement.</p><ul><li>La plupart des enfants qui ont l’hépatite C sont nés d’une mère elle aussi infectée. Le virus se transmet au bébé pendant la grossesse ou à l’accouchement, bien que cela n’arrive que rarement (environ 5 % des cas de femmes enceintes atteintes du virus).</li><li>Dans de rares cas, l’hépatite C peut se contracter après avoir utilisé des objets personnels portant des traces du sang d’une personne atteinte (par exemple une brosse à dents, un coupe-ongle ou un rasoir).</li><li>Il est possible d’attraper le virus à la suite d’une transfusion de sang, par l’intermédiaire d’autres produits sanguins ou par du matériel médical mal nettoyé. Cela n’arrive presque jamais au Canada.</li><li>N’importe qui peut attraper l’hépatite C à la suite de la réutilisation d’une aiguille contaminée, par exemple dans le cadre d’une séance de perçage corporel, de tatouage ou d’acupuncture, ou en cas d’injection de drogue par voie intraveineuse.</li><li>Il est rare de contracter l’hépatite C en ayant des contacts sexuels, sauf dans le cas de personnes atteintes du <a href="/article?contentid=910&language=French">VIH ou du SIDA</a>. L’utilisation de préservatifs réduit le risque de transmission sexuelle de l’hépatite C et d’autres infections.</li></ul><p>L’hépatite C ne se transmet pas par les accolades, les baisers, les éternuements, la toux, ni l’allaitement.<br></p><h2>Comment protéger les autres de l’hépatite C?</h2><p>Dans le cadre des activités quotidiennes ordinaires, le risque de transmettre l’infection par le virus de l’hépatite C est très faible. Si vous avez l’hépatite C, n’échangez avec personne votre brosse à dents et autres objets personnels qui pourraient porter des traces de sang (rasoir et coupe-ongle). Ne laissez pas d’autres personnes entrer en contact avec votre sang et ne touchez pas le sang des autres.<br></p><h2>Quelles analyses peuvent déterminer comment mon corps gère l’infection au virus de l’hépatite C?</h2><p>Plusieurs analyses peuvent être effectuées pour contrôler l’évolution du virus de l’hépatite C et la façon dont il affecte votre foie. Ces analyses comprennent :</p><ul><li>La charge virale de l’hépatite C : Cette analyse indique la proportion de virus de l’hépatite C présent dans votre sang.</li><li>Le génotype de l’hépatite C : Cette analyse permet de déterminer quel sous-type (ou génotype) de l’hépatite C est présent dans le sang. Identifier le génotype permet de prévoir la probable évolution du virus et sa réponse au traitement.</li><li>Les analyses de sang ALAT et ASAT (enzymes hépatiques): les niveaux de ces enzymes dans le sang indiquent le degré d’inflammation de votre foie. Des niveaux élevés signifient que l’inflammation du foie est plus importante. Une inflammation importante peut, au fil du temps, conduire à des lésions au foie.</li><li>D’autres analyses de sang peuvent aider à révéler si une mauvaise cicatrisation (fibrose) s’est développée dans le foie.</li><li> <a href="/article?contentid=1290&language=French">L’échographie</a> : Une échographie du foie peut aider à en déterminer l’état de santé et permettre de repérer les signes d’une mauvaise fibrose, le cas échéant. Une échographie, comme le FibroScan®, peut également contrôler la rigidité du foie, ce qui permet de révéler si le degré de fibrose est modéré ou léger.</li></ul><h2>Que se passe-t-il en cas de fibrose hépatique?</h2><p>Beaucoup de gens gardent l’hépatite C toute leur vie sans jamais subir de dommage important au foie.</p><p>Cependant, le risque de fibrose hépatique augmente avec l’âge. En général, une fibrose légère du foie est sans effet sur la fonction hépatique. Une fibrose aiguë (cirrhose) peut nuire au bon fonctionnement du foie. La cirrhose est rare chez les enfants et les adolescents qui ont l’hépatite C.</p><p>L’infection chronique par le virus de l’hépatite C augmente également le risque de cancer du foie, surtout si elle a entraîné une fibrose hépatique avancée. Cependant, le cancer du foie est très rare chez les enfants et les adolescents qui ont l’hépatite C. Un suivi médical régulier est important tout au long de la vie. Ainsi, les problèmes hépatiques seront détectés et traités à un stade précoce, ce qui pourrait prévenir la maladie.</p><h2>Traitement de l’hépatite C</h2><p>Consultez votre fournisseur de soins de santé pour savoir quelles options de traitement vous sont disponibles. Chaque patient est unique et il en est de même de l’état médical de chacun. En conséquence, les traitements préconisés diffèrent également.</p><p>La plupart des adolescents attendent jusqu’à l’âge adulte avant de recevoir un traitement pour l’hépatite C, à moins que des signes de dommages importants du foie n’apparaissent.</p><p>De nombreux nouveaux médicaments pour le traitement de l’hépatite C sont devenus disponibles aux adultes au cours des dernières années. Ces médicaments sont pris par voie orale pendant plusieurs semaines et guérissent plus de 90 % des personnes infectées par le virus de l’hépatite C. Malheureusement, ils ne sont approuvés que pour une utilisation chez les adultes.</p><p>Cependant, d’autres médicaments sont disponibles pour les adolescents. La thérapie qui combine des injections d’interféron et des médicaments antiviraux administrés par voie orale peut être offerte durant l’enfance. Elle permet de guérir entre 50 % (la moitié) et 80 % (environ les trois quarts) des patients, en fonction du génotype du virus.</p><h2>Mon infection par le virus de l’hépatite C disparaîtra-t-elle?</h2><p>De nombreuses personnes qui contractent l’hépatite C réussissent à se débarrasser du virus en quelques mois et à se rétablir. Pour la plupart des gens, cependant, l’infection demeure. Si elle dure plus de six mois, il s’agit de l’hépatite C chronique. Si vous êtes atteint de l’hépatite C chronique, il est plus probable que vous gardiez l’infection tout au long de votre vie, sauf si vous recevez un traitement pour combattre le virus. Il existe des médicaments qui peuvent guérir certaines personnes de l’hépatite C, mais certains de ces médicaments ne sont disponibles que pour les adultes. Vous devriez discuter de vos options de traitement avec votre fournisseur de soins de santé. Même s’il vous est possible de recevoir un traitement contre l’hépatite C à un moment donné, il pourrait être préférable d’attendre que vous atteignez l’âge adulte.</p><h2>Est-ce que ça se voit que j’ai l’hépatite C?</h2><p>La grande majorité des jeunes qui ont l’hépatite C ont l’air en parfaite santé et ne présentent aucun symptôme ni signe d’infection. En général, la plupart des personnes atteintes de l’hépatite C se sentent bien, vont à l’école ou au travail et participent à d’autres activités.</p><h2>Comment préserver la santé de mon foie?</h2><p>Beaucoup de choses peuvent contribuer à la santé du foie :</p><ul><li>Une alimentation saine riche en fruits et légumes frais procure des antioxydants qui protègent le foie des effets néfastes de l’inflammation.</li><li>Une activité physique régulière associée à une alimentation saine permet de conserver un poids sain. L’excès de poids est souvent une difficulté supplémentaire pour le foie et peut entraîner la formation d’une fibrose hépatique plus rapidement.