AboutKidsHealth est un site d'éducation sur la santé, destiné aux enfants et aux adolescents, et aux personnes qui s'en occupent.
Explorez le menu pour en savoir plus sur les problèmes de santé courants et sur les maladies complexes.

 

 

Maladie cœliaque : Conseils pour maintenir un régime alimentaire sans glutenMaladie cœliaque : Conseils pour maintenir un régime alimentaire sans glutenCeliac disease: Tips to maintain the gluten-free dietMFrenchGastrointestinalBaby (1-12 months);Toddler (13-24 months);Preschooler (2-4 years);School age child (5-8 years);Pre-teen (9-12 years);Teen (13-18 years)Small IntestineSmall intestineNon-drug treatmentCaregivers Adult (19+)NA2017-02-06T05:00:00Z8.0000000000000060.00000000000001433.00000000000Health (A-Z) - ProcedureHealth A-Z<p>Cet article fournit des conseils pour aider votre enfant à maintenir son régime alimentaire spécial.</p><h2>Qu’est-ce que la maladie cœliaque?</h2><p>La <a href="/Article?contentid=816&language=French">maladie cœliaque</a> est une maladie auto-immune dans laquelle tout contact avec le gluten, un groupe de protéines alimentaires, déclenche une réaction du système immunitaire, le système de défense de l’organisme. Cette réponse immunitaire au gluten, peu importe où le contact se produit dans le corps, endommage les parois internes de l’intestin grêle. L’absorption des nutriments devient alors plus difficile.</p><p>Les symptômes courants de la maladie cœliaque sont la diarrhée, la constipation, les maux de tête, la fatigue et l’anémie. Certaines personnes ne présentent aucun symptôme.</p><p>La maladie cœliaque est un trouble chronique (à vie). Il n’existe pas de médicament permettant de soigner la maladie cœliaque. Le seul traitement est un régime alimentaire strictement sans gluten à vie. Un tel régime facilitera la guérison de l’intestin, diminuera les symptômes existants, le cas échéant, et maintiendra votre enfant en bonne santé.<br></p><figure class="asset-small"><img src="https://assets.aboutkidshealth.ca/akhassets/gluten_free_symbol_FR.jpg" alt="Symbole qui apparaîtra sur les produits sans gluten" /> </figure> <h2>En quoi consiste un régime sans gluten?</h2><p>Un <a href="/Article?contentid=956&language=French">régime strictement sans gluten</a> signifie une alimentation sans traces de gluten. Le gluten est présent naturellement dans toutes les formes d’aliments suivantes :</p><ul><li>blé;</li><li>seigle;</li><li>orge;</li><li>triticale (une hybridation entre le blé et le seigle).</li></ul><p>Les produits à base de blé comme le pain, les pâtes et les produits de boulangerie sont des sources évidentes de gluten. Il existe aussi de nombreux aliments dont le gluten est dissimulé comme les soupes, les sauces pour salade et la crème glacée.</p><p>Lisez toujours l’étiquette de tous les aliments et produits non alimentaires (comme les médicaments) pour voir s’ils contiennent des sources de gluten.</p><h2>À retenir</h2><ul><li>La maladie cœliaque est une maladie auto-immune dans laquelle tout contact avec le gluten, un groupe de protéines alimentaires, déclenche une réaction du système immunitaire, le système de défense de l’organisme.</li><li>On trouve du gluten dans le seigle, l’orge, le triticale et toutes les formes de blé.</li><li>Le seul traitement de la maladie cœliaque est un régime alimentaire strictement sans gluten à vie. Un tel régime facilitera la guérison de l’intestin, diminuera les symptômes existants, le cas échéant, et maintiendra votre enfant en bonne santé.</li><li>Afin de maintenir un régime sans gluten, vous devez éviter toute source de contamination croisée à la maison et à l’extérieur (p. ex., lorsque le gluten est transmis d’un aliment ou d’un objet à un aliment ou à un objet sans gluten).</li><li>Lorsque vous mangez à l’extérieur, assurez-vous que tous comprennent que le régime sans gluten de votre enfant est le seul traitement médical pour la maladie cœliaque.<br></li></ul><h2>Crédit d’impôt</h2><p>Les prix payés pour l’achat de produits sans gluten pour une personne atteinte de la maladie cœliaque sont considérés comme des frais médicaux. Ils sont admissibles dans votre déclaration de revenus auprès de l’<a href="http://www.cra-arc.gc.ca/menu-fra.html">Agence du revenu du Canada</a>. On vous demandera de fournir les documents suivants :</p><ul><li>une lettre d’un fournisseur de soins de santé attestant que la personne a besoin de produits sans gluten en raison de la maladie cœliaque;</li><li>un résumé de chaque produit acheté au cours des 12 mois pendant lesquels les frais sont réclamés;</li><li>un reçu à l’appui du coût de chaque produit sans gluten que vous réclamez.</li></ul><p>Pour plus de renseignements, visitez le site Web de l’<a href="http://www.cra-arc.gc.ca/menu-fra.html">Agence du revenu du Canada</a>. <br></p><h2>Comment prévenir le risque de contamination croisée</h2><p>Une contamination croisée se produit lorsque le gluten se transmet involontairement d’un aliment ou d’un objet vers un autre aliment ou un autre objet. Il est important d’éviter toute source de contamination croisée.</p><h3>À la maison<br></h3><p>Lavage :</p><ul><li> <a href="/Article?contentid=1981&language=French">Lavez-vous les mains</a> entre chaque manipulation d’aliments contenant du gluten et de ceux qui en sont exempts.</li><li>Lavez-vous les mains et lavez les jouets s’ils ont été contaminés par du gluten.</li><li>Lavez les comptoirs soigneusement avant de préparer un repas sans gluten.</li><li>Nettoyez l’ensemble des chaudrons, casseroles, ustensiles de cuisine et comptoirs avec du savon chaque fois que vous les utilisez.</li></ul><p>Dans la cuisine :</p><ul><li>Gardez séparément les aliments sans gluten de ceux qui en contiennent. </li><li>Utilisez un grille-pain, un grill, une passoire et une planche à découper distincts pour tous les produits sans gluten. Si vous utilisez votre grill pour la cuisson d’aliments qui contiennent du gluten, enveloppez le produit sans gluten dans du papier d’aluminium.</li><li>Utilisez des ustensiles de cuisson et des planches à découper en plastique ou en métal au lieu du bois puisque le gluten adhère au bois.</li><li>Utilisez des condiments offerts en flacons pressables ou en contenants distincts de ceux utilisés avec des produits sans gluten (p. ex., beurrier ou plat de margarine).</li></ul><p>Évitez les aliments potentiellement contaminés par du gluten :</p><ul><li>N’achetez pas d’aliments qui n’affichent pas d’étiquette nutritionnelle ni d’information sur les allergies.</li><li>Ne consommez pas d’aliments sans gluten présentés sur le même plateau que ceux qui en contiennent (p. ex., plateaux de fruits, de fromage et de craquelins contenant du gluten).</li></ul><h3>À l’extérieur</h3><p>Vous n’avez aucun contrôle sur votre environnement lorsque vous et votre famille sortez de la maison. Gardez à l’esprit ce qui suit :</p><ul><li>Les jouets et les surfaces de jeu à la garderie, à l’école ou chez des amis peuvent être contaminés par du gluten. Évitez tout contact avec ces surfaces ou d’y poser les aliments de votre enfant.</li><li>N’achetez pas d’aliments présentés dans des récipients de stockage en vrac. Ces aliments peuvent être contaminés par les écopes utilisées dans plusieurs récipients. Vous n’avez aucune assurance que les autres clients sont aussi prudents que vous.</li><li>N’achetez pas d’aliments dans les magasins où il n’y a aucune étiquette nutritionnelle ni information sur les allergies. C’est parfois le cas pour les aliments importés d’autres pays.</li><li>En cas de doute, communiquez avec l’entreprise alimentaire pour vous renseigner sur le processus de transformation et sur la contamination par le gluten.</li><li>Choisissez les charcuteries emballées. Au comptoir des charcuteries, les viandes sans gluten sont découpées avec la même trancheuse sans nettoyage entre les utilisations. Il s’agit d’une autre source de contamination.</li><li>Évitez les buffets puisque les aliments présentés peuvent être contaminés par du gluten lorsque les clients utilisent les mêmes ustensiles de service d’un plat à l’autre.</li><li>Évitez les frites et d’autres aliments sans gluten s’ils ont été cuits dans de l’huile contaminée par du gluten, par exemple, lorsque les aliments ont été frits ou assaisonnés dans la même friteuse.</li><li>La viande peut devenir contaminée si elle est cuite sur un gril en compagnie d’autres aliments contenant du gluten.</li></ul><h3>À l’école</h3><ul><li>Informez les responsables de la nécessité pour votre enfant de suivre un régime strictement sans gluten.</li><li>Renseignez-vous sur les possibilités de menu sans gluten. Il est important de vérifier directement auprès du fournisseur alimentaire des sources potentielles de contamination.</li><li>Assurez-vous que votre enfant comprenne pourquoi il ne doit pas échanger des aliments avec d’autres élèves.</li></ul><h2>Conseils pour consommer des aliments à l’extérieur</h2><h3>Avant d’aller manger au restaurant</h3><p>Appelez l’établissement au préalable. Expliquez que le régime sans gluten de votre enfant est un traitement médical pour la maladie cœliaque et non pas une intolérance ou une sensibilité au gluten.</p><p>Consultez le menu, la liste des ingrédients et les avertissements relatifs aux allergies sur le site Web du restaurant.</p><p>Choisissez un restaurant où la communication s’annonce facile et où les spécificités du régime strictement sans gluten de votre enfant seront bien comprises. Par exemple, assurez-vous que la langue ne soit pas un obstacle à la communication.</p><p>Si vous n’avez pas le temps d’appeler le restaurant au préalable, informez le serveur et le chef dès votre arrivée que votre enfant suit un régime strictement sans gluten. Essayez de choisir les heures moins achalandées du restaurant. Le personnel aura alors plus de temps et de ressources à consacrer aux spécificités d’un régime strictement sans gluten.</p><p>Apportez votre pain, vos craquelins et vos condiments préférés sans gluten, y compris votre sauce pour salade.</p><h3>Au restaurant</h3><p>Souvenez-vous de toujours vous renseigner sur la contamination croisée. Vous pourriez devoir expliquer ce en quoi elle consiste. Vous pourriez dire, par exemple, « une contamination croisée se produit lorsque le gluten d’un aliment ou d’un objet entre en contact avec un autre aliment ou un autre objet. » Demandez à ce que les aliments soient préparés sur des surfaces propres au moyen d’ustensiles et de gants propres.</p><p>Évitez tout ce qui consiste en des assaisonnements, des sauces (p. ex., la sauce de soja), des croûtons, des soupes et d’autres sauces. Soyez précis lors de la commande. Vous pourriez dire, par exemple, « je ne veux pas de sauce dans mon assiette ».</p><p>Demandez quels aliments sont frits dans la même huile ou la même friteuse. Vous pouvez aussi expliquer que les frites, le tofu, les nachos et les ailes cuits dans la même huile que les pépites ou les rondelles d’oignon (qui sont des sources de gluten) seront contaminés et dangereux pour votre enfant.</p><p>Demandez à consulter la liste d’information nutritionnelle ou d’information sur les allergies du restaurant.</p><p>Évitez les buffets.</p><h2>Conseils pour communiquer avec les entreprises alimentaires</h2><h3>Repérage des coordonnées</h3><p>Si vous ignorez si un aliment ou un ingrédient d’un produit non alimentaire est sans danger, appelez l’entreprise. Repérez et notez ou photographiez les coordonnées de l’entreprise sur l’emballage. Au Canada, il s’agit généralement d’un numéro sans frais.</p><p>Si vous ne trouvez pas le numéro de téléphone de l’entreprise, notez son nom. Vous pourrez faire une recherche dans un annuaire ou sur Internet.</p><p>Notez le nom du produit et la série de chiffres figurant sous le code à barres CUP.</p><h3>Ce qu’il faut demander</h3><p>Appelez l’entreprise alimentaire et demandez à parler au service à la clientèle. N’hésitez pas à poser des questions sur le produit, en demandant par exemple, « ce produit est-il sans gluten? » ou « est-ce que le produit contient de l’avoine, de l’orge, du blé, du seigle, du triticale ou tout composant de ces ingrédients? »</p><p>Si l’entreprise est incapable de confirmer que le produit est sans gluten, il ne faut alors pas consommer ni utiliser ce produit. Gardez à l’esprit que les listes d’ingrédients peuvent changer et que vous devrez peut-être mettre à jour ces renseignements plus tard.</p><p>Certaines entreprises alimentaires détiennent une liste des produits qui sont considérés comme « sans gluten ». L’entreprise peut vous faire parvenir cette liste sur demande. D’autres entreprises affichent des renseignements sur les produits sans gluten sur leur site Web. Assurez-vous que ces renseignements ont été récemment mis à jour (au cours de la dernière année).</p>https://assets.aboutkidshealth.ca/AKHAssets/Nutrition_and_JIA.jpgMaintenir un régime alimentaire sans gluten Cet article fournit des conseils pour aider votre enfant atteint de la maladie cœliaque à maintenir son régime alimentaire spécial. Main
