AboutKidsHealth (FR) Home

AboutKidsHealth est un site d'éducation sur la santé, destiné aux enfants et aux adolescents, et aux personnes qui s'en occupent.

Explorez le menu pour en savoir plus sur les problèmes de santé courants et sur les maladies complexes.

 

 

ConstipationConstipationConstipationCFrenchGastrointestinalChild (0-12 years);Teen (13-18 years)Large Intestine/ColonLarge intestine;RectumConditions and diseasesAdult (19+)Constipation2019-05-16T04:00:00Z8.1000000000000062.2000000000000992.000000000000Health (A-Z) - ConditionsHealth A-Z<p>Découvrez les différentes causes de la constipation chez votre enfant et comment vous pouvez aider à la soulager avec un régime alimentaire adéquat, l’apprentissage de la propreté ou des médicaments.</p><h2>Qu’est-ce que la constipation?</h2><p>La constipation est un comportement anormal des intestins lors duquel les selles sont évacuées moins souvent et sont plus dures que d’habitude. La constipation s’accompagne d’inconfort. Dans les cas extrêmes, s’il y a souillures, on parle d’<a href="/Article?contentid=3&language=French">encoprésie</a>.</p><p>Chaque personne a un « comportement intestinal » différent. La fréquence des selles peut varier de plusieurs fois par jour à plusieurs fois par semaine. Si la fréquence des selles de votre enfant a diminué, il se peut qu’il soit constipé.</p><p>La constipation peut s’étendre sur plusieurs jours, plusieurs semaines ou plusieurs mois. Elle peut aussi se produire lors d’un changement dans les habitudes, comme l’<a href="/Article?contentid=636&language=French">apprentissage de la propreté</a>, l’entrée à l’école, l’arrivée d’un petit frère ou d’une petite sœur, un départ en vacances ou une modification du régime alimentaire.</p><p>Souvent, les selles peuvent sembler normales, mais s’accumulent dans les intestins avec le temps. Cette accumulation cause des crampes abdominales (au ventre) et de la douleur. Pour les enfants qui ont été constipés pendant une longue période, entraîner l’intestin à reprendre un comportement normal peut prendre plusieurs mois, voire des années. </p><p>Point à se rappeler : votre enfant peut souffrir de constipation même s’il va à la selle tous les jours.</p><h2>À retenir</h2><ul><li>La constipation consiste en des selles moins abondantes que d’habitude, douloureuses ou difficiles à évacuer.</li><li>La constipation peut être causée par le manque de fibres dans le régime alimentaire, une modification des habitudes intestinales ou des médicaments, ou le fait de ne pas boire suffisamment de liquides.</li><li>Chez la majorité des enfants, la constipation peut être une composante familiale.</li><li>Des changements dans le régime alimentaire de votre enfant peuvent contribuer au soulagement de sa constipation.</li><li>Le médecin de votre enfant peut également vous proposer l’administration de médicaments comme des émollients fécaux pour vider les intestins.</li><li>Consultez votre médecin s’il y a du sang dans les selles de votre enfant, s’il perd le contrôle de ses selles, s’il a de la fièvre, s’il souffre de douleurs abdominales intenses ou qu’il vomit. </li></ul><h2>Qu'est-ce qui cause la constipation?</h2><p>Chez la majorité des enfants, la constipation est causée par de mauvaises habitudes intestinales ou un mauvais régime alimentaire. Voici des causes courantes de la constipation :</p><ul><li>ne pas boire suffisamment de liquides; </li><li>manque de fibres issues de grains complets, fruits ou légumes dans le régime alimentaire de votre enfant; </li><li>trop de malbouffe et autres aliments provoquant la constipation dans le régime alimentaire de votre enfant; </li><li>se retenir pour éviter les douleurs à l'évacuation des selles dues à des fissures (petites déchirures) à l'anus;</li><li>causes génétiques: certains enfants héritent de la tendance à la constipation de leurs parents;</li><li>mauvaises habitudes intestinales, troubles de l'apprentissage de la propreté, et parfois​ refus de passer du temps sur le siège des toilettes.</li></ul><p>Certains enfants peuvent avoir peur des toilettes publiques, alors que d’autres préfèrent simplement continuer de jouer plutôt que d’aller à la toilette lorsqu’ils ressentent l’urgence d’évacuer des selles. Ils préfèrent « se retenir », ce qui cause une accumulation de selles.</p><p>Voici d’autres causes moins courantes de la constipation :</p><ul><li>maladies qui causent des <a href="/Article?contentid=746&language=French">vomissements</a> ou de la <a href="/Article?contentid=30&language=French">fièvre</a>, et qui provoquent une perte de liquides corporels et de la <a href="/Article?contentid=776&language=French">déshydratation</a>;</li><li>certains médicaments comme la <a href="/Article?contentid=2999&language=French">morphine</a>;</li><li>insuffisance de la glande thyroïde (<a href="/Article?contentid=2309&language=French">hypothyroïdisme</a>);</li><li><a href="/Article?contentid=830&language=French">maladie de Hirschsprung</a>, maladie de l’intestin que l’on diagnostique habituellement dans les premières semaines de vie.</li></ul><h2>Comment prendre soin de votre enfant qui souffre de constipation</h2><p>Chez la majorité des enfants, la constipation peut être soulagée en changeant le régime alimentaire et les habitudes de vie. Une fois que la constipation a commencé, elle peut durer longtemps. Le traitement est de longue haleine et requière la patience, la coopération et l'engagement de la part des membres de la famille et de l'école. </p><h3>Régime alimentaire des enfants de moins de 1 an</h3><p>Les bébés de moins de 2 mois ne sont généralement pas constipés. Parlez au médecin de votre enfant avant d'apporter des changements au lait ou à la préparation pour nourrissons (lait maternisé) de votre bébé ou de donner des médicaments pour soulager la constipation. </p><p>Si votre bébé a moins de 4 mois, vous pouvez envisager de donner une once (30 ml) de jus de pommes ou de jus de pruneaux 1 ou 2 fois par jour.</p><p>Si votre bébé a plus de 4 mois, vous pouvez lui donner de la nourriture en purée à teneur élevée en fibres, comme des abricots, des haricots, des céréales, des pêches, des poires, des prunes et des pruneaux.</p><h3>Régime alimentaire des enfants de plus d’un an</h3><p>Faites boire à votre enfant beaucoup de liquides, surtout de l’eau.</p><p>Assurez-vous que votre enfant mange des fruits et des légumes tous les jours. Le Guide alimentaire canadien recommande que les enfants consomment 4 à 6 portions de fruits et légumes par jour. Les pommes, les abricots, les haricots, les bleuets, le brocoli, le chou, le chou-fleur, les dates, les figues, la laitue, les pois, les poires, les pruneaux et les raisins secs sont de bons exemples. Évitez tous les aliments avec lesquels les enfants plus jeunes risqueraient de s’<a href="/Article?contentid=1039&language=French">étouffer</a>.</p><p>Faites en sorte d’augmenter la portion de fibres dans le régime alimentaire de votre enfant. Faites-lui manger du son tous les jours. C’est un laxatif émollient naturel puisqu’il a une teneur élevée en <a href="/Article?contentid=964&language=French">fibres</a>. Il y a de nombreuses sources de son parmi lesquelles choisir : céréales au son (type All-Bran), muffins au son, biscuits Graham, gruau, pain de blé entier. Le maïs soufflé (popcorn) est également une bonne source de fibres pour les enfants de plus de 4 ans. </p><p>Certains aliments sont une cause connue de constipation. Diminuez-en la quantité dans le régime alimentaire de votre enfant. On peut citer en exemple les aliments pauvres en fibres comme le riz blanc, le pain blanc, la malbouffe comme les croustilles (chips) ou les boissons gazeuses sucrées. Se gaver de produits laitiers au détriment d’aliments riches en fibres peut aussi constiper. Les changements de régimes alimentaires sont plus efficaces quand toute la famille suit ces choix santé. </p><h3>Apprentissage de la propreté</h3><p>Deux à trois fois par jour et 20 à 30 minutes après les repas, faites en sorte que votre enfant passe au moins 5 minutes sur le siège de toilette ou sur le pot pour bébé. Même s’il n’évacue pas de selles, vous favorisez le développement d’une habitude. À cette fin, vous pourriez trouver utile de vous servir d’un calendrier pour entretenir leur nouvelle habitude : de jeunes enfants voudront chaque jour apposer leurs autocollants sur le diagramme après leur séance sur le petit pot.</p><p>Votre enfant devrait être confortablement installé, les genoux élevés, avec un repose-pied pour empêcher les jambes de votre enfant de pendre de chaque côté. Il aidera aussi à maintenir les genoux pliés, ce qui facilite l’évacuation des selles.</p><p>Si vous éprouvez de la difficulté avec l’apprentissage de la propreté et que votre enfant retient ses selles, il se peut que vous deviez retarder son apprentissage de la propreté jusqu’à ce que son problème de constipation ait été traité avec succès.</p><h3>Activité physique régulière</h3><p>L’exercice ou l’activité physique peut aider à prévenir la constipation. Les enfants d’un à quatre ans ont besoin de 180 minutes (3 heures) d’<a href="/Article?contentid=642&language=French">exercice physique régulier</a> chaque jour; les enfants de cinq ans et plus ont besoin de 60 minutes (une heure). </p><h3>Médicaments</h3><p>Si un changement dans le régime alimentaire ne soulage pas la constipation de votre enfant, parlez-en à son médecin. Certains enfants ne seront pas réceptifs aux seuls changements dans les habitudes alimentaires ou pour aller à la selle et auront besoin de médicaments.