</li><li>Méfiez-vous des remèdes à base de plantes médicinales, des traitements naturels, des médecines douces et des autres traitements complémentaires. Les remèdes à base de plantes peuvent être toxiques pour le foie. Avant d’en prendre un, consultez votre médecin.</li><li>Faites preuve de la même vigilance avec les autres médicaments. Certains sont métabolisés par le foie. Si vous avez besoin de médicaments pour d’autres problèmes de santé, il est important de suivre attentivement les instructions. Demandez conseil à votre fournisseur de soins de santé ou à votre pharmacien.</li><li>Faites-vous vacciner. Vous devez recevoir tous les vaccins recommandés disponibles et être vacciné contre l’<a href="/Article?contentid=819&language=French">hépatite A</a> et <a href="/article?contentid=827&language=French">B</a>​.</li><li>Évitez l’alcool et les autres types de substances susceptibles de porter atteinte au foie.</li></ul><h2>La consommation d’alcool ou de drogues est-elle mauvaise pour le foie?<br></h2><p>Consommer de l’alcool fréquemment ou en grande quantité peut irriter le foie et, au fil du temps, entraîner une fibrose. Chez les personnes qui ont l’hépatite C, cette fibrose peut survenir plus tôt et être plus grave que chez les personnes qui n’ont pas l’hépatite C. On ignore quelle quantité d’alcool peut être consommée sans risque d’atteinte hépatique. Le mieux est de ne pas boire d’alcool du tout ou d’en boire le moins possible.</p><p>Les drogues – même les joints (marijuana) – peuvent également endommager le foie ou d’autres organes. Certaines drogues peuvent causer des atteintes hépatiques graves dès la première prise. Évitez les drogues illicites pour prévenir tout dommage hépatique supplémentaire.</p><h2>À qui dois-je dire que j’ai l’hépatite C?<br></h2><p>Les personnes qui doivent savoir que vous avez l’hépatite C sont vos fournisseurs de soins de santé, par exemple les médecins, les infirmières et votre dentiste. Tout le monde ne doit pas savoir que vous avez l’hépatite C. C’est à vous de décider à qui vous voulez parler de votre infection. Vous n’avez pas à en informer vos amis, votre famille, ni vos enseignants si vous ne le souhaitez pas.</p><p>Vous pourriez devoir révéler que vous avez l’hépatite C dans le cadre de certains cours universitaires ou de certains emplois, par exemple à la faculté de médecine ou à un poste de médecin ou de dentiste. Si vous avez des doutes quant à la nécessité de révéler à quelqu’un votre infection par le virus de l’hépatite C, discutez-en avec vos parents, les personnes qui s’occupent de vous ou votre fournisseur de soins de santé.</p> <br><h2>Si j’ai des enfants un jour, est-ce qu’ils auront l’hépatite C?</h2><p>Le risque qu’une maman transmette l’hépatite C à son bébé est très faible (environ 5 %). Si vous allez être papa, votre bébé ne risque pas d’attraper l’hépatite C avant la naissance, à moins que la mère ne soit elle aussi infectée.<br></p>Hépatite C : renseignements pour les ados La Journée mondiale contre l’hépatite est le 28 juillet. Découvrez comment vivre avec l’hépatite C à l’adolescence. Main
Vivre avec une maladie chronique : obtenir du soutien pour soi-même lorsqu’on s’occupe d’un enfantVivre avec une maladie chronique : obtenir du soutien pour soi-même lorsqu’on s’occupe d’un enfantLiving with a chronic condition: Supporting yourself as a caregiverVFrenchPsychiatryChild (0-12 years);Teen (13-18 years)NANAConditions and diseasesAdult (19+) CaregiversNA2018-11-26T05:00:00Z9.1000000000000063.6000000000000715.000000000000Flat ContentHealth A-Z<p>Apprenez comment protéger votre propre santé mentale et votre bien-être tout en faisant face aux émotions engendrées par le diagnostic d’une maladie chronique chez un enfant.</p><p>À la suite d’un diagnostic de <a href="/Article?contentid=3400&language=French">maladie chronique</a> chez un enfant, il est normal de ressentir toute une gamme d’émotions comme de la culpabilité, de la tristesse, de la colère ou du soulagement. Ces émotions peuvent être dirigées vers vous, votre partenaire, votre enfant, l’équipe de soins de santé ou le monde en général.</p><h2>À retenir</h2><ul><li>Il est naturel de ressentir toute une gamme d’émotions lorsque votre enfant reçoit un diagnostic de maladie chronique.</li><li>Essayez d’employer des stratégies d’adaptation positives comme faire de l’exercice, pratiquer des passe-temps et garder le contact avec la famille et les amis. Cela vous aidera et donnera le bon exemple à votre enfant.</li><li>Renseignez-vous auprès de l’équipe de soins de santé de votre enfant sur les groupes de soutien sociaux portant spécifiquement sur sa maladie.</li><li>Discutez avec un ami en qui vous avez confiance ou avec un professionnel de la santé si vous vous sentez énervé, que vous éprouvez des troubles du sommeil qui perdurent ou si vous avez perdu intérêt à vos passe-temps ou à vos autres activités.</li></ul><p>N’essayez pas d’ignorer ces émotions ni vos réactions face à la maladie de votre enfant. Plutôt, prenez soin de vous et utilisez des méthodes d’adaptation positives comme :</p><ul><li>faire une marche ou pratiquer d’autres exercices;</li><li>dormir suffisamment;</li><li>avoir une alimentation équilibrée;</li><li>continuer à pratiquer des passe-temps et des activités que vous aimez;</li><li>gardez le contact avec vos amis et votre famille.</li></ul><p>Cette approche vous aide non seulement à gérer votre stress, mais aussi à mieux prendre soin de votre enfant. En fait, les recherches démontrent que les parents qui améliorent leurs propres niveaux de stress ont un impact positif sur la santé de leur enfant.</p><p>L’équipe de soins de santé de votre enfant peut vous recommander des <a href="/Article?contentid=3402&language=French">stratégies d’adaptation</a> qui pourront vous aider, vous et votre enfant. Il pourrait s’agir de rencontrer d’autres personnes aux prises avec le même diagnostic que votre enfant ou de vous joindre à un groupe d’aide associé à la maladie chronique en question. Ces soutiens sociaux peuvent :</p><ul><li>vous aider à vous adapter à élever un enfant atteint d’une maladie chronique;</li><li>offrir des conseils et des trucs réalistes permettant de gérer votre temps et les rendez-vous médicaux en plus de gérer les symptômes de votre enfant de même que les effets indésirables des médicaments, s’il y a lieu.</li></ul><p>Cependant, il est toujours important de discuter avec l’équipe de soins de santé de votre enfant avant d’apporter des changements à sa routine de soins.</p><h2>Présenter un exemple positif à votre enfant ou à votre adolescent</h2><p>En tant que parent, vous êtes un modèle d’adaptation positive, vous demandez de l’aide au besoin et vous défendez les besoins de votre enfant ou de votre adolescent auprès du système de soins de santé. Votre enfant apprendra de quelle manière gérer sa maladie chronique en observant la façon dont vous y faites face.