Hygiène des mainsHygiène des mainsHand hygieneHFrenchPreventionChild (0-12 years);Teen (13-18 years)HandSkinNon-drug treatmentCaregivers Adult (19+)NAhttps://assets.aboutkidshealth.ca/akhassets/HandWashing_1_EQUIP_ILL_EN.jpg2019-10-25T04:00:00Z1332.00000000000Health (A-Z) - ProcedureHealth A-Z<p> Le meilleur moyen de prévention des maladies infectieuses reste le plus simple : une bonne hygiène des mains. Découvrez comment apprendre à vos enfants de bonnes pratiques d'hygiène des mains.<br></p><p>Au cours d’une journée, nos mains se chargent de toutes sortes de germes (microbes) d’origines diverses. Même les surfaces et les objets qui semblent propres peuvent être porteurs de germes comme des bactéries, des virus ou des champignons. Le virus de l’<a href="/Article?contentid=912&language=French">influenza</a>, par exemple, peut rester infectieux pendant 2 à 8 heures sur des surfaces dures comme un bureau ou une poignée de porte; certaines bactéries peuvent survivre des semaines ou des mois.</p> <p>Quand on mange ou qu’on se touche les yeux ou le nez, ces germes peuvent entrer dans l’organisme et nous rendre malade. Souvent, ces maladies sont ennuyeuses, mais sans gravité. Toutefois, il arrive que l’infection soit dangereuse ou mortelle.</p> <p>Une bonne hygiène des mains est la mesure de prévention la plus importante contre des maladies courantes comme le rhume, la grippe et la <a href="/Article?contentid=907&language=French">gastroentérite</a>. Se laver les mains avec de l'eau tiède et du savon est un des meilleurs moyens d’éliminer les bactéries et les vi​rus, surtout si les mains sont visiblement sales ou graisseuses. Quand il n’y a pas de lavabo à proximité ou quand vous êtes dans un environnement médical, utilisez un désinfectant à base d’alcool. Une application de désinfectant pour les mains à base d’alcool est aussi efficace contre la majorité des infections qu’un lavage à l’eau tiède et au savon.<br></p><h2>Quand se laver les mains?</h2> <p>Lavez-vous toujours les mains dans les cas suivants :</p> <ul> <li>lorsque vous avez les mains sales, surtout si la saleté est visible;</li> <li>avant, pendant et après la préparation d’aliments;</li> <li>avant de manger, de nourrir un enfant ou de donner un médicament;</li> <li>après être allé aux toilettes;</li> <li>après avoir changé une couche ou aidé un enfant à aller aux toilettes;</li> <li>après tout contact avec du sang ou d’autres fluides corporels comme de la salive ou du vomi;</li> <li>après avoir éternué ou toussé ou vous être mouché;</li> <li>après avoir touché un animal ou ramassé ses excréments;</li> <li>après avoir manipulé des déchets;</li> <li>plus souvent si un de vos proches est malade.</li> </ul><h2>À re​tenir</h2> <ul> <li>Une bonne hygiène des mains est le meilleur moyen de vous protéger, vous et votre enfant, contre les germes.</li> <li>Lavez-vous les mains fréquemment à l’eau tiède et au savon pendant au moins 20 secondes en frottant toutes les surfaces, puis rincez-les pour éliminer toute trace de savon.</li> <li>Quand vous êtes dans un environnement médical ou vous n’avez pas d’eau pour vous laver les mains, utilisez un désinfectant pour les mains à base d’alcool. Assurez-vous qu’il contient entre 60 et 95 % d’alcool. Frottez-vous les mains avec le désinfectant jusqu’à ce qu’elles soient sèches.​</li> </ul><h2>De l’eau et d​u savon</h2><p>Bien utilisés, les savons liquides, en mousse ou en pain peuvent tous convenir pour se laver les mains. Le type de savon compte moins que la technique employée. C’est l’action combinée du savon et de la friction des mains qui déloge les germes et en débarrasse la peau. Ils sont ensuite éliminés au rinçage. Il n’est pas nécessaire d’utiliser un savon antibactérien. Si on se lave les mains correctement, un savon antibactérien ne donne pas de meilleurs résultats qu’un savon ordinaire.</p><h2>Bien se laver les ma​ins</h2><p>Se laver les mains n’est utile que si on le fait correctement :</p><ol class="akh-steps fr-steps"><li> <figure><img src="https://assets.aboutkidshealth.ca/akhassets/HandWashing_1_EQUIP_ILL_EN.jpg" alt="Mouillant les mains sous un robinet" /> </figure> <p>Bien se mouiller les mains à l'eau tiède.</p></li><li> <figure><img src="https://assets.aboutkidshealth.ca/akhassets/HandWashing_2_EQUIP_ILL_EN.jpg" alt="Applicant du savon aux mains" /> </figure> <p>Frotter avec du savon liquide, en mousse ou en barre (propre) pour couvrir toute la surface des mains.</p></li><li> <figure><img src="https://assets.aboutkidshealth.ca/akhassets/HandWashing_3_EQUIP_ILL_EN.jpg" alt="Frottant les mains ensembles en gardant les mains éloignées de l’eau" /> </figure> <p>Éloigner les mains de l'eau et frottez-les ensemble vigoureusement.</p></li><li> <figure><img src="https://assets.aboutkidshealth.ca/akhassets/HandWashing_4_EQUIP_ILL_EN.jpg" alt="Se lavant les paumes" /> </figure> <p>Frotter toutes les surfaces.</p></li><li> <figure><img src="https://assets.aboutkidshealth.ca/akhassets/HandWashing_5_EQUIP_ILL_EN.jpg" alt="Nettoyant entre les doigts" /> </figure> <p>Ne pas oublier de nettoyer entre les doigts et sous les ongles.</p></li><li> <figure><img src="https://assets.aboutkidshealth.ca/akhassets/HandWashing_6_EQUIP_ILL_EN.jpg" alt="Se lavant le dos de la main" /> </figure> <p>Se laver les poignets et l'avant-bras, au besoin.<br></p></li><li> <figure><img src="https://assets.aboutkidshealth.ca/akhassets/HandWashing_7_EQUIP_ILL_EN.jpg" alt="Se lavant le poignet" /> </figure> <p>Continuer pendant 20 secondes au moins, ou environ le temps qu’il faut pour chanter deux fois une petite chanson comme "Joyeux anniversaire". C'est l'action du savon combinée au frottement qui déloge et élimine les germes.</p></li><li> <figure><img src="https://assets.aboutkidshealth.ca/akhassets/HandWashing_8_EQUIP_ILL_EN.jpg" alt="Rinçant les mains sous un robinet" /> </figure> <p>Bien rincer pour enlever toutes les traces de savon.</p></li><li> <figure><img src="https://assets.aboutkidshealth.ca/akhassets/HandWashing_9_EQUIP_ILL_EN.jpg" alt="S’essuyant les mains sur une serviette" /> </figure> <p>S'essuyer les mains sur une serviette en tissus ou en papier propre.</p></li><li> <figure><img src="https://assets.aboutkidshealth.ca/akhassets/HandWashing_10_EQUIP_ILL_EN.jpg" alt="Utilisant une serviette pour fermer le robinet " /> </figure> <p>Utiliser la serviette pour fermer le robinet.</p></li></ol><h2>Apprendre aux en​fants à se laver les mains</h2><p>Même les jeunes enfants peuvent apprendre à se laver les mains correctement. Voici quelques conseils :</p><ul><li>Apprenez aux enfants à se laver les mains dès leur plus jeune âge. Dès le départ, cela doit faire partie de la routine aux toilettes. Lavez-vous les mains après avoir changé votre enfant et, s’il a touché sa couche ou la zone de la couche, lavez-lui également les mains. Lorsque votre enfant va sur le pot, même si c’est vous qui l’essuyez, lavez-vous ensuite tous deux les mains.</li><li>Montrez l’exemple. Lavez-vous toujours les mains en utilisant la bonne technique.</li><li>Facilitez la tâche à votre enfant. Placez devant le lavabo un marchepied stable sur lequel il peut monter. Faites en sorte que le savon et la serviette soient à sa portée. Les pains de savon peuvent être glissants et difficiles à manipuler; un savon liquide ou en mousse peut être plus indiqué.</li><li>Expliquez pourquoi il faut se laver les mains. Dites à votre enfant que, même si ses mains paraissent propres, elles peuvent porter des germes s’il a joué avec un animal ou est allé aux toilettes. Les germes peuvent rendre malade, c’est pourquoi il est important de les éliminer en se lavant les mains, surtout avant de manger.</li><li>Veillez à la sécurité de votre enfant. Pour éviter les <a href="/Article?contentid=1116&language=French">brûlures</a>, ouvrez vous-même le robinet et réglez la température de l’eau tant que l’enfant n’est pas assez grand pour le faire seul.</li><li>Trouvez des alliés. Renseignez-vous pour savoir si on enseigne à se laver les mains correctement à l’école ou à la garderie de l’enfant. Assurez-vous que le lavage des mains et le contrôle des infections sont des priorités.</li></ul><h2>Un désinfectant pour les mains là où il n’y a pas de lavabo</h2><p>Si les mains ne sont ni humides, ni graisseuses, ni visiblement sales, on peut utiliser un désinfectant pour les mains à base d’alcool (encore appelé solution hydro-alcoolique). Ces produits sont efficaces parce que l’alcool qu’ils contiennent dénature ou « fige » les protéines des germes.</p><p>Lisez les étiquettes pour vous assurer que le désinfectant que vous achetez contient entre 60 et 95 % d’alcool éthylique (éthanol) ou d’alcool isopropylique (isopropanol). Les produits qui contiennent moins de 60 % d’alcool ne tuent pas les germes. Ceux qui ont plus de 95 % d’alcool sont moins efficaces, car les protéines ne se dégradent pas en l’absence d’eau.</p><p>Pour utiliser un désinfectant pour les mains, prenez une dose (une noisette) dans le creux de la main et frottez-vous les mains pendant une vingtaine de secondes, jusqu’à ce qu’elles soient sèches. Si les mains sont sèches avant que 20 secondes ne se soient écoulées, la quantité de désinfectant n’était peut-être pas suffisante.</p><p>Les désinfectants sont moins agressifs pour les mains et souvent plus pratiques. Cependant, un désinfectant pour les mains ne remplace pas le lavage à l’eau et au savon, en particulier après être allé aux toilettes. Placez dans le cartable des écoliers un petit flacon de désinfectant pour les mains qu’ils pourront utiliser à l’école quand ils n’ont pas la possibilité de se laver les mains à l’eau et au savon.</p><h3>Précautions à prendre lorsqu’on utilise un désinfectant pour les mains :</h3><ul><li>Ne laissez pas de désinfectant pour les mains à la portée de jeunes enfants qui pourraient le boire. Les désinfectants pour les mains ont un degré d’alcool par volume 50 % plus élevé que la plupart des marques de vodka.</li><li>Supervisez toujours les jeunes enfants lorsqu’ils utilisent un désinfectant pour les mains.</li><li>Après vous être désinfecté les mains à l’aide d’un désinfectant à base d’alcool, ne les approchez pas d’une étincelle, d’une flamme ou d’une source d’électricité statique avant qu’elles ne soient sèches : l’alcool pourrait prendre feu et provoquer des brûlures. Frottez-vous les mains l’une contre l’autre jusqu’à ce toute trace d’humidité ait disparu.</li></ul><p>Aiello AE, Larson EL, Levy SB. (2007). Consumer antibacterial soaps: Effective or just risky? <em>Clinical Infectious Diseases, 45(Suppl2),</em> S137-S147.</p><p>Cottingham A. (2004). “Now wash your hands please”: Teaching health concepts to very young children. <em>Paediatric Nursing, 16(8),</em> 33-35.</p><p>Fact Sheet on Hand Sanitizers. (2007, August 23). <em>Ontario Poison Centre</em>. Retrieved from <a href="http://www.ontariopoisoncentre.ca/pdf/44813-Hand%20Sanitizers%20FactSheet.pdf">http://www.ontariopoisoncentre.ca/pdf/44813-Hand%20Sanitizers%20FactSheet.pdf</a>.</p><p>Preventing Seasonal Flu Illness. (2013, September 25). <em>Centers for Disease Control and Prevention</em>. Retrieved from <a href="https://www.cdc.gov/flu/prevent/">https://www.cdc.gov/flu/prevent/</a>.<br></p><p>Reynolds SA, Levy F, Walker ES. (2006). Hand sanitizer alert [letter]. <em>Emerging Infectious Diseases, 12(3),</em> 527-527.</p><p>Show Me the Science - When to Use Hand Sanitizer. (2013, December 11). <em>Centers for Disease Control and Prevention</em>. Retrieved from <a href="http://www.cdc.gov/handwashing/show-me-the-science-hand-sanitizer.html">http://www.cdc.gov/handwashing/show-me-the-science-hand-sanitizer.html</a>.</p><p>Le lavage des mains et ses bienfaits. (2012, March 14). <em>Health Canada</em>. Retrieved from <a href="https://www.canada.ca/fr/sante-canada/services/vie-saine/votre-sante-vous/maladies/lavage-mains-bienfaits.html">https://www.canada.ca/fr/sante-canada/services/vie-saine/votre-sante-vous/maladies/lavage-mains-bienfaits.html</a>.</p> Le meilleur moyen de prévention des maladies infectieuses reste le plus simple une bonne hygiène des mains. Main
Santé mentaleSanté mentaleMental healthSFrenchPsychiatryChild (0-12 years);Teen (13-18 years)NANANACaregivers Adult (19+)NALanding PageLearning Hub<p>Apprenez à soutenir le bien-être de votre enfant par l’activité, le sommeil et l’alimentation et à gérer divers troubles de santé mentale.</p><br><p>Ce centre offre des ressources pour soutenir la santé mentale de votre enfant grâce à l'activité physique, au sommeil et à la nutrition. Il offre également de l'information sur la reconnaissance, le traitement et la gestion d'une gamme de problèmes de santé mentale, y compris les troubles anxieux, le trouble bipolaire, la dépression, les troubles du comportement, l'anorexie mentale et le trouble de déficit de l’attention et hyperactivité (TDAH).<br></p><div class="panel panel-primary"><div class="panel-heading clickable"> <span class="pull-right panel-heading-collapsable-icon"><i class="mdi mdi-chevron-down"></i></span> <h2 class="panel-title">Bien-être</h2></div><div class="panel-body list-group" style="display:none;"><p>Les pressions de la vie quotidienne pendant la croissance d’un enfant peuvent mettre à l'épreuve sa santé mentale. Découvrez comment l’activité physique, de bonnes habitudes de sommeil, des limites au temps passé devant un écran et une alimentation équilibrée peuvent stimuler la santé mentale de votre enfant et l'aider à traverser les périodes difficiles.</p></div><ol class="list-group" style="display:none;"><li><div class="panel-heading clickable"> <span class="pull-right panel-heading-collapsable-icon"><i class="mdi mdi-chevron-down"></i></span> <h3>Activité physique</h3></div><ol class="list-group" style="display:none;"><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/Article?contentid=642&language=French">Activité physique : directives à l’intention des enfants et des jeunes</a></li><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/Article?contentid=641&language=French">Activité physique : bienfaits pour la santé et le bien-être</a></li></ol></li><li><div class="panel-heading clickable"> <span class="pull-right panel-heading-collapsable-icon"><i class="mdi mdi-chevron-down"></i></span> <h3>Le sommeil</h3></div><ol class="list-group" style="display:none;"><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/Article?contentid=645&language=French">Le sommeil : bienfaits et nombre d’heures recommandées</a></li><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/Article?contentid=646&language=French">Conseils sur le sommeil : aider votre enfant à bien dormir</a></li><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/Article?contentid=647&language=French">Conseils sur le sommeil : aider votre jeune à bien dormir</a></li></ol></li><li><div class="panel-heading clickable"> <span class="pull-right panel-heading-collapsable-icon"><i class="mdi mdi-chevron-down"></i></span> <h3>Temps d'écran</h3></div><ol class="list-group" style="display:none;"><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/Article?contentid=643&language=French">Temps d'écran : présentation générale</a></li><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/Article?contentid=644&language=French">Temps d'écran : comment aider votre enfant à fixer des limites saines</a></li></ol></li><li><div class="panel-heading clickable"> <span class="pull-right panel-heading-collapsable-icon"><i class="mdi mdi-chevron-down"></i></span> <h3>Nutrition</h3></div><ol class="list-group" style="display:none;"><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/Article?contentid=639&language=French">Nutrition : une alimentation saine et équilibrée peut favoriser la santé mentale de votre enfant</a></li></ol></li></ol></div><div class="panel panel-primary"><div class="panel-heading clickable"> <span class="pull-right panel-heading-collapsable-icon"><i class="mdi mdi-chevron-down"></i></span> <h2 class="panel-title">Les troubles anxieux</h2></div><div class="panel-body list-group" style="display:none;"><p>Tout enfant éprouvera de l’anxiété à un moment ou à un autre car cela fait partie intégrante du développement. Toutefois, un trouble anxieux se manifeste lquand il affecte le quotidien. Apprenez-en davantage sur les signes, les symptômes et le spectre des troubles anxieux et de leur traitement.