</p><p>Les médicaments les plus efficaces contre la constipation sont les émollients fécaux. Leur effet est dû au fait qu’ils attirent l’eau dans les intestins et en chassent les selles. Le <a href="/Article?contentid=219&language=French">polyéthylène glycol (PEG 3350)</a> est sans danger pour les enfants et peut être utilisé pendant de longues périodes. De nombreuses marques sont disponibles sans ordonnance. Le produit n’a aucun goût quand il est complètement dissous dans une boisson.</p><p>Pour les enfants souffrant de constipation sévère, des doses plus importantes de médicaments sont nécessaires au départ pour vider les intestins des selles accumulées et soulager la douleur due à la constipation. Vous pouvez ensuite ajuster la dose pour aider l’enfant à aller à la selle tous les jours.</p><p>Les suppositoires ou les lavements sont à éviter autant que possible. Si vous devez les utiliser, suivez scrupuleusement les indications de votre médecin.</p><p>N’ayez pas peur de donner à votre enfant un traitement contre la constipation à long terme sous la supervision de votre médecin. Les intestins ne deviendront pas dépendants du PEG 3350 et ne deviendront pas paresseux. Aller à la selle de façon régulière est important pour la santé des intestins.</p><h2>À quel moment consulter le médecin de votre enfant</h2><p>Consultez le médecin de votre enfant si :</p><ul><li>la santé générale de votre enfant semble affectée par sa constipation;</li><li>il y a du sang dans les selles;</li><li>votre enfant a de la <a href="/Article?contentid=30&language=French">fièvre</a>;</li><li>il urine souvent ou a mal lorsqu’il urine;</li><li>il commence à souiller ses sous-vêtements;</li><li>il perd du poids;</li><li>il se réveille la nuit pour aller à la selle;</li><li>il se plaint de douleurs abdominales.</li></ul><h3>Amenez votre enfant au service des urgences le plus proche si :</h3><ul><li>il souffre beaucoup;</li><li>il vomit sans cesse ou le vomi est vert foncé;</li><li>son abdomen (ventre) est gonflé.</li></ul>constipationhttps://assets.aboutkidshealth.ca/AKHAssets/constipation.jpg Découvrez les causes de la constipation et comment la soulager avec un régime alimentaire, l’apprentissage de la propreté ou des médicaments.Main
Infection des ongles (périonyxis ou paronychie)Infection des ongles (périonyxis ou paronychie)Fingernail infection (paronychia)IFrenchDermatologyChild (0-12 years);Teen (13-18 years)Fingers;ToesNailsConditions and diseasesCaregivers Adult (19+)NA2019-05-10T04:00:00ZHealth (A-Z) - ConditionsHealth A-Z<p>Un aperçu des infections des ongles, comme les causes possibles, le traitement et quand consulter un médecin.</p><h2>Qu’est ce qu’une infection des ongles?</h2><p>Les infections des ongles se produisent sur ou près de la peau autour de l’ongle. La plupart du temps, les infections des ongles ne sont pas graves, mais elles peuvent être douloureuses. Ce type d’infection peut également apparaître sur les ongles des orteils.<br></p><h2>À retenir</h2> <ul> <li>Les infections des ongles peuvent se manifester sur les mains et sur les pieds. </li> <li>Se ronger les ongles et se sucer les doigts peut causer des lésions cutanées, ce qui permet aux bactéries d’y entrer. </li> <li>L’enflure, les rougeurs et la sensibilité près de la région infectée sont quelques uns des symptômes. </li> <li>Nettoyez l’ongle infecté trois fois par jour dans de l'eau chaude et un savon antiseptique. </li> <li>Si l’infection est toujours là après quatre ou cinq jours, consultez un médecin.</li></ul><h2>Signes et symptômes</h2><p>Voici certains des signes et des symptômes des infections des ongles :<br></p><ul><li>enflure à l’endroit où la cuticule rencontre l’ongle; </li><li>rougeurs et légère sensibilité autour de la région infectée; </li><li>une ampoule remplie de pus jaune ou de pus jaune s’écoulant de la région enflée.</li></ul><h2>Causes </h2> <p>Les infections des ongles sont causées par des bactéries qui entrent sous la peau autour de l’ongle. Se ronger les ongles (onychophagie), les ongles incarnés et se sucer les doigts peut endommager la peau et permettre aux bactéries d’y entrer. Repousser ou couper la cuticule (ceci fait généralement partie d'une manucure) peut aussi entraîner une infection.<br></p><h2>Traitement</h2> <h3>Laisser tremper l’infection dans une solution antiseptique</h3> <p>Laissez tremper l’infection dans de l’eau chaude et un savon antiseptique. Répétez cette procédure 3 fois par jour à raison de périodes de 10 à 20 minutes. Si l’infection n’est pas guérie après quatre ou cinq jours, prenez un rendez-vous avec le médecin de votre enfant.</p> <h3>Drainage</h3> <p>Dans la plupart des cas, le pus s’écoulera tout seul après avoir laissé tremper le site infecté. Il se peut que vous deviez exercer une légère pression en frottant ou en appuyant délicatement sur la région avec une serviette humide ou un coton tige. Si cela ne fonctionne pas, allez voir le médecin. Il est possible qu'il draine le pus en ouvrant la région infectée à l’aide d’une aiguille.</p> <h3>Antibiotiques</h3> <p>Vous pouvez commencer par appliquer une pommade antibiotique en vente libre, telle que Polisporin, sur la zone infectée deux à trois fois par jour. Le meilleur moment pour appliquer cette pommade est juste après avoir faire tremper le(s) doigt(s) infecté(s) dans de l'eau chaude pendant 10 à 20 minutes. Si l'infection persiste, le médecin de votre enfant pourrait prescrire une pommade antibiotique plus forte afin de combattre l’infection. Appliquez la pommade selon les directives jusqu’à ce que l’infection disparaisse. Si l’infection semble se propager au delà de l’ongle, le médecin de votre enfant pourrait prescrire un antibiotique oral.</p> <h2>Prévention</h2> <p>Encouragez votre enfant à ne pas se ronger les ongles, les écorcher ou les mâcher. Utilisez plutôt un coupe-ongles. Évitez de repousser ou couper les cuticules.</p><h2>Quand consulter un médecin?</h2><p>Prenez un rendez vous avec le médecin de votre enfant si :</p><ul><li>votre enfant a de la <a href="/Article?contentid=30&language=French">fièvre</a>; </li><li>l’infection n’est pas guérie après quatre ou cinq jours; </li><li>les rougeurs ou l’enflure prennent de l’ampleur;<br></li><li>si la région est chaude et douloureuse.</li></ul>https://assets.aboutkidshealth.ca/AKHAssets/fingernail_infection.jpgInfection des ongles Un aperçu facile à comprendre des infections des ongles, y compris les causes possibles, le traitement et quand consulter un médecin. Main
Vivre avec la leucémieVivre avec la leucémieLiving with LeukemiaVFrenchOncologyChild (0-12 years);Teen (13-18 years)BodySkeletal systemConditions and diseasesAdult (19+)NA2018-03-06T05:00:00ZFlat ContentHealth A-Z<p>Découvrez les défis qui se poseront à vous et à votre enfant pendant qu’il se fera traiter pour la leucémie.</p><p>Si les enfants atteints de leucémie lymphoblastique aiguë (LLA) et de LMA vivent des situations semblables sur le plan affectif, la durée et l’intensité de leur traitement peuvent différer et donc avoir des répercussions différentes sur eux et sur leur famille.</p><h2>À retenir</h2><ul><li>Si les enfants traités pour la leucémie traversent eux-mêmes des difficultés affectives, le diagnostic peut également toucher leurs frères, leurs sœurs, leurs parents et toute autre personne qui s’occupe d’eux.</li></ul><p>La prise en charge d’un enfant leucémique touche de près tous les membres de votre famille : l’enfant en question, ses frères, ses sœurs, vous-même, votre conjoint et les autres personnes qui s’occupent de lui. Elle a aussi des répercussions sur les relations entre les membres de votre famille et les autres. Il est important que vous et votre famille sachiez qu’il n’y a rien que vous auriez pu faire qui aurait causé la leucémie chez votre enfant ou, au contraire, qui l’aurait prévenue.</p><p>Après le diagnostic de la leucémie chez votre enfant, vous éprouverez diverses émotions au long du traitement. Tous les enfants passent par les mêmes émotions intenses lorsqu’ils se font traiter pour la leucémie. Cela dit, votre enfant n’aura pas la même expérience s’il a la LLA ou la LMA, car ces deux types diffèrent quant à la durée et à l’intensité du traitement, et à la durée de l’hospitalisation. Ainsi, si votre enfant souffre de la LLA, il subira un traitement plus long chez lui. Si, par contre, il est atteint de LMA, il recevra un traitement plus court et plus intense, mais à l’hôpital.</p><p>Que votre enfant ait la LLA ou la LMA, il doit consommer des aliments sains. Pendant son traitement, il est possible qu’il éprouve, entre autres problèmes, des difficultés alimentaires et nutritionnelles. L’équipe des soins s’occupant de votre enfant peut vous aider, votre enfant et vous-même, à surmonter les défis qui vous attendent sur divers plans, dont les plans affectif et nutritionnel.</p>https://assets.aboutkidshealth.ca/AKHAssets/Living_with_leukemia.jpgMain