</p><p>Parfois, vous aurez à expliquer à votre enfant comment et pourquoi une activité donnée devient une stratégie d’adaptation. Expliquez-lui, par exemple, que le fait de marcher ou de courir vous aide à gérer votre stress. Le fait également de discuter de vos émotions avec des amis proches vous aide à moins vous inquiéter. Lorsqu’il vous voit faire des choix sains et bien vous adapter, il est plus susceptible de faire de même.</p><h2>Signaux vous avertissant d’aller chercher du soutien pour vous-même</h2><p>Parfois, malgré tous vos efforts, vous pourriez éprouver de la difficulté à faire face à la maladie chronique de votre enfant. Vous pourriez être dans l’obligation d’obtenir un soutien particulier pour vous-même si vous :</p><ul><li>éprouvez de la difficulté à comprendre ou à vous souvenir des instructions des fournisseurs de soins;</li><li>éprouvez de la difficulté à vous endormir ou à demeurer endormi pendant la nuit;</li><li>avez l’impression d’être constamment énervé;</li><li>ressentez de la rancune envers votre enfant;</li><li>n’éprouvez plus de plaisir à pratiquer des activités que vous aimiez par le passé.</li></ul><p>Le cas échéant, il pourrait être utile de discuter avec un ami en qui vous avez confiance ou avec un professionnel afin d’obtenir de l’aide.</p>https://assets.aboutkidshealth.ca/AKHAssets/iCanCopeSCD/duration_location_frequency_SCD_J4T.jpgObtenir du soutien pour soi-même Apprenez comment protéger votre propre santé mentale et votre bien-être tout à la suite d’un diagnostic d’une maladie chronique chez un enfant. Main
Activité physique : directives à l’intention des enfants et des jeunesActivité physique : directives à l’intention des enfants et des jeunesPhysical activity: Guidelines for children and teensAFrenchPreventionBaby (1-12 months);Toddler (13-24 months);Preschooler (2-4 years);School age child (5-8 years);Pre-teen (9-12 years);Teen (13-18 years)NANAHealthy living and preventionCaregivers Adult (19+)NA2020-04-13T04:00:00Z000Flat ContentHealth A-Z<p>Découvrez les directives en matière d’activité physique, le sommeil et le temps d'écran pour les bébés, les enfants et les jeunes.</p><p>L’activité physique régulière présente toute une gamme de <a href="/Article?contentid=641&language=French">bienfai​ts pour la santé physique et mentale de votre enfant</a>. Bien que le maintien de l'activité physique peut être plus difficile pendant les périodes stressantes, l'activité physique pourrait en fait être encore plus bénéfique pendant ces périodes. Mais, parfois, il est difficile de savoir exactement quel type d’exercice l’enfant doit faire et combien de temps il doit consacrer à l’activité physique chaque semaine.</p><h2>À retenir</h2> <ul> <li>L’activité physique régulière présente de nombreux bienfaits pour les enfants. Elle améliore, entre autres, ses habiletés motrices, la solidité de ses os et sa concentration à l’école.</li> <li>À partir de 5 ans, les enfants doivent s’adonner à des jeux actifs au moins 60 minutes par jour.</li> <li>Les enfants et les jeunes de 5 à 17 ans doivent faire 60 minutes d’activité d’intensité modérée à élevée chaque jour. Ils doivent pratiquer des activités qui renforcent les muscles et les os au moins trois fois par semaine.</li> <li>Les activités bénéfiques sont, entre autres, le patin à roues alignées, la gymnastique, le soccer, le hockey et la course de cross-country.</li> </ul><h2>Combien de temps mon enfant doit-il consacrer à l’activité physique?</h2> <p>Les directives en matière d’activité physique sont surtout fonction de l’âge de l’enfant. Les recommandations visant les enfants de moins de 18 ans sont contenues dans deux séries de directives de la Société canadienne de physiologie de l’exercice (SCPE):</p> <ul> <li>les <a target="_blank" href="http://www.csep.ca/cmfiles/guidelines/csep_paguidelines_early-years_FR.pdf">Directives canadiennes en matière d’activité physique pour la petite enfance (de 0 à 4 ans),</a></li> <li>les <a href="https://indd.adobe.com/view/7197c3fc-0a7b-4298-81ec-d048b49752b6" target="_blank">Directives cana​diennes en matière de mouvement sur 24 heures pour les enfants et les jeunes (âgés de 5 à 17 ans)</a>.</li> </ul> <h3>Directives canadiennes en matière d’activité physique pour la petite enfance</h3> <p>Le tableau ci-dessous présente des activités et la durée de celles-ci qui conviennent pendant les premières années de vie de votre enfant.</p> <table class="akh-table"> <thead> <tr><th>Âge</th><th>Durée de l’activité</th><th>Exemples</th></tr> </thead> <tbody> <tr> <td>Avant 1 an</td> <td>Jouer au sol sous surveillance plusieurs fois par jour</td> <td> <p>Passer <a href="https://www.youtube.com/watch?v=9spQHtP_uDU">du temps sur le ventre</a></p> <p>Atteindre et saisir des objets</p> <p>Pousser</p> <p>Tireret ramper</p> </td> </tr> <tr> <td>​De 1 an à 4 ans</td> <td><p>180 minutes (3 heures) chaque jour d’activités physiques diversifiées dans des environnements différents</p></td> <td> <p>Monter les escaliers</p> <p>Jouer à l’extérieur</p> <p>Explorer la nature</p> <p>Marcher</p> <p>Courir</p> <p>Danser au son de la musique</p> </td> </tr> <tr> <td>À partir de 5 ans</td> <td>60 minutes chaque jour de jeux énergiques</td> <td> <p>Sauter</p> <p>Sauter à la corde</p> <p>Courir</p> <p>Rouler à vélo</p> </td> </tr> </tbody> </table> <p>Plus l’enfant grandit, plus il a besoin d’activité énergisante. En fait, les bienfaits sont encore plus grands quand l’activité physique quotidienne est plus élevée.</p> <h3>Directives canadiennes en matière de mouvement sur 24 heures pour les enfants et les jeunes (âgés de 5 à 17 ans)</h3> <p>Ces directives s’appliquent à tous les mouvements ainsi qu’au repos et à la détente pendant toute la journée et même la nuit. La journée (24 heures) est divisée en quatre composantes:</p> <ul> <li>suer,</li> <li>bouger,</li> <li><a href="/Article?contentid=645&language=French">dormir</a>,</li> <li>s’asseoir.</li> </ul> <table class="akh-table"> <thead> <tr><th>Activité</th><th>Directives​​</th></tr> </thead> <tbody> <tr> <td>Suer</td> <td><ul> <li>Au moins 60 minutes (1 heure) par jour d’activité physique d’intensité modérée à élevée.</li> <li>Des activités physiques d’intensité élevée et des activités pour renforcer les muscles et les os au moins 3 jours par semaine.</li> </ul></td> </tr> <tr> <td>Bouger</td> <td><ul> <li>Plusieurs heures d’une variété d’activités physiques d’intensité légère structurées et non structurées, comme faire le trajet à pied entre le domicile et l’école et faire des corvées.</li> </ul></td> </tr> <tr> <td>Dormir</td> <td><ul> <li>Pour les enfants de 5 à 13 ans : de 9 à 11 heures de sommeil sans interruption.</li> <li>Pour les jeunes de 15 à 17 ans : de 8 à 10 heures de sommeil sans interruption.</li> </ul></td> </tr> <tr> <td>S’asseoir</td> <td><ul> <li>​Un maximum de 2 heures par jour de loisir <a href="/Article?contentid=643&language=French">devant l’écran</a>.</li> </ul></td> </tr> </tbody> </table> <h2>Comment déterminer si les activités de mon enfant sont d’intensité modérée ou élevée?</h2> <p>Les <strong>activités d’intensité élevée</strong> font suer les enfants et les mettent hors d’haleine. Ils ne peuvent dire que quelques mots entre les respirations. Le hip-hop et la course, faire du vélo ou de la natation à un rythme accéléré en sont des exemples.