</p></div><ol class="list-group" style="display:none;"><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/Article?contentid=18&language=French">Anxiété : présentation générale</a></li><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/Article?contentid=271&language=French">Anxiété : signes avant-coureurs</a></li><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/Article?contentid=270&language=French">Anxiété : types de troubles</a></li><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/Article?contentid=701&language=French">Anxiété : traitement par prise de médicaments</a></li><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/Article?contentid=702&language=French">Anxiété : le traitement par la psychothérapie et les changements de mode de vie</a></li></ol></div><div class="panel panel-primary"><div class="panel-heading clickable"> <span class="pull-right panel-heading-collapsable-icon"><i class="mdi mdi-chevron-down"></i></span> <h2 class="panel-title">Le trouble obsessionnel-compulsif </h2></div><div class="panel-body list-group" style="display:none;"><p>Le trouble obsessionnel-compulsif (TOC) se produit lorsqu’une personne souffre de pensées inquiétantes et intrusives et/ou suit des habitudes répétitives ou strictes pour être moins inquiète. En savoir plus sur les causes, les symptômes et les conséquences de ce trouble et comment vous pouvez aider votre enfant.</p></div><ol class="list-group" style="display:none;"><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/Article?contentid=285&language=French">Le trouble obsessionnel-compulsif (TOC) : présentation générale</a></li><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/Article?contentid=288&language=French">TOC : signes avant-coureurs</a></li><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/Article?contentid=286&language=French">Comment les TOC affectent-ils la vie de votre enfant</a></li><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/Article?contentid=709&language=French">TOC : le traitement par la psychothérapie et les médicaments</a></li><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/Article?contentid=287&language=French">TOC : comment aider votre enfant</a></li></ol></div><div class="panel panel-primary"><div class="panel-heading clickable"> <span class="pull-right panel-heading-collapsable-icon"><i class="mdi mdi-chevron-down"></i></span> <h2 class="panel-title">La dépression</h2></div><div class="panel-body list-group" style="display:none;"><p>La dépression est une maladie qui se manifeste par un sentiment de profonde tristesse ou un manque d'intérêt pour des activités qu'on aimait faire auparavant. Découvrez comment cette condition affecte l'humeur de l'enfant, le sommeil, la concentration et les niveaux d'énergie, et comment cela peut être traité.</p></div><ol class="list-group" style="display:none;"><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/Article?contentid=19&language=French">La dépression : présentation générale</a></li><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/Article?contentid=284&language=French">Dépression : signes avant-coureurs</a></li><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/Article?contentid=707&language=French">Dépression : traitement par prise de médicaments</a></li><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/Article?contentid=708&language=French">Dépression : le traitement par la psychothérapie et les changements de mode de vie</a></li></ol></div><div class="panel panel-primary"><div class="panel-heading clickable"> <span class="pull-right panel-heading-collapsable-icon"><i class="mdi mdi-chevron-down"></i></span> <h2 class="panel-title">Le trouble bipolaire</h2></div><div class="panel-body list-group" style="display:none;"><p>Le trouble bipolaire entraîne une​ alternance entre les humeurs faibles et élevées pendant des jours, des semaines ou des mois. Découvrez le spectre du trouble bipolaire, les symptômes des épisodes maniaques et dépressifs et comment les médicaments, la thérapie et les changements de style de vie peuvent aider.</p></div><ol class="list-group" style="display:none;"><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/Article?contentid=279&language=French">Le trouble bipolaire : présentation générale</a></li><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/Article?contentid=280&language=French">Trouble bipolaire : signes avant-coureurs</a></li><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/Article?contentid=704&language=French">Trouble bipolaire : le traitement par prise de médicaments</a></li><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/Article?contentid=705&language=French">Trouble bipolaire : le traitement par la psychothérapie et les changements de mode de vie</a></li></ol></div><div class="panel panel-primary"><div class="panel-heading clickable"> <span class="pull-right panel-heading-collapsable-icon"><i class="mdi mdi-chevron-down"></i></span> <h2 class="panel-title">Le suicide chez les enfants et les adolescents</h2></div><div class="panel-body list-group" style="display:none;"><p>Il arrive souvent qu’un enfant qui a des pensées suicidaires ou d'automutilation soit en même temps sous l’emprise d’une souffrance émotive envahissante. Apprenez comment aider votre enfant à composer avec des émotions perturbatrices, comment lui apporter du soutien et le protéger et où vous adresser pour obtenir de l’aide professionnelle.</p></div><ol class="list-group" style="display:none;"><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/Article?contentid=291&language=French">Le suicide chez les enfants et les adolescents : présentation générale</a></li><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/Article?contentid=289&language=French">L’automutilation chez les enfants et les adolescents : présentation générale</a></li><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/Article?contentid=290&language=French">Les risques de suicide : signes avant-coureurs</a></li><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/Article?contentid=293&language=French">Aider votre enfant à comprendre des émotions difficiles à gérer</a></li><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/Article?contentid=292&language=French">Suicide et automutilation : comment protéger votre enfant</a></li></ol></div><div class="panel panel-primary"><div class="panel-heading clickable"> <span class="pull-right panel-heading-collapsable-icon"><i class="mdi mdi-chevron-down"></i></span> <h2 class="panel-title">Les troubles d'alimentation</h2></div><div class="panel-body list-group" style="display:none;"><p>Les troubles de l’alimentation peuvent non seulement comporter des risques pour la santé de votre enfant mais aussi perturber votre vie familiale. Renseignez-vous sur les symptômes et la prise en charge de l’anorexie, de la boulimie, du trouble d’alimentation sélective et/ou d’évitement et de l’hyperphagie boulimique, et comment aider votre enfant.</p></div><ol class="list-group" style="display:none;"><li><div class="panel-heading clickable"> <span class="pull-right panel-heading-collapsable-icon"><i class="mdi mdi-chevron-down"></i></span> <h3>L'anorexie mentale</h3></div><ol class="list-group" style="display:none;"><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/Article?contentid=268&language=French">Anorexie mentale : présentation générale</a></li><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/Article?contentid=269&language=French">Anorexie : signes avant-coureurs</a></li><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/Article?contentid=267&language=French">Anorexie : complications médicales</a></li><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/Article?contentid=700&language=French">Anorexie : options de traitement</a></li><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/Article?contentid=266&language=French">Anorexie : comment aider votre enfant à la maison</a></li></ol></li><li><div class="panel-heading clickable"> <span class="pull-right panel-heading-collapsable-icon"><i class="mdi mdi-chevron-down"></i></span> <h3>La boulimie mentale</h3></div><ol class="list-group" style="display:none;"><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/Article?contentid=282&language=French">Boulimie mentale : présentation générale</a></li><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/Article?contentid=283&language=French">Boulimie : signes avant-coureurs</a></li><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/Article?contentid=281&language=French">Boulimie : complications médicales</a></li><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/Article?contentid=706&language=French">Boulimie : options de traitement</a></li><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/Article?contentid=294&language=French">Boulimie : comment aider votre enfant à la maison</a></li></ol></li><li><div class="panel-heading clickable"> <span class="pull-right panel-heading-collapsable-icon"><i class="mdi mdi-chevron-down"></i></span> <h3>Trouble d’alimentation sélective et/ou d’évitement</h3></div><ol class="list-group" style="display:none;"><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/Article?contentid=274&language=French">Trouble d’alimentation sélective et/ou d’évitement : présentation générale</a></li><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/Article?contentid=275&language=French">ARFID : signes avant-coureurs</a></li><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/Article?contentid=273&language=French">ARFID : complications médicales</a></li><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/Article?contentid=703&language=French">ARFID : options de traitement</a></li><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/Article?contentid=272&language=French">ARFID : comment aider votre enfant à la maison</a></li></ol></li><li><div class="panel-heading clickable"> <span class="pull-right panel-heading-collapsable-icon"><i class="mdi mdi-chevron-down"></i></span> <h3>L’hyperphagie boulimique</h3></div><ol class="list-group" style="display:none;"><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/Article?contentid=277&language=French">L’hyperphagie boulimique : présentation générale</a></li><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/Article?contentid=278&language=French">Hyperphagie boulimique : signes avant-coureurs</a></li><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/Article?contentid=640&language=French">L’obésité : complications médicales</a></li><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/Article?contentid=276&language=French">Hyperphagie boulimique : comment aider votre enfant à la maison</a></li></ol></li></ol></div><div class="panel panel-primary"><div class="panel-heading clickable"> <span class="pull-right panel-heading-collapsable-icon"><i class="mdi mdi-chevron-down"></i></span> <h2 class="panel-title"> Trouble de déficit de l’attention et hyperactivité (TDAH)</h2></div><div class="panel-body list-group" style="display:none;"><p>Le trouble de déficit de l’attention et hyperactivité (TDAH) est lié à des difficultés de régulation de l’attention et de maîtrise du comportement. Découvrez les principaux symptômes du TDAH chez les enfants et les adolescents, comment la maladie est diagnostiquée et comment aider votre enfant à la maison et à l’école.</p></div><ol class="list-group" style="display:none;"><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/Article?contentid=1922&language=French"> Trouble de déficit de l’attention et hyperactivité : présentation générale</a></li><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/Article?contentid=1923&language=French">TDAH : signes avant-coureurs</a></li><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/Article?contentid=1997&language=French">TDAH : comment aider votre enfant à la maison</a></li><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/Article?contentid=1999&language=French">TDAH : communiquer avec l’école de votre enfant</a></li><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/Article?contentid=1998&language=French">TDAH : traitement à l’aide des médicaments</a></li></ol></div><div class="panel panel-primary"><div class="panel-heading clickable"> <span class="pull-right panel-heading-collapsable-icon"><i class="mdi mdi-chevron-down"></i></span> <h2 class="panel-title"> Les troubles du comportement</h2></div><div class="panel-body list-group" style="display:none;"><p>Les troubles de comportement comprennent le trouble oppositionnel avec provocation et le trouble des conduites. Apprenez comment ces problèmes diffèrent de l’inconduite typique, comment la thérapie et les médicaments peuvent aider à les atténuer et comment vous pouvez gérer un comportement problématique à la maison.</p></div><ol class="list-group" style="display:none;"><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/Article?contentid=1924&language=French"> Les troubles du comportement : présentation générale</a></li><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/Article?contentid=1925&language=French">Troubles du comportement : signes avant-coureurs</a></li><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/Article?contentid=2000&language=French">Troubles du comportement: psychothérapie et médicaments</a></li><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/Article?contentid=2001&language=French">Troubles du comportement : comment aider votre enfant à la maison</a></li></ol></div><div class="panel panel-primary"><div class="panel-heading clickable"> <span class="pull-right panel-heading-collapsable-icon"><i class="mdi mdi-chevron-down"></i></span> <h2 class="panel-title"> Trouble de stress post-traumatique (TSPT)</h2></div><div class="panel-body list-group" style="display:none;"><p>Le trouble de stress post-traumatique (TSPT) est directement lié à l’observation ou à l’expérience d’un événement terrifiant. Découvrez-en les symptômes principaux et apprenez comment le problème est diagnostiqué et comment la psychothérapie et les médicaments peuvent aider votre enfant.</p></div><ol class="list-group" style="display:none;"><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/Article?contentid=1927&language=French"> Trouble de stress post-traumatique : présentation générale</a></li><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/Article?contentid=1928&language=French">TSPT : signes avant-coureurs</a></li><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/Article?contentid=2005&language=French">TSPT : traitement à l’aide de la psychothérapie et des médicaments</a></li></ol></div><div class="panel panel-primary"><div class="panel-heading clickable"> <span class="pull-right panel-heading-collapsable-icon"><i class="mdi mdi-chevron-down"></i></span> <h2 class="panel-title">Les troubles du cerveau et la santé mentale</h2></div><div class="panel-body list-group" style="display:none;"><p>Un trouble du cerveau est un problème médical, une maladie ou une blessure qui perturbe le cerveau et qui se développe avant ou après la naissance. Découvrez comment il peut compromettre l’apprentissage, l’humeur et les aptitudes sociales de votre enfant, comment en sont évaluées les conséquences sur sa santé mentale et comment l’aider à s’adapter.</p></div><ol class="list-group" style="display:none;"><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/Article?contentid=1926&language=French">Les troubles du cerveau et la santé mentale : présentation générale</a></li><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/Article?contentid=2002&language=French">Troubles du cerveau : évaluer la présence de problèmes neuropsychologiques chez votre enfant</a></li><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/Article?contentid=2003&language=French">Troubles du cerveau : comment aider votre enfant à s’adapter</a></li><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/Article?contentid=2004&language=French">Troubles du cerveau : les traitements actuels</a></li></ol></div>https://assets.aboutkidshealth.ca/AKHAssets/Mental_health_landing-page.jpgsantementaleviesaineMain