Activité physique : directives à l’intention des enfants et des jeunesActivité physique : directives à l’intention des enfants et des jeunesPhysical activity: Guidelines for children and teensAFrenchPreventionBaby (1-12 months);Toddler (13-24 months);Preschooler (2-4 years);School age child (5-8 years);Pre-teen (9-12 years);Teen (13-18 years)NANAHealthy living and preventionCaregivers Adult (19+)NA2020-04-13T04:00:00Z000Flat ContentHealth A-Z<p>Découvrez les directives en matière d’activité physique, le sommeil et le temps d'écran pour les bébés, les enfants et les jeunes.</p><p>L’activité physique régulière présente toute une gamme de <a href="/Article?contentid=641&language=French">bienfai​ts pour la santé physique et mentale de votre enfant</a>. Bien que le maintien de l'activité physique peut être plus difficile pendant les périodes stressantes, l'activité physique pourrait en fait être encore plus bénéfique pendant ces périodes. Mais, parfois, il est difficile de savoir exactement quel type d’exercice l’enfant doit faire et combien de temps il doit consacrer à l’activité physique chaque semaine.</p><h2>À retenir</h2> <ul> <li>L’activité physique régulière présente de nombreux bienfaits pour les enfants. Elle améliore, entre autres, ses habiletés motrices, la solidité de ses os et sa concentration à l’école.</li> <li>À partir de 5 ans, les enfants doivent s’adonner à des jeux actifs au moins 60 minutes par jour.</li> <li>Les enfants et les jeunes de 5 à 17 ans doivent faire 60 minutes d’activité d’intensité modérée à élevée chaque jour. Ils doivent pratiquer des activités qui renforcent les muscles et les os au moins trois fois par semaine.</li> <li>Les activités bénéfiques sont, entre autres, le patin à roues alignées, la gymnastique, le soccer, le hockey et la course de cross-country.</li> </ul><h2>Combien de temps mon enfant doit-il consacrer à l’activité physique?</h2> <p>Les directives en matière d’activité physique sont surtout fonction de l’âge de l’enfant. Les recommandations visant les enfants de moins de 18 ans sont contenues dans deux séries de directives de la Société canadienne de physiologie de l’exercice (SCPE):</p> <ul> <li>les <a target="_blank" href="http://www.csep.ca/cmfiles/guidelines/csep_paguidelines_early-years_FR.pdf">Directives canadiennes en matière d’activité physique pour la petite enfance (de 0 à 4 ans),</a></li> <li>les <a href="https://indd.adobe.com/view/7197c3fc-0a7b-4298-81ec-d048b49752b6" target="_blank">Directives cana​diennes en matière de mouvement sur 24 heures pour les enfants et les jeunes (âgés de 5 à 17 ans)</a>.</li> </ul> <h3>Directives canadiennes en matière d’activité physique pour la petite enfance</h3> <p>Le tableau ci-dessous présente des activités et la durée de celles-ci qui conviennent pendant les premières années de vie de votre enfant.</p> <table class="akh-table"> <thead> <tr><th>Âge</th><th>Durée de l’activité</th><th>Exemples</th></tr> </thead> <tbody> <tr> <td>Avant 1 an</td> <td>Jouer au sol sous surveillance plusieurs fois par jour</td> <td> <p>Passer <a href="https://www.youtube.com/watch?v=9spQHtP_uDU">du temps sur le ventre</a></p> <p>Atteindre et saisir des objets</p> <p>Pousser</p> <p>Tireret ramper</p> </td> </tr> <tr> <td>​De 1 an à 4 ans</td> <td><p>180 minutes (3 heures) chaque jour d’activités physiques diversifiées dans des environnements différents</p></td> <td> <p>Monter les escaliers</p> <p>Jouer à l’extérieur</p> <p>Explorer la nature</p> <p>Marcher</p> <p>Courir</p> <p>Danser au son de la musique</p> </td> </tr> <tr> <td>À partir de 5 ans</td> <td>60 minutes chaque jour de jeux énergiques</td> <td> <p>Sauter</p> <p>Sauter à la corde</p> <p>Courir</p> <p>Rouler à vélo</p> </td> </tr> </tbody> </table> <p>Plus l’enfant grandit, plus il a besoin d’activité énergisante. En fait, les bienfaits sont encore plus grands quand l’activité physique quotidienne est plus élevée.</p> <h3>Directives canadiennes en matière de mouvement sur 24 heures pour les enfants et les jeunes (âgés de 5 à 17 ans)</h3> <p>Ces directives s’appliquent à tous les mouvements ainsi qu’au repos et à la détente pendant toute la journée et même la nuit. La journée (24 heures) est divisée en quatre composantes:</p> <ul> <li>suer,</li> <li>bouger,</li> <li><a href="/Article?contentid=645&language=French">dormir</a>,</li> <li>s’asseoir.</li> </ul> <table class="akh-table"> <thead> <tr><th>Activité</th><th>Directives​​</th></tr> </thead> <tbody> <tr> <td>Suer</td> <td><ul> <li>Au moins 60 minutes (1 heure) par jour d’activité physique d’intensité modérée à élevée.</li> <li>Des activités physiques d’intensité élevée et des activités pour renforcer les muscles et les os au moins 3 jours par semaine.</li> </ul></td> </tr> <tr> <td>Bouger</td> <td><ul> <li>Plusieurs heures d’une variété d’activités physiques d’intensité légère structurées et non structurées, comme faire le trajet à pied entre le domicile et l’école et faire des corvées.</li> </ul></td> </tr> <tr> <td>Dormir</td> <td><ul> <li>Pour les enfants de 5 à 13 ans : de 9 à 11 heures de sommeil sans interruption.</li> <li>Pour les jeunes de 15 à 17 ans : de 8 à 10 heures de sommeil sans interruption.</li> </ul></td> </tr> <tr> <td>S’asseoir</td> <td><ul> <li>​Un maximum de 2 heures par jour de loisir <a href="/Article?contentid=643&language=French">devant l’écran</a>.</li> </ul></td> </tr> </tbody> </table> <h2>Comment déterminer si les activités de mon enfant sont d’intensité modérée ou élevée?</h2> <p>Les <strong>activités d’intensité élevée</strong> font suer les enfants et les mettent hors d’haleine. Ils ne peuvent dire que quelques mots entre les respirations. Le hip-hop et la course, faire du vélo ou de la natation à un rythme accéléré en sont des exemples.</p> <p>Les <strong>activités d’intensité modérée</strong> font aussi suer les enfants et les font respirer plus fort, mais ils peuvent encore parler en bougeant leur corps. Faire du patin à roues alignées ou du vélo dans le quartier après l’école et pratiquer du yoga de niveau moyen en sont des exemples.</p> <h2>Quel genre d’activités renforcent les muscles et les os?</h2> <p>Les activités qui renforcent les muscles et les os forcent le corps à soutenir un poids. Faire une randonnée en famille ou avec des amis, sauter à la corde, jouer au tennis ou au basketball ou encore faire de la musculation en utilisant le poids du corps ou des mini-haltères en sont des exemples.</p> <p>Le cyclisme et la natation sont d’excellents exercices pour développer les muscles et améliorer la santé du cœur. Mais, ils ne sont pas très efficaces pour former des os solidesétant donné que les os n’ont pas à soutenir le même poids quand le corps est en position assise ou dans l’eau.</p> <h2>Comment inciter mon enfant à être plus actif?</h2> <p>Il y a souvent un écart entre ce que nous savons qu’il faut faire et ce que nous faisons. En tant que parent, vous pouvez trouver difficile d’inciter votre enfant chaque jour à faire plus d’activité physique, surtout s’il n’est pas habitué, s’il a un surpoids, s’il n’est pas en forme ou s’il se sent déprimé. Or, il y a un certain nombre de conseils qui peuvent aider.</p> <h3>Créer une routine régulière dès les premières années</h3> <p>Il est important d’inculquer l’exercice dans le cadre ordinaire de vie de votre enfant dès ses premières années. Si l’activité physique fait partie de sa vie quotidienne, votre enfant sera plus apte à se lever et à bouger quand il sera le plus difficile pour lui de se motiver. Ironiquement, c’est alors que l’activité physique est le plus bénéfique.</p> <h3>Être un modèle d’habitudes saines</h3> <p>Donnez le bon exemple. Votre famille pourra voir comment vous intégrez l’activité physique dans votre vie quotidienne de diverses façons. Et, vous en profiterez aussi. En outre, une activité physique régulière créera plus de possibilités pour vous d’être actif et d’avoir du plaisir avec vos enfants.</p> <h3>Limiter le temps d'écran</h3> <p><a href="/Article?contentid=644&language=French">Limitez le temps que votre enfant passe devant un écran</a> (à regarder la télévision, à jouer aux jeux vidéo, à clavarder avec des amis dans les médias sociaux). Les enfants de 2 ans et plus ne devraient pas passer plus d’une à deux heures de loisir par jour devant un écran. Les enfants de moins de 2 ans ne devraient avoir aucune exposition à un écran.</p> <h3>Veiller à la sécurité de votre enfant</h3> <p>Songez à inciter votre enfant à aller à l’école à pied avec d’autres enfants du quartier en formant un club de marche avec les voisins. Assurez-vous aussi que votre enfant ou votre jeune porte un équipement de protection pour des activités comme le vélo, le patin, la planche à roulettes, le soccer et d’autres activités physiques.</p> <h3>Choisir une activité qui plait à votre enfant</h3> <p>Si votre enfant n’a aucune routine préétablie, vous pouvez l’aider à trouver ce qui lui plait vraiment et le laisser avancer par étapes. L’amener dehors, aller nager ou marcher, faire de la course ou du vélo entre amis ou en famille sont toutes d’excellentes façons de commencer. D’autres options sont des cours de yoga (bon nombre sont disponibles en ligne pour suivre à la maison), jouer au soccer et faire de la danse.</p> <p>Même si votre enfant fait partie d’un sport organisé qu’il pratique quelques fois par semaine, incitez-le à bouger les autres jours. Il peut se rendre à pied ou à vélo chez un ami, ratisser des feuilles, sauter à la corde ou jouer dans un parc du quartier.