AboutKidsHealth est un site d'éducation sur la santé, destiné aux enfants et aux adolescents, et aux personnes qui s'en occupent.
Explorez le menu pour en savoir plus sur les problèmes de santé courants et sur les maladies complexes.

 

 

Discipline: comment l'inculquer à votre enfantDiscipline: comment l'inculquer à votre enfantDisciplining your childDFrenchDevelopmentalChild (0-12 years);Teen (13-18 years)NANAHealthy living and preventionCaregivers Adult (19+)NA2010-05-13T04:00:00Z000Flat ContentHealth A-Z<p>La discipline a pour but d’inculquer des connaissances et des aptitudes. Découvrez les avantages de la discipline positive et certains conseils pour vous aider avec votre enfant à différents âges. <br></p><h2>Qu’est-ce que la discipline?</h2> <p>La discipline sert à modifier le comportement de votre enfant. La discipline ne vise pas nécessairement à punir l’enfant ni à le forcer à obéir et à suivre des ordres. La discipline aide les enfants à apprendre à établir des limites. Elles les aide à s’autodiscipliner. Une discipline juste et saine peut aider votre enfant à devenir un adulte mature sur le plan émotionnel et social. </p> <p>La discipline positive repose sur la confiance, l’amour, le soutien et le respect. Elle doit correspondre à l’âge et à l’étape du développement de l’enfant. </p><h2>À retenir</h2><ul><li>La discipline vise à modifier le comportement de votre enfant et non à le punir.</li><li>Une discipline efficace est dispensée d’une manière ferme, raisonnable et cohérente. </li><li>Le renforcement positif est un type de discipline efficace et peut être utilisé pour encourager le comportement désiré.</li></ul><h2>Le problème avec la fessée</h2><p>La discipline sert à enseigner des connaissances ou des habiletés. Dans notre société, la discipline est souvent liée aux punitions. Il se peut que vous ayez reçu la fessée quand vous étiez enfant. Certaines cultures appuient la fessée. Par contre, la <a>Société canadienne de pédiatrie (SCP)</a> décourage fortement la fessée et d’autres formes de punition physique. La SCP estime que la fessée entraîne des résultats négatifs chez les enfants. Elle peut mener à des sentiments de honte et à une perte de confiance.</p><h2>Quand utiliser la discipline<br></h2><p>Pour élever un enfant, il faut de la patience. Certaines étapes du développement nécessitent une discipline plus ciblée. Les repas, l’<a href="/Article?contentid=636&language=French">apprentissage de la propreté</a> et le <a href="/Article?contentid=646&language=French">coucher</a> requièrent tous une méthode de discipline créative. </p><p>Une discipline efficace signifie d’enseigner des choses à votre enfant avec un respect mutuel. Elle devrait être faite de manière ferme, juste, raisonnable et uniforme. Il peut être stressant d’élever des enfants. Les parents pourraient devoir prendre une pause pour ne pas s’emporter. </p><h2>Renforcement positif<br></h2><p>Le renforcement positif est un type de discipline très efficace. Il peut être plus efficace que les punitions. Le renforcement positif peut être profitable à la fois aux parents et aux enfants.<br></p><p>Le renforcement positif sert à encourager un comportement souhaité. Si vous voulez que votre enfant agisse de façon appropriée, remarquez ses bons comportements et complimentez-le. Les compliments pour un bon comportement sont une forme de renforcement positif et peuvent encourager un bon comportement à l’avenir. D’autre part, les punitions sont une réaction aux mauvais comportements. </p><p>Parfois, les punitions sont nécessaires. Cependant, les punitions excessives risquent de rendre votre enfant plus <a href="/Article?contentid=18&language=French">anxieux</a> ou impuissant, ou provoquer sa colère.</p><h2>Conseils sur la discipline de votre enfant</h2><h3>Bébés (de la naissance à 12 mois)</h3><p>Les bébés répondent favorablement aux horaires et à la routine.</p><p>Une fois que votre bébé n’est plus un nouveau-né, vous pouvez l’aider à mieux tolérer la frustration en ne le prenant pas immédiatement quand il pleure.</p><p>Dans les mois qui suivront, laissez votre bébé s’endormir seul. Cela l’encouragera à se calmer lui-même.</p><h3>Jeunes bambins (un an à deux ans)</h3><p>C’est à ce moment que votre enfant commencera à agir selon sa volonté. Soyez patient. La discipline à cette étape de la vie peut aider à garder votre enfant en sécurité. Elle peut aussi limiter les agressions physiques ou verbales. </p><p>Étant donné que votre enfant n’est pas assez mature pour comprendre de simples indications verbales, vous devrez accompagner vos mots de gestes. Par exemple, si votre enfant touche à un objet fragile sur une étagère, dites-lui fermement « non ». Redirigez ensuite votre enfant vers une autre pièce ou un autre objet. Restez avec votre enfant pour qu’il n’ait pas peur d’être abandonné.</p><h3>Bambins plus âgés (deux à trois ans)</h3><p>Cette étape est appelée l’« âge terrible » pour une bonne raison. Votre enfant se bat pour avoir son indépendance. Il est frustré quand il se rend compte de ses limites. C’est que l’on appelle des crises de colère. Encore une fois ici, la patience est de mise. Aidez votre enfant en montant de l’empathie pour ses efforts. Supervisez-le et établissez des limites. </p><p>Des indications verbales ne suffisent pas à elles seules. Faites suivre chaque indication verbale par un changement de lieu ou un exemple de ce qui est acceptable. </p><h3>Enfants d’âge préscolaire et maternelle (de trois à cinq ans)</h3><p>À cette étape, votre enfant répond bien à une certaine constance et à des modèles. Il peut suivre des indications verbales plus facilement, mais a encore besoin de supervision pour sa sécurité. L’enfant se comportera en imitant ses parents et ses enseignants. Utilisez l’approbation et les compliments pour motiver votre enfant et renforcer les comportements que vous souhaitez voir. Des « temps-mort » ou « arrêt d'agir » peuvent être utiles si votre enfant perd le <a href="/Article?contentid=301&language=French">contrôle</a>. </p><p> <em>Arrêt d'agir</em></p><p>Attention, même si ces arrêts d'agir comprennent une punition, ils pourraient en fait récompenser l’enfant et renforcer un comportement inapproprié. Les arrêts d'agir doivent empêcher l’enfant d’obtenir ce genre d’attention. </p><p>Les arrêts d'agir doivent être utilisés régulièrement et sans émotion. Choisissez un endroit approprié. Il ne doit pas être situé près d’une télévision, d’un ordinateur ou d’autres formes de divertissement. Les temps d’arrêt doivent durer environ une minute par année d’âge, jusqu’à un maximum de cinq minutes. Installez une horloge à proximité. Dites à votre enfant exactement combien de temps il doit passer dans cet endroit. Faites le lien entre le comportement inapproprié et l'arrêts d'agir. Dites quelque chose comme « tu es en arrêt d'agir parce que tu as frappé ta sœur ». Ignorez votre enfant pendant qu’il est en arrêt d'agir. </p><p>Une fois que l’arrêt d'agir est terminé, recommencez à zéro. Ne discutez pas du comportement indésiré. Passez à autre chose. L’arrêt d'agir ne mettra pas fin à ce comportement, mais il peut en diminuer la fréquence. </p><h3>Enfant d’âge scolaire (de 6 à 12 ans)</h3><p>À cette étape, votre enfant assume son indépendance. Il passe plus de temps chez des amis ou à l’école. Les parents peuvent superviser, être de bons modèles et appliquer des règles de façon uniforme. Des formes de discipline appropriées comprennent le retrait ou le report de privilèges (par exemple privation d’Internet ou de télévision pour une journée), des arrêts d'agir et des conséquences. </p><p>Dans la mesure du possible, les conséquences devraient être logiques ou naturelles. Une conséquence logique, par exemple, peut être : « tu te comportes comme si tu étais fatigué; tu iras donc te coucher une demi-heure plus tôt ce soir. » </p><p>Une conséquence naturelle, par exemple, serait de laisser votre enfant avoir un peu froid aux mains s’il a refusé d’apporter ses mitaines (mais gardez-les à portée de main). </p><p>Il importe que les enfants comprennent les règles. Si un comportement indésiré est récurrent, dites à votre enfant quelles sont les conséquences logiques avant qu’il ne se produise de nouveau.</p><p>Il importe aussi que votre enfant vous prenne au sérieux. Votre enfant ne vous prendra pas au sérieux si vous faites des menaces sans les exécuter. Par exemple, si vous avez dit à votre enfant qu’il doit se coucher tôt, à l’heure du coucher, s’il reste debout, votre ordre aura moins d’effet la prochaine fois. </p><h3>Adolescents (de 13 à 18 ans)</h3><p>L’adolescence peut être difficile. L’expérience dépendra de la manière dont les parents répondent à la croissance personnelle de l’enfant. Voici quelques conseils. </p><ul><li>Communiquez avec votre adolescent.</li><li>Restez disponible et accessible.</li><li>Établissez des règles justes et uniformes.</li><li>Évitez de diminuer ou de trop critiquer votre adolescent.</li><li>Éviter de le sermonner ou de prédire des catastrophes.</li></ul><p>Les contrats verbaux avec votre adolescent sont une bonne technique de discipline. Assurez-vous que les règles de base sont respectées. Établissez des conséquences logiques. Par exemple, si votre adolescent endommage la voiture, la conséquence serait que l’adolescent paye la réparation. Cela lui enseignera la responsabilité de ses actes. </p><h2>Autres conseils pour établir des règles et appliquer les conséquences </h2><ul><li>Complimentez les comportements positifs dans la mesure du possible.</li><li>Évitez de faire des menaces sans conséquence.</li><li>Soyez constant dans l’application des règles.</li><li>Choisissez vos batailles. Ignorez les comportements qui n’ont pas d’importance.</li><li>Établissez des limites raisonnables.</li><li>Acceptez les comportements appropriés pour leur âge.</li><li>Imposez les conséquences immédiatement pour les jeunes enfants.</li><li>Autant que possible, évitez les émotions quand vous imposez des conséquences.</li><li>Ne criez pas quand vous vous adressez à vos enfants.</li><li>Montrez à votre enfant que vous l’aimez et lui faites confiance après une conséquence. De cette manière, votre enfant saura que la conséquence visait le comportement inapproprié et non pas lui personnellement.</li></ul>https://assets.aboutkidshealth.ca/AKHAssets/disciplining_your_child.jpgDiscipline et renforcement positif Découvrez les avantages de la discipline positive et certains conseils pour vous aider avec votre enfant à différents âges.Main