Grains de beauté (nævus acquis)Grains de beauté (nævus acquis)Moles (acquired nevi)GFrenchDermatologyChild (0-12 years);Teen (13-18 years)SkinSkinConditions and diseasesCaregivers Adult (19+)NAhttps://assets.aboutkidshealth.ca/akhassets/PMD_nevus_EN.jpg2015-05-06T04:00:00ZHealth (A-Z) - ConditionsHealth A-Z<p>Les grains de beauté sont des excroissances courantes de la peau dont la taille, la couleur et l’apparence varient. Apprenez comment distinguer les grains de beauté bénins de ceux qui sont potentiellement dangereux.</p><h2>Qu’est-ce qu’un grain de beauté?</h2><p>Un grain de beauté (qui est aussi appelé nævus) est une excroissance cutanée très courante qui se forme lorsque les cellules responsables de la couleur de la peau (qui se nomment mélanocytes) s’accumulent sous la couche superficielle de la peau. La taille, la couleur et l’apparence des grains de beauté varient. De plus, leur aspect peut changer au fil du temps. Ils sont normalement circulaires, quoiqu’ils puissent aussi être de forme ovale ou irrégulière. Leur couleur varie du rouge rosâtre ou brun pâle au brun foncé ou noir.</p> <figure class="asset-c-80"><span class="asset-image-title">Grains de beauté sains et bénins</span><img src="https://assets.aboutkidshealth.ca/akhassets/PMD_nevus_FR.jpg" alt="" /> </figure> <p>Les grains de beauté peuvent être plats, bosselés ou verruqueux (en forme de verrue). Bien qu’ils se forment d’habitude sur les parties du corps fréquemment exposées au soleil, ils peuvent être présents sur tout le corps, même dans la bouche, les yeux et les organes génitaux.</p><p>Les grains de beauté se classent dans deux groupes principaux :</p><ul><li>les nævus mélanocytaires congénitaux – grains de beauté présents à la naissance ou qui sont observés peu après,</li><li>les nævus acquis – grains de beauté qui se forment plus tard dans la vie.</li></ul><h2>À retenir</h2><ul><li>Les grains de beauté surviennent lorsque les mélanocytes s’accumulent sous la couche superficielle de la peau. Cette accumulation peut être due à l’exposition au soleil, à des taux élevés d’hormones de croissance ou à la chimiothérapie.</li><li>La plupart des grains de beauté sont bénins. Ils sont alors symétriques, leurs bords sont réguliers et leur pigmentation est uniforme.</li><li>La règle de l’ABCDE de l’examen de la peau peut être utile tant pour vous, votre enfant ou un dermatologue, afin de repérer tout grain de beauté potentiellement dangereux.</li><li>Pour réduire le risque que les grains de beauté deviennent potentiellement dangereux (mélanomes), évitez que votre enfant s’expose trop souvent au soleil, appliquez-lui un écran solaire et examinez sa peau à des intervalles de six mois au moins.</li></ul><h2>Quelles sont les incidences des grains de beauté sur le corps?</h2><p>Les grains de beauté sont généralement bénins (sans danger), bien qu’ils puissent parfois se transformer en mélanomes (cancer de la peau). Ces derniers peuvent être très graves et parfois entraîner la mort s’ils ne sont pas traités à temps.</p><h2>Grains de beauté bénins</h2><p>Un grain de beauté bénin présente les trois caractéristiques suivantes :</p><ul><li>il est symétrique – il est possible d’y tracer une ligne imaginaire le divisant en deux parties identiques,</li><li>son bord est régulier – sa couleur est nettement différente de celle de la peau environnante,</li><li>sa pigmentation est uniforme – tout le grain de beauté est de la même couleur.</li></ul><p>En général, les grains de beauté bénins :</p><ul><li>grossissent à mesure que les enfants grandissent et que la peau prend de l’expansion,</li><li>deviennent plus foncés ou plus pâles au fil du temps,</li><li>peuvent parfois comporter de gros poils,</li><li>changent d’habitude légèrement au cours de la vie (par exemple, ils peuvent gonfler pendant plusieurs années).</li></ul><h2>Grains de beauté potentiellement dangereux</h2><p>Un grain de beauté qui risque d’être dangereux est susceptible :</p><ul><li>de changer de forme,</li><li>de grossir rapidement (de façon démesurée par rapport au rythme de croissance de l’enfant),</li><li>de devenir de couleur inégale,</li><li>de devenir croûteux ou de saigner spontanément (sans blessure).</li></ul><p>Il est recommandé de consulter un dermatologue (spécialiste de la peau) pour qu’il examine la peau de votre enfant si celle-ci change d’apparence, si elle comporte une plaie ouverte, saigne et se cicatrise difficilement ou si un nouveau grain de beauté apparaît soudainement.</p><h2>Quelles sont les causes de la formation des grains de beauté?</h2><p>Plusieurs facteurs peuvent entraîner la formation de grains de beauté :</p><ul><li>l’exposition au soleil (plus sa durée est importante, plus le nombre de grains de beauté augmente),</li><li>des taux élevés de cortisone, de corticotrophine et d’autres hormones favorisant la croissance,</li><li>la chimiothérapie (médicament pour traiter le cancer),</li><li>l’<a href="/article?contentid=1170&language=French">immunosuppression</a> (affaiblissement du système immunitaire qui empêche l’organisme de lutter contre les infections).</li></ul><h2>Les enfants peuvent-ils présenter des mélanomes?</h2><p>Oui, des mélanomes peuvent se former durant l’enfance, bien que ces cas soient très rares. L’incidence du mélanome chez les enfants âgés de moins de 15 ans est d'un sur un million seulement.</p><p>Voici les facteurs de risque de mélanome chez les enfants : </p><ul><li>présenter des nævus dysplastiques (grains de beauté irréguliers),</li><li>avoir un antécédent familial de mélanome, c’est-à-dire qu’un membre de la famille proche (comme l’un des parents ou des grands-parents) a été atteint de cette affection,</li><li>présenter de très nombreux (plus de 100) nævus mélanocytaires,</li><li>être immunodéprimé ou être atteint d'immunodéficience congénitale (système immunitaire affaibli),</li><li>être de phénotype sensible au soleil (peau très claire, yeux clairs et chevelure rousse ou claire),</li><li>être exposé aux rayons ultraviolets du soleil,</li><li>posséder des antécédents de cancer, peu importe le type,</li><li>être atteint d’un trouble génétique (xeroderma pigmentosum, par exemple) rendant la peau plus susceptible d’être endommagée par le soleil.</li></ul><h2>Comment détermine-t-on qu’un grain de beauté est potentiellement dangereux?</h2><p>Les dermatologues et d’autres professionnels de la santé utilisent la « règle de l’ABCDE » qui suit pour déceler les changements potentiellement dangereux dans les grains de beauté existants ou nouveaux. Vous pouvez aussi vous en servir pour examiner la peau de votre enfant à domicile.</p><ul><li> <strong>A</strong> = asymétrique (dont les deux côtés ou moitiés ne sont pas identiques),</li><li> <strong>B</strong> = bords irréguliers (les bords ne sont pas nets),</li><li> <strong>C</strong> = couleurs différentes (la couleur d’un grain de beauté n'est pas uniforme – par exemple, brun pâle et brun foncé),</li><li> <strong>D</strong> = diamètre supérieur à 6 mm,</li><li> <strong>E </strong>= évolution (tout changement marqué de forme, de couleur ou d’apparence des grains de beauté existants).</li></ul><p>Si un grain de beauté présente l’une ou l’autre de ces caractéristiques, il doit être examiné de façon plus approfondie. Les résultats d’un examen dermatoscopique (qui se fait à l’aide d’une lentille grossissante particulière) ou d’une <a href="/article?contentid=2464&language=English">biopsie de la peau</a> (examen au microscope d’un petit échantillon des cellules du grain de beauté) permettront à votre dermatologue ou à votre médecin de déterminer si le grain de beauté est bénin ou malin.</p> <figure class="asset-c-100"> <span class="asset-image-title">Règle de l’ABCDE des grains de beauté potentiellement dangereux</span><img src="https://assets.aboutkidshealth.ca/akhassets/IMD_mole_ABCDE_FR.jpg" alt="Illustration des grains de beauté normaux et des grains de beauté potentiellement dangereux selon la règle de l’ABCDE" /> </figure><h2>Quelles sont les directives à suivre pour réaliser l’examen de la peau de mon enfant à domicile – que ce soit lui ou moi qui l’exécute?</h2><ol><li>L’examen exige un bon éclairage.</li><li>Si vous examinez vous-même la peau de votre enfant, vous aurez besoin de ce qui suit : un séchoir à cheveux, deux chaises ou tabourets, un appareil-photo ou un téléphone intelligent, une règle à mesurer, un stylo et des feuilles de papier. Si votre enfant fait lui-même l’examen, il aura besoin du même matériel ainsi que deux miroirs, un qu’il peut tenir dans la main et un autre suspendu à un mur ou à une porte.</li><li>Il est important d’observer chaque partie du corps dans le même ordre à tous les examens : par exemple, chaque fois, commencer à la tête pour se rendre jusqu’aux pieds ou commencer aux pieds pour se rendre jusqu’à la tête.</li><li>Si vous ou votre enfant commencez par la tête, vous devez d’abord séparer la chevelure à l’aide du séchoir ou des mains pour examiner le cuir chevelu, ce qui se fait plus facilement quand les cheveux sont mouillés. </li><li>Examinez les épaules, la poitrine et la région des organes génitaux.</li><li>Examinez l’arrière des épaules, le haut et le bas du dos ainsi que le fessier.</li><li>Examinez la partie supérieure des bras, les coudes, les avant-bras, les poignets, les mains, y compris les dessus, les paumes et les doigts de même que la peau entre les doigts.</li><li>Examinez l’intérieur et l’extérieur ainsi que l’avant et l’arrière des jambes, y compris les genoux et les chevilles.</li><li>Examinez les pieds et les orteils, dont la plante des pieds et la peau entre les orteils.</li><li>Prenez une photo de tous les grains de beauté à côté desquels vous aurez placé au préalable une règle à mesurer. En conservant les photos, vous pourrez les comparer pour déterminer si la taille ou l’apparence des grains de beauté a changé au fil du temps.</li></ol><br><h2>Que puis-je faire pour réduire le risque de mélanome?</h2><ul><li> <a href="/article?contentid=308&language=English">Évitez toute exposition excessive au soleil</a> (à la plage et dans les endroits ensoleillés, assurez-vous que votre enfant porte un chapeau et des vêtements particuliers offrant une photoprotection (FPS)).</li><li>Interdisez l’utilisation de lits de bronzage à votre enfant.</li><li>Utilisez un écran solaire (avec protection UVA-UVB d’un SPF d’au moins 30) chaque jour, même en hiver, et réappliquez-le périodiquement durant la journée.</li><li>Faites un examen de la peau à l'aide de la règle de l’ABCDE à des intervalles de six mois au moins.</li><li>Consultez votre médecin si vous observez un changement qui vous préoccupe dans un grain de beauté.</li></ul><div class="asset-video"> <iframe src="https://www.youtube.com/embed/7n9wjuEEwio?rel=0&hl=fr&cc_load_policy=1" frameborder="0"></iframe> <br></div><div class="asset-video"> <iframe src="https://www.youtube.com/embed/_ek6RydayLY?rel=0&hl=fr&cc_load_policy=1" frameborder="0"></iframe><br></div>Grains de beauté Apprenez comment distinguer les grains de beauté bénins de ceux qui sont potentiellement dangereux.Main

 

 