</p> <p>Lorsque vous choisissez une activité, il importe que vous et votre enfant preniez en compte:</p> <ul> <li>ce qui intéresse votre enfant et</li> <li>ce qui est disponible à un coût abordable où vous vivez.</li> </ul> <p><strong><em>Ce qui intéresse votre enfant</em></strong></p> <p>Ce ne sont pas tous les enfants qui veulent être le capitaine ou l’étoile de l’équipe. Si votre enfant préfère faire de l’activité physique par lui-même, il pourrait s’intéresser à la course, au vélo ou à la natation. S’il aime s'amuser en équipe où il peut se faire de nouveaux amis et faire partie d’un groupe, les activités en équipe comme le basketball ou le soccer peuvent être de meilleurs choix.</p> <p><strong><em>Ce qui est disponible à un coût abordable</em></strong></p> <p>Les coûts liés à certaines activités physiques montent vite. On n’a qu’à tenir compte du coût des uniformes, de l’équipement, des cours et des déplacements pour se rendre à l’entraînement et aux compétitions. Lorsqu’on explore les options pour son enfant, il est bon de vérifier si la ville ou ses centres de loisir offrent des programmes publics. Il y a peut-être aussi des programmes disponibles par l’entremise de l’école. Ces options sont souvent plus abordables.</p> <h2>Pour inculquer chez votre enfant une bonne attitude envers l’activité physique</h2> <p>Il y a toujours une certaine crainte et un peu de malaise quand on essaie quelque chose de nouveau. Il faut rappeler à votre enfant qu’il n’a pas besoin d’être le meilleur ou le plus rapide. L’important, c’est de faire de son mieux pour apprécier l’activité qu’il a choisie et apprendre quelque chose.</p> <p>Si votre enfant tente une activité et qu'elle ne lui plaît pas, inutile de le forcer à continuer. Un enfant ne peut tirer des bienfaits d’une activité physique que si elle lui plaît assez pour la pratiquer régulièrement. On peut alors réfléchir sur des moyens de rendre l’activité plus agréable. Par exemple, la pratiquer avec un ami. Si cela ne fonctionne pas, vous pouvez inciter votre enfant à poursuivre l’activité jusqu’à ce que vous vous entendiez sur quelque chose d’autre. Il est aussi une bonne idée d’inciter votre enfant à faire différentes activités durant la semaine. Ainsi, il aura un peu de variété et il pourra exercer son corps de différentes façons.</p><h2>Ressources</h2><p>Consultez <a href="https://prevenirpourdevenir.ca/">Prévenir Pour Devenir</a> pour plus de ressources sur l'importance de l'activité physique.<br></p>https://assets.aboutkidshealth.ca/AKHAssets/physical_activity_guidelines_school_age.jpgDirectives sur l'activité physiqueMain
Trouble de stress post-traumatique : signes and symptômesTrouble de stress post-traumatique : signes and symptômesPost-traumatic stress disorder: Signs and symptomsTFrenchPsychiatryPreschooler (2-4 years);School age child (5-8 years);Pre-teen (9-12 years);Teen (13-18 years)NANAConditions and diseasesCaregivers Adult (19+)NA2017-07-27T04:00:00Z11.000000000000045.0000000000000767.000000000000Health (A-Z) - ConditionsHealth A-Z<p>Découvrez les quatre catégories de signes et symptômes du trouble de stress post-traumatique.</p><h2>Quels sont les principaux symptômes du trouble de stress post-traumatique chez les enfants et les adolescents?</h2><p>Les principaux symptômes du <a href="/Article?contentid=1927&language=French">trouble de stress post-traumatique (TSPT)</a> se divisent en quatre catégories:</p><ul><li>les symptômes intrusifs;</li><li>l’évitement des stimuli associés à l’événement traumatisant;<br></li><li>les pensées négatives et les troubles de l’humeur;</li><li>les réactions anormales.</li></ul><h2>À retenir</h2><ul><li>Le TSPT présente un certain nombre de symptômes comme l’intrusion, l’évitement, les pensées négatives, les troubles de l’humeur et les réactions anormales.</li><li>Les symptômes doivent être présents pendant au moins un mois pour qu’un diagnostic soit établi.</li><li>Le médecin vous interrogera et interrogera votre enfant pour l’aider à poser son diagnostic.</li><li>Il pourra recommander que votre enfant consulte un professionnel de la santé mentale pour qu’il subisse une évaluation ou une thérapie ou qu’il prenne des médicaments.<br></li></ul><h2>Symptômes intrusifs</h2> <p>Les symptômes intrusifs sont ceux où l’événement traumatisant « empiète » sur la vie quotidienne de l’enfant ou de l’adolescent. Ils comprennent:</p> <ul><li>les souvenirs récurrents, non désirés et non contrôlés de l’événement traumatisant;</li> <li>chez les enfants, les jeux répétitifs dont les thèmes sont liés au traumatisme;</li> <li>les rêves récurrents liés à l’événement traumatisant ou les émotions de l’enfant ou de l’adolescent vécues à l’époque;</li> <li>des flashbacks sur l’événement traumatisant qui est vécu à nouveau et accompagné parfois d’une inconscience totale du milieu environnant présent;</li> <li>une détresse psychologique ou physique intense et prolongée découlant des rappels du traumatisme.</li></ul> <h2>Évitement des stimuli associés à l’événement traumatisant</h2> <p>Comme le laisse supposer l’expression, l’enfant ou l’adolescent évite ou essaie d’éviter tout souvenir, toute pensée ou tout sentiment liés à l’événement. Il peut aussi éviter ou essayer d’éviter tout rappel externe (des personnes, des lieux, des conversations, des activités, des situations ou des objets) qui fait remonter des souvenirs, des pensées ou des sentiments douloureux à propos de l’événement traumatisant.</p> <h2>Pensées négatives et troubles de l’humeur</h2> <p>Un enfant ou un adolescent atteint du TSPT peut:</p> <ul><li>être incapable de se rappeler un aspect important de l’événement traumatisant;</li> <li>maintenir des opinions négatives ou des attentes persistantes et exagérées envers lui-même ou ceux qui l’entourent;</li> <li>se blâmer ou blâmer d’autres personnes pour les causes ou les conséquences de l’événement traumatisant en raison de pensées persistantes et irrationnelles;</li> <li>éprouver souvent des émotions négatives comme la peur, l’horreur, la colère, la culpabilité ou la honte;</li> <li>perdre de l’intérêt pour des activités ou abandonner des activités qui comptaient pour lui auparavant;</li> <li>se sentir détaché (séparé) des autres;</li> <li>être constamment incapable de ressentir des émotions positives comme la joie, la satisfaction ou l’amour.</li></ul> <h2>Réactions anormales</h2> <p>Une personne atteinte du TSPT peut être plus réactive à son environnement et à ce qu’on dit d’elle. Par exemple, elle peut:</p> <ul><li>être plus irritable ou avoir des crises de <a href="https://akhpub.aboutkidshealth.ca/article?contentid=301&language=French">colère</a> sans provocation notable;</li> <li>se montrer violente, verbalement ou physiquement, envers des personnes ou des objets, voire avoir des crises de rage;</li> <li>être plus facilement effrayée par son environnement ou en être de plus en plus consciente;</li> <li>trouver difficile de se concentrer;</li> <li>avoir le sommeil perturbé;</li> <li>adopter un comportement insouciant ou autodestructeur.</li></ul><h2>Comment le TSPT touche les enfants</h2> <p>Même s’ils ont plus de difficultés à s’exprimer, les enfants en bas âge sont susceptibles d’avoir des pensées, des souvenirs ou des rêves liés à un événement traumatisant. Plutôt que de parler de ce qu’ils pensent ou de ce dont ils se souviennent, ils ont plus tendance à être irritables et en retrait, et à se livrer à des jeux dont les thèmes sont liés au traumatisme.</p> <h2>Comment le TSPT touche les adolescents</h2> <p>Les adolescents peuvent cesser de pratiquer leurs activités habituelles, <a href="https://akhpub.aboutkidshealth.ca/article?contentid=289&language=French">se mutiler</a> ou adopter des comportements impulsifs et téméraires comme la consommation d’alcool ou d’autres drogues.</p><h2>Comment le TSPT est diagnostiqué</h2> <p>Le médecin de votre enfant discutera avec vous et votre enfant et s’informera sur:</p> <ul><li>vos préoccupations et sur les symptômes qui entravent le fonctionnement quotidien de votre enfant;</li> <li>les facteurs de stress présents chez votre enfant et ce qui pourrait avoir déclenché l’apparition des symptômes du TSPT;</li> <li>le développement de votre enfant (de la grossesse à aujourd’hui);</li> <li>les antécédents de problèmes de santé mentale de votre famille;</li> <li>la dynamique familiale et tous les facteurs de stress (par exemple, conflits, divorce imminent, deuil, déménagement) qui pourraient être à l’origine des difficultés de votre enfant.</li></ul> <p>Le médecin ne posera un diagnostic de TSPT que si votre enfant ou votre adolescent a été exposé à de graves blessures physiques, à de la violence sexuelle ou à des menaces de mort (par violence ou accident). Il pourrait s’agir d’un des événements suivants:</p> <ul><li>avoir subi de la violence ou des blessures directement;</li> <li>avoir été témoin de violence ou de blessures en personne (non pas à la télévision, au cinéma, dans les jeux vidéo ou dans d’autres médias);</li> <li>avoir appris qu’un membre de la famille proche ou un ami a subi de la violence ou des blessures.<br></li></ul><h2>Ce que le médecin de votre enfant peut faire à l’égard du TSPT</h2> <p>Si votre enfant a reçu un diagnostic de TSPT, vous et votre médecin déciderez de la marche la plus appropriée à suivre. Votre médecin aura peut-être besoin de recueillir des renseignements auprès de l’enseignant de votre enfant ou d’autres membres de la famille.</p> <p>Il pourra également proposer que votre enfant consulte <a href="/Article?contentid=2005&language=French">un thérapeute ou un psychiatre</a>, ou recommander qu’il prenne des <a href="/Article?contentid=2005&language=French">médicaments​</a>.</p><h2>Pour de plus amples renseignements</h2> <p>Pour de plus amples renseignements sur le trouble de stress post-traumatique, veuillez consulter les pages suivantes:</p> <p><a href="/Article?contentid=1927&language=French">TSPT: présentation générale</a></p> <p><a href="/Article?contentid=2005&language=French">TSPT: traitement à l’aide de la psychothérapie et des médicaments</a></p>https://assets.aboutkidshealth.ca/AKHAssets/post_trumatic_stress_disorder_signs_and_symptoms.jpgTSPT : signes et symptômes Les symptômes du trouble de stress post-traumatique se divisent en quatre catégories. En savoir plus sur ces symptômes et sur le diagnostic. Main

 

 