Comment aider un enfant à comprendre et à gérer ses émotions Comment aider un enfant à comprendre et à gérer ses émotions How to help a child understand and cope with their emotionsCFrenchDevelopmentalChild (0-12 years);Teen (13-18 years)NANAHealthy living and preventionCaregivers Adult (19+)NA2013-09-10T04:00:00ZFlat ContentHealth A-Z<p>Découvrez comment vous pouvez aider votre enfant à gérer des émotions difficiles en se renseignant sur ces dernières et en en discutant.</p><p>Les enfants apprennent à gérer les émotions de la même manière qu’ils apprennent d’autres choses – par ex., lire, écrire, monter à bicyclette ou contrôler leur vessie – notamment en acquérant de nouvelles habitudes et en obtenant une rétroaction de la part des gens qui les entourent.</p><p>Comme c’est le cas avec tout ce qu’apprennent les enfants, gérer ses émotions est plus facile pour certains que pour d’autres. En acquérant ces aptitudes auprès de diverses sources – parents, frères et sœurs, amis, médias, etc. – les enfants peuvent apprendre des stratégies fructueuses et moins fructueuses pour gérer leurs émotions. En tant que parent, votre rôle est d’encourager votre enfant à mettre en pratique les stratégies qui fonctionnent le mieux. </p><h2>À retenir</h2> <ul><li>Les enfants découvrent des émotions en essayant des choses, en prenant de nouvelles habitudes et en obtenant l’avis de leur entourage.</li><li>La première étape pour aider votre enfant à gérer ses émotions consiste à l’aider à reconnaître et à définir ses émotions.</li><li>En l’aidant à comprendre certaines émotions ainsi que les facteurs déclencheurs de ces émotions, vous lui permettrez de gérer les émotions difficiles.</li><li>Lorsqu’un enfant peut faire le lien entre ses réflexions, ses émotions et son comportement, il aura vraisemblablement moins de difficultés lorsque des émotions difficiles surgiront.</li></ul><h2>Aidez votre enfant à reconnaître ses émotions </h2><p>La première chose à faire pour aider votre enfant à gérer ses émotions est de l’amener à les identifier. Une « liste de sentiments » peut s’avérer un outil utile en ce sens. Il s’agit d’un ensemble de mots ou d’expressions que vous pouvez utiliser pour parler avec un enfant au sujet de ses émotions et de toute sensation physique. Pour les émotions difficiles, la liste peut inclure des mots comme « triste », « effrayé », « en <a href="/Article?contentid=301&language=French">colère</a>», « confus » et des mots qui décrivent des sensations dans différentes parties du corps – par ex., « serré », « tremblant », « douloureux », « moite » et « cœur », « ventre » ou « mains ». Ces mots qui décrivent des sensations peuvent être particulièrement utiles pour les jeunes enfants, qui trouveront peut-être plus facile de parler de leur cœur qui bat plus vite ou de leurs poings serrés, par exemple, que de parler de ce à quoi ils pensent ou de ce qu’ils ressentent.</p><p>Choisissez les mots qui vous conviennent le mieux pour votre liste. Rappelez-vous aussi d’y inclure quelques sentiments positifs comme « emballé », « heureux » ou « fier » pour que votre enfant et vous puissiez également reconnaître quand les choses vont bien.</p><p>Une fois que votre enfant s’est familiarisé avec les mots et les expressions choisis, encouragez-le à les utiliser pour toute émotion négative, surtout quand vous observez un changement évident dans son comportement. Souvenez-vous que peu importe ce que dit un enfant, il est important de toujours l’écouter et de maintenir une communication ouverte. </p><h2>Aidez votre enfant à identifier les éléments déclencheurs d’émotions difficiles </h2><p>Une fois que votre enfant vous dit ce qu’il ressent, vous pouvez l’aider à comprendre pourquoi il se sent ainsi. Cerner l’élément déclencheur ou la cause d’une émotion peut être difficile pour un enfant, mais vous pouvez lui faciliter la tâche en l’encourageant à être honnête avec vous et avec lui-même. </p><p>Les éléments déclencheurs courants peuvent inclure une dispute avec un frère ou une sœur, une mauvaise journée à l’école ou encore une phobie​ ou crainte. Rappelez-vous, cependant, que chaque enfant est unique et que quelque chose qui ne dérange pas un enfant pourrait très bien être un élément déclencheur pour un autre. Si votre enfant est fâché ou qu’il a peur, rassurez-le en lui disant que c’est normal. Vous pouvez aussi lui rappeler que le fait de reconnaître la cause de ses sentiments l’aidera à trouver différentes façons de gérer des éléments déclencheurs semblables à l’avenir.</p><h2>Aidez votre enfant à gérer ses émotions</h2><p>Quand votre enfant peut nommer ses sentiments et leur cause, vous pouvez l’aider à comprendre qu’il peut décider comment composer avec des émotions difficiles. Une approche fructueuse consiste à aider votre enfant à créer une histoire qui explique le lien entre ses émotions et une pensée ou un comportement donné. En faisant cet exercice, l’enfant peut mieux comprendre que les émotions surgissent pour une raison et qu’il y a plus d’une façon de faire face à une situation. </p><p>Vous pourriez aider votre enfant à créer une histoire à propos d’un sentiment négatif en lui demandant ce qui s’est passé, ce qu’il a pensé, ce qu’il a ressenti (y compris les sensations dans son corps) et ce qu’il a fait ou pensé ensuite. Cette approche fonctionne particulièrement bien avec les jeunes enfants, qui ont besoin de plus d’encouragements pour raconter l’histoire de leurs sentiments en petites étapes.</p><p>Vous pouvez aussi aider votre enfant à partager ses sentiments en parlant ouvertement de vos propres émotions et de la manière dont vous les gérez. </p><p>Lorsqu’un enfant peut faire le lien entre ses pensées, ses émotions et son comportement, il lui sera plus facile de composer avec des émotions difficiles quand celles-ci surgissent. C’est parce que votre enfant apprend à réfléchir à ses propres réactions aux éléments déclencheurs et, au fil du temps, à déterminer ce qu’il pourrait faire différemment à l’avenir.</p><h2>Soutien en ligne pour votre enfant et ses émotions </h2><p>AboutKidsHealth a mis au point un jeu baptisé <a href="https://kids.aboutkidshealth.ca/player?title=monarchs-mission">Mission du Monarque</a> (disponible en anglais seulement) pour aider les enfants de 11 ans et plus à faire des choix sains lorsqu’ils font face à des situations ou des émotions difficiles. Le jeu utilise le thème de l’exploration de l’espace pour présenter certaines situations courantes qui peuvent être difficiles pour les enfants et les aider à faire le lien entre les situations et leurs sentiments et leurs comportements.</p>https://assets.aboutkidshealth.ca/AKHAssets/how_to_help_a_child_understand_and_cope_with_their_emotions.jpgAider un enfant à gérer ses émotions Main
Santé mentaleSanté mentaleMental healthSFrenchPsychiatryChild (0-12 years);Teen (13-18 years)NANANACaregivers Adult (19+)NALanding PageLearning Hub<p>Apprenez à soutenir le bien-être de votre enfant par l’activité, le sommeil et l’alimentation et à gérer divers troubles de santé mentale.</p><br><p>Ce centre offre des ressources pour soutenir la santé mentale de votre enfant grâce à l'activité physique, au sommeil et à la nutrition. Il offre également de l'information sur la reconnaissance, le traitement et la gestion d'une gamme de problèmes de santé mentale, y compris les troubles anxieux, le trouble bipolaire, la dépression, les troubles du comportement, l'anorexie mentale et le trouble de déficit de l’attention et hyperactivité (TDAH).<br></p><div class="panel panel-primary"><div class="panel-heading clickable"> <span class="pull-right panel-heading-collapsable-icon"><i class="mdi mdi-chevron-down"></i></span> <h2 class="panel-title">Bien-être</h2></div><div class="panel-body list-group" style="display:none;"><p>Les pressions de la vie quotidienne pendant la croissance d’un enfant peuvent mettre à l'épreuve sa santé mentale. Découvrez comment l’activité physique, de bonnes habitudes de sommeil, des limites au temps passé devant un écran et une alimentation équilibrée peuvent stimuler la santé mentale de votre enfant et l'aider à traverser les périodes difficiles.