</p> <p>Les <strong>activités d’intensité modérée</strong> font aussi suer les enfants et les font respirer plus fort, mais ils peuvent encore parler en bougeant leur corps. Faire du patin à roues alignées ou du vélo dans le quartier après l’école et pratiquer du yoga de niveau moyen en sont des exemples.</p> <h2>Quel genre d’activités renforcent les muscles et les os?</h2> <p>Les activités qui renforcent les muscles et les os forcent le corps à soutenir un poids. Faire une randonnée en famille ou avec des amis, sauter à la corde, jouer au tennis ou au basketball ou encore faire de la musculation en utilisant le poids du corps ou des mini-haltères en sont des exemples.</p> <p>Le cyclisme et la natation sont d’excellents exercices pour développer les muscles et améliorer la santé du cœur. Mais, ils ne sont pas très efficaces pour former des os solidesétant donné que les os n’ont pas à soutenir le même poids quand le corps est en position assise ou dans l’eau.</p> <h2>Comment inciter mon enfant à être plus actif?</h2> <p>Il y a souvent un écart entre ce que nous savons qu’il faut faire et ce que nous faisons. En tant que parent, vous pouvez trouver difficile d’inciter votre enfant chaque jour à faire plus d’activité physique, surtout s’il n’est pas habitué, s’il a un surpoids, s’il n’est pas en forme ou s’il se sent déprimé. Or, il y a un certain nombre de conseils qui peuvent aider.</p> <h3>Créer une routine régulière dès les premières années</h3> <p>Il est important d’inculquer l’exercice dans le cadre ordinaire de vie de votre enfant dès ses premières années. Si l’activité physique fait partie de sa vie quotidienne, votre enfant sera plus apte à se lever et à bouger quand il sera le plus difficile pour lui de se motiver. Ironiquement, c’est alors que l’activité physique est le plus bénéfique.</p> <h3>Être un modèle d’habitudes saines</h3> <p>Donnez le bon exemple. Votre famille pourra voir comment vous intégrez l’activité physique dans votre vie quotidienne de diverses façons. Et, vous en profiterez aussi. En outre, une activité physique régulière créera plus de possibilités pour vous d’être actif et d’avoir du plaisir avec vos enfants.</p> <h3>Limiter le temps d'écran</h3> <p><a href="/Article?contentid=644&language=French">Limitez le temps que votre enfant passe devant un écran</a> (à regarder la télévision, à jouer aux jeux vidéo, à clavarder avec des amis dans les médias sociaux). Les enfants de 2 ans et plus ne devraient pas passer plus d’une à deux heures de loisir par jour devant un écran. Les enfants de moins de 2 ans ne devraient avoir aucune exposition à un écran.</p> <h3>Veiller à la sécurité de votre enfant</h3> <p>Songez à inciter votre enfant à aller à l’école à pied avec d’autres enfants du quartier en formant un club de marche avec les voisins. Assurez-vous aussi que votre enfant ou votre jeune porte un équipement de protection pour des activités comme le vélo, le patin, la planche à roulettes, le soccer et d’autres activités physiques.</p> <h3>Choisir une activité qui plait à votre enfant</h3> <p>Si votre enfant n’a aucune routine préétablie, vous pouvez l’aider à trouver ce qui lui plait vraiment et le laisser avancer par étapes. L’amener dehors, aller nager ou marcher, faire de la course ou du vélo entre amis ou en famille sont toutes d’excellentes façons de commencer. D’autres options sont des cours de yoga (bon nombre sont disponibles en ligne pour suivre à la maison), jouer au soccer et faire de la danse.</p> <p>Même si votre enfant fait partie d’un sport organisé qu’il pratique quelques fois par semaine, incitez-le à bouger les autres jours. Il peut se rendre à pied ou à vélo chez un ami, ratisser des feuilles, sauter à la corde ou jouer dans un parc du quartier.</p> <p>Lorsque vous choisissez une activité, il importe que vous et votre enfant preniez en compte:</p> <ul> <li>ce qui intéresse votre enfant et</li> <li>ce qui est disponible à un coût abordable où vous vivez.</li> </ul> <p><strong><em>Ce qui intéresse votre enfant</em></strong></p> <p>Ce ne sont pas tous les enfants qui veulent être le capitaine ou l’étoile de l’équipe. Si votre enfant préfère faire de l’activité physique par lui-même, il pourrait s’intéresser à la course, au vélo ou à la natation. S’il aime s'amuser en équipe où il peut se faire de nouveaux amis et faire partie d’un groupe, les activités en équipe comme le basketball ou le soccer peuvent être de meilleurs choix.</p> <p><strong><em>Ce qui est disponible à un coût abordable</em></strong></p> <p>Les coûts liés à certaines activités physiques montent vite. On n’a qu’à tenir compte du coût des uniformes, de l’équipement, des cours et des déplacements pour se rendre à l’entraînement et aux compétitions. Lorsqu’on explore les options pour son enfant, il est bon de vérifier si la ville ou ses centres de loisir offrent des programmes publics. Il y a peut-être aussi des programmes disponibles par l’entremise de l’école. Ces options sont souvent plus abordables.</p> <h2>Pour inculquer chez votre enfant une bonne attitude envers l’activité physique</h2> <p>Il y a toujours une certaine crainte et un peu de malaise quand on essaie quelque chose de nouveau. Il faut rappeler à votre enfant qu’il n’a pas besoin d’être le meilleur ou le plus rapide. L’important, c’est de faire de son mieux pour apprécier l’activité qu’il a choisie et apprendre quelque chose.</p> <p>Si votre enfant tente une activité et qu'elle ne lui plaît pas, inutile de le forcer à continuer. Un enfant ne peut tirer des bienfaits d’une activité physique que si elle lui plaît assez pour la pratiquer régulièrement. On peut alors réfléchir sur des moyens de rendre l’activité plus agréable. Par exemple, la pratiquer avec un ami. Si cela ne fonctionne pas, vous pouvez inciter votre enfant à poursuivre l’activité jusqu’à ce que vous vous entendiez sur quelque chose d’autre. Il est aussi une bonne idée d’inciter votre enfant à faire différentes activités durant la semaine. Ainsi, il aura un peu de variété et il pourra exercer son corps de différentes façons.</p><h2>Ressources</h2><p>Consultez <a href="https://prevenirpourdevenir.ca/">Prévenir Pour Devenir</a> pour plus de ressources sur l'importance de l'activité physique.<br></p>https://assets.aboutkidshealth.ca/AKHAssets/physical_activity_guidelines_school_age.jpgDirectives sur l'activité physiqueMain

 

 