Soin d’un plâtre au bras ou à la jambeSoin d’un plâtre au bras ou à la jambeCast care: Arm or leg castSFrenchOrthopaedics/MusculoskeletalChild (0-12 years);Teen (13-18 years)Arm;LegsSkeletal systemNon-drug treatmentCaregivers Adult (19+)NA2019-04-02T04:00:00Z4.0000000000000088.0000000000000815.000000000000Health (A-Z) - ProcedureHealth A-Z<p>Vous en apprendrez davantage sur le soin du plâtre au bras ou à la jambe de votre enfant et apprendrez les signes avant-coureurs d’un problème.</p><h2>À propos du plâtre de votre enfant</h2><p>Les plâtres et attelles maintiennent une partie du corps en place. Ils sont utilisés pour traiter une blessure, une fracture ou d’autres affections médicales soupçonnées. Les plâtres sont placés par un technologue orthopédiste ou un médecin. Tous les plâtres sont faits de plâtre ou de fibre de verre avec du coton doux en dessous pour protéger la peau.</p><h3>Le moulage en plâtre</h3><ul><li>Lors de l’application, le plâtre peut sembler chaud au début. Cela est normal.</li><li>Le plâtre sera ferme au toucher dans les 10 à 15 minutes, mais il faudra attendre jusqu’à 48 heures (deux jours) pour qu’il soit entièrement sec.</li><li>Pendant qu’il sèche, le plâtre peut donner une impression de froid et de moiteur jusqu’à ce qu’il soit entièrement sec.</li><li>Les moulages en plâtre ne sont ni imperméables ni étanches.</li><li>Les moulages en plâtre et les attelles sont couverts par votre assurance-santé provinciale en Ontario.</li></ul><h3>Le plâtre en fibre de verre</h3><ul><li>La fibre de verre est appliquée de la même façon que le plâtre.</li><li>Elle sèche en une heure, à peu près. Elle est plus légère et plus résistante que le plâtre.</li><li>Les plâtres en fibre de verre résistent à l’eau, mais ils ne sont PAS imperméables.</li><li>Dans certains cas, on peut utiliser un plâtre en fibre de verre avec une doublure étanche pour rendre ce plâtre imperméable. Demandez à votre technologue orthopédiste si votre enfant pourrait bénéficier d’un plâtre imperméable.</li><li>Les plâtres en fibre de verre et autres appareils orthopédiques sont payants.</li></ul><h2>À retenir</h2> <ul> <li>Le plâtre de votre enfant peut être en plâtre ou en fibre de verre.</li> <li>Inspectez le plâtre de votre enfant de quatre à cinq fois par jour.</li> <li>Il pourrait y avoir un problème avec le plâtre de votre enfant si les doigts ou les orteils de votre enfant sont bleus, blancs ou enflés, si votre enfant ne peut plier ou redresser les doigts ou les orteils, si son bras ou sa jambe est engourdi ou est en proie à des picotements, si une mauvaise odeur s’échappe du plâtre, si le plâtre est serré ou s’il est mou ou brisé.</li> </ul><h2>Signes d’un problème</h2><p>Examinez le plâtre de votre enfant quatre ou cinq fois par jour. Obtenez des conseils médicaux d'urgence si votre enfant présente l’une des complications suivantes :</p><h3>Doigts ou orteils qui sont bleus, blancs ou très enflés</h3><p>Les doigts ou orteils de votre enfant doivent être chauds et de couleur normale. Vous pouvez comparer la température, la couleur et la taille avec l’autre bras ou l’autre jambe. </p> <figure class="asset-c-80"><img src="https://assets.aboutkidshealth.ca/akhassets/Signs_of_tight_cast_EQUIP_ILL_EN.jpg" alt="Main décolorée dans un plâtre comparée à l’autre main de couleur normal" /><figcaption class="asset-image-caption">Lorsqu'un plâtre est trop serré, la peau peut sembler pâle et bleutée à l'extrémité du plâtre comparée au reste de la peau.</figcaption> </figure> <p>Votre enfant ne doit pas porter de vernis à ongle ni de bagues pendant qu’elle a un plâtre. Vous devez pouvoir voir si les ongles sont bleus.</p><h3>Odeurs qui proviennent du plâtre</h3><p>Il est normal que des odeurs commencent à émaner du plâtre s’il est en place depuis longtemps. Nous nous préoccupons des odeurs, puisqu’elles peuvent indiquer une infection sous le plâtre.</p><h3>Un plâtre qui semble serré pour votre enfant</h3><p>Si le plâtre de votre enfant semble serré, cela peut vouloir dire que le bras ou la jambe est gonflé à l'intérieur du plâtre. L’enflure peut entraver la circulation du sang dans le bras ou la jambe.<br></p><h3>Un plâtre qui est douloureux pour votre enfant</h3><p>Si votre enfant se plaint de douleurs persistantes, souvent décrites comme une brûlure, une pression ou un serrement, cela peut vouloir dire qu’il y a une pression contre la peau sous le plâtre. Cette sensation peut survenir à un endroit différent du site de la blessure de votre enfant.</p><h3>Plâtre ramolli ou cassé</h3><p>Si le plâtre est ramolli ou cassé, on pourrait devoir le réparer ou le remplacer.</p><h2>Soins de votre enfant à domicile</h2><p>Le plâtre changera selon l’utilisation que votre enfant fait du bras ou de la jambe. Il ou elle ne pourra pas s’en servir normalement.</p><p>Veuillez suivre les directives que vous avez reçu sur l’activité physique que peut faire votre enfant pendant que le plâtre est en place.</p><h2>Prendre soin du plâtre de votre enfant à la maison</h2><ul><li>Gardez le plâtre propre et sec.<br></li><li>Dans la mesure du possible, essayez de donner le bain à votre enfant en utilisant un tissu ou une éponge avec du savon.</li><li>Nettoyez le plâtre avec un linge humide. Laissez-le sécher à l’air. Vous pouvez aussi vous servir d’un séchoir à cheveux, réglé à puissance minimale.</li><li>Ne poussez rien sous le plâtre pour gratter, par exemple un stylo ou du talc pour bébé. Les démangeaisons sous le plâtre sont normales. Vous pouvez essayer de soulager les démangeaisons en utilisant un sèche-cheveux à air frais ou froid.</li><li>Ne coupez pas le plâtre et n’en changez pas la forme.</li><li>Vérifiez la peau sur le pourtour du plâtre en notant la présence d’ampoules ou de rougeurs.</li><li>Surélevez le bras ou la jambe dans le plâtre sur un oreiller pendant que votre enfant se repose.</li><li>Encouragez votre enfant à bouger toutes les autres parties de son corps qui ne sont pas immobilisées dans le plâtre. Parlez-en à votre médecin, infirmière praticienne ou technologue orthopédiste pour obtenir des conseils.</li></ul><h2>Quoi faire si vous avez des inquiétudes</h2><p>Apportez votre enfant chez votre médecin de famille ou pédiatre si vous avez des inquiétudes sur la guérison en cours de l’os cassé ou pour savoir s’il est guéri.<br></p><h2>Quand retourner au service d’urgence</h2><p>Vous devriez vous rendre au service d’urgence ou voir votre équipe d’orthopédie immédiatement dans les situations suivantes :</p><ul><li>Vous ne pouvez pas maîtriser la douleur de votre enfant avec des analgésiques.</li><li>Il existe une nouvelle augmentation de l’enflure ou de la décoloration de la peau.</li><li>Il existe une nouvelle sensation d’engourdissement ou de picotement qui ne disparaît pas avec des mouvements réguliers.</li><li>Une mauvaise odeur se dégage du plâtre.</li><li>Si le plâtre devient très humide, casse ou tombe.</li></ul><h2>Retrait du plâtre</h2><p>On retire les plâtres circonférentiels ou circulaires complets à l’aide d’une scie à plâtre électrique. Ce n’est pas douloureux, mais cela fait du bruit. Votre enfant recevra un casque antibruit au cours de la procédure.</p><p>Les plâtres qui ne sont pas circonférentiels, notamment les attelles, peuvent être retirés avec des ciseaux.</p><p>Il se peut que l’on vous demande de retirer l’attelle de votre enfant à la maison. Vous pouvez procéder au retrait en toute sécurité à l’aide de ciseaux en découpant le long du bord mou de l’attelle. Essayez de découper une couche de matériau pour éviter de blesser la peau. Si vous avez besoin d’aide, veuillez consulter votre médecin de famille.</p> <figure class="asset-c-80"> <img src="https://assets.aboutkidshealth.ca/AKHAssets/CastCare_EN.png" alt="" /> <figcaption class="asset-image-caption">Pour enlever une attelle sans assistance lorsque vous êtes à la maison, tenir les ciseaux pour couper le pansement en parallèle avec le plâtre. Pour couper, pointez les ciseaux vers vous en remontant afin d’éviter qu’ils entrent en contact avec la peau de votre enfant.</figcaption> </figure> <h2>À l’hôpital SickKids</h2><p>Vous pouvez communiquer avec la clinique d’orthopédie directement <strong>uniquement si votre enfant a déjà eu une consultation</strong> à la clinique d’orthopédie ou de fracture. Si votre enfant a eu une consultation uniquement au service d’urgence, vous pouvez communiquer avec le service d’urgence ou avec votre fournisseur de soins primaires pour obtenir de l’aide. Vous pouvez rejoindre l’équipe d’orthopédie des manières suivantes :</p><ul><li>Clinique d'orthopédie : fracture.clinic@sickkids.ca</li><li>Salle 5A (si votre enfant a été admis) : 416-813-6948</li><li>Vous trouverez de plus amples renseignements concernant la clinique d’orthopédie à l’adresse suivante : <a href="http://www.sickkids.ca/areas-of-care/clinics/orthopaedic-clinic.html">www.sickkids.ca/areas-of-care/clinics/orthopaedic-clinic.html</a> (en anglais)<br></li></ul>casthttps://assets.aboutkidshealth.ca/AKHAssets/cast_care_arm_leg_cast.jpgMain