</p></div><ol class="list-group" style="display:none;"><li><div class="panel-heading clickable"> <span class="pull-right panel-heading-collapsable-icon"><i class="mdi mdi-chevron-down"></i></span> <h3>Activité physique</h3></div><ol class="list-group" style="display:none;"><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/Article?contentid=642&language=French">Activité physique : directives à l’intention des enfants et des jeunes</a></li><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/Article?contentid=641&language=French">Activité physique : bienfaits pour la santé et le bien-être</a></li></ol></li><li><div class="panel-heading clickable"> <span class="pull-right panel-heading-collapsable-icon"><i class="mdi mdi-chevron-down"></i></span> <h3>Le sommeil</h3></div><ol class="list-group" style="display:none;"><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/Article?contentid=645&language=French">Le sommeil : bienfaits et nombre d’heures recommandées</a></li><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/Article?contentid=646&language=French">Conseils sur le sommeil : aider votre enfant à bien dormir</a></li><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/Article?contentid=647&language=French">Conseils sur le sommeil : aider votre jeune à bien dormir</a></li></ol></li><li><div class="panel-heading clickable"> <span class="pull-right panel-heading-collapsable-icon"><i class="mdi mdi-chevron-down"></i></span> <h3>Temps d'écran</h3></div><ol class="list-group" style="display:none;"><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/Article?contentid=643&language=French">Temps d'écran : présentation générale</a></li><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/Article?contentid=644&language=French">Temps d'écran : comment aider votre enfant à fixer des limites saines</a></li></ol></li><li><div class="panel-heading clickable"> <span class="pull-right panel-heading-collapsable-icon"><i class="mdi mdi-chevron-down"></i></span> <h3>Nutrition</h3></div><ol class="list-group" style="display:none;"><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/Article?contentid=639&language=French">Nutrition : une alimentation saine et équilibrée peut favoriser la santé mentale de votre enfant</a></li></ol></li></ol></div><div class="panel panel-primary"><div class="panel-heading clickable"> <span class="pull-right panel-heading-collapsable-icon"><i class="mdi mdi-chevron-down"></i></span> <h2 class="panel-title">Les troubles anxieux</h2></div><div class="panel-body list-group" style="display:none;"><p>Tout enfant éprouvera de l’anxiété à un moment ou à un autre car cela fait partie intégrante du développement. Toutefois, un trouble anxieux se manifeste lquand il affecte le quotidien. Apprenez-en davantage sur les signes, les symptômes et le spectre des troubles anxieux et de leur traitement.</p></div><ol class="list-group" style="display:none;"><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/Article?contentid=18&language=French">Anxiété : présentation générale</a></li><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/Article?contentid=271&language=French">Anxiété : signes avant-coureurs</a></li><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/Article?contentid=270&language=French">Anxiété : types de troubles</a></li><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/Article?contentid=701&language=French">Anxiété : traitement par prise de médicaments</a></li><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/Article?contentid=702&language=French">Anxiété : le traitement par la psychothérapie et les changements de mode de vie</a></li></ol></div><div class="panel panel-primary"><div class="panel-heading clickable"> <span class="pull-right panel-heading-collapsable-icon"><i class="mdi mdi-chevron-down"></i></span> <h2 class="panel-title">Le trouble obsessionnel-compulsif </h2></div><div class="panel-body list-group" style="display:none;"><p>Le trouble obsessionnel-compulsif (TOC) se produit lorsqu’une personne souffre de pensées inquiétantes et intrusives et/ou suit des habitudes répétitives ou strictes pour être moins inquiète. En savoir plus sur les causes, les symptômes et les conséquences de ce trouble et comment vous pouvez aider votre enfant.</p></div><ol class="list-group" style="display:none;"><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/Article?contentid=285&language=French">Le trouble obsessionnel-compulsif (TOC) : présentation générale</a></li><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/Article?contentid=288&language=French">TOC : signes avant-coureurs</a></li><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/Article?contentid=286&language=French">Comment les TOC affectent-ils la vie de votre enfant</a></li><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/Article?contentid=709&language=French">TOC : le traitement par la psychothérapie et les médicaments</a></li><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/Article?contentid=287&language=French">TOC : comment aider votre enfant</a></li></ol></div><div class="panel panel-primary"><div class="panel-heading clickable"> <span class="pull-right panel-heading-collapsable-icon"><i class="mdi mdi-chevron-down"></i></span> <h2 class="panel-title">La dépression</h2></div><div class="panel-body list-group" style="display:none;"><p>La dépression est une maladie qui se manifeste par un sentiment de profonde tristesse ou un manque d'intérêt pour des activités qu'on aimait faire auparavant. Découvrez comment cette condition affecte l'humeur de l'enfant, le sommeil, la concentration et les niveaux d'énergie, et comment cela peut être traité.</p></div><ol class="list-group" style="display:none;"><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/Article?contentid=19&language=French">La dépression : présentation générale</a></li><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/Article?contentid=284&language=French">Dépression : signes avant-coureurs</a></li><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/Article?contentid=707&language=French">Dépression : traitement par prise de médicaments</a></li><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/Article?contentid=708&language=French">Dépression : le traitement par la psychothérapie et les changements de mode de vie</a></li></ol></div><div class="panel panel-primary"><div class="panel-heading clickable"> <span class="pull-right panel-heading-collapsable-icon"><i class="mdi mdi-chevron-down"></i></span> <h2 class="panel-title">Le trouble bipolaire</h2></div><div class="panel-body list-group" style="display:none;"><p>Le trouble bipolaire entraîne une​ alternance entre les humeurs faibles et élevées pendant des jours, des semaines ou des mois. Découvrez le spectre du trouble bipolaire, les symptômes des épisodes maniaques et dépressifs et comment les médicaments, la thérapie et les changements de style de vie peuvent aider.</p></div><ol class="list-group" style="display:none;"><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/Article?contentid=279&language=French">Le trouble bipolaire : présentation générale</a></li><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/Article?contentid=280&language=French">Trouble bipolaire : signes avant-coureurs</a></li><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/Article?contentid=704&language=French">Trouble bipolaire : le traitement par prise de médicaments</a></li><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/Article?contentid=705&language=French">Trouble bipolaire : le traitement par la psychothérapie et les changements de mode de vie</a></li></ol></div><div class="panel panel-primary"><div class="panel-heading clickable"> <span class="pull-right panel-heading-collapsable-icon"><i class="mdi mdi-chevron-down"></i></span> <h2 class="panel-title">Le suicide chez les enfants et les adolescents</h2></div><div class="panel-body list-group" style="display:none;"><p>Il arrive souvent qu’un enfant qui a des pensées suicidaires ou d'automutilation soit en même temps sous l’emprise d’une souffrance émotive envahissante. Apprenez comment aider votre enfant à composer avec des émotions perturbatrices, comment lui apporter du soutien et le protéger et où vous adresser pour obtenir de l’aide professionnelle.</p></div><ol class="list-group" style="display:none;"><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/Article?contentid=291&language=French">Le suicide chez les enfants et les adolescents : présentation générale</a></li><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/Article?contentid=289&language=French">L’automutilation chez les enfants et les adolescents : présentation générale</a></li><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/Article?contentid=290&language=French">Les risques de suicide : signes avant-coureurs</a></li><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/Article?contentid=293&language=French">Aider votre enfant à comprendre des émotions difficiles à gérer</a></li><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/Article?contentid=292&language=French">Suicide et automutilation : comment protéger votre enfant</a></li></ol></div><div class="panel panel-primary"><div class="panel-heading clickable"> <span class="pull-right panel-heading-collapsable-icon"><i class="mdi mdi-chevron-down"></i></span> <h2 class="panel-title">Les troubles d'alimentation</h2></div><div class="panel-body list-group" style="display:none;"><p>Les troubles de l’alimentation peuvent non seulement comporter des risques pour la santé de votre enfant mais aussi perturber votre vie familiale. Renseignez-vous sur les symptômes et la prise en charge de l’anorexie, de la boulimie, du trouble d’alimentation sélective et/ou d’évitement et de l’hyperphagie boulimique, et comment aider votre enfant.