Comment devenir plus résilientComment devenir plus résilientHow to become more resilientCFrenchAdolescent;Psychiatry;PreventionTeen (13-18 years)NANAHealthy living and preventionTeen (13-18 years)NA2019-03-22T04:00:00ZFlat ContentHealth A-Z<p>Découvre ce qu’est la pleine conscience, comment elle peut t’aider à être plus résilient et à réduire ton niveau de stress, ainsi que différentes méthodes pour pratiquer la pleine conscience chaque jour. </p><h2>Découvre la pleine conscience</h2><p>Le terme « pleine conscience » désigne le fait de concentrer intentionnellement son attention sur quelque chose, avec bienveillance. On pourrait dire que c’est le contraire du multitâche. Au lieu de faire un tas de choses à la fois, tu te concentres et tu es pleinement conscient de ce que tu fais à chaque moment. La pleine conscience peut être considérée comme un mode de vie.</p><p>La pleine conscience, y compris la méditation formelle et informelle, peut t’aider à réduire tes niveaux de stress, à stabiliser ton humeur, à améliorer ta mémoire et à fortifier ton système immunitaire.</p><h3>Pleine conscience formelle </h3><p>Tu peux donc te concentrer, par exemple, sur ta respiration. Au moment où tu es distrait, tu peux noter par quoi ton attention a été détournée et te concentrer de nouveau sur ta respiration (ou ce sur quoi tu te concentrais avant).</p><p>Les distractions sont inévitables. Tout le monde se laisse distraire, que ce soit par des pensées, des émotions ou des sensations physiques.</p><p>Le fait de remarquer ce qui te distrait signifie que tu prêtais attention et c’est donc une bonne chose! Doucement et avec bienveillance, tu peux ramener ton attention sur ta respiration.</p><p>Il est important de ne pas trop exiger de toi-même. La pleine conscience peut paraître simple, mais cela ne veut pas dire qu’on peut l’atteindre facilement pour autant. Être bienveillant envers toi-même est tout aussi important que de t’exercer à concentrer ton attention.</p><h3>Pleine conscience informelle</h3><p>Ce concept implique que tu te concentres entièrement sur les activités que tu fais tous les jours comme manger ou te brosser tes dents.</p><p>Considère la pleine conscience comme la reconnaissance ouverte des pensées, des sentiments, des souvenirs ou des sensations que tu as pendant tes activités quotidiennes. Il est important de le faire avec bienveillance et de noter tous les sentiments et sensations qui se manifestent, sans t’auto-critiquer. </p><p>Nous portons tous des jugements pendant la journée, mais essaie de les remarquer et d’être bienveillant envers toi-même quand ils se manifestent. Rappelle-toi que le fait d’avoir divers sentiments, pensées ou sensations ne signifie pas que tu es obligé d’y donner suite.</p><h2>Prends soin de toi-même</h2><p>Dresse la liste des activités qui t’aident à te détendre et pratique-les régulièrement. Par exemple : méditer, prendre un bain, respirer profondément, écouter de la musique relaxante ou te faire masser. Peu importe l’activité, pourvu que ce soit quelque chose qui te plaise et te calme.</p><p></p><h2>Rappelle-toi comment tu t’es débrouillé dans le passé </h2><p>Quand tu vis des moments difficiles, rappelle-toi tous les obstacles que tu as surmontés ou les progrès que tu as déjà réalisés. Comment t’y es-tu pris? Quelles aptitudes et stratégies t’ont aidé? Réfléchir à ce qui a fonctionné pour toi dans le passé peut t’aider à utiliser les mêmes aptitudes dans l’avenir.</p><h2>Pratique la reconnaissance au quotidien </h2><p>Quand on se sent stressé ou qu’on est aux prises avec des problèmes physiques, émotionnels ou sociaux, on peut avoir du mal à manifester de la reconnaissance.</p><p>À un moment propice dans ta journée, réfléchis à trois choses pour lesquelles tu as été reconnaissant dans les 24 heures précédentes. Sois aussi détaillé et précis que possible. Tu peux choisir une chose apparemment insignifiante, comme trouver de l’argent dans la poche d’un vieux manteau, trouver l’autobus juste à temps ou te faire ouvrir la porte par quelqu’un.</p><h2>Reste en contact avec tes amis et prends le temps de remercier les autres</h2><p>S’il y a une personne avec qui tu n’as pas parlé depuis quelque temps, communique avec elle. Pense à une personne qui t’aide tous les jours et dis-lui que tu l’apprécies. Tu peux lui envoyer un courriel ou un texto, ou encore lui parler en personne. Rester en contact avec tes amis et leur manifester ta reconnaissance peut contribuer grandement à augmenter ta propre résilience.</p><p>Rappelle-toi que la résilience est un mode de vie. Ces aptitudes et ces stratégies doivent être mises en pratique chaque jour, pas seulement quand tu te sens stressé ou que tu traverses des moments difficiles. Si tu les appliques couramment dans ta vie, il te sera facile de les utiliser dans les jours difficiles.</p><p></p><p>Pour plus de renseignements sur la pleine conscience, visite le site Web du <a href="http://www.sickkids.ca/patient-family-resources/child-family-centred-care/spiritual-care/the-mindfulness-project/index.html">Projet de pleine conscience</a> de l’hôpital SickKids (en anglais).</p>https://assets.aboutkidshealth.ca/AKHAssets/how_to_become_more_resilient.jpg Découvrez ce qu’est la pleine conscience et comment elle peut aider les adolescents à être plus résilient et à réduire leur niveau de stress. Teens
Auto-soins après traitement de la leucémieAuto-soins après traitement de la leucémieSelf-care after leukemia treatmentAFrenchOncologyChild (0-12 years);Teen (13-18 years)BodySkeletal systemConditions and diseases;Healthy living and preventionAdult (19+)NA2018-03-06T05:00:00ZFlat ContentHealth A-Z<p>Apprenez pourquoi il est important qu’un enfant atteint de leucémie connaisse ses antécédents médicaux et apprenez de quelle façon vous pouvez l’encourager à être un participant actif de sa santé.</p><p>À mesure que votre enfant vieillit, il devient de plus en plus indépendant. À mesure qu’il gagne en maturité aussi, il doit connaitre ses propres antécédents médicaux et le risque d’effets à long terme causés par les traitements. Ce seront d’importants renseignements, puisqu’il devra assurer un suivi sur sa santé le reste de sa vie. Le fait de bien connaitre ses antécédents médicaux est essentiel à une santé à long terme, tout comme l’est le besoin d’apprendre les étapes nécessaires à la gestion des soins de santé. Votre enfant peut utiliser « My Health Passport » (Mon passeport santé), une carte personnalisée de format portefeuille qui décrit tous ses antécédents médicaux. Pour en savoir davantage, veuillez consulter le site <a href="http://www.sickkids.ca/good2go/">Good 2 Go</a>.</p><h2>À retenir</h2><ul><li>À mesure que votre enfant grandit, il devra connaître ses antécédents médicaux, car il aura besoin de soins de suivi pour le reste de ses jours.</li><li>Encouragez votre adolescent à choisir un style de vie sain et à consulter son médecin par lui-même.</li></ul><h2>Comment préconiser la responsabilité des autosoins?</h2><p>Les adolescents peuvent éprouver des difficultés à prendre les meilleures décisions pour leurs soins. Ceci peut être particulièrement vrai pour les adolescents qui ne connaissent pas leurs antécédents médicaux. Au cours de leur suivi, ils peuvent ne pas prendre certains de leurs médicaments sur ordonnance au moment ou de la manière qu’ils le devraient ou ils peuvent ne pas respecter certaines restrictions en lien avec l’activité physique recommandées par leur équipe de soins.</p><p>Encouragez votre adolescent à faire des choix sains pour ses habitudes de vie, comme :</p><ul><li>bien se nourrir; le guide alimentaire canadien peut aider;</li><li>protection contre le soleil;</li><li>éviter la consommation d’alcool et de drogues</li><li>pratiquer une activité physique régulière.</li></ul><p> Demandez au médecin de votre enfant ou à la diététiste de l’hôpital d’autres suggestions.