Anémie ferriprive et entéropathie protéinique liées à une consommation excessive de laitAnémie ferriprive et entéropathie protéinique liées à une consommation excessive de laitIron deficiency anemia and protein-losing enteropathy related to excessive milk intakeAFrenchNutritionChild (0-12 years)NANAConditions and diseasesAdult (19+) CaregiversNA2019-01-16T05:00:00ZHealth (A-Z) - ConditionsHealth A-Z<p>Le lait fait habituellement partie d’une alimentation saine et équilibrée. Toutefois, boire une quantité excessive de lait peut réduire le taux de fer dans le sang. Certains enfants peuvent alors perdre des protéines depuis l’intestin.</p><h2>Apport excessif de lait</h2><p>La quantité recommandée de lait de vache pour les tout-petits est de 250 à 500 mL (1 à 2 tasses) par jour. Certains tout-petits dépassent le nombre de portions de lait recommandé. Ce « régime lacté » peut entraîner une carence en fer. Parmi eux, certains souffrent aussi d’une perte de protéines depuis le système digestif ou intestinal. Une carence en fer peut causer une anémie (faible taux de globules rouges) alors qu’une perte de protéines entraîne une hypoalbuminémie (faible taux d’albumine dans le sang). Le traitement exige habituellement de limiter l’apport de lait, d’offrir des aliments solides enrichis de fer et, chez les enfants atteints d’anémie modérée à grave, de leur administrer des suppléments de fer.</p><p>Le lait maternel ou la préparation pour nourrissons est une bonne source de fer pendant les six premiers mois de vie du bébé. Ses réserves de fer diminuent naturellement vers l’âge de quatre à six mois. Après six mois, au moment où les aliments solides sont généralement introduits, la quantité de fer dans le lait maternel est insuffisante.</p><p>À cette étape, les nourrissons devraient commencer par de la viande ou des substituts de viande afin d’obtenir une alimentation suffisamment riche en fer et en protéines. Les substituts de viande comprennent le poisson, le jaune d’œuf, le tofu, les lentilles et le fromage. Les céréales enrichies de fer sont également une bonne source de fer. Elles peuvent être introduites dès l’âge de quatre à six mois. Le lait maternel ou la préparation pour nourrissons doivent être donnés jusqu’à l’âge de neuf à douze mois après quoi le lait de vache homogénéisé (3,25 %) peut s’ajouter aux aliments solides.</p><h3>Anémie ferriprive</h3><p>Le fer est un minéral important qui provient de notre alimentation et qui est nécessaire à la fabrication de l’hémoglobine. Cette protéine présente dans les globules rouges permet aux cellules sanguines de transporter l’oxygène jusqu’aux tissus du corps. L’anémie survient lorsque le taux d’hémoglobine du corps est faible. Lorsque l’anémie est causée par un manque de fer, on parle d’anémie ferriprive.</p><p>Lorsqu’un enfant est atteint d’anémie, il ne reçoit pas tout l’oxygène nécessaire dans ses tissus, ce qui peut produire un état de pâleur et de fatigue et l’affaiblir.</p><h3>Entéropathie protéique</h3><p>Boire trop de lait peut aussi causer une perte de protéines depuis l’intestin qu’on appelle entéropathie protéique.</p><p>Les enfants atteints d’entéropathie protéique subissent de graves pertes de protéines depuis l’intestin, ce qui entraîne une faible teneur en protéines dans leur sang.</p><p>La principale protéine présente dans le sang est l’albumine. Un faible taux d’albumine dans le sang (hypoalbuminémie) peut causer la fuite de liquide dans les tissus depuis les vaisseaux sanguins. Un surplus de liquide dans les tissus peut causer un œdème (enflure) des jambes, du dos et du visage. L’hypoalbuminémie expose également le sujet aux infections.</p><p>L’hypoalbuminémie et l’œdème peuvent toutefois être causés par d’autres troubles. Le médecin de votre enfant s’enquerra de l’état de santé général de votre enfant, des symptômes de diarrhée ou de sang dans ses selles et des antécédents familiaux de maladie intestinale, hépatique, rénale ou cardiaque.</p><p>Si aucune autre cause de perte de protéines n’est identifiée, un apport excessif de lait pourrait être ciblé.</p><h2>À retenir</h2><ul><li>Un apport excessif de lait peut entraîner une anémie ferriprive et une perte de protéines depuis l’intestin.</li><li>La consommation de lait devrait se limiter à un maximum de 500 mL (2 tasses) par jour pour les tout-petits et les jeunes enfants.</li><li>Le traitement principal de la carence en fer et de la perte de protéines depuis l’intestin causées par une consommation excessive de lait consiste à réduire la quantité de lait donnée à votre enfant et à augmenter la quantité d’aliments riches en fer dans son alimentation. Pour une anémie modérée à sévère, des suppléments de fer sont également requis.</li><li>Consultez un médecin si votre enfant boit beaucoup de lait, qu’il est fatigué, faible ou pâle ou qu’il a le visage, les jambes et les pieds gonflés.</li></ul><h2>Symptômes d’anémie ferriprive et d’entéropathie protéique</h2><p>Les symptômes de l’anémie ferriprive dépendent de sa gravité, de la rapidité de la chute du taux d’hémoglobine et de sa cause. Ils dépendent également du degré d’adaptation de l’organisme de l’enfant à une faible teneur en hémoglobine.</p><p>Les symptômes de l’anémie ferriprive sont principalement :</p><ul><li>un état de pâleur;</li><li>un manque d’énergie;</li><li>un essoufflement après l’exercice ou le jeu.</li></ul><p>L’entéropathie protéique et l’hypoalbuminémie entraînent une fuite de liquide depuis les vaisseaux sanguins vers les tissus environnants.</p><p>Les symptômes d’entéropathie protéique et d’hypoalbuminémie sont principalement :</p><ul><li>l’enflure progressive des pieds, des jambes et du visage;</li><li>des crampes ou une faiblesse musculaires;</li><li>une accumulation de liquide autour des poumons (épanchement pleural);</li><li>l’enflure de l’abdomen (ascite).<br></li></ul><h2>Cause de l’anémie ferriprive et de l’entéropathie protéique</h2><h3>Anémie ferriprive</h3><p>L’anémie ferriprive due à un apport excessif de lait est causée par trois facteurs.</p><ul><li> <strong>Carence en fer</strong> : Le lait contient une quantité très faible de fer. De plus, si un enfant boit une quantité excessive de lait, il aura l’estomac trop plein pour manger des quantités suffisantes d’aliments riches en fer.</li><li> <strong>Mauvaise absorption du fer</strong> : Le lait et les autres produits laitiers peuvent nuire à la capacité de l’intestin d’absorber le fer provenant d’autres sources, comme la viande et ses substituts et les légumes vert foncé.</li><li> <strong>Saignement microscopique</strong> : Boire trop de lait peut endommager la paroi de l’intestin (entéropathie aux protéines du lait). Cette affection provoque des saignements microscopiques pratiquement invisibles dans l’intestin. Tout type de saignement dans le corps entraîne une perte de fer. Avec le temps, ces saignements peuvent diminuer très fortement le taux d’hémoglobine, contribuant à l’anémie ferriprive.</li></ul><h3>Entéropathie protéique</h3><p>On ne comprend pas tout à fait comment la consommation de lait entraîne une perte de protéines depuis l’intestin. Une théorie suggère l’intervention d’un processus appelé atrophie villositaire. L’intestin grêle présente sur ses parois des projections en forme de doigts appelées villosités. Elles jouent un rôle important dans l’absorption des nutriments. On croit qu’un apport excessif de lait de vache peut réduire la taille des villosités (atrophie villositaire) et entraîner une mauvaise absorption des nutriments. L’atrophie villositaire rend les parois intestinales perméables, ce qui laisse les protéines s’échapper.</p><h2>Diagnostic de l’anémie ferriprive et de l’entéropathie protéique</h2><h3>Anémie ferriprive</h3><p>L’anémie ferriprive peut être diagnostiquée par le médecin. Il fera un examen physique de votre enfant et s’enquerra de son niveau d’énergie, de son état de santé général, de son alimentation et de ses antécédents familiaux.</p><p>Une analyse sanguine, appelée formule sanguine complète, permet de diagnostiquer l’anémie ferriprive en mesurant le taux d’hémoglobine. Lorsque l’anémie ferriprive est causée par une carence en fer, les globules rouges paraîtront également plus petits et plus pâles au microscope.</p><p>Une analyse de la ferritine peut également être effectuée. La ferritine est une protéine présente dans l’organisme qui stocke le fer. Un faible taux de ferritine peut indiquer une carence en fer.</p><p>D’autres analyses utiles, appelées études sur le fer, peuvent mesurer le fer présent dans l’organisme.