</p></div><ol class="list-group" style="display:none;"><li><div class="panel-heading clickable"> <span class="pull-right panel-heading-collapsable-icon"><i class="mdi mdi-chevron-down"></i></span> <h3>L'anorexie mentale</h3></div><ol class="list-group" style="display:none;"><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/Article?contentid=268&language=French">Anorexie mentale : présentation générale</a></li><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/Article?contentid=269&language=French">Anorexie : signes avant-coureurs</a></li><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/Article?contentid=267&language=French">Anorexie : complications médicales</a></li><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/Article?contentid=700&language=French">Anorexie : options de traitement</a></li><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/Article?contentid=266&language=French">Anorexie : comment aider votre enfant à la maison</a></li></ol></li><li><div class="panel-heading clickable"> <span class="pull-right panel-heading-collapsable-icon"><i class="mdi mdi-chevron-down"></i></span> <h3>La boulimie mentale</h3></div><ol class="list-group" style="display:none;"><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/Article?contentid=282&language=French">Boulimie mentale : présentation générale</a></li><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/Article?contentid=283&language=French">Boulimie : signes avant-coureurs</a></li><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/Article?contentid=281&language=French">Boulimie : complications médicales</a></li><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/Article?contentid=706&language=French">Boulimie : options de traitement</a></li><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/Article?contentid=294&language=French">Boulimie : comment aider votre enfant à la maison</a></li></ol></li><li><div class="panel-heading clickable"> <span class="pull-right panel-heading-collapsable-icon"><i class="mdi mdi-chevron-down"></i></span> <h3>Trouble d’alimentation sélective et/ou d’évitement</h3></div><ol class="list-group" style="display:none;"><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/Article?contentid=274&language=French">Trouble d’alimentation sélective et/ou d’évitement : présentation générale</a></li><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/Article?contentid=275&language=French">ARFID : signes avant-coureurs</a></li><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/Article?contentid=273&language=French">ARFID : complications médicales</a></li><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/Article?contentid=703&language=French">ARFID : options de traitement</a></li><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/Article?contentid=272&language=French">ARFID : comment aider votre enfant à la maison</a></li></ol></li><li><div class="panel-heading clickable"> <span class="pull-right panel-heading-collapsable-icon"><i class="mdi mdi-chevron-down"></i></span> <h3>L’hyperphagie boulimique</h3></div><ol class="list-group" style="display:none;"><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/Article?contentid=277&language=French">L’hyperphagie boulimique : présentation générale</a></li><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/Article?contentid=278&language=French">Hyperphagie boulimique : signes avant-coureurs</a></li><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/Article?contentid=640&language=French">L’obésité : complications médicales</a></li><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/Article?contentid=276&language=French">Hyperphagie boulimique : comment aider votre enfant à la maison</a></li></ol></li></ol></div><div class="panel panel-primary"><div class="panel-heading clickable"> <span class="pull-right panel-heading-collapsable-icon"><i class="mdi mdi-chevron-down"></i></span> <h2 class="panel-title"> Trouble de déficit de l’attention et hyperactivité (TDAH)</h2></div><div class="panel-body list-group" style="display:none;"><p>Le trouble de déficit de l’attention et hyperactivité (TDAH) est lié à des difficultés de régulation de l’attention et de maîtrise du comportement. Découvrez les principaux symptômes du TDAH chez les enfants et les adolescents, comment la maladie est diagnostiquée et comment aider votre enfant à la maison et à l’école.</p></div><ol class="list-group" style="display:none;"><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/Article?contentid=1922&language=French"> Trouble de déficit de l’attention et hyperactivité : présentation générale</a></li><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/Article?contentid=1923&language=French">TDAH : signes avant-coureurs</a></li><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/Article?contentid=1997&language=French">TDAH : comment aider votre enfant à la maison</a></li><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/Article?contentid=1999&language=French">TDAH : communiquer avec l’école de votre enfant</a></li><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/Article?contentid=1998&language=French">TDAH : traitement à l’aide des médicaments</a></li></ol></div><div class="panel panel-primary"><div class="panel-heading clickable"> <span class="pull-right panel-heading-collapsable-icon"><i class="mdi mdi-chevron-down"></i></span> <h2 class="panel-title"> Les troubles du comportement</h2></div><div class="panel-body list-group" style="display:none;"><p>Les troubles de comportement comprennent le trouble oppositionnel avec provocation et le trouble des conduites. Apprenez comment ces problèmes diffèrent de l’inconduite typique, comment la thérapie et les médicaments peuvent aider à les atténuer et comment vous pouvez gérer un comportement problématique à la maison.</p></div><ol class="list-group" style="display:none;"><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/Article?contentid=1924&language=French"> Les troubles du comportement : présentation générale</a></li><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/Article?contentid=1925&language=French">Troubles du comportement : signes avant-coureurs</a></li><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/Article?contentid=2000&language=French">Troubles du comportement: psychothérapie et médicaments</a></li><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/Article?contentid=2001&language=French">Troubles du comportement : comment aider votre enfant à la maison</a></li></ol></div><div class="panel panel-primary"><div class="panel-heading clickable"> <span class="pull-right panel-heading-collapsable-icon"><i class="mdi mdi-chevron-down"></i></span> <h2 class="panel-title"> Trouble de stress post-traumatique (TSPT)</h2></div><div class="panel-body list-group" style="display:none;"><p>Le trouble de stress post-traumatique (TSPT) est directement lié à l’observation ou à l’expérience d’un événement terrifiant. Découvrez-en les symptômes principaux et apprenez comment le problème est diagnostiqué et comment la psychothérapie et les médicaments peuvent aider votre enfant.</p></div><ol class="list-group" style="display:none;"><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/Article?contentid=1927&language=French"> Trouble de stress post-traumatique : présentation générale</a></li><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/Article?contentid=1928&language=French">TSPT : signes avant-coureurs</a></li><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/Article?contentid=2005&language=French">TSPT : traitement à l’aide de la psychothérapie et des médicaments</a></li></ol></div><div class="panel panel-primary"><div class="panel-heading clickable"> <span class="pull-right panel-heading-collapsable-icon"><i class="mdi mdi-chevron-down"></i></span> <h2 class="panel-title">Les troubles du cerveau et la santé mentale</h2></div><div class="panel-body list-group" style="display:none;"><p>Un trouble du cerveau est un problème médical, une maladie ou une blessure qui perturbe le cerveau et qui se développe avant ou après la naissance. Découvrez comment il peut compromettre l’apprentissage, l’humeur et les aptitudes sociales de votre enfant, comment en sont évaluées les conséquences sur sa santé mentale et comment l’aider à s’adapter.</p></div><ol class="list-group" style="display:none;"><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/Article?contentid=1926&language=French">Les troubles du cerveau et la santé mentale : présentation générale</a></li><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/Article?contentid=2002&language=French">Troubles du cerveau : évaluer la présence de problèmes neuropsychologiques chez votre enfant</a></li><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/Article?contentid=2003&language=French">Troubles du cerveau : comment aider votre enfant à s’adapter</a></li><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/Article?contentid=2004&language=French">Troubles du cerveau : les traitements actuels</a></li></ol></div>https://assets.aboutkidshealth.ca/AKHAssets/Mental_health_landing-page.jpgsantementaleviesaineMain