Asthme : aperçu général et soins après une consultation à l’hôpital Asthme : aperçu général et soins après une consultation à l’hôpital Asthma: Overview and care after a hospital visit AFrenchRespiratoryChild (0-12 years);Teen (13-18 years)LungsLungsConditions and diseasesCaregivers Adult (19+)Cough;Wheezinghttps://assets.aboutkidshealth.ca/AKHAssets/Asthma_narrow_airways_MED_ILL_FR.jpg2019-12-13T05:00:00Z1633.00000000000Health (A-Z) - ConditionsHealth A-Z<p>L’asthme est une maladie des poumons qui nuit à la respiration. Si votre enfant s’est rendu à l’hôpital à cause d’une crise d’asthme, il est important que vous fassiez un suivi auprès de votre fournisseur de soins de santé primaires <strong>dans un délai d’une semaine</strong>, même si votre enfant se sent mieux, pour vous assurer qu’il continue de s’améliorer et qu’il demeure en bonne santé.</p><h2>Qu’est-ce que l’asthme?</h2><p>L’asthme est une maladie qui affecte les poumons de votre enfant. Lorsque l’asthme n’est pas bien contrôlé, les voies respiratoires se rétrécissent, enflent et produisent du mucus, entraînant des difficultés respiratoires.</p> <figure class="asset-c-80"> <span class="asset-image-title">Rétrécissement des voies respiratoires en cas de crise d’asthme</span><img src="https://assets.aboutkidshealth.ca/AKHAssets/Asthma_narrow_airways_MED_ILL_FR.jpg" alt="Normal airways, muscles and alveoli compared to those during an asthma attack" /><figcaption class="asset-image-caption">Pendant une crise d’asthme, les muscles qui entourent les voies respiratoires se resserrent. Ces voies respiratoires se rétrécissent, enflent et produisent du mucus, entraînant des difficultés respiratoires.</figcaption></figure><h2>Quels sont les symptômes de l’asthme?</h2><h3>Signes précurseurs</h3><p>Les crises d’asthme peuvent commencer lentement au fil des heures ou des jours. Les petits changements que subit le corps de votre enfant lorsqu’il a des problèmes d’asthme sont appelés signes précurseurs.</p><p>Les signes précurseurs de l’asthme comprennent :</p><ul><li>Toux ou respiration sifflante pendant la journée (sifflement aigu)</li><li>Problèmes respiratoires :</li><ul><li>Respiration plus rapide que la normale</li><li>Essoufflement</li><li>Sensations de serrement ou de lourdeur de poitrine</li><li>Toute autre difficulté à respirer</li></ul><li>Réveil nocturne causé par la toux, respiration sifflante ou des problèmes respiratoires, même si ces symptômes ne se produisent qu’une seule fois par semaine</li><li>Toux ou difficulté à respirer après une activité physique régulière</li></ul><h3>Symptômes tardifs</h3> <figure> <span class="asset-image-title">Symptômes tardifs visibles de l’asthme</span><img src="https://assets.aboutkidshealth.ca/akhassets/AsthmaSymptoms_FR.jpg" alt="Child displaying late warning signs of asthma" /><figcaption class="asset-image-caption"></figcaption></figure> <p>Les symptômes tardifs de l’asthme comprennent :</p><ul><li>Pompe de soulagement dont l’effet dure moins de 3 heures</li><li>Sensation d’essoufflement aiguë</li><li>Toux ou respiration sifflante continue</li><li>Difficulté à parler</li><li>« Traction » de la peau dans la région du cou ou entre/sous les côtes</li></ul><p>En présence de l’un de ces symptômes tardif, <strong>rendez-vous au service d’urgences le plus proche ou appelez le 911 immédiatement</strong>.</p><h2>À retenir</h2><ul><li>Lorsque l’asthme n’est pas bien contrôlé, les voies respiratoires se rétrécissent, enflent et produisent du mucus, entraînant des difficultés respiratoires.</li><li>Les signes précurseurs de l’asthme peuvent comprendre une toux, une respiration sifflante et des problèmes respiratoires.</li><li>Les symptômes tardifs peuvent comprendre un essoufflement, une toux ou une respiration sifflante continue, des difficultés à parler ou une « traction » de la peau dans la région du cou ou entre/sous les côtes.</li><li>Les antiasthmatiques que vous utiliserez pour traiter votre enfant sont mis au point dans le cadre du « plan d’action contre l’asthme » que vous élaborez avec le fournisseur de soins de santé.</li><li>Le moyen le plus efficace de combattre l’asthme de votre enfant est de réduire l’exposition aux principaux éléments déclencheurs.</li><li><strong>Après une crise d’asthme, il est très important que vous fassiez un suivi auprès du fournisseur de soins de santé primaires de votre enfant <u>dans un délai d’une semaine</u> suivant la visite à l’hôpital, même si votre enfant se sent mieux.</strong></li></ul><h2>Comment traite-t-on l’asthme?</h2><p>L’asthme peut être traité au moyen d’un éventail de médicaments. Les antiasthmatiques ne guérissent pas l’asthme, mais ils peuvent maintenir les poumons de votre enfant en bonne santé et empêcher que la maladie s’aggraver.</p><p>Chaque médicament a un nom générique et un ou plusieurs noms de marque. Le nom générique est l’appellation chimique du médicament. Le nom de marque est donné par la société pharmaceutique qui fabrique le médicament. Les antiasthmatiques font partie d’un « <a href="https://lungontario.ca/wp-content/uploads/2019/06/PediatricAsthmaActionPlan2875-1.pdf">plan d’action contre l’asthme</a> » que vous élaborerez avec le médecin de votre enfant. Le plan d’action vous indique quoi faire si votre enfant va bien, s’il présente des symptômes bénins ou si sa santé se détériore.</p><h3>Analgésique ou médicament de secours</h3><ul><li>Il soulage le resserrement des voies respiratoires en relaxant les muscles qui les entourent. Ce médicament peut soulager votre enfant immédiatement lorsque celui-ci présente des signes ou des symptômes de l’asthme.</li><li>Ce médicament ne doit être utilisé qu’en cas de nécessité et en fonction des symptômes.</li><li>Ce médicament se présente généralement sous la forme d’une pompe bleu.</li><li>Les exemples incluent le salbutamol, également connu sous son nom de marque Ventolin.</li></ul><h3>Médicament de traitement/préventif</h3><ul><li>Il réduit l’enflure et le mucus dans les voies respiratoires, ce qui aide à guérir les poumons. Ce médicament est également utilisé quotidiennement pour la prévention afin de maîtriser l’asthme.</li><li>Il ne procure pas de soulagement immédiat et doit être pris même si votre enfant ne présente aucun symptôme.</li><li>Il est généralement prescrit pour une période initiale de 12 semaines.</li><li>Ce médicament est souvent offert dans une pompe de couleur orange, rouge ou brune.</li><li>Les exemples incluent le propionate de fluticasone, également connu sous le nom de marque Flovent.</li></ul><h3>Stéroïdes oraux (médicament liquide ou en comprimé pris par voie orale)</h3><ul><li>Ce sont des médicaments efficaces qui réduisent l’enflure des poumons.</li><li>Votre enfant ne devrait prendre ces médicaments que pendant une courte période jusqu’à ce que son asthme soit maîtrisé.</li><li>Les exemples incluent <a href="/Article?contentid=221&language=English">la dexaméthasone (également connue sous le nom de marque Decadron), la prednisone ou la prednisolone (également connue sous le nom de marque Pediapred)</a>.</li></ul><h2>Comment dois-je utiliser la pompe pour administrer le médicament à mon enfant?</h2><p>Il est toujours recommandé d’utiliser un espaceur avec une pompe pour s’assurer que le médicament est administré directement dans les poumons et nulle part ailleurs. <strong>Il n’est jamais recommandé d’utiliser une pompe sans espaceur, quel que soit l’âge de la personne.</strong></p><h3>Utilisation de la pompe et de l’espaceur avec un masque</h3><ol class="akh-steps fr-steps"><li> <figure><img src="https://assets.aboutkidshealth.ca/AKHAssets/Asthma_ShakePuffer_FR_V02.jpg" alt="Canister, plastic holder and cap of a puffer" /></figure> <p>Enlevez le bouchon et secouez la pompe cinq fois.</p></li><li> <figure><img src="https://assets.aboutkidshealth.ca/akhassets/Asthma_PufferSpacer_FR.jpg" alt="Attaching puffer to spacer" /></figure> <p>Placez la pompe en position debout dans l’orifice en caoutchouc de l’espaceur.</p></li><li><p>Faites asseoir votre enfant ou placez-le en position debout afin qu’il soit confortable et placez le masque fermement sur son visage. Assurez-vous que le masque couvre sa bouche et son nez.</p><div class="akh-series"><ul><li> <figure> <img src="https://assets.aboutkidshealth.ca/AKHAssets/Asthma_OlderChildPositioning_FR.jpg" alt="Older child’s positioning while caregiver gives a puffer" /></figure> <p>Les enfants plus âgés peuvent s’installer dans une position confortable, assis ou debout, pendant que vous leur administrez la pompe.</p></li><li><p>Les plus jeunes enfants devraient être tenus sur les genoux de l’un de leurs parents. Vous pouvez employer l’« approche à une personne » ou l’« approche à deux personnes » pour administrer le médicament à un jeune enfant.</p><div class="asset-2-up"> <figure><span class="asset-image-title">Méthode individuelle</span><img src="https://assets.aboutkidshealth.ca/akhassets/Asthma_OnePersonApproach_EN.jpg" alt="Giving a young child a puffer with only one person" /><figcaption class="asset-image-caption">Asseyez-vous sur une chaise et placez votre enfant sur vos genoux. Serrez-le contre vous avec un bras et, avec votre autre main, pressez fermement sur la pompe afin de libérer une bouffée de médicament.</figcaption></figure><figure><span class="asset-image-title">Méthode à deux</span><img src="https://assets.aboutkidshealth.ca/akhassets/Asthma_TwoPersonApproach_EN.jpg" alt="Giving a young child a puffer with two people" /><figcaption class="asset-image-caption">Croisez vos jambes au-dessus de celles de votre enfant, maintenez ses bras à l’aide des vôtres et maintenez son front contre votre poitrine. Une autre personne adulte tiendra le menton de votre enfant, placera le masque solidement sur le nez et la bouche de celui-ci et appuiera fermement sur la pompe afin de relâcher une bouffée de médicament.</figcaption></figure></div></li></ul></div></li><li> <figure> <img src="https://assets.aboutkidshealth.ca/AKHAssets/HowToUse_MDI_with_Spacer_5_EQUIP_ILL_FR_V02.jpg" alt="Holding mask of spacer over child’s nose and mouth for six to ten breaths" /></figure> <p>Pressez fermement sur la pompe, ce qui libérera une bouffée de médicament. Tenez le masque sur le visage de votre enfant et assurez-vous qu’il prenne <strong>6 à 10 respirations profondes</strong> en se servant de l’espaceur.</p></li><li><p>Encourage your child to take deep breaths. If your child needs more than one puff of the medicine, remove the puffer from the spacer and repeat steps 1 to 5. Do not press the puffer more than once at a time.Encouragez votre enfant à prendre de grandes respirations. Si votre enfant a besoin de plus d’une bouffée de médicament, enlevez la pompe de l’espaceur et répétez les étapes de 1 à 5. N’effectuez pas plus d’une pulsation de la pompe à la fois.</p></li></ol><p>Si votre enfant utilise un espaceur à embout buccal, assurez-vous que sa technique a été évaluée par un professionnel de la santé qualifié afin que le médicament soit proprement administré.</p><h2>Que faire lorsque vous avez terminé d’administrer le médicament contre l’asthme avec la pompe?</h2><div class="akh-series"><div class="row"><div class="col-md-12"> <figure> <img src="https://assets.aboutkidshealth.ca/akhassets/HowToUse_MDI_with_Spacer_6_EQUIP_ILL_EN.jpg" alt="Child drinking from a cup" /></figure> <p>Retirez le masque du visage de votre enfant et encouragez-le à se rincer la bouche ou à prendre un breuvage. Essuyez les parties de leur visage où le masque a été placé.</p></div></div></div><h2>Mon enfant n’aime pas utiliser sa pompe. Que puis-je faire?</h2><p>Administrer le médicament avec une pompe peut contrarier un jeune enfant. C’est naturel. Essayez de rendre le moment amusant en chantant, en comptant, en regardant une vidéo ou en lui montrant comment utiliser la pompe sur vous-même ou sur un ourson en peluche. Votre enfant s’habituera à la pompe au fil du temps.</p><h2>Comment savoir si la pompe de mon enfant est vide?</h2><p>Toutes les pompes contiennent un nombre précis de doses. La meilleure façon de savoir si une pompe est vide est de comptabiliser nombre de doses utilisées.</p><h2>À quelle fréquence devrais-je remplacer l’espaceur de mon enfant?</h2><p>L’espaceur que vous recevez de l’hôpital doit être utilisé temporairement ou comme espaceur de secours. Vous devrez vous procurer un espaceur à la pharmacie. La plupart des espaceurs durent environ une année et vous devrez par la suite les remplacer.</p><h2>Comment dois-je nettoyer l’espaceur de mon enfant?</h2><p>Il est très important de <a href="/Article?contentid=1478&language=English">laver régulièrement l’espaceur</a> afin d’éliminer toute accumulation de salive et assurer le bon fonctionnement de l’appareil.</p><p>Une fois par semaine, nettoyez l’espaceur à la main à l’eau tiède savonneuse et laissez-le sécher à l’air libre. Si votre enfant a un rhume ou autre infection virale, l’espaceur doit être nettoyé plus régulièrement pour éviter la propagation de l’infection.</p><h2>Comment puis-je lutter contre l’asthme de mon enfant?</h2><p>La façon la plus efficace de contrôler l’asthme de votre enfant est de minimiser les facteurs déclencheurs qui aggravent la maladie. Il est important de comprendre que les <a href="/Article?contentid=1484&language=English">déclencheurs de l’asthme</a> varient d’une personne à l’autre et vous pouvez collaborer avec le fournisseur de soins de santé primaires de votre enfant pour aider à les identifier.</p><p>Les déclencheurs d’asthme les plus courants chez les enfants sont les infections virales comme le rhume et la grippe. Pour prévenir la maladie, votre enfant doit se laver les mains fréquemment et éviter tout contact avec d’autres personnes malades. Il est fortement recommandé de faire vacciner annuellement votre enfant contre la grippe.</p><p>D’autres déclencheurs possibles de l’asthme comprennent :</p><ul><li>Les allergènes tels que les acariens, les animaux ou les pollens</li><li>La fumée de cigarette, de cannabis ou celle produite par le vapotage</li><li>Les irritants comme la pollution de l’air ou les fortes odeurs</li><li>Les variations climatiques, l’air froid ou l’humidité</li><li>Les émotions fortes comme le stress ou l’anxiété</li></ul><h2>Suivi médical</h2><p>Après une crise d’asthme, il est très important que vous <strong>fassiez un suivi auprès du fournisseur de soins de santé primaires de votre enfant dans un délai d’une semaine suivant la visite à l’hôpital</strong>, même si votre enfant se sent mieux. Il s’agit de s’assurer que l’enfant continue de s’améliorer et demeure en bonne santé.</p><p>Même lorsque votre enfant semble aller mieux, il peut avoir des voies respiratoires enflées pendant six à huit semaines ou plus après sa crise d’asthme. Votre enfant doit continuer de prendre son médicament de contrôle.</p><h2>Sources de renseignements</h2><p> <a href="https://www.poumon.ca/">Association pulmonaire</a></p><p> <a href="https://asthma.ca/">Asthme Canada</a></p><p> <a href="https://www.aboutkidshealth.ca/asthmahub">AboutKidsHealth</a><br></p>asthmaAsthme : aperçu général L’asthme est une maladie qui affecte les poumons de votre enfant. Découvrez comment prendre soin de votre enfant après une visite à l'hôpital.Main