</p><h3>Entéropathie protéique</h3><p>On soupçonne la présence d’une entéropathie protéique et d’une hypoalbuminémie chez les enfants présentant de l’enflure et un faible taux d’albumine dans le sang. Le médecin examinera votre enfant pour déceler toute enflure des jambes, des pieds et du visage. Il examinera aussi son cœur et ses poumons, et son abdomen pour déceler toute accumulation de liquide.</p><p>Une analyse sanguine est habituellement effectuée pour vérifier le taux d’albumine dans le sang. Une analyse d’urine peut également être faite pour s’assurer qu’aucune perte de protéines ne se produit au niveau des reins. Lorsque la cause de la faible teneur en albumine est incertaine, d’autres analyses peuvent être effectuées, dont une analyse des selles. L’une d’elles peut consister en un prélèvement d’échantillons de selles sur 24 heures pour vérifier la présence d’une protéine appelée alpha-1-antitrypsine. En comparant la quantité de cette protéine dans les selles à la quantité présente dans le sang, le médecin peut déterminer s’il y a perte de protéines depuis l’intestin.</p><h2>Traitement de la carence en fer</h2><h3>Alimentation</h3><p>Habituellement le seul traitement nécessaire est de limiter la consommation de lait à une quantité maximale de 500 mL par jour. Le taux de fer augmentera graduellement pendant que la perte de protéines depuis l’intestin diminuera.</p><p>Les aliments enrichis de fer peuvent également aider à traiter une carence en fer. De nombreux aliments riches en fer, comme la viande et ses substituts, sont également riches en protéines. Offrez à votre enfant des aliments comme la viande ou ses substituts ainsi que des céréales enrichies de fer à quelques reprises chaque jour. Dès l’âge d’un an, les jeunes enfants devraient commencer à respecter un horaire régulier pour les repas et les collations. En général, vous pouvez suivre les conseils du <a href="https://guide-alimentaire.canada.ca/fr/">Guide alimentaire canadien</a>.</p><p>Limiter la consommation de lait ne signifie pas de l’interrompre complètement. On sait que le lait est une bonne source de calcium, de vitamine A et de vitamine D. Dès l’âge d’un à deux ans, les enfants devraient boire de 250 à 500 mL (1 à 2 tasses) de lait de vache homogénéisé (3,25 % M.G.) par jour. Ils ne devraient pas en boire plus de 500 mL (2 tasses) par jour.</p><h3>Supplément de fer</h3><p>Le médecin de votre enfant peut également prescrire des suppléments de fer. Après quelques semaines, certaines valeurs comme la teneur en hémoglobine commencent généralement à augmenter. Le traitement s’échelonne habituellement sur au moins trois mois pour reconstituer complètement les réserves de fer de l’organisme.</p><p>La supplémentation en fer peut toutefois causer des maux d’estomac. Votre médecin pourrait alors diviser la dose en deux et vous demander de l’administrer deux fois par jour au lieu d’une seule.</p><p>Les produits laitiers (lait, fromage, yogourt) peuvent avoir un effet indésirable sur l’absorption du fer. Vous pourriez alors donner des suppléments de fer deux heures avant ou deux heures après la consommation des produits laitiers.</p><p>La vitamine C peut aussi faciliter l’absorption du fer contenu dans les aliments. Les oranges et autres agrumes sont de bonnes sources de vitamine C. Prenez garde de ne pas donner une quantité excessive de jus, car cet aliment est riche en sucre.</p><p>L’entéropathie protéique et l’hypoalbuminémie causées par un apport excessif de lait s’estompent assez rapidement lorsque l’apport est limité à la quantité appropriée.</p><h2>Complications de l’anémie protéique et de l’hypoalbuminémie</h2><p>L’anémie protéique non traitée chez les enfants peut entraîner de graves conséquences sur leur croissance. L’anémie protéique non traitée peut détériorer leurs capacités intellectuelles et leur développement général. Des problèmes d’attention, de capacité de lecture et de rendement scolaire pourraient en résulter. Dans de rares cas, une anémie protéique extrême peut causer un AVC.</p><p>L’hypoalbuminémie peut également produire de graves effets sur la croissance de l’enfant. Une accumulation excessive de liquide autour des poumons peut causer des problèmes respiratoires. Dans de rares cas, l’excès de liquide peut s’accumuler autour du cœur, ce qui diminue sa capacité à pomper. La perte de protéines depuis l’intestin peut également entraîner une perte des protéines nécessaires pour combattre les infections et pour prévenir la formation de caillots, exposant les enfants à des infections graves ou à l’apparition de caillots sanguins.</p><h2>Comment aider votre enfant</h2><p>Limiter la consommation de lait peut s’avérer une entreprise difficile. Beaucoup de tout-petits aiment boire du lait au biberon et associent ce processus à leur rituel du coucher.</p><p>Voici quelques conseils pour vous aider à limiter la consommation de lait de votre enfant :</p><ul><li>S’il boit plus de 1 200 mL (5 tasses) de lait par jour, sevrez-le lentement vers de plus petites quantités. Réduisez la quantité de moitié pour commencer.</li><li>Offrez-lui d’abord des aliments solides et ne lui donnez du lait qu’à la fin du repas. Vous pouvez aussi lui donner de l’eau avec son repas et du lait seulement quelques fois par jour avec une collation. Ainsi, votre enfant ne fera pas le plein de lait en premier.</li><li>Passez plus rapidement au gobelet antifuite, ce qui l’empêchera de boire son lait au lit et d’associer cette habitude avec le fait de dormir.</li><li>Ne le laissez pas dormir avec un biberon de lait au lit. Si vous éprouvez des problèmes avec cette situation, commencez lentement à diluer le lait avec de l’eau jusqu’à ce que vous n’offriez que de l’eau. Vous contribuerez aussi à éviter les caries dentaires.</li></ul><h2>Suivi</h2><p>La supplémentation en fer doit se poursuivre pendant au moins trois à six mois pour reconstituer les réserves de fer de l’organisme. Après le début du traitement, votre médecin établira un rendez-vous de suivi avec vous. Si les symptômes de votre enfant diminuent après le traitement de carence en fer et un changement dans son alimentation, une nouvelle analyse sanguine ne sera pas nécessairement requise.</p>https://assets.aboutkidshealth.ca/AKHAssets/Drinks_for_your_toddler_or_preschooler.jpgConsommation excessive de lait Le lait fait habituellement partie d’une alimentation saine. Toutefois, boire une quantité excessive de lait peut réduire le taux de fer dans le sang. Main
Santé mentaleSanté mentaleMental healthSFrenchPsychiatryChild (0-12 years);Teen (13-18 years)NANANACaregivers Adult (19+)NALanding PageLearning Hub<p>Apprenez à soutenir le bien-être de votre enfant par l’activité, le sommeil et l’alimentation et à gérer divers troubles de santé mentale.</p><br><p>Ce centre offre des ressources pour soutenir la santé mentale de votre enfant grâce à l'activité physique, au sommeil et à la nutrition. Il offre également de l'information sur la reconnaissance, le traitement et la gestion d'une gamme de problèmes de santé mentale, y compris les troubles anxieux, le trouble bipolaire, la dépression, les troubles du comportement, l'anorexie mentale et le trouble de déficit de l’attention et hyperactivité (TDAH).<br></p><div class="panel panel-primary"><div class="panel-heading clickable"> <span class="pull-right panel-heading-collapsable-icon"><i class="mdi mdi-chevron-down"></i></span> <h2 class="panel-title">Bien-être</h2></div><div class="panel-body list-group" style="display:none;"><p>Les pressions de la vie quotidienne pendant la croissance d’un enfant peuvent mettre à l'épreuve sa santé mentale. Découvrez comment l’activité physique, de bonnes habitudes de sommeil, des limites au temps passé devant un écran et une alimentation équilibrée peuvent stimuler la santé mentale de votre enfant et l'aider à traverser les périodes difficiles.</p></div><ol class="list-group" style="display:none;"><li><div class="panel-heading clickable"> <span class="pull-right panel-heading-collapsable-icon"><i class="mdi mdi-chevron-down"></i></span> <h3>Activité physique</h3></div><ol class="list-group" style="display:none;"><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/Article?contentid=642&language=French">Activité physique : directives à l’intention des enfants et des jeunes</a></li><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/Article?contentid=641&language=French">Activité physique : bienfaits pour la santé et le bien-être</a></li></ol></li><li><div class="panel-heading clickable"> <span class="pull-right panel-heading-collapsable-icon"><i class="mdi mdi-chevron-down"></i></span> <h3>Le sommeil</h3></div><ol class="list-group" style="display:none;"><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/Article?contentid=645&language=French">Le sommeil : bienfaits et nombre d’heures recommandées</a></li><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/Article?contentid=646&language=French">Conseils sur le sommeil : aider votre enfant à bien dormir</a></li><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/Article?contentid=647&language=French">Conseils sur le sommeil : aider votre jeune à bien dormir</a></li></ol></li><li><div class="panel-heading clickable"> <span class="pull-right panel-heading-collapsable-icon"><i class="mdi mdi-chevron-down"></i></span> <h3>Temps d'écran</h3></div><ol class="list-group" style="display:none;"><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/Article?contentid=643&language=French">Temps d'écran : présentation générale</a></li><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/Article?contentid=644&language=French">Temps d'écran : comment aider votre enfant à fixer des limites saines</a></li></ol></li><li><div class="panel-heading clickable"> <span class="pull-right panel-heading-collapsable-icon"><i class="mdi mdi-chevron-down"></i></span> <h3>Nutrition</h3></div><ol class="list-group" style="display:none;"><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/Article?contentid=639&language=French">Nutrition : une alimentation saine et équilibrée peut favoriser la santé mentale de votre enfant</a></li></ol></li></ol></div><div class="panel panel-primary"><div class="panel-heading clickable"> <span class="pull-right panel-heading-collapsable-icon"><i class="mdi mdi-chevron-down"></i></span> <h2 class="panel-title">Les troubles anxieux</h2></div><div class="panel-body list-group" style="display:none;"><p>Tout enfant éprouvera de l’anxiété à un moment ou à un autre car cela fait partie intégrante du développement. Toutefois, un trouble anxieux se manifeste lquand il affecte le quotidien. Apprenez-en davantage sur les signes, les symptômes et le spectre des troubles anxieux et de leur traitement.