Activité physique : bienfaits pour la santé et le bien-êtreActivité physique : bienfaits pour la santé et le bien-êtrePhysical activity: Benefits of exercise for health and wellbeingAFrenchPreventionBaby (1-12 months);Toddler (13-24 months);Preschooler (2-4 years);School age child (5-8 years);Pre-teen (9-12 years);Teen (13-18 years)NANAHealthy living and preventionCaregivers Adult (19+)NA2020-04-13T04:00:00Z000Flat ContentHealth A-Z<p>Découvrez comment l’activité physique peut améliorer la santé physique, le fonctionnement du cerveau et l’humeur de votre enfant.</p><p>Une activité physique régulière contribue à la croissance de votre enfant de différentes façons. Non seulement contribue-t-elle à sa santé physique, mais elle aide aussi à améliorer le fonctionnement de son cerveau et son bien-être émotionnel.</p> <br><h2>À retenir</h2> <ul> <li>L’activité physique garde le corps fort et en santé. Elle améliore la santé mentale en diminuant la dépression, l’anxiété, la douleur et la solitude.</li> <li>L’activité physique améliore la concentration, le rendement scolaire, le sommeil et le niveau d’énergie.</li> <li>Ceux qui font de l’activité physique sur une base régulière ont de meilleurs liens avec les autres et une image plus saine de leur corps.</li> </ul><h2>Bienfaits de l’activité physique régulière</h2> <p>L’activité physique régulière contribue à renforcer les habiletés motrices de votre enfant. Elle contribue aussi, bien sûr, au <a href="/Article?contentid=1969&language=French">renforcement des os</a> et favorise le développement d’un cœur sain et de muscles plus forts. L’activité physique aide aussi votre enfant à <a href="/Article?contentid=1978&language=French">maintenir un poids santé</a>.</p> <p>L’exercice d’intensité modérée peut même aider à soulager certaines douleurs chroniques (à long terme) en conservant la fonction physique et en diminuant la fatigue.</p> <p>En plus de procurer des bienfaits physiques généraux, une activité régulière permet aussi de soulager les symptômes du syndrome prémenstruel chez les filles. L’exercice modéré aide le corps à produire des hormones appelées endorphines. Il s’agit d’antidouleurs naturels qui peuvent soulager la douleur au ventre et au dos et aussi améliorer l’humeur.</p> <h2>Bienfaits de l’activité pour le fonctionnement du cerveau</h2> <p>Cela ne semble peut-être pas évident, mais l’activité physique joue un rôle important dans le développement du cerveau et le soutien des fonctions mentales essentielles.</p> <p>La recherche montre que l’exercice régulier d’intensité modérée peut augmenter la taille de l’hippocampe. Il s’agit d’une région du cerveau activée par les fonctions d’apprentissage et de la mémoire. S’entraîner contribue aussi à libérer des facteurs de croissance. Il s’agit des neurotransmetteurs dans le cerveau qui ont un effet sur la croissance et la survie des nouvelles cellules cérébrales et sur les vaisseaux sanguins dans cette région.</p> <p>L’activité physique renforce aussi les habiletés motrices (par exemple, la coordination oculo manuelle). Elle favorise la réflexion et la capacité de résoudre des problèmes et elle améliore la concentration et l’apprentissage. Il n’est pas surprenant de constater que tous ces facteurs combinés améliorent le rendement scolaire. En fait, le simple fait de jouer dehors avec des amis, de fixer des objectifs non scolaires et d'en voir les progrès peuvent aider à recentrer le cerveau quand vient le temps de faire du travail scolaire.</p> <h2>Bienfaits de l’activité pour la santé mentale et émotionnelle</h2> <p>Si votre enfant souffre de <a href="/Article?contentid=19&language=French">dépression</a>, éprouve de l’<a href="/Article?contentid=18&language=French">anxiété</a> ou passe simplement une mauvaise journée, faire de l’exercice peut être la dernière chose qu’il a à l’esprit. Cependant, l’activité physique peut grandement contribuer au bien-être mental. Les endorphines que le cerveau libère pendant les exercices aident à améliorer l’humeur, le niveau d’énergie et même le sommeil. Ensemble, ces effets positifs aident à améliorer la confiance en soi et la résilience.</p> <p>L’exercice peut :</p> <ul> <li>réduire l’anxiété;</li> <li>renforcer les liens avec les autres;</li> <li>améliorer l’image corporelle.</li> </ul> <h3>Réduire l’anxiété</h3> <p>Les personnes qui éprouvent une anxiété accrue ont tendance à se concentrer sur les choses qui provoquent de l’anxiété. Cela les rend encore plus anxieux, créant ainsi un cercle vicieux. L’exercice permet à l’enfant anxieux de briser le cycle. Il doit porter toute son attention sur les besoins découlant de l’activité physique et acquérir de nouvelles compétences. Ainsi, il a le sentiment d’accomplir quelque chose. Consultez votre médecin si votre enfant présente <a href="/Article?contentid=271&language=French">des symptômes de l'anxiété</a>.</p> <h3>Renforcer les liens avec les autres</h3> <p>Si un enfant ou un jeune se sent seul et ne peut pas se faire des amis, faire de l’activité physique avec d’autres peut lui donner un sentiment d’appartenance et de solidarité. Un enfant ou un jeune atteint du trouble d’<a href="/Article?contentid=270&language=French">anxiété sociale</a> trouve difficile d’être dans un groupe. Mais, s’il peut se centrer sur une chose en particulier, comme un sport, la pression sociale est quelque peu allégée. Au fil du temps, le simple fait de partager des expériences, d’établir des liens et de viser à atteindre des objectifs communs peut aider l’enfant à trouver son équilibre et à acquérir la confiance de parler en classe. Si les activités sont axées sur l’école, cela peut aussi favoriser des liens d’amitié à l’école.</p> <h3>Améliorer l’image corporelle</h3> <p>Quand votre enfant voit qu’il est agréable de pouvoir danser, sauter, marcher, courir, s’étirer et jouer, il est plus apte à vouloir continuer à faire de l’activité physique tout au long de sa vie. Voir et apprécier ce que son corps peut faire, au lieu de ce à quoi il ressemble, est un excellent moyen pour un enfant de cultiver une image saine de son corps. Il est important d’aider votre enfant à en prendre conscience dès que possible. Par votre propre comportement, vous pouvez jouer un rôle dans la promotion d’une image corporelle saine.</p> <p>Le désir de paraître mince ou musclé est souvent plus fort chez les pré-adolescents et les jeunes. Votre enfant est moins apte de poursuivre un idéal physique qui comporte des dangers s’il a une perception saine de la notion de « bien paraître » et qu’il comprend que c’est le résultat d’habitudes saines et équilibrées qu’on adopte dès ses premières années.</p><h2>Ressources</h2><p>Consultez <a href="https://prevenirpourdevenir.ca/">Prévenir Pour Devenir</a> pour plus de ressources sur l'importance de l'activité physique.</p>https://assets.aboutkidshealth.ca/AKHAssets/Physical_activity_benefits.jpgBienfaits de l’activité physiqueMain

 

 

Comment devenir plus résilientComment devenir plus résilientHow to become more resilientCFrenchAdolescent;Psychiatry;PreventionTeen (13-18 years)NANAHealthy living and preventionTeen (13-18 years)NA2019-03-22T04:00:00ZFlat ContentHealth A-Z<p>Découvre ce qu’est la pleine conscience, comment elle peut t’aider à être plus résilient et à réduire ton niveau de stress, ainsi que différentes méthodes pour pratiquer la pleine conscience chaque jour. </p><h2>Découvre la pleine conscience</h2><p>Le terme « pleine conscience » désigne le fait de concentrer intentionnellement son attention sur quelque chose, avec bienveillance. On pourrait dire que c’est le contraire du multitâche. Au lieu de faire un tas de choses à la fois, tu te concentres et tu es pleinement conscient de ce que tu fais à chaque moment. La pleine conscience peut être considérée comme un mode de vie.</p><p>La pleine conscience, y compris la méditation formelle et informelle, peut t’aider à réduire tes niveaux de stress, à stabiliser ton humeur, à améliorer ta mémoire et à fortifier ton système immunitaire.</p><h3>Pleine conscience formelle </h3><p>Tu peux donc te concentrer, par exemple, sur ta respiration. Au moment où tu es distrait, tu peux noter par quoi ton attention a été détournée et te concentrer de nouveau sur ta respiration (ou ce sur quoi tu te concentrais avant).</p><p>Les distractions sont inévitables. Tout le monde se laisse distraire, que ce soit par des pensées, des émotions ou des sensations physiques.</p><p>Le fait de remarquer ce qui te distrait signifie que tu prêtais attention et c’est donc une bonne chose! Doucement et avec bienveillance, tu peux ramener ton attention sur ta respiration.</p><p>Il est important de ne pas trop exiger de toi-même. La pleine conscience peut paraître simple, mais cela ne veut pas dire qu’on peut l’atteindre facilement pour autant. Être bienveillant envers toi-même est tout aussi important que de t’exercer à concentrer ton attention.</p><h3>Pleine conscience informelle</h3><p>Ce concept implique que tu te concentres entièrement sur les activités que tu fais tous les jours comme manger ou te brosser tes dents.</p><p>Considère la pleine conscience comme la reconnaissance ouverte des pensées, des sentiments, des souvenirs ou des sensations que tu as pendant tes activités quotidiennes. Il est important de le faire avec bienveillance et de noter tous les sentiments et sensations qui se manifestent, sans t’auto-critiquer. </p><p>Nous portons tous des jugements pendant la journée, mais essaie de les remarquer et d’être bienveillant envers toi-même quand ils se manifestent. Rappelle-toi que le fait d’avoir divers sentiments, pensées ou sensations ne signifie pas que tu es obligé d’y donner suite.</p><h2>Prends soin de toi-même</h2><p>Dresse la liste des activités qui t’aident à te détendre et pratique-les régulièrement. Par exemple : méditer, prendre un bain, respirer profondément, écouter de la musique relaxante ou te faire masser. Peu importe l’activité, pourvu que ce soit quelque chose qui te plaise et te calme.