</p><p> Faites participer vos enfants tôt à la prise de décisions. Aidez-le à apprendre et à s’exercer à résoudre des problèmes. Encouragez votre enfant à exprimer toute inquiétude ou crainte qu’il pourrait avoir au sujet de sa santé, et trouvez des solutions ensemble.</p><p> À mesure que votre enfant gagnera en maturité, il importe qu’il soit un participant actif dans ses soins. Encouragez­-le à rencontrer le médecin seul. En tant qu’adulte, il pourrait voir de nombreux spécialistes différents (cardiologues, endocrinologues). Votre enfant doit informer tous les spécialistes de ses antécédents médicaux.</p><p> Au besoin, faites appel à un professionnel de la santé qui comprend bien les adolescents, comme un travailleur social, un psychologue ou un spécialiste de la santé des adolescents. Ces personnes pourraient être affiliées au département d’oncologie de l’hôpital. C’est particulièrement important si votre enfant semble avoir de la difficulté à l’école ou si vous avez constaté un changement de comportement, dans les habitudes de sommeil ou dans son appétit.</p>https://assets.aboutkidshealth.ca/AKHAssets/Self-care_after_leukemia_treatment.jpgAuto-soins après la leucémie Apprenez de quelle façon vous pouvez encourager votre enfant atteint de leucémie à être un participant actif de sa santé. Main
Marcher sur la pointe des pieds, idiopathiqueMarcher sur la pointe des pieds, idiopathiqueToe walking, idiopathicMFrenchOrthopaedics/MusculoskeletalPreschooler (2-4 years);School age child (5-8 years);Pre-teen (9-12 years)Lower leg;Foot;ToesSkeletal muscleConditions and diseasesCaregivers Adult (19+)NA2020-04-28T04:00:00Z1062.00000000000Health (A-Z) - ConditionsHealth A-Z<p>​On parle de la marche idiopathique sur la pointe des pieds lorsque votre enfant marche encore sur la pointe de ses pieds après l'âge de trois ans. Apprenez-en davantage sur les étirements et les exercices de renforcement, ainsi que sur les chaussures appropriées afin d'aider votre enfant.<br></p><figure><img src="https://assets.aboutkidshealth.ca/akhassets/Idiopathic_toe_walking_MED_ILL_EN.jpg" alt="Bas du corps d’un enfant marchant sur la pointe des pieds" /> </figure> <p>​La plupart des enfants commencent à marcher entre l'âge de 12 et 14 mois en ayant leurs pieds bien à plat au sol. Par contre, certains enfants commencent à marcher sur la pointe des pieds. Cette démarche disparait habituellement de trois à six mois après l'apprentissage de la marche. Presque tous les enfants ne marchent plus sur la pointe des pieds à la fin de leur troisième année.</p><p>On parle de la marche idiopathique sur la pointe des pieds lorsqu'un enfant marche encore sur la pointe de ses pieds après l'âge de trois ans. Il se tiendra souvent debout avec ses pieds bien plats au sol, mais préfèrera se tenir sur ses pointes lorsqu'il marchera ou courra. Si votre enfant ne cesse pas de marcher sur la pointe des pieds après l'âge de trois ans, consultez un professionnel de la santé.</p><h2>À retenir</h2><ul><li>On parle de la marche idiopathique sur la pointe des pieds lorsqu'un enfant marche encore sur la pointe de ses pieds après l'âge de trois ans. </li><li>Les enfants qui marchent sur leurs orteils peuvent développer des tensions aux muscles du mollet à l'arrière de leurs jambes et peuvent avoir une diminution de l'amplitude des mouvements de leurs chevilles.</li><li>Le traitement pour les enfants de moins de six ans comprend les étirements du mollet, l'étirement du tendon d'Achille, et les exercices d'assis à debout.<br></li><li>Le traitement pour les enfants de six ans et plus comprend les étirements du mollet et des exercices additionnels : marcher sur place, monter une côte, marcher sur une surface irrégulière, marcher sur les talons et faire des accroupissements.</li></ul> <br><h2>Caractéristiques de la marche idiopathique sur la pointe des pieds</h2><p>Même si nous ne comprenons pas vraiment pourquoi certains enfants préfèrent marcher sur la pointe des pieds, nous savons que les enfants qui pratiquent la marche idiopathique sur la pointe des pieds :</p><ul><li>marchent sur la pointe des pieds autant à gauche qu'à droite;</li><li>se balancent constamment sur leurs orteils;</li><li>sont physiquement capables de suivre des enfants de leur âge;</li><li>marchent avec les genoux bloqués;</li><li>seront souvent capables de se tenir debout en ayant les pieds bien à plat au sol;</li><li>ont souvent des antécédents familiaux de marche sur la pointe des pieds.</li></ul> <h2>Aidez votre enfant à l'aide d'un programme d'exercice à la maison</h2><p>Un programme d'exercice à la maison peut être très utile si votre enfant souffre de marche idiopathique sur la pointe des pieds. Le but de ce programme est d'étirer les muscles du mollet et de renforcer les muscles situés à l'avant des jambes. Ceci aidera votre enfant à adopter une démarche du talon vers les orteils.</p><p>Si les muscles du mollet de votre enfant sont tendus, ou si le mouvement de ses chevilles est limité, on vous enseignera des étirements à pratiquer à la maison avec lui. À la fin des étirements, des activités favorisant l'utilisation de ses muscles dans leur nouvelle position allongée devraient être pratiquées. Ces exercices seront nécessaires et bénéfiques aussi longtemps que votre enfant aura une démarche sur la pointe des pieds. Les exercices seront différents en fonction de son âge. La partie la plus importante de ce programme est de ne pas oublier d'avoir du plaisir avec votre enfant !</p><h2>Étirements et exercices de renforcement pour les enfants de moins de six ans</h2><ul class="akh-steps"><li><h3>Étirements du mollet<br></h3> <figure><img src="https://assets.aboutkidshealth.ca/akhassets/Idiopathic_toe_walking_calfstretch_under6_MED_ILL_EN.jpg" alt="Un main poussant le pied d’un enfant vers sa tête et l’autre main tenant la jambe étroite" /> </figure> <ul><li>Demandez à votre enfant de s'étendre sur le dos sur une surface confortable comme un lit ferme.</li><li>Avec ses genoux bloqués et ses jambes reposant sur le lit, levez le pied de votre enfant vers sa tête, la cheville en dorsiflexion.</li><li>Maintenez l'étirement à la fin du mouvement (en respectant les limites d'étirement de votre enfant) de 15 à 30 secondes. Votre enfant ne devrait pas ressentir de douleur.</li><li>Ramenez le pied de votre enfant en position normale. Répétez l'exercice 10 fois pour chaque jambe chaque jour.</li></ul></li><li><h3>Étirement du tendon d'Achille</h3> <figure><img src="https://assets.aboutkidshealth.ca/akhassets/Idiopathic_toe_walking_achillesstretch_MED_ILL_EN.jpg" alt="Un main poussant le pied d’un enfant vers sa tête avec la jambe pliée au genou" /> </figure> <ul><li>Demandez à votre enfant de s'étendre sur le dos sur une surface confortable comme un lit ferme.</li><li>Les genoux pliés, soulevez le pied de votre enfant vers sa tête, la cheville en dorsiflexion.<br></li><li>Maintenez l'étirement à la fin du mouvement (en respectant les limites d'étirement de votre enfant) de 15 à 30 secondes. Votre enfant ne devrait pas ressentir de douleur.