</p></div><ol class="list-group" style="display:none;"><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/Article?contentid=18&language=French">Anxiété : présentation générale</a></li><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/Article?contentid=271&language=French">Anxiété : signes avant-coureurs</a></li><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/Article?contentid=270&language=French">Anxiété : types de troubles</a></li><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/Article?contentid=701&language=French">Anxiété : traitement par prise de médicaments</a></li><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/Article?contentid=702&language=French">Anxiété : le traitement par la psychothérapie et les changements de mode de vie</a></li></ol></div><div class="panel panel-primary"><div class="panel-heading clickable"> <span class="pull-right panel-heading-collapsable-icon"><i class="mdi mdi-chevron-down"></i></span> <h2 class="panel-title">Le trouble obsessionnel-compulsif </h2></div><div class="panel-body list-group" style="display:none;"><p>Le trouble obsessionnel-compulsif (TOC) se produit lorsqu’une personne souffre de pensées inquiétantes et intrusives et/ou suit des habitudes répétitives ou strictes pour être moins inquiète. En savoir plus sur les causes, les symptômes et les conséquences de ce trouble et comment vous pouvez aider votre enfant.</p></div><ol class="list-group" style="display:none;"><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/Article?contentid=285&language=French">Le trouble obsessionnel-compulsif (TOC) : présentation générale</a></li><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/Article?contentid=288&language=French">TOC : signes avant-coureurs</a></li><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/Article?contentid=286&language=French">Comment les TOC affectent-ils la vie de votre enfant</a></li><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/Article?contentid=709&language=French">TOC : le traitement par la psychothérapie et les médicaments</a></li><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/Article?contentid=287&language=French">TOC : comment aider votre enfant</a></li></ol></div><div class="panel panel-primary"><div class="panel-heading clickable"> <span class="pull-right panel-heading-collapsable-icon"><i class="mdi mdi-chevron-down"></i></span> <h2 class="panel-title">La dépression</h2></div><div class="panel-body list-group" style="display:none;"><p>La dépression est une maladie qui se manifeste par un sentiment de profonde tristesse ou un manque d'intérêt pour des activités qu'on aimait faire auparavant. Découvrez comment cette condition affecte l'humeur de l'enfant, le sommeil, la concentration et les niveaux d'énergie, et comment cela peut être traité.</p></div><ol class="list-group" style="display:none;"><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/Article?contentid=19&language=French">La dépression : présentation générale</a></li><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/Article?contentid=284&language=French">Dépression : signes avant-coureurs</a></li><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/Article?contentid=707&language=French">Dépression : traitement par prise de médicaments</a></li><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/Article?contentid=708&language=French">Dépression : le traitement par la psychothérapie et les changements de mode de vie</a></li></ol></div><div class="panel panel-primary"><div class="panel-heading clickable"> <span class="pull-right panel-heading-collapsable-icon"><i class="mdi mdi-chevron-down"></i></span> <h2 class="panel-title">Le trouble bipolaire</h2></div><div class="panel-body list-group" style="display:none;"><p>Le trouble bipolaire entraîne une​ alternance entre les humeurs faibles et élevées pendant des jours, des semaines ou des mois. Découvrez le spectre du trouble bipolaire, les symptômes des épisodes maniaques et dépressifs et comment les médicaments, la thérapie et les changements de style de vie peuvent aider.</p></div><ol class="list-group" style="display:none;"><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/Article?contentid=279&language=French">Le trouble bipolaire : présentation générale</a></li><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/Article?contentid=280&language=French">Trouble bipolaire : signes avant-coureurs</a></li><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/Article?contentid=704&language=French">Trouble bipolaire : le traitement par prise de médicaments</a></li><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/Article?contentid=705&language=French">Trouble bipolaire : le traitement par la psychothérapie et les changements de mode de vie</a></li></ol></div><div class="panel panel-primary"><div class="panel-heading clickable"> <span class="pull-right panel-heading-collapsable-icon"><i class="mdi mdi-chevron-down"></i></span> <h2 class="panel-title">Le suicide chez les enfants et les adolescents</h2></div><div class="panel-body list-group" style="display:none;"><p>Il arrive souvent qu’un enfant qui a des pensées suicidaires ou d'automutilation soit en même temps sous l’emprise d’une souffrance émotive envahissante. Apprenez comment aider votre enfant à composer avec des émotions perturbatrices, comment lui apporter du soutien et le protéger et où vous adresser pour obtenir de l’aide professionnelle.</p></div><ol class="list-group" style="display:none;"><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/Article?contentid=291&language=French">Le suicide chez les enfants et les adolescents : présentation générale</a></li><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/Article?contentid=289&language=French">L’automutilation chez les enfants et les adolescents : présentation générale</a></li><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/Article?contentid=290&language=French">Les risques de suicide : signes avant-coureurs</a></li><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/Article?contentid=293&language=French">Aider votre enfant à comprendre des émotions difficiles à gérer</a></li><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/Article?contentid=292&language=French">Suicide et automutilation : comment protéger votre enfant</a></li></ol></div><div class="panel panel-primary"><div class="panel-heading clickable"> <span class="pull-right panel-heading-collapsable-icon"><i class="mdi mdi-chevron-down"></i></span> <h2 class="panel-title">Les troubles d'alimentation</h2></div><div class="panel-body list-group" style="display:none;"><p>Les troubles de l’alimentation peuvent non seulement comporter des risques pour la santé de votre enfant mais aussi perturber votre vie familiale. Renseignez-vous sur les symptômes et la prise en charge de l’anorexie, de la boulimie, du trouble d’alimentation sélective et/ou d’évitement et de l’hyperphagie boulimique, et comment aider votre enfant.</p></div><ol class="list-group" style="display:none;"><li><div class="panel-heading clickable"> <span class="pull-right panel-heading-collapsable-icon"><i class="mdi mdi-chevron-down"></i></span> <h3>L'anorexie mentale</h3></div><ol class="list-group" style="display:none;"><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/Article?contentid=268&language=French">Anorexie mentale : présentation générale</a></li><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/Article?contentid=269&language=French">Anorexie : signes avant-coureurs</a></li><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/Article?contentid=267&language=French">Anorexie : complications médicales</a></li><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/Article?contentid=700&language=French">Anorexie : options de traitement</a></li><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/Article?contentid=266&language=French">Anorexie : comment aider votre enfant à la maison