</p><p></p><h2>Rappelle-toi comment tu t’es débrouillé dans le passé </h2><p>Quand tu vis des moments difficiles, rappelle-toi tous les obstacles que tu as surmontés ou les progrès que tu as déjà réalisés. Comment t’y es-tu pris? Quelles aptitudes et stratégies t’ont aidé? Réfléchir à ce qui a fonctionné pour toi dans le passé peut t’aider à utiliser les mêmes aptitudes dans l’avenir.</p><h2>Pratique la reconnaissance au quotidien </h2><p>Quand on se sent stressé ou qu’on est aux prises avec des problèmes physiques, émotionnels ou sociaux, on peut avoir du mal à manifester de la reconnaissance.</p><p>À un moment propice dans ta journée, réfléchis à trois choses pour lesquelles tu as été reconnaissant dans les 24 heures précédentes. Sois aussi détaillé et précis que possible. Tu peux choisir une chose apparemment insignifiante, comme trouver de l’argent dans la poche d’un vieux manteau, trouver l’autobus juste à temps ou te faire ouvrir la porte par quelqu’un.</p><h2>Reste en contact avec tes amis et prends le temps de remercier les autres</h2><p>S’il y a une personne avec qui tu n’as pas parlé depuis quelque temps, communique avec elle. Pense à une personne qui t’aide tous les jours et dis-lui que tu l’apprécies. Tu peux lui envoyer un courriel ou un texto, ou encore lui parler en personne. Rester en contact avec tes amis et leur manifester ta reconnaissance peut contribuer grandement à augmenter ta propre résilience.</p><p>Rappelle-toi que la résilience est un mode de vie. Ces aptitudes et ces stratégies doivent être mises en pratique chaque jour, pas seulement quand tu te sens stressé ou que tu traverses des moments difficiles. Si tu les appliques couramment dans ta vie, il te sera facile de les utiliser dans les jours difficiles.</p><p></p><p>Pour plus de renseignements sur la pleine conscience, visite le site Web du <a href="http://www.sickkids.ca/patient-family-resources/child-family-centred-care/spiritual-care/the-mindfulness-project/index.html">Projet de pleine conscience</a> de l’hôpital SickKids (en anglais).</p>https://assets.aboutkidshealth.ca/AKHAssets/how_to_become_more_resilient.jpg Découvrez ce qu’est la pleine conscience et comment elle peut aider les adolescents à être plus résilient et à réduire leur niveau de stress. Teens
Nutrition: une alimentation saine et équilibrée peut favoriser la santé mentale de votre enfantNutrition: une alimentation saine et équilibrée peut favoriser la santé mentale de votre enfantNutrition: How a balanced diet and healthy eating habits can help your child's mental healthNFrenchNutritionBaby (1-12 months);Toddler (13-24 months);Preschooler (2-4 years);School age child (5-8 years);Pre-teen (9-12 years);Teen (13-18 years)NANAHealthy living and preventionCaregivers Adult (19+)NA2016-07-18T04:00:00Z000Flat ContentHealth A-Z<p>Découvrez quels éléments nutritifs et quelles routines peuvent favoriser le bien-être mental de votre enfant.</p><p>En tant que parent, vous êtes dans la position unique et privilégiée de pouvoir décider de ce que votre enfant mange chaque jour. Vous pouvez aussi servir de modèle pour de saines habitudes et attitudes en ce qui concerne la nutrition, l’image corporelle et le mode de vie. Ces saines habitudes de vie pourront donner à votre enfant les fondements qu’il lui faut pour vivre en santé toute sa vie durant.</p><h2>À retenir</h2> <ul> <li>Votre enfant devrait, dans la mesure du possible, manger sur une base régulière les portions recommandées d’aliments entiers.</li> <li>Préparez les repas ensemble. En grandissant, les enfants peuvent faire différentes tâches. Il s’agit d’une excellente façon de leur apprendre d’où viennent les aliments et de leur montrer comment cuisiner. Cela leur sera utile.</li> <li>Mangez en famille quand vous le pouvez. Prendre des repas en famille peut améliorer l’estime de soi et renforcer le sentiment d’interdépendance. </li> <li>Vous pouvez jouer un rôle de modèle de saines habitudes et attitudes en ce qui concerne l’image corporelle et le mode de vie.</li> <li>Si vous êtes préoccupé par les comportements et les attitudes alimentaires de votre enfant et de l’image qu’il a de son corps, veuillez consulter votre médecin.</li> </ul><h2>À quoi ressemble une alimentation saine?</h2> <p>Une alimentation saine consiste à manger régulièrement les portions recommandées d’aliments entiers (aliments peu transformés) comme collations et comme repas. Il est important d’équilibrer sa consommation de macronutriments (<a href="/Article?contentid=1443&language=French">glucides</a>, <a href="/Article?contentid=1445&language=French">matières grasses</a> saines et <a href="/Article?contentid=1444&language=French">protéines</a>) et de micronutriments (<a href="/Article?contentid=1453&language=French">vitamines et minéraux</a>). L’apport calorique doit se situer dans la plage acceptable pour le stade de croissance de votre enfant et son niveau d’activité. Une alimentation équilibrée signifie que la nutrition de votre enfant provient surtout des quatre groupes alimentaires du Guide alimentaire canadien : <a href="/Article?contentid=1437&language=French">légumes et fruits</a>, <a href="/Article?contentid=1438&language=French">produits céréaliers</a>, <a href="/Article?contentid=1439&language=French">lait et substituts</a> et <a href="/Article?contentid=1440&language=French">viandes et substituts</a>. Ensemble, ces aliments fournissent les nutriments essentiels pour la santé du cerveau, y compris le <a href="/Article?contentid=1449&language=French">folate</a>, la <a href="/Article?contentid=1446&language=French">vitamine B12</a>, la vitamine C, le <a href="/Article?contentid=1450&language=French">fer</a> et les oméga 3 acides gras.</p> <h3>Valeur des aliments entiers sur les aliments transformés</h3> <p>Le cerveau et le corps fonctionnent mieux lorsque le taux de glycémie reste constant tout au long de la journée. Éliminer les hauts et les bas dans la glycémie de votre enfant peut aider à éliminer ses hauts et ses bas d’humeur et de niveau d’énergie. Pour y arriver, votre enfant doit manger une alimentation riche en aliments entiers : légumes, fruits et grains entiers. Ce sont d’excellentes sources de <a href="/Article?contentid=964&language=French">fibres</a> et ils favorisent la sensation de ne plus avoir faim. Par contre, il faut considérer les aliments hautement transformés plutôt comme des friandises occasionnelles. Leurs sucres raffinés peuvent causer une forte hausse, suivie d’une chute rapide, du taux de glycémie. Cette baisse soudaine peut entraîner une perte d’énergie à long terme pour un enfant occupé. Ces aliments sont aussi moins aptes à rassasier votre enfant, et ils peuvent créer de nouvelles envies pour des aliments et des boissons sucrés.</p> <h2>Idées de repas et de collations équilibrés</h2> <ul> <li>Le <strong>repas du matin</strong> est un repas indispensable pour alimenter votre enfant pour la journée à venir. S’il n’est pas intéressé à manger des céréales ou du pain grillé, essayez de lui donner des roulés pour le matin ou du yogourt et des fruits.</li> <li>Les <strong>paniers-repas</strong> le midi offrent une excellente occasion d’essayer une variété d’aliments. Inclure de petites portions d’aliments différents qui sont faciles à emballer et pas trop salissants. Prêter attention à ce qui est ramené à la maison à la fin de la journée vous aidera à comprendre quels aliments il faudrait inciter votre enfant à essayer ou quels aliments il n’aime peut-être pas. <br>Quand vous n’avez pas le temps de préparer un panier-repas et que vous envoyez votre enfant à l’école avec de l’argent pour acheter le repas de midi, assurez-vous de discuter avec lui des <a href="/Article?contentid=1466&language=French">choix de boissons et d’aliments sains à l’extérieur de la maison</a>. Il peut choisir, par exemple, des plats avec beaucoup de légumes et des protéines maigres comme des sautés, des salades, des sandwichs ou des soupes.</li> <li>Le <strong>repas du soir</strong> peut être aussi simple que nécessaire. Vous n’avez qu’à inclure des légumes et une source de protéines maigres. Planifier, préparer et manger un repas en famille peut rendre l’expérience du repas très satisfaisante.</li> <li>Il est important d’avoir en main des <strong>collations</strong> pour les enfants de tous âges. Souvent la disponibilité détermine le choix de la collation. Essayez donc de remplir votre placard d’aliments nutritifs.</li></ul> <p>Le Centre de documentation sur la nutrition d’AboutKidsHealth propose une gamme de choix de repas pour les <a href="/Article?contentid=1460&language=French">tout-petits</a>, les <a href="/Article?contentid=1460&language=French">enfants d’âge préscolaire</a>, les <a href="/Article?contentid=1464&language=French">enfants d’âge scolaire</a> et les <a href="/Article?contentid=1464&language=French">jeunes</a>.</p> <h2>Adopter de saines habitudes alimentaires</h2> <h3>Planification et préparation des repas</h3> <p>Vous pouvez aider votre enfant à apprécier les bienfaits d’une alimentation équilibrée en l’incitant à vous aider à planifier des repas, à faire l’épicerie et à préparer des repas. <a href="/Article?contentid=1465&language=French">Impliquer votre enfant dans les tâches associées aux repas</a> lui apprendra à faire des choix judicieux à l’épicerie, à comprendre les consignes sur la <a href="/Article?contentid=1455&language=French">salubrité des aliments</a> et à reconnaître l’effort qui va dans la préparation des repas de famille. Vous pouvez aussi profiter de l’occasion pour le sensibiliser à une alimentation équilibrée. Même si son régime alimentaire doit surtout être riche en éléments nutritifs, il peut avoir des friandises à l’occasion. Moins vous sentez le besoin d’exercer un contrôle sur la nourriture, plus saine sera votre attitude – et celle de vos enfants – envers celle-ci.