Fibrose kystique (mucoviscidose)Fibrose kystique (mucoviscidose)Cystic fibrosis (CF)FFrenchGeneticsChild (0-12 years);Teen (13-18 years)Lungs;PancreasPancreas;LungsConditions and diseasesCaregivers Adult (19+)NA2014-04-25T04:00:00Z8.0000000000000067.00000000000001318.00000000000Health (A-Z) - ConditionsHealth A-Z<p>Apprenez ce qui cause la fibrose kystique, quels en sont les signes et les symptômes, et les traitements offerts.</p><h2>Qu’est-ce que la fibrose kystique?</h2><p>La fibrose kystique (aussi appelée mucoviscidose) est une maladie qui touche principalement <a href="https://pie.med.utoronto.ca/htbw/module.html?module=lung-child">les poumons​</a> et l’appareil digestif. Bien qu’elle puisse être traitée et que les personnes qui en sont atteintes puissent habituellement avoir une vie normale, elle ne se guérit pas. De nos jours, la moitié des Canadiens touchés ont une espérance de vie de plus de 40 ans.<br></p> <figure><span class="asset-image-title">Fibrose kystique</span><img src="https://assets.aboutkidshealth.ca/akhassets/Cystic_fibrosis_MED_ILL_FR.jpg" alt="Poumon, estomac, pancréas et intestin grêle dans un enfant, et une illustration du mucus dans les voies respiratoires" /><figcaption class="asset-image-caption">Chez les personnes atteintes de fibrose kystique, le mucus présent dans les poumons et le tube digestif est plus visqueux que la normale. Il s’y accumule et entraîne une congestion pulmonaire et des troubles digestifs.</figcaption> </figure> <h3>La fibrose kystique touche les poumons</h3><p>Le mucus normal est fluide et s’écoule donc facilement. Il nettoie les poumons en éliminant les saletés et les microbes de leurs voies aériennes. Chez les personnes atteintes de fibrose kystique, le mucus est visqueux et obstrue ces voies, ce qui peut nuire à la respiration. De plus, des bactéries peuvent s’accumuler dans les voies aériennes puisque le mucus ne peut pas s’en écouler aussi rapidement qu’il le devrait. Cela provoque des cycles d’infection et d’inflammation (gonflement des voies aériennes) pouvant endommager les tissus pulmonaires.</p><h3>La fibrose kystique peut aussi toucher l’appareil digestif</h3><p>La fibrose kystique peut aussi toucher l’appareil digestif, en particulier le pancréas. Ce dernier est un organe situé juste au-dessous de l’estomac qui produit des enzymes facilitant la digestion des aliments dans l’intestin grêle. Ces enzymes favorisent non seulement la digestion des aliments, mais également leur décomposition en particules assez petites pour être absorbées. Chez les personnes ayant la fibrose kystique, le mucus bloque les canaux assurant l’acheminement des liquides du pancréas vers l’intestin grêle. Les enzymes ne peuvent pas alors être libérées dans l’intestin grêle et les aliments ne sont donc pas entièrement digérés.</p><p>Lorsque ce blocage survient, les enfants atteints de fibrose kystique n’absorbent pas assez d’éléments nutritifs des aliments qu’ils consomment. Par conséquent, ils peuvent prendre des enzymes de substitution afin de bénéficier d’une croissance normale et avoir à manger un peu plus.</p><h2>À retenir</h2> <ul> <li>La fibrose kystique une maladie génétique touchant les poumons et l’appareil digestif.</li> <li>Elle n’est pas contagieuse.</li> <li>Grâce à un traitement approprié et à des suivis réguliers, la plupart des enfants touchés peuvent avoir une vie relativement normale.</li> </ul><h2>Symptômes de la fibrose kystique</h2> <p>Chez la plupart des enfants, la fibrose kystique touche principalement les poumons et l’appareil digestif. Les symptômes varient de légers à graves.</p> <h3>Les symptômes de la fibrose kystique sont les suivants :</h3> <ul> <li>difficulté à respirer</li> <li>toux avec expulsion de mucus épais</li> <li>difficulté à prendre du poids</li> <li>selles volumineuses, fréquentes et puantes</li> <li>peau salée au goût</li> <li>infections pulmonaires à répétition/li> </li><li>évacuation tardive du<a href="/Article?contentid=1115&language=French">méconium </a> ou iléus méconial (obstruction de l’intestin grêle par les selles du nouveau-né).</li> </ul> <p>On confond souvent les symptômes de la fibrose kystique avec ceux d’autres maladies dont certains sont semblables comme l’asthme, la bronchite chronique, la pneumonie ou la maladie cœliaque.</p><h2>La fibrose kystique est une maladie génétique</h2><p>Environ un enfant sur 3 600 est atteint de fibrose kystique à la naissance. Cette maladie est génétique, ce qui signifie qu’elle est transmise aux enfants par leurs parents. Au Canada, environ une personne sur 25 est porteuse du gènemuté pouvant causer la fibrose kystique. La probabilité qu’une personne soit porteuse varie selon ses antécédents ethniques.</p><p>Un gène est une portion d'ADN qui transmet une instruction à une cellule. En règle générale, l’instruction est une « recette » pour fabriquer une protéine.</p><p>La fibrose kystique est causée par la mutation génique de la protéine régulatrice de la perméabilité transmembranaire de la fibrose kystique (CFTR pour cystic fibrosis transmembrane conductance regulator). Il s’agit d’une maladie héréditaire récessive, ce qui signifie qu’une personne doit posséder deux copies du gène modifié pour souffrir de fibrose kystique. Les personnes n’ayant qu’une copie de ce gène sont dites « porteuses » et ne présentent aucun symptôme. La plupart des parents ne savent pas qu’ils sont eux-mêmes porteurs du gène de la fibrose kystique. Un enfant doit hériter de deux copies, soit une de chaque parent pour que la maladie se manifeste chez lui.</p><p>Deux parents porteurs du gène peuvent avoir des enfants atteints de la fibrose kystique ou porteurs ou non de son gène. Le risque d’avoir un enfant souffrant de fibrose kystique est le même pour chaque grossesse. </p><p>La fibrose kystique n’est pas contagieuse, c’est-à-dire qu’elle ne peut pas être transmise par une personne qui en est atteinte.</p> <figure class="asset-c-80"> <span class="asset-image-title">Transmission de la fibrose kystique</span><img src="https://assets.aboutkidshealth.ca/akhassets/Cystic_fibrosis_inheritance_MED_ILL_FR.jpg" alt="Distribution des chromosomes des parents porteurs de la fibrose kystique" /><figcaption class="asset-image-caption">Dans cet exemple, les deux parents sont porteurs de deux gènes de la fibrose kystique, l'un normal et l'autre muté. Leurs enfants peuvent hériter d’une, de deux copies du gène ou d’aucune. Si un bébé hérite d’une copie mutée, il sera porteur du gène de la fibrose kystique tout comme ses parents, mais il ne sera pas atteint de la maladie. Si un bébé hérite de deux copies mutées, il en sera atteint.</figcaption> </figure><h2>Comment la fibrose kystique est-elle diagnostiquée?</h2><p>Presque partout au Canada, le diagnostic de fibrose kystique chez les bébés se fait dans les deux semaines suivant la naissance grâce au <a href="http://www.sickkids.ca/CGenetics/What-we-do/Newborn-screening-program/index.html">Programme de dépistage néonatal/a>(site en anglais seulement).</a></p><ul><li>Les médecins ont recours à des tests génétiques pour diagnostiquer la fibrose kystique. Ces tests peuvent être réalisés avant la naissance.</li><li>Peu après la naissance, votre médecin pourrait prélever un petit échantillon de sang de votre bébé aux fins du programme de dépistage néonatal. Il fera d’abord le dosage de l’enzyme TIR (trypsine immunoréactive) dans le sang. Si cette valeur est élevée, il analysera l’ADN de votre bébé afin de dépister les mutations les plus courantes du gène de la fibrose kystique. Si les résultats du dépistage sont positifs, il vous renverra à un centre spécialisé en fibrose kystique pour la confirmation du diagnostic et un suivi.</li><li>Les médecins commandent habituellement un test à la sueur s’ils soupçonnent qu’un enfant est atteint de fibrose kystique. Ce test, qui consiste simplement à mesurer la quantité de sel dans la sueur, n’est pas douloureux. De la chaleur ou un médicament sont appliqués localement (sur une petite zone de la peau). Le fait que, par la suite, la sueur contienne plus de sel qu’à la normale peut indiquer que votre enfant est atteint de fibrose kystique.</li><li>Enfin, les médecins peuvent soumettre votre bébé à un test servant à déterminer si des enzymes sont présentes dans l’intestin.</li></ul><br><h2>Traitement de la fibrose kystique</h2><p>La fibrose kystique est incurable. Cela signifie que l'on ne peut pas en guérir. Toutefois, grâce à un traitement approprié et à des suivis réguliers, la plupart des enfants touchés peuvent avoir une vie relativement normale jusque dans la quarantaine au moins.</p><p>Le traitement de votre enfant sera adapté à ses besoins. Il sera aussi fonction du stade d’évolution de la maladie et des organes atteints.</p><h3>Traitement des poumons</h3><p>Bon nombre de traitements de la fibrose kystique sont axés sur les poumons. Ils visent alors à dégager le mucus obstruant les voies respiratoires et à en augmenter la fluidité. Des radiographies de la poitrine peuvent être faites pour déceler des changements éventuels aux poumons.</p><h3>Les traitements à domicile peuvent comprendre les suivants :</h3><ul><li>Physiothérapie : chez les bébés et les enfants très jeunes, elle consiste à taper sur la poitrine (percussions thoraciques) dans diverses positions deux fois par jour. </li><li>Thérapie à pression expiratoire positive (PEP) : on enseigne aux enfants plus âgés et aux adultes à bien utiliser un masque pour dégager leurs poumons. </li><li>Autres formes de physiothérapie : le physiothérapeute du centre peut également enseigner d’autres méthodes permettant de dégager le mucus. Antibiotiques : En cas d’infection, des antibiotiques sont souvent administrés par voie orale, au moyen d’un inhalateur (voies respiratoires) ou par voie intraveineuse (perfusion ou injection).</li><li> <a href="/Article?contentid=1973&language=French">Exercices</a>.</li><li>Médicaments pour dégager les voies respiratoires et rendre le mucus fluide : ces médicaments sont pris au moyen d’un aérosol-doseur ou à l’aide d’un petit compresseur muni d’un nébuliseur pour en faciliter l’inhalation.</li></ul><h3>Pour se protéger contre les infections, les enfants atteints de fibrose kystique doivent:</h3><ul><li>éviter les personnes enrhumées ou malades</li><li>éviter les personnes atteintes de fibrose kystique</li><li>s’assurer d’obtenir leurs <a href="/Article?contentid=1986&language=French">vaccins </a> habituels.</li></ul><p>Dans certains cas, une greffe peut être requise si les traitements ne permettent plus d’assurer un bon état de santé ou le fonctionnement approprié des poumons.</p><h3>Dans certains cas, une greffe peut être requise si les traitements ne permettent plus d’assurer un bon état de santé ou le fonctionnement approprié des poumons.</h3><ul><li>prise d’enzymes pancréatiques avec les repas afin de faciliter la digestion</li><li>prise de vitamines (pour combler les carences propres à la fibrose kystique) et de suppléments pour assurer une bonne nutrition</li><li>régime alimentaire riche en calories et en matières grasses</li><li>ajout de sel à l’alimentation pour combler les pertes excessives dues à la transpiration.</li></ul><h2>Activités</h2> <p>Le jeu et le sport sont fortement encouragés chez les enfants atteints de fibrose kystique. Demandez à votre médecin à quelle fréquence votre enfant peut pratiquer une activité physique. Des activités comme la course à pied et la natation sont souvent bénéfiques, car elles facilitent l’évacuation du mucus des poumons.</p> <p>Chez les enfants atteints de fibrose kystique, les pertes de sel dues à une sueur abondante pendant les activités physiques et sous l’effet de la chaleur sont plus importantes. Vous devez donc vous assurer que votre enfant boit suffisamment pour être bien hydraté et consomme assez de sel pour combler les pertes dues à la transpiration.</p><h2>Pour plus de renseignements</h2><p>Veuillez consulter les sites suivants :</p><ul><li>Fibrose kystique Canada <a href="http://www.cysticfibrosis.ca/" target="_blank">www.cysticfibrosis.ca</a></li><li>The Cystic Fibrosis Foundation (site en anglais uniquement): <a href="http://www.cff.org/" target="_blank">www.cff.org</a></li><li>Société canadienne de physiologie de l’exercice : <a href="http://www.csep.ca/english/view.asp?x=804" target="_blank">www.csep.ca</a>, voir la section portant sur l’activité physique.</li><li> <a href="http://www.cysticfibrosis.ca/advocacy/newborn-screening/" target="_blank">Programme de dépistage néo​natal de la fibrose kystique​ </a>(en anglais seulement).</li></ul>https://assets.aboutkidshealth.ca/AKHAssets/cystic_fibrosis.jpg C’est le mois de la fibrose kystique! Apprenez les causes de la fibrose kystique, les signes et les symptômes, et les traitements offerts. Main
Anémie ferriprive et entéropathie protéinique liées à une consommation excessive de laitAnémie ferriprive et entéropathie protéinique liées à une consommation excessive de laitIron deficiency anemia and protein-losing enteropathy related to excessive milk intakeAFrenchNutritionChild (0-12 years)NANAConditions and diseasesAdult (19+) CaregiversNA2019-01-16T05:00:00ZHealth (A-Z) - ConditionsHealth A-Z<p>Le lait fait habituellement partie d’une alimentation saine et équilibrée. Toutefois, boire une quantité excessive de lait peut réduire le taux de fer dans le sang. Certains enfants peuvent alors perdre des protéines depuis l’intestin.</p><h2>Apport excessif de lait</h2><p>La quantité recommandée de lait de vache pour les tout-petits est de 250 à 500 mL (1 à 2 tasses) par jour. Certains tout-petits dépassent le nombre de portions de lait recommandé. Ce « régime lacté » peut entraîner une carence en fer. Parmi eux, certains souffrent aussi d’une perte de protéines depuis le système digestif ou intestinal. Une carence en fer peut causer une anémie (faible taux de globules rouges) alors qu’une perte de protéines entraîne une hypoalbuminémie (faible taux d’albumine dans le sang). Le traitement exige habituellement de limiter l’apport de lait, d’offrir des aliments solides enrichis de fer et, chez les enfants atteints d’anémie modérée à grave, de leur administrer des suppléments de fer.</p><p>Le lait maternel ou la préparation pour nourrissons est une bonne source de fer pendant les six premiers mois de vie du bébé. Ses réserves de fer diminuent naturellement vers l’âge de quatre à six mois. Après six mois, au moment où les aliments solides sont généralement introduits, la quantité de fer dans le lait maternel est insuffisante.</p><p>À cette étape, les nourrissons devraient commencer par de la viande ou des substituts de viande afin d’obtenir une alimentation suffisamment riche en fer et en protéines. Les substituts de viande comprennent le poisson, le jaune d’œuf, le tofu, les lentilles et le fromage. Les céréales enrichies de fer sont également une bonne source de fer. Elles peuvent être introduites dès l’âge de quatre à six mois. Le lait maternel ou la préparation pour nourrissons doivent être donnés jusqu’à l’âge de neuf à douze mois après quoi le lait de vache homogénéisé (3,25 %) peut s’ajouter aux aliments solides.</p><h3>Anémie ferriprive</h3><p>Le fer est un minéral important qui provient de notre alimentation et qui est nécessaire à la fabrication de l’hémoglobine. Cette protéine présente dans les globules rouges permet aux cellules sanguines de transporter l’oxygène jusqu’aux tissus du corps. L’anémie survient lorsque le taux d’hémoglobine du corps est faible. Lorsque l’anémie est causée par un manque de fer, on parle d’anémie ferriprive.</p><p>Lorsqu’un enfant est atteint d’anémie, il ne reçoit pas tout l’oxygène nécessaire dans ses tissus, ce qui peut produire un état de pâleur et de fatigue et l’affaiblir.</p><h3>Entéropathie protéique</h3><p>Boire trop de lait peut aussi causer une perte de protéines depuis l’intestin qu’on appelle entéropathie protéique.