</li><li>Ramenez le pied de votre enfant en position normale. Répétez l'exercice 10 fois pour chaque jambe chaque jour.</li></ul></li><li><h3>D'assis à debout</h3> <figure><img src="https://assets.aboutkidshealth.ca/akhassets/Idiopathic_toe_walking_sit_to_stand_MED_ILL_EN.jpg" alt="Enfant se mettant debout d’un tabouret lorsque son parent tient ses chevilles" /> </figure> <ul><li>Demandez à votre enfant de s'assoir sur une chaise ou un tabouret pour enfant.</li><li>Placez vos mains en dessous de ses genoux en appliquant une pression modérée et constante, en guise de rappel de garder ses talons au sol.</li><li>Demandez à votre enfant de se lever en maintenant ses talons au sol.</li><li>Amusez-vous au cours de cet exercice en jouant au jeu de « tape m'en cinq » à souffler des bulles, à attraper des objets, installez-vous devant un miroir ou chantez des chansons.</li></ul></li></ul><h2>Des exercices adaptés aux enfants de six ans et plus</h2><ul class="akh-steps"><li><h3>Étirements des mollets</h3> <figure><img src="https://assets.aboutkidshealth.ca/akhassets/Idiopathic_walking_calfstretch_6up_MED_ILL_EN.jpg" alt="Enfant debout, faisant face au mur avec les deux mains sur le mur, une jambe étendu derrière lui et une jambe en avant" /> </figure> <ul><li>Demandez à votre enfant de se tenir debout à une distance d'environ deux pieds (60 cm) d'un mur. Placez ses deux mains sur le mur à la hauteur de ses épaules.</li><li>En tenant son genou droit bloqué, demandez-lui d'avancer son pied gauche vers le mur. Il devrait se pencher vers le mur jusqu'à ce qu'il ressente un étirement à l'arrière de son mollet droit. Assurez-vous que le talon de son pied droit soit bien à plat au sol.</li><li>Maintenez l'étirement de 15 à 30 secondes.</li><li>Répétez l'exercice 10 fois pour chaque jambe chaque jour.</li></ul></li><li><h3>Des exercices additionnels :<br></h3> <figure><span class="asset-image-title">Accroupissements</span><img src="https://assets.aboutkidshealth.ca/akhassets/Idiopathic_walking_squats_MED_ILL_EN.jpg" alt="Enfant faisant un accroupissement avec quelqu’un lui soutenant par les mains" /> </figure> <ul><li>Marcher sur place. Demandez à votre enfant de lever ses genoux bien hauts et ensuite de déposer son pied bien à plat au sol.</li><li>Monter une côte.</li><li>Marcher sur une surface irrégulière, comme un terrain de jeu ou du sable.<br></li><li>Marcher sur les talons seulement. Garder les orteils en l'air en tout temps.</li><li>Faire des accroupissements. En ayant les pieds bien à plat au sol, en ligne avec les hanches, demandez à votre enfant de pencher son corps jusqu'au sol en pliant ses genoux et ses hanches, mais en gardant sa poitrine vers le haut.<br></li></ul></li></ul><h2>L'identification précoce de la marche sur la pointe des pieds afin d'éviter des troubles musculaires</h2><p>Les enfants qui marchent sur leurs orteils peuvent développer des tensions aux muscles du mollet à l'arrière de leurs jambes et peuvent avoir une diminution de l'amplitude des mouvements de leurs chevilles. De plus, les muscles à l'avant de leurs jambes peuvent s'affaiblir. S'il y a de la tension et de la faiblesse, votre enfant aura de la difficulté à marcher sur ses talons. L'identification précoce de la marche sur la pointe des pieds peut aider à prévenir ces troubles musculaires.</p> <h2>Des chaussures pour votre enfant</h2><p>Porter des souliers peut ne pas corriger la marche sur la pointe des pieds. Par contre, porter une chaussure adéquate peut aider votre enfant à abaisser davantage ses talons. Lorsque vous sélectionnez des chaussures pour votre enfant, ayez en tête les critères suivants :</p><ul><li>Choisissez une bottine avec une large semelle qui soutient bien le pied.</li><li>Le soulier devrait être rigide ou ferme, il ne devrait pas être flexible vers le milieu de la semelle.</li><li>L'arrière du talon devrait être rigide.</li></ul><h2>Des traitements additionnels</h2><p>La marche idiopathique sur la pointe des pieds n'est pas une affection grave. Elle disparaît souvent spontanément et ne cause pas de problèmes graves à l'enfant hormis l'aspect esthétique. Votre enfant n'aura normalement pas besoin d'opération chirurgicale. En plus des exercices d'étirement et de renforcement, on compte parmi les traitements la pose répétée de plâtres des pieds et des chevilles, des orthèses ou une combinaison des deux. Vous pouvez discuter de ces options de traitement avec votre médecin. Même si votre enfant peut démontrer des améliorations à court terme en ce qui a trait à la longueur du muscle et à l'amplitude des mouvements de la cheville, il est important de comprendre que ces traitements n'assurent pas toujours l'atteinte d'une démarche normale du talon vers les orteils.</p> https://assets.aboutkidshealth.ca/AKHAssets/toe_walking_ideopathic.jpgMarcher sur la pointe des pieds Apprenez-en davantage sur les étirements et les exercices de renforcement, ainsi que sur les chaussures appropriées afin d'aider votre enfant.Main
Infection des voies urinairesInfection des voies urinairesUrinary tract infectionIFrenchUrologyChild (0-12 years);Teen (13-18 years)UrethraUrethraConditions and diseasesCaregivers Adult (19+)Fever;Vomiting2021-01-18T05:00:00Z8.0000000000000057.0000000000000841.000000000000Health (A-Z) - ConditionsHealth A-Z<p>Les infections urinaires sont des infections bactériennes situées dans la vessie ou les reins. Lisez sur les causes, le diagnostic et le traitement des infections urinaires.<br></p><h2>Qu'est-ce qu’une infection des voies urinaires?</h2><p>Une infection des voies urinaires (IVU) (ou infection urinaire) est une infection <a href="https://pie.med.utoronto.ca/htbw/module.html?module=kidney-child">de la vessie ou des reins</a>.<br></p><ul><li>Une infection de la vessie s’appelle une « cystite ».</li><li>Une infection des reins porte le nom de « pyélonéphrite ».</li></ul><h2>À retenir</h2> <ul> <li>Les IVU surviennent quand des bactéries pénètrent dans la vessie en passant par l’urètre.</li> <li>Une infection des voies urinaires est diagnostiquée lorsqu’une culture est positive.</li> <li>Le traitement antibiotique permet de tuer les bactéries</li> <li>Si votre enfant présente sa première IVU fébrile avant d’avoir atteint l’âge de deux ans, il doit passer une échographie des reins pour déceler tout trouble rénal ou un reflux urinaire grave.</li> <li>Si votre enfant a été atteint d’une IVU fébrile, on devrait évaluer la possibilité d’une IVU lorsqu’il présente une fièvre sans cause apparente.</li> </ul><p>Les symptômes d’une IVU peuvent comprendre les suivants :</p><ul><li> <a href="/article?contentid=30&language=french">fièvre,</a></li><li>irritabilité sans cause apparente chez un bébé ou un bambin,</li><li>besoin d’uriner plus souvent,</li><li>douleurs ou sensation de brûlure en urinant,</li><li>incontinence urinaire le jour chez un enfant propre,</li><li> <a href="/article?contentid=746&language=french">vomissements</a> ou douleurs abdominales,</li><li>douleurs au dos,</li><li>présence de sang dans l’urine.</li></ul><h2>Causes des IVU</h2><p>Les IVU surviennent lorsque des bactéries sur la peau pénètrent dans la vessie en passant par l’urètre (canal permettant d’évacuer l’urine de la vessie hors du corps).