</p> <h3>Manger en famille</h3> <p>Partager un repas avec ses proches est un excellent moyen de renforcer ses liens familiaux. Des <a href="/article?contentid=1465&language=English">repas de famille réguliers</a> et détendus aident votre enfant à adopter de bonnes habitudes de table. Ils lui permettent aussi de partager les hauts et les bas de sa journée. Ces occasions de rire ensemble et, au besoin, de se soutenir peuvent donner aux enfants un regard plus positif sur la vie. Elles peuvent aussi stimuler leurs aptitudes à communiquer et accroître leur estime de soi. Tout cela peut améliorer le rendement scolaire et réduire l’incidence des problèmes de poids et de toxicomanie.</p> <h2>Promouvoir une image saine du corps</h2> <p>Les enfants et les jeunes sont souvent exposés à un flux constant d’images et de messages au sujet de l’apparence physique. Avec ces normes de beauté très médiatisées mais étroites, il est difficile d’échapper à l’idée qu’il faut avoir une apparence idéale. Dans certains cas, une mauvaise perception de l’image de son corps peut causer chez l’enfant un trouble du comportement alimentaire. Des exemples sont l’<a href="/Article?contentid=268&language=French">anorexie</a>, la <a href="/Article?contentid=282&language=French">boulimie</a> ou l’<a href="/Article?contentid=277&language=French">hyperphagie boulimique</a>.</p> <p>En tant que parent, vous pouvez aider votre enfant <a href="/Article?contentid=625&language=French">à avoir une saine image de son corps</a> et à être content de son alimentation. Il vous faut parler de tendances alimentaires, de fausses informations, de pression de la part des pairs et de l’influence des médias. Vous pouvez aussi projeter une saine image de votre corps en adoptant, par exemple, les comportements suivants :</p> <ul> <li>prendre des noix, des légumes et des fruits comme collation plutôt que des aliments hautement transformés;</li> <li>éviter de parler de régimes amaigrissants ou de faire des commentaires sur votre propre poids ou celui des autres;</li> <li>inciter votre enfant à traiter la nourriture comme un carburant pour <a href="/Article?contentid=642&language=French">un corps sain, actif et fort</a>.</li> </ul> <p>Si vous êtes préoccupé par les comportements et les attitudes alimentaires de votre enfant et de l’image qu’il a de son corps, veuillez en parler à votre médecin.</p>https://assets.aboutkidshealth.ca/AKHAssets/Nutrition_how_a_balanced_diet.jpgLa nutrition et la santé mentale Main
Gestion de la douleur — les maux communs chez les enfantsGestion de la douleur — les maux communs chez les enfantsPain management for common childhood pain and injuriesGFrenchPain/AnaesthesiaChild (0-12 years);Teen (13-18 years)BodyCentral nervous system;Peripheral nervous system;Autonomic nervous systemSymptomsCaregivers Adult (19+)Pain2009-09-17T04:00:00Z10.000000000000050.00000000000001430.00000000000Flat ContentHealth A-Z<p>On discute ici de la gestion de la douleur chez les enfants en cas de maux fréquents comme les otites, les coliques et la douleur causée par les piqûres.</p><p>Pour la plupart des enfants, les blessures mineures constituent un aspect normal de l’enfance. Si elles ne sont pas graves, les bosses, les égratignures et les brûlures sont traités sans problème par les parents à la maison. Tout ce qu’il faut, c’est quelques connaissances de base, et l’amour et l’attention des parents.</p><p>Il peut être plus difficile de déterminer si une blessure ou une douleur particulière doit être examinée par un professionnel de la santé. Si votre enfant et vous-même croyez qu’il a besoin d’attention médicale, vous devrez consulter votre médecin de famille ou le service des urgences de l’hôpital en cas de blessures graves ou de douleur intense. Toute personne qui s’occupe de votre enfant, sa gardienne par exemple, devrait, elle aussi, être prête à consulter un professionnel de la santé.</p><h2>Quand consulter lorsque votre enfant souffre</h2><p>Il peut être difficile de décider s’il faut solliciter une aide médicale ou non. C’est votre enfant qui souffre, mais c’est vous qui devez décider de la gravité de son mal. Nous décrirons ici certains des maux les plus fréquents de l’enfance et nous vous expliquerons comment les traiter. En étant mieux informés, vous serez mieux préparés à réagir en cas d’urgence.</p><h2>Expériences douloureuses communes au cours de l’enfance</h2><h3>Otite moyenne</h3><p>Cette maladie infantile commune est une infection de l’oreille moyenne. Outre les examens médicaux des bébés, les otites constituent la principale raison pour laquelle les enfants consultent le médecin. Elles sont presque toujours douloureuses. La douleur résulte habituellement de l’étirement de structures sensibles à l’intérieur de l’oreille, causé par la pression exercée par le blocage de la trompe d’Eustache, conduit qui contrôle la pression de l’air dans l’oreille et dont l’enfant a besoin pour bien entendre. On peut traiter l’infection aux antibiotiques et la douleur à l’<a href="/Article?contentid=62&language=French">acétaminophène</a> ou à l’<a href="/Article?contentid=153&language=French">ibuprofène</a>, qu’on peut donner à l’enfant régulièrement pendant la journée ou, au besoin, toutes les quatre ou six heures sur une période de 24 heures. S’il souffre encore, on peut lui donner à la fois de l’<a href="/Article?contentid=62&language=French">acétaminophène</a> et de l’<a href="/Article?contentid=153&language=French">ibuprofène</a>. Assurez-vous de lire l’étiquette avant de lui administrer un médicament.</p><h3>Pharyngite</h3><p>La pharyngite est causée par une infection du pharynx, qui est une partie de la gorge. Elle cause d’ordinaire une douleur modérée qui s’aggrave lorsqu’on avale. Dans les cas d’infection bactérienne comme la pharyngite streptococcique, il peut être nécessaire d’administrer des antibiotiques pour éliminer l’infection et, indirectement, soulager la douleur. On peut traiter celle-ci à l’<a href="/Article?contentid=62&language=French">acétaminophène</a>, à l’<a href="/Article?contentid=153&language=French">ibuprofène</a> ou aux deux, et l’on peut les donner à l’enfant régulièrement pendant la journée ou, au besoin, toutes les quatre ou six heures sur une période de 24 heures.</p><h3>Poussée dentaire</h3><p>Tous les parents ont passé du temps la nuit, au bord du lit, à se demander comment soulager la douleur de leur enfant qui fait ses dents. Malheureusement, même si le problème est très répandu, on n’a mené pratiquement aucune recherche sur ce phénomène, qui est normal mais parfois douloureux. Beaucoup de parents déclarent que leur enfant aurait éprouvé une douleur légère ou modérée pendant qu’il faisait ses dents. La douleur est causée par l’inflammation ou l’irritation des gencives. Le recours à des anneaux de dentition froids ou congelés peut être une stratégie efficace. Si vous le voulez, vous pouvez aussi interroger votre médecin sur la possibilité qu’il vous recommande des analgésiques légers.</p><h3>Coliques</h3><p>Les coliques débutent normalement à l’âge de deux semaines et durent environ quatre mois. Un bébé en proie aux coliques hurle sans raison apparente et peut pleurer des heures durant. Bien que tous les bébés pleurent, les nourrissons atteints de coliques pleurent et hurlent sur de plus longues périodes. Leurs pleurs peuvent se poursuivre durant plus de trois heures d’affilée, trois jours par semaine sinon plus et pendant plus de trois semaines.</p><p>D’après certaines études, 25 % des bébés seraient coliqueux. On ne connaît pas précisément la cause de cette maladie. On a proposé qu’il s’agissait d’un trouble gastro-intestinal, psychosocial ou lié au développement neurologique. Les coliques disparaissent normalement après quatre mois et ne semblent pas causer de lésion permanente.</p><p>Même si les coliques sont inquiétantes pour nombre de parents, on n’est pas sûr si les bébés coliqueux souffrent véritablement. En effet, les bébés coliqueux ne manifestent pas les symptômes typiques du stress lié à la souffrance, tels que l’accélération du rythme cardiaque et l’accroissement des niveaux d’hormones de stress. On recommande comme traitements d’emmailloter ou de bercer le bébé, ou encore de le balancer doucement — par exemple, comme s’il faisait une promenade en voiture. Vous pouvez aussi placer à ses côtés une source de bruit blanc.</p><p>Les coliques peuvent être exaspérantes pour les parents. N’hésitez pas à demander de l’aide pour votre bébé coliqueux et vous-même si vous n’en pouvez plus de l’entendre pleurer sans arrêt.</p><h3>Piqûres</h3><p>L’emploi de seringues pour la vaccination, les vaccins contre la grippe ou la prise de sang lorsqu’on effectue des tests sont un volet désagréable mais nécessaire des soins de santé. La douleur causée par les piqûres est un problème important. Il arrive souvent que les enfants associent dès leurs premières années la consultation du médecin à la douleur que provoquent chez eux les piqûres. Bien que les chercheurs s’efforcent de trouver d’autres méthodes d’administrer les médicaments nécessaires et de prélever du sang, elles en sont encore au stade expérimental. D’ici là, les professionnels de la santé tentent de rendre les injections moins douloureuses.