</p><p>Les enfants atteints d’entéropathie protéique subissent de graves pertes de protéines depuis l’intestin, ce qui entraîne une faible teneur en protéines dans leur sang.</p><p>La principale protéine présente dans le sang est l’albumine. Un faible taux d’albumine dans le sang (hypoalbuminémie) peut causer la fuite de liquide dans les tissus depuis les vaisseaux sanguins. Un surplus de liquide dans les tissus peut causer un œdème (enflure) des jambes, du dos et du visage. L’hypoalbuminémie expose également le sujet aux infections.</p><p>L’hypoalbuminémie et l’œdème peuvent toutefois être causés par d’autres troubles. Le médecin de votre enfant s’enquerra de l’état de santé général de votre enfant, des symptômes de diarrhée ou de sang dans ses selles et des antécédents familiaux de maladie intestinale, hépatique, rénale ou cardiaque.</p><p>Si aucune autre cause de perte de protéines n’est identifiée, un apport excessif de lait pourrait être ciblé.</p><h2>À retenir</h2><ul><li>Un apport excessif de lait peut entraîner une anémie ferriprive et une perte de protéines depuis l’intestin.</li><li>La consommation de lait devrait se limiter à un maximum de 500 mL (2 tasses) par jour pour les tout-petits et les jeunes enfants.</li><li>Le traitement principal de la carence en fer et de la perte de protéines depuis l’intestin causées par une consommation excessive de lait consiste à réduire la quantité de lait donnée à votre enfant et à augmenter la quantité d’aliments riches en fer dans son alimentation. Pour une anémie modérée à sévère, des suppléments de fer sont également requis.</li><li>Consultez un médecin si votre enfant boit beaucoup de lait, qu’il est fatigué, faible ou pâle ou qu’il a le visage, les jambes et les pieds gonflés.</li></ul><h2>Symptômes d’anémie ferriprive et d’entéropathie protéique</h2><p>Les symptômes de l’anémie ferriprive dépendent de sa gravité, de la rapidité de la chute du taux d’hémoglobine et de sa cause. Ils dépendent également du degré d’adaptation de l’organisme de l’enfant à une faible teneur en hémoglobine.</p><p>Les symptômes de l’anémie ferriprive sont principalement :</p><ul><li>un état de pâleur;</li><li>un manque d’énergie;</li><li>un essoufflement après l’exercice ou le jeu.</li></ul><p>L’entéropathie protéique et l’hypoalbuminémie entraînent une fuite de liquide depuis les vaisseaux sanguins vers les tissus environnants.</p><p>Les symptômes d’entéropathie protéique et d’hypoalbuminémie sont principalement :</p><ul><li>l’enflure progressive des pieds, des jambes et du visage;</li><li>des crampes ou une faiblesse musculaires;</li><li>une accumulation de liquide autour des poumons (épanchement pleural);</li><li>l’enflure de l’abdomen (ascite).<br></li></ul><h2>Cause de l’anémie ferriprive et de l’entéropathie protéique</h2><h3>Anémie ferriprive</h3><p>L’anémie ferriprive due à un apport excessif de lait est causée par trois facteurs.</p><ul><li> <strong>Carence en fer</strong> : Le lait contient une quantité très faible de fer. De plus, si un enfant boit une quantité excessive de lait, il aura l’estomac trop plein pour manger des quantités suffisantes d’aliments riches en fer.</li><li> <strong>Mauvaise absorption du fer</strong> : Le lait et les autres produits laitiers peuvent nuire à la capacité de l’intestin d’absorber le fer provenant d’autres sources, comme la viande et ses substituts et les légumes vert foncé.</li><li> <strong>Saignement microscopique</strong> : Boire trop de lait peut endommager la paroi de l’intestin (entéropathie aux protéines du lait). Cette affection provoque des saignements microscopiques pratiquement invisibles dans l’intestin. Tout type de saignement dans le corps entraîne une perte de fer. Avec le temps, ces saignements peuvent diminuer très fortement le taux d’hémoglobine, contribuant à l’anémie ferriprive.</li></ul><h3>Entéropathie protéique</h3><p>On ne comprend pas tout à fait comment la consommation de lait entraîne une perte de protéines depuis l’intestin. Une théorie suggère l’intervention d’un processus appelé atrophie villositaire. L’intestin grêle présente sur ses parois des projections en forme de doigts appelées villosités. Elles jouent un rôle important dans l’absorption des nutriments. On croit qu’un apport excessif de lait de vache peut réduire la taille des villosités (atrophie villositaire) et entraîner une mauvaise absorption des nutriments. L’atrophie villositaire rend les parois intestinales perméables, ce qui laisse les protéines s’échapper.</p><h2>Diagnostic de l’anémie ferriprive et de l’entéropathie protéique</h2><h3>Anémie ferriprive</h3><p>L’anémie ferriprive peut être diagnostiquée par le médecin. Il fera un examen physique de votre enfant et s’enquerra de son niveau d’énergie, de son état de santé général, de son alimentation et de ses antécédents familiaux.</p><p>Une analyse sanguine, appelée formule sanguine complète, permet de diagnostiquer l’anémie ferriprive en mesurant le taux d’hémoglobine. Lorsque l’anémie ferriprive est causée par une carence en fer, les globules rouges paraîtront également plus petits et plus pâles au microscope.</p><p>Une analyse de la ferritine peut également être effectuée. La ferritine est une protéine présente dans l’organisme qui stocke le fer. Un faible taux de ferritine peut indiquer une carence en fer.</p><p>D’autres analyses utiles, appelées études sur le fer, peuvent mesurer le fer présent dans l’organisme.</p><h3>Entéropathie protéique</h3><p>On soupçonne la présence d’une entéropathie protéique et d’une hypoalbuminémie chez les enfants présentant de l’enflure et un faible taux d’albumine dans le sang. Le médecin examinera votre enfant pour déceler toute enflure des jambes, des pieds et du visage. Il examinera aussi son cœur et ses poumons, et son abdomen pour déceler toute accumulation de liquide.</p><p>Une analyse sanguine est habituellement effectuée pour vérifier le taux d’albumine dans le sang. Une analyse d’urine peut également être faite pour s’assurer qu’aucune perte de protéines ne se produit au niveau des reins. Lorsque la cause de la faible teneur en albumine est incertaine, d’autres analyses peuvent être effectuées, dont une analyse des selles. L’une d’elles peut consister en un prélèvement d’échantillons de selles sur 24 heures pour vérifier la présence d’une protéine appelée alpha-1-antitrypsine. En comparant la quantité de cette protéine dans les selles à la quantité présente dans le sang, le médecin peut déterminer s’il y a perte de protéines depuis l’intestin.</p><h2>Traitement de la carence en fer</h2><h3>Alimentation</h3><p>Habituellement le seul traitement nécessaire est de limiter la consommation de lait à une quantité maximale de 500 mL par jour. Le taux de fer augmentera graduellement pendant que la perte de protéines depuis l’intestin diminuera.</p><p>Les aliments enrichis de fer peuvent également aider à traiter une carence en fer. De nombreux aliments riches en fer, comme la viande et ses substituts, sont également riches en protéines. Offrez à votre enfant des aliments comme la viande ou ses substituts ainsi que des céréales enrichies de fer à quelques reprises chaque jour. Dès l’âge d’un an, les jeunes enfants devraient commencer à respecter un horaire régulier pour les repas et les collations. En général, vous pouvez suivre les conseils du <a href="https://guide-alimentaire.canada.ca/fr/">Guide alimentaire canadien</a>.</p><p>Limiter la consommation de lait ne signifie pas de l’interrompre complètement. On sait que le lait est une bonne source de calcium, de vitamine A et de vitamine D. Dès l’âge d’un à deux ans, les enfants devraient boire de 250 à 500 mL (1 à 2 tasses) de lait de vache homogénéisé (3,25 % M.G.) par jour. Ils ne devraient pas en boire plus de 500 mL (2 tasses) par jour.</p><h3>Supplément de fer</h3><p>Le médecin de votre enfant peut également prescrire des suppléments de fer. Après quelques semaines, certaines valeurs comme la teneur en hémoglobine commencent généralement à augmenter. Le traitement s’échelonne habituellement sur au moins trois mois pour reconstituer complètement les réserves de fer de l’organisme.</p><p>La supplémentation en fer peut toutefois causer des maux d’estomac. Votre médecin pourrait alors diviser la dose en deux et vous demander de l’administrer deux fois par jour au lieu d’une seule.</p><p>Les produits laitiers (lait, fromage, yogourt) peuvent avoir un effet indésirable sur l’absorption du fer. Vous pourriez alors donner des suppléments de fer deux heures avant ou deux heures après la consommation des produits laitiers.</p><p>La vitamine C peut aussi faciliter l’absorption du fer contenu dans les aliments. Les oranges et autres agrumes sont de bonnes sources de vitamine C. Prenez garde de ne pas donner une quantité excessive de jus, car cet aliment est riche en sucre.</p><p>L’entéropathie protéique et l’hypoalbuminémie causées par un apport excessif de lait s’estompent assez rapidement lorsque l’apport est limité à la quantité appropriée.</p><h2>Complications de l’anémie protéique et de l’hypoalbuminémie</h2><p>L’anémie protéique non traitée chez les enfants peut entraîner de graves conséquences sur leur croissance. L’anémie protéique non traitée peut détériorer leurs capacités intellectuelles et leur développement général. Des problèmes d’attention, de capacité de lecture et de rendement scolaire pourraient en résulter. Dans de rares cas, une anémie protéique extrême peut causer un AVC.</p><p>L’hypoalbuminémie peut également produire de graves effets sur la croissance de l’enfant. Une accumulation excessive de liquide autour des poumons peut causer des problèmes respiratoires. Dans de rares cas, l’excès de liquide peut s’accumuler autour du cœur, ce qui diminue sa capacité à pomper. La perte de protéines depuis l’intestin peut également entraîner une perte des protéines nécessaires pour combattre les infections et pour prévenir la formation de caillots, exposant les enfants à des infections graves ou à l’apparition de caillots sanguins.</p><h2>Comment aider votre enfant</h2><p>Limiter la consommation de lait peut s’avérer une entreprise difficile. Beaucoup de tout-petits aiment boire du lait au biberon et associent ce processus à leur rituel du coucher.</p><p>Voici quelques conseils pour vous aider à limiter la consommation de lait de votre enfant :</p><ul><li>S’il boit plus de 1 200 mL (5 tasses) de lait par jour, sevrez-le lentement vers de plus petites quantités. Réduisez la quantité de moitié pour commencer.</li><li>Offrez-lui d’abord des aliments solides et ne lui donnez du lait qu’à la fin du repas. Vous pouvez aussi lui donner de l’eau avec son repas et du lait seulement quelques fois par jour avec une collation. Ainsi, votre enfant ne fera pas le plein de lait en premier.</li><li>Passez plus rapidement au gobelet antifuite, ce qui l’empêchera de boire son lait au lit et d’associer cette habitude avec le fait de dormir.</li><li>Ne le laissez pas dormir avec un biberon de lait au lit. Si vous éprouvez des problèmes avec cette situation, commencez lentement à diluer le lait avec de l’eau jusqu’à ce que vous n’offriez que de l’eau. Vous contribuerez aussi à éviter les caries dentaires.</li></ul><h2>Suivi</h2><p>La supplémentation en fer doit se poursuivre pendant au moins trois à six mois pour reconstituer les réserves de fer de l’organisme. Après le début du traitement, votre médecin établira un rendez-vous de suivi avec vous. Si les symptômes de votre enfant diminuent après le traitement de carence en fer et un changement dans son alimentation, une nouvelle analyse sanguine ne sera pas nécessairement requise.</p>https://assets.aboutkidshealth.ca/AKHAssets/Drinks_for_your_toddler_or_preschooler.jpgConsommation excessive de lait Le lait fait partie d’une alimentation saine. Mais en boire trop peut réduire le taux de fer dans le sang, et certains enfants peuvent perdre des protéines depuis l’intestin.Main
Nutrition et santé mentale : acquérir de bonnes habitudes alimentairesNutrition et santé mentale : acquérir de bonnes habitudes alimentairesNutrition and mental health: Developing positive eating habitsNFrenchNutrition;Psychiatry;AdolescentTeen (13-18 years)BodyNAHealthy living and preventionTeen (13-18 years)NA2019-03-22T04:00:00ZFlat ContentHealth A-Z<p>Acquérir de bonnes habitudes alimentaires peut s’avérer difficile. Découvre ce que tu peux faire tous les jours pour développer une attitude positive envers la nourriture.</p><h2>Planifier et préparer les repas</h2><p>Participe à l’épicerie ainsi qu’à la planification et à la préparation des repas. Tu apprendras ainsi à faire des achats judicieux, à comprendre les étiquettes des aliments et à développer tes habiletés culinaires. Tu peux même partager tes recettes familiales préférées avec des proches et des amis.</p><p>Si tu constates que tu es toujours à la course pour aller à l’école ou au travail, pourquoi ne pas préparer un roulé pour le petit déjeuner, avec un peu de yogourt et des fruits le soir précédent. Le déjeuner est un repas important qui t’aidera à faire face à la journée! </p><h2>Prendre des repas en famille</h2><p>À cause des horaires chargés et des activités parascolaires, il peut être difficile de s’asseoir pour prendre des repas en famille tous les soirs. Partager un repas avec tes proches, même quelques fois par semaine sans aucune distraction, est une excellente façon de resserrer les liens familiaux, de te divertir et, au besoin, d’obtenir du soutien après une dure journée. Tout cela aide à rehausser la confiance en soi et les aptitudes à la communication, à améliorer le rendement scolaire et à réduire les problèmes de poids et de dépendance.</p><h2>Développer une image corporelle saine</h2><p>Comme beaucoup d’adolescents, tu vois peut-être défiler constamment des images et des messages sur l’apparence physique. La promotion à grande échelle de normes de beauté et de forme physique aussi étroites fait en sorte qu’il t’est difficile d’ignorer que tu devrais avoir une certaine apparence physique.</p><p>Quand tu te sens obligé de te conformer à une image corporelle idéale, essaie de te rappeler toutes les merveilleuses choses que ton corps peut faire au lieu de te concentrer simplement sur ton apparence. Des troubles alimentaires comme l’anorexie, la boulimie et les orgies alimentaires peuvent s’installer quand une personne a une mauvaise estime de soi ou se sent mal dans sa peau. Si tu as des préoccupations au sujet de ton image corporelle, n’hésite pas à en parler avec un parent, un fournisseur de soins ou un autre adulte en qui tu as confiance.</p><h2>Maintenir une attitude saine envers la nourriture</h2><p>Bien que la majeure partie de ton régime alimentaire devrait être <a href="/Article?contentid=3773&language=French">riche en éléments nutritifs</a>, il n’y a aucun mal à s’offrir des gâteries de temps à autre. Au lieu de sauter sur le dernier régime à la mode ou d’éliminer certains aliments (à moins d’avoir une allergie) :</p><ul><li>essaie surtout de consommer chaque jour la quantité de calories qui correspond à ton stade de croissance et à ton niveau d’activité physique;</li><li>songe à consommer certains aliments plus souvent et d’autres moins souvent (par exemple, plus de fruits et moins de jus, ou plus d’aliments grillés et moins d’aliments frits);</li><li>consomme une variété d’aliments de tous les groupes alimentaires pour aider ton cerveau et ton corps à fonctionner le mieux possible.</li></ul><p>Moins tu sentiras le besoin d’exercer un contrôle sur ce que tu manges, plus tu auras une attitude saine envers la nourriture. Cela dit, si tu as des questions sur l’adoption d’une alimentation équilibrée et le maintien d’un poids santé qui correspond à ton âge et à ton niveau d’activité, parles-en à un fournisseur de soins de santé, à ton médecin ou à un diététicien.</p><h2>Ressources</h2><p>Les ressources suivantes sont disponibles uniquement en anglais.</p><p> <a href="https://www.health.harvard.edu/staying-healthy/listing_of_vitamins">Harvard Health Publishing - Listing of vitamins</a></p><p> <a href="https://www.mind.org.uk/information-support/tips-for-everyday-living/food-and-mood/#.XJU1eBNKiWZ">Mind (UK) - Food and mood</a><br></p>https://assets.aboutkidshealth.ca/AKHAssets/developing_positive_eating_habits.jpgAcquérir de bonnes habitudes alimentaires Découvre ce que votre jeune peut faire tous les jours pour développer une attitude positive envers la nourriture.Teens