<br></p> <figure class="asset-c-80"> <span class="asset-image-title">Système urinaire</span><img src="https://assets.aboutkidshealth.ca/akhassets/IMD_urinary_system_V2_FR.png" alt="L’emplacement du rein, de l’uretère, de la vessie et de l’urètre dans un mâle et dans une femelle" /><figcaption class="asset-image-caption">Même si les appareils urinaires des hommes et des femmes sont très similaires, chez les hommes, l’urètre est beaucoup plus long que chez les femmes.</figcaption> </figure><h2>Comment les IVU sont diagnostiquées</h2> <p>Le médecin diagnostiquera une IVU chez votre enfant par l’analyse d’un échantillon d’urine. Le diagnostic s’effectue en trois étapes :</p> <ul> <li>test à l’aide d’une bandelette réactive,</li> <li>examen au microscope,</li> <li>culture (croissance) en laboratoire de bactéries à partir de l'échantillon d’urine.</li> </ul> <h3>Échantillon d’urine</h3> <p>Chez les enfants propres, l’échantillon d’urine doit être obtenu « à mi-jet » (au milieu du jet). Chez les enfants qui n’ont pas acquis la propreté, l’urine peut être prélevée pendant la miction (évacuation de l’urine), au moyen d’un cathéter (tube) ou, parfois, d’une poche à urine.</p> <h3>Résultats de l’analyse de l’échantillon d’urine</h3> <p>Le médecin tiendra compte des résultats du test effectué au moyen de la bandelette réactive et de la culture. Si l’échantillon d’urine a été recueilli de façon appropriée, une culture « positive » confirme la présence d’une infection urinaire. Une culture « négative » confirme que l’enfant n’a pas d’infection.</p> <p>Les derniers résultats de la culture d’urine sont habituellement prêts au bout de deux ou trois jours. Ils révèlent quelle bactérie particulière est à l’origine de l’infection et permettront de déterminer le type d’antibiotiques nécessaire au traitement.</p> <p>Dans le cas d’un échantillon prélevé à l’aide d’une poche, si le résultat du test par bandelette réactive est positif, le médecin doit recueillir un autre échantillon pendant la miction (évacuation de l’urine) ou au moyen d’un cathéter et l’acheminer au laboratoire en vue de son analyse.</p><h2>Comment prendre soin d’un enfant atteint d’une IVU</h2><h3>Antibiotiques</h3><p>Selon l’âge de votre enfant, ses symptômes et ses antécédents médicaux, l’infection peut exiger soit la prise d'antibiotiques par voie orale (par la bouche) soit l’hospitalisation pour leur administration par voie veineuse.</p><p>Le médecin de votre enfant prescrira d’abord un antibiotique à large spectre (permettant de traiter la plupart des bactéries). Une fois qu’il saura quelle bactérie a causé l’lVU, il prescrira, au besoin, un antibiotique plus spécifique. L’infection ne sera supprimée que lorsque votre enfant prendra l’antibiotique approprié pour son infection.</p><p>Les symptômes de votre enfant devraient s’atténuer dans un délai de 48 heures après avoir commencé à lui donner l’antibiotique approprié. Même si votre enfant se porte mieux, assurez-vous d’effectuer le traitement antibiotique durant toute la période prescrite. Cela permettra de prévenir une rechute et de réduire le risque que votre enfant contracte éventuellement une infection plus difficile à traiter au moyen d’antibiotiques.</p><h3>Soulagement de la douleur et de la fièvre<br></h3><p>Donnez de l'<a href="/article?contentid=62&language=french">acétaminophène</a> ou de l'<a href="/article?contentid=153&language=french">ibuprofène</a> à votre enfant pour soulager la pain ou la fièvre. d’habitude, ces médicaments commencent à fonctionner dans un délai d'une heure et n’ont pas d’interaction avec les antibiotiques. il est possible que vous deviez les lui donner les premiers jours du traitement jusqu’à ce que les antibiotiques fassent effet.</p><h3>Rendez-vous de suivi</h3><p>après avoir commencé le traitement antibiotique, prenez un rendez-vous avec le médecin habituel de votre enfant. ce dernier déterminera si les antibiotiques donnent des résultats assez satisfaisants et en prescrira des différents si votre enfant est encore malade.</p><h3>Autres tests à l’intention des enfants de moins de deux ans</h3><p>Si votre enfant présente sa première infection urinaire accompagnée d’une fièvre (connue sous le nom d’ivu fébrile) avant d’avoir atteint l’âge de deux ans, il devra passer une <a href="/article?contentid=1290&language=french">échographie</a> des reins.</p><p>Il devra peut-être aussi subir un examen appelé <a href="/article?contentid=1294&language=french">cysto-urétrogramme pendant la miction (cug)</a> pour déceler un éventuel reflux urinaire. le reflux urinaire est une maladie caractérisée par un retour de l’urine dans l’urètre et les reins. ce test sera réalisé si les résultats de l’échographie le justifient et si votre enfant est jeune et a été atteint de plus d’une ivu fébrile.</p><h2>Comment prévenir les infections des voies urinaires</h2><p>Chez les jeunes enfants, la plupart des IVU sont inévitables. Cependant, chez les plus âgés, vous pouvez prévenir ces infections en prenant les mesures suivantes</p><ul><li>Enseignez à votre fille à s’essuyer de l’avant vers l’arrière après avoir uriné. Cette consigne est particulièrement importante lorsqu’elle va à la selle afin d’empêcher que les bactéries dans les selles pénètrent dans les voies urinaires.</li><li>Prévenez la <a href="/article?contentid=6&language=French">constipation</a> chez votre enfant. Être constipé​ signifie que les selles sont plus dures et moins fréquentes qu’à l’ordinaire, ce qui peut parfois empêcher la vessie de se vider entièrement et entraîner des IVU.</li><li>Encouragez votre enfant à boire beaucoup chaque jour. Son urine doit être pâle.</li><li>Encouragez votre enfant à uriner à des intervalles de deux ou trois heures et à ne pas retenir son urine pendant de longues périodes.</li><li>Certains enfants présentant un grave reflux urinaire ou d'autres anomalies des voies urinaires peuvent être tenus de prendre une faible dose d’un antibiotique quotidiennement afin de prévenir de nouvelles infections.</li></ul><h2>Quand consulter un médecin pour une IVU</h2> <p>Communiquez avec le médecin pendant les heures de bureau si les symptômes de votre enfant persistent plus de 48 heures après le début du traitement antibiotique.</p> <p>Amenez votre enfant au service des urgences le plus près :</p> <ul> <li>s’il devient très malade ou semble léthargique (très somnolent),</li> <li>s’il se plaint de douleurs intenses au ventre ou au dos,</li> <li>s’il vomit à répétition et ne peut garder aucun liquide ou médicament. </li> </ul>utihttps://assets.aboutkidshealth.ca/AKHAssets/Urinary_tract_infection.jpg Une infection urinaire est une infection bactérienne située dans la vessie ou les reins. Lisez sur les causes, le diagnostic et le traitement.Main

Nous tenons à remercier nos commanditaires

AboutKidsHealth est fier de collaborer avec les commanditaires suivants, qui nous aident à accomplir notre mission, qui consiste à améliorer la santé et le mieux-être des enfants canadiens et étrangers, en leur donnant accès sur Internet à des renseignements sur les soins de santé.

Nos Sponsors