</p><p>Il existe plusieurs façons d’atténuer la douleur. Nous vous recommandons d’expliquer à votre enfant ce à quoi il peut s’attendre. Lorsque vous vous montrez honnête avec lui et que vous le préparez à ce qui l’attend, vous lui donnez l’impression qu’il est le maître de la situation, ce qui contribue à réduire son anxiété. Adaptez ce que vous lui dites à son âge de développement. Les façons de lui expliquer varient : s’il est très jeune, vous pouvez jouer avec des poupées pour lui montrer et, s’il est plus âgé, discuter avec lui de l’importance de l’immunisation et lui décrire la sensation éprouvée.</p><p>D’autres méthodes de soulagement de la douleur agissent directement sur la sensation de la piqûre : poser de la glace ou exercer une pression sur le point d’injection quelques secondes avant la piqûre; ou encore offrir au bébé (surtout s’il a moins de six mois) une solution sucrée dont on en a enduit sa suce ou qu’on dépose directement sur sa langue. Vous pouvez aussi vous servir d’une crème anesthésiante locale, dont la crème Emla. Elle soulage la douleur lorsqu’on l’applique environ une heure avant la piqûre ou la prise de sang. Vous pouvez également employer de l’améthocaïne (Ametop). Elle agit au bout de 20 à 30 minutes environ. À certains endroits, vous pouvez vous procurer ces crèmes sans ordonnance. Lorsque vous employez ces crèmes, vous devez toutefois connaître l’emplacement du point d’injection sur le corps, ce qui n’est pas toujours possible, ainsi que la dose exacte à appliquer.</p><p>Les stratégies psychologiques — faire des bulles, distraire l’enfant, lui faire écouter de la musique — peuvent toutes soulager la douleur. On peut montrer aux parents à les enseigner à leur enfant. Cela dit, si les parents sont trop inquiets, leur présence peut transmettre cette inquiétude à l’enfant. Dans ce cas-là, il vaut mieux ne pas être présents.</p><p>On continue de chercher une méthode plus indolore d’administrer les médicaments et d’effectuer des prises de sang. D’ici là, les parents et les professionnels de la santé doivent recourir à des techniques de soulagement de la douleur afin d’aider les enfants recevant une piqûre. Ainsi, les enfants pourront consulter le médecin sans appréhension.</p><h3>Entorses et élongations</h3><p>On peut traiter les entorses et les élongations mineures en appliquant dessus de la glace ou un objet chaud et en administrant au patient un anti-inflammatoire comme l’ibuprofène​. Pour ce qui est des élongations, un massage doux peut souvent soulager la tension et la douleur. Si la douleur et le malaise associés aux entorses et aux élongations ne disparaissent pas au bout de quelques jours, les parents doivent solliciter une aide médicale.</p><p>Si vous observez une déformation, une enflure prononcée ou une douleur très intense là où l’enfant s’est fait mal, il se peut qu’il ait une fracture. Si vous soupçonnez une fracture, immobilisez le membre ou posez une attelle dessus, et demandez sans tarder une aide médicale. S’il est blessé au cou ou au dos, ne le déplacez pas, mais appelez à l’aide.</p>https://assets.aboutkidshealth.ca/AKHAssets/Pain_management_for_common_childhood_pain_and_injuries.jpgLes maux communs chez les enfantsMain
Âge scolaireÂge scolaireSchool Age ChildÂFrenchNASchool age child (5-8 years)NANANACaregivers Adult (19+)NA2018-04-09T04:00:00Z000Landing PageLearning Hub<p>L’entrée à l’école est une étape importante dans la vie d’un jeune. Apprenez-en davantage sur les étapes importantes physiques et émotionnelles et les étapes de communication pour les enfants d’âge scolaire.</p><p>L’entrée à l’école est une étape importante dans la vie d’un jeune. Apprenez-en davantage sur les étapes importantes physiques, émotionnelles et de communication pour les enfants d’âge scolaire. Apprenez aussi comment gérer les problèmes d’intimidation, de contrôle de la vessie et de sommeil.</p><div class="panel panel-primary"><div class="panel-heading clickable"> <span class="pull-right panel-heading-collapsable-icon"><i class="mdi mdi-chevron-down"></i></span> <h2 class="panel-title">Un aperçu</h2></div><div class="panel-body list-group" style="display:none;"><p>Apprenez comment appuyer l’indépendance, la communication et la motricité de votre enfant d’âge scolaire.</p></div><ol class="list-group" style="display:none;"><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/Article?contentid=502&language=French">Attachement</a></li><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/Article?contentid=1892&language=French">Développement de la parole et du langage</a></li></ol></div><div class="panel panel-primary"><div class="panel-heading clickable"> <span class="pull-right panel-heading-collapsable-icon"><i class="mdi mdi-chevron-down"></i></span> <h2 class="panel-title">Étapes clés </h2></div><div class="panel-body list-group" style="display:none;"><p>Trouvez des renseignements sur les aptitudes physiques, sociales, et cognitives standard pour un enfant d’âge scolaire typique.</p></div><ol class="list-group" style="display:none;"><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/Article?contentid=711&language=French">Développement cognitif chez les enfants d'âge scolaire</a></li><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/Article?contentid=712&language=French">Le développement physiologique chez les enfants d'âge scolaire</a></li><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/Article?contentid=713&language=French">Développement social et émotionnel chez les enfants d’âge scolaire</a></li></ol></div><div class="panel panel-primary"><div class="panel-heading clickable"> <span class="pull-right panel-heading-collapsable-icon"><i class="mdi mdi-chevron-down"></i></span> <h2 class="panel-title">Soin de votre enfant d'âge scolaire</h2></div><div class="panel-body list-group" style="display:none;"><p>Découvrez comment gérer les problèmes comme l’intimidation, la discipline et le sommeil, les problèmes d’élocution et les vaccinations.</p></div><ol class="list-group" style="display:none;"><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/Article?contentid=303&language=French">Intimidation</a></li><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/Article?contentid=714&language=French">Discipline: comment l'inculquer à votre enfant</a></li><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/Article?contentid=1986&language=French">Vaccinations</a></li><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/Article?contentid=306&language=French">Troubles du sommeil</a></li><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/Article?contentid=298&language=French">Élocution : développement et troubles</a></li></ol></div><div class="panel panel-primary"><div class="panel-heading clickable"> <span class="pull-right panel-heading-collapsable-icon"><i class="mdi mdi-chevron-down"></i></span> <h2 class="panel-title">Problèmes de santé chez votre enfant d'âge scolaire</h2></div><div class="panel-body list-group" style="display:none;"><p>Apprenez comment identifier et réagir aux problèmes comme les infections cutanées et l’incontinence urinaire et quoi faire si on soupçonne le TDAH ou l’autisme.</p></div><ol class="list-group" style="display:none;"><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/Article?contentid=21&language=French">Troubles du spectre autistique</a></li><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/Article?contentid=16&language=French">Énurésie nocturne (mouiller le lit)</a></li><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/Article?contentid=47&language=French">Rétroaction biologique pour faciliter les problèmes de contrôle de la vessie</a></li><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/Article?contentid=49&language=French">Rééducation de la vessie</a></li><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/Article?contentid=28&language=French">Molluscum contagiosum</a></li></ol></div><div class="panel panel-primary"><div class="panel-heading clickable"> <span class="pull-right panel-heading-collapsable-icon"><i class="mdi mdi-chevron-down"></i></span> <h2 class="panel-title">Apprentissage et éducation</h2></div><div class="panel-body list-group" style="display:none;"><p>Découvrez des façons dont vous pouvez appuyer l’apprentissage de votre enfant et établir des règles équitables pour le comportement et les devoirs.</p></div><ol class="list-group" style="display:none;"><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/Article?contentid=653&language=French">Introduction aux troubles de l’apprentissage à l'école</a></li><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/Article?contentid=722&language=French">Importantes étapes à franchir en mathématiques</a></li><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/Article?contentid=720&language=French">Conscience phonologique : quels sons votre enfant peut reconnaître selon son âge</a></li><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/Article?contentid=651&language=French"> Étapes clés de la lecture et de l’écriture</a></li></ol></div>https://assets.aboutkidshealth.ca/AKHAssets/Ages_stages_school-age.jpgvotreenfantdagescolaireApprenez-en davantage sur les étapes importantes physiques et émotionnelles et les étapes de communication pour les enfants d’âge scolaire.Main