Les cigarettes électroniques et le vapotageLes cigarettes électroniques et le vapotageE-cigarettes and vapingLFrenchRespiratoryTeen (13-18 years)Lungs;BrainRespiratory systemHealthy living and preventionAdult (19+) CaregiversNA2019-11-04T05:00:00Z1359.00000000000Flat ContentHealth A-Z<p>Renseignez-vous sur les cigarettes électroniques, leur fonctionnement et les consommateurs. Vous y trouverez également des renseignements sur les risques pour la santé liés au vapotage.</p><h2>À propos des cigarettes électroniques</h2><p>Les cigarettes électroniques font partie d’une catégorie de dispositifs communément appelés inhalateurs électroniques de nicotine. Bien qu’il existe plusieurs types d’inhalateurs électroniques de nicotine, ils possèdent tout de même quelques composants en commun, y compris :</p><ul><li>une pile;</li><li>un élément chauffant ou atomiseur;</li><li>un embout buccal;</li><li>un réservoir;</li><li>un capteur ou un bouton qui déclenche l’élément chauffant.</li></ul><p>Certaines cigarettes électroniques sont jetables, tandis que d’autres comprennent une cartouche rechargeable ou un réservoir qu’on remplit de liquide à vapoter. D’ailleurs, quelques modèles de cigarettes électroniques offrent la possibilité de modifier la puissance et la tension électrique.</p><p>Il existe plusieurs noms pour désigner les cigarettes électroniques, notamment :</p> <figure><img alt="Small vaping device that looks like a flash drive" src="https://assets.aboutkidshealth.ca/AKHAssets/vaping.jpg" /> </figure> <ul><li>similicigarette;</li><li>cigarette électronique stylo;</li><li>« mods »;</li><li>système à capsules (JUUL, Blu, Phix, Suorin, STIG);</li><li>appareils à réservoir.</li></ul><p>Les cigarettes électroniques revêtent différentes formes et tailles. Certaines sont petites et ressemblent à des clés USB ou à des stylos, tandis que d’autres sont plus volumineuses.</p><h2>À retenir</h2><ul><li>Le recours aux cigarettes électroniques, ou le vapotage, est largement répandu chez les adolescents et les jeunes adultes. À vrai dire, la popularité du vapotage n’a cessé de croître au cours des dernières années.</li><li>Les liquides à vapoter peuvent contenir de la nicotine ainsi que d’autres constituants chimiques tels que le tétrahydrocannabinol (THC) et l’huile de cannabidiol (CBD).</li><li>La nicotine crée une forte dépendance et peut rapidement induire une dépendance à long terme, surtout chez les adolescents et les jeunes adultes puisque leur cerveau est toujours en développement.</li><li>Les constituants chimiques que renferment les liquides à vapoter peuvent entraîner des problèmes de santé à court terme et accroître le risque de problèmes de santé chroniques.</li><li>Si vous tentez de vous désaccoutumer du tabac, veuillez consulter un professionnel de la santé qui établira un programme qui vous conviendra.</li></ul><h2>Le fonctionnement des cigarettes électroniques</h2><p>Le vapotage s’entend de l’utilisation d’une cigarette électronique. L’inhalation à partir de l’embout buccal de la cigarette électronique déclenche l’élément chauffant. L’élément chauffant, alimenté par la pile, chauffe le liquide à vapoter, provoquant ainsi la vaporisation du liquide. Cette vapeur inhalée imite l’utilisation d’une cigarette de tabac. En fait, cette vapeur se condense en un aérosol qui comporte des particules fines.</p><h2>Liquides à vapoter</h2><p>Les liquides à vapoter, aussi appelés substances de vapotage, peuvent renfermer différents produits chimiques.</p><ul><li>Le propylèneglycol : Il s'agit de l’un des principaux liquides (avec le glycérol) servant de véhicule à d’autres constituants chimiques.</li><li>Le glycérol : Il s'agit de l’un des principaux liquides (avec le propylèneglycol) servant à transporter les autres produits chimiques.</li><li>La nicotine : Il s’agit du principal toxicomanogène présent dans les cigarettes de tabac et les liquides à vapoter.</li><li>Les composés aromatisants : Ils comprennent différents constituants chimiques, dont le diacétyle, employé pour créer diverses saveurs et odeurs.</li><li>Le tétrahydrocannabinol (THC) et l’huile de cannabidiol (CBD) : Il s’agit de deux constituants chimiques qui sont parfois dissous dans les liquides à vapoter.</li></ul><p>Qui plus est, certains liquides à vapoter renferment différents métaux lourds (p. ex. le nickel, l’étain et le plomb).</p><h2>Qui fume la cigarette électronique?</h2><p>Les études les plus récentes de 2018 démontrent que 37 % des adolescents (âgés de 16 à 19 ans) au Canada ont déjà essayé la cigarette électronique. Il s’agit d’une augmentation de 8 % comparativement à 2017. La plupart de ces adolescents ne fument pas de cigarettes à tabac. Au moment de l’enquête en 2018, environ 3,6 % des Canadiens âgés de 16 à 19 ans interrogés ont eu recours à la cigarette électronique plus de 15 jours sur une période de 30 jours.</p><p>En outre, moins de 1 % des adultes (âgés de 45 ans ou plus) en Amérique du Nord utilisent quotidiennement la cigarette électronique comparativement à 8 % de la population âgée 18 à 24 ans. Actuellement, les jeunes représentent le groupe d’âge qui consomme le plus la cigarette électronique.</p><h2>Le vapotage et les risques pour la santé</h2><p>Le vapotage présente des risques pour la santé à court terme ainsi que des risques de problèmes de santé chroniques. Effectivement, à de rares occasions, des appareils se sont enflammés ou ont explosé, entraînant ainsi des lésions corporelles. Des cas de crises épileptiques ont également été rapportés. Pire encore, de graves lésions pulmonaires mettant en danger la vie du consommateur ont été liées à l’usage de la cigarette électronique. Par ailleurs, certains décès sont attribuables à ces lésions pulmonaires. Même si on ignore la manière dont les poumons de ces personnes ont été abîmés de la sorte, certaines preuves démontrent que ces lésions sont attribuables à un ou plusieurs des constituants chimiques présents dans les liquides à vapoter.</p><p>De plus, le vapotage expose les adolescents à un risque de problème de santé chronique, puisque la nicotine peut nuire au développement de leur cerveau. La nicotine peut perturber les régions du cerveau qui contrôlent l’attention, l’humeur et les impulsions.</p><p>Le risque important de la dépendance à la nicotine guette également les jeunes. Le cerveau en développement des adolescents et des jeunes adultes rend ces jeunes gens très vulnérables à la dépendance que crée la nicotine. Une seule capsule de cigarette électronique permet à une personne d’inhaler davantage de nicotine que si elle fumait un paquet de cigarettes. Aussi, malgré le fait que de fortes doses de nicotine peuvent provoquer de la nausée et des maux de tête, la cigarette électronique ne produit pas de fumée suffocante et élimine le besoin de se rallumer une autre cigarette. Par conséquent, une personne peut consommer une grande quantité de nicotine en une journée.</p><p>La nicotine est toxique. En effet, il s’agit d’une substance toxique pour les poumons et l’usage à long terme de la nicotine peut accroître le risque de contracter une maladie pulmonaire chronique.</p><p>Bien que le vapotage n'existe pas depuis assez longtemps pour confirmer ses effets à long terme sur la santé, les études menées sur des cellules et des modèles animaux supposent que l’usage à long terme d’autres constituants chimiques que contiennent les liquides à vapoter pourrait également engendrer des problèmes de santé.</p><h2>La cigarette électronique à titre de thérapie de remplacement de la nicotine</h2><p>Les produits de vapotage qui contiennent de la nicotine ont parfois été employés à titre de thérapie de remplacement de la nicotine pour aider les adultes, dont les femmes qui ne sont pas enceintes, à cesser de fumer ou à réduire leur consommation de tabac. Certaines données laissent entendre que la cigarette électronique pourrait aider les gens à délaisser le tabac. Néanmoins, d’autres des données révèlent que l’usage de la cigarette électronique n’encourage guère de fumeurs à abandonner le tabac.</p><p>En revanche, les gens disposent d’autres modes de substitution de la nicotine et d’approches pour cesser de fumer qui ne comportent pas de thérapie de remplacement de la nicotine. Si vous tentez de vous désaccoutumer du tabac, veuillez consulter un professionnel de la santé afin d’examiner les options qui vous conviendraient.</p><h2>Aperçu</h2><p>En fonction des renseignements actuellement disponibles concernant les cigarettes électroniques, on recommande aux non-fumeurs ne pas commencer le vapotage. Si vous fumez et souhaitez vapoter, renseignez-vous sur les options, les risques et les bienfaits afin de prendre une décision éclairée.</p><h2>Ressources</h2><p>The Hospital for Sick Children offre le Substance Abuse Program (programme de lutte contre la toxicomanie) qui vient en aide aux adolescents de 18 ans ou moins aux prises avec des problèmes connexes à l’abus d’alcool ou d’autres drogues : <a href="http://www.sickkids.ca/adolescentmedicine/programs/substance-abuse-program/substance-abuse-program.html">http://www.sickkids.ca/adolescentmedicine/programs/substance-abuse-program/substance-abuse-program.html</a>.</p><p>La Clinique de la dépendance située au Centre de toxicomanie et de santé mentale (CAMH) offre ses services à tous ceux qui désirent cesser de fumer ou réduire leur consommation de tabac : <a href="https://www.camh.ca/fr/vos-soins/programmes-et-services/nicotine-dependence-clinic">https://www.camh.ca/fr/vos-soins/programmes-et-services/nicotine-dependence-clinic</a>.</p><p>Le Service de traitement des dépendances et des troubles concomitants chez les jeunes du Centre de toxicomanie et de santé mentale (CAMH) offre ses services aux jeunes (de 14 à 24 ans) aux prises avec des problèmes liés à la consommation de substances, avec ou sans troubles de santé mentale concomitants : <a href="https://www.camh.ca/fr/vos-soins/programmes-et-services/youth-addiction--concurrent-disorders-service">https://www.camh.ca/fr/vos-soins/programmes-et-services/youth-addiction--concurrent-disorders-service</a>.</p><p>La Société canadienne du cancer propose des ressources pour vous aider à cesser de fumer : <a href="https://www.smokershelpline.ca/fr-ca/home">https://www.smokershelpline.ca/fr-ca/home</a>.</p><h2>Références</h2><p>Dai, H. & Leventhal, A.M. (2019, September 16). Prevalence of e-Cigarette Use Among Adults in the United States, 2014-2018. <em>The Journal of the American Medical Association</em>. Retrieved from <a href="https://doi.org/10.1001/jama.2019.15331">https://doi.org/10.1001/jama.2019.15331</a></p><p>Government of Canada. (2019, July 25). Talking with your teen about vaping: a tip sheet for parents. Retrieved from <a href="https://www.canada.ca/en/services/health/publications/healthy-living/talking-teen-vaping-tip-sheet-parents.html">https://www.canada.ca/en/services/health/publications/healthy-living/talking-teen-vaping-tip-sheet-parents.html</a></p><p>Government of Canada. (2019, August 6). About vaping. Retrieved from <a href="https://www.canada.ca/en/health-canada/services/smoking-tobacco/vaping.html">https://www.canada.ca/en/health-canada/services/smoking-tobacco/vaping.html</a></p><p>Hammond, D., Reid, J.L., Rynard, V.L., Fong, G.T., Cummings, K.M., McNeill, A.,…White, C.M. (2019). Prevalence of vaping and smoking among adolescents in Canada, England, and the United States: repeat national cross sectional surveys. <em>The British Medical Journal, 365</em>. <a href="https://doi.org/10.1136/bmj.l2219">https://doi.org/10.1136/bmj.l2219</a></p><p>Stanwick, R. (2018, February 28). E-cigarettes: Are we renormalizing public smoking? Reversing five decades of tobacco control and revitalizing nicotine dependency in children and youth in Canada. <em>Canadian Paediatric Society</em>. Retrieved from <a href="https://www.cps.ca/en/documents/position/e-cigarettes">https://www.cps.ca/en/documents/position/e-cigarettes</a></p><p>US Department of Health and Human Services. (2016). E-cigarette Use Among Youth and Young Adults: A Report of the Surgeon General. Retrieved from <a href="https://www.cdc.gov/tobacco/data_statistics/sgr/e-cigarettes/pdfs/2016_sgr_entire_report_508.pdf">https://www.cdc.gov/tobacco/data_statistics/sgr/e-cigarettes/pdfs/2016_sgr_entire_report_508.pdf</a></p><p>Walley, S.C., Wilson, K.M., Winickoff, J.P., & Groner, J. (2019). A Public Health Crisis: Electronic Cigarettes, Vape, and JUUL. <em>Pediatrics, 145</em>. Retrieved from <a href="https://pediatrics.aappublications.org/content/143/6/e20182741">https://pediatrics.aappublications.org/content/143/6/e20182741</a></p>https://assets.aboutkidshealth.ca/AKHAssets/vaping_devices.jpgCigarettes électroniques et vapotage Renseignez-vous sur les cigarettes électroniques et leur fonctionnement aussi que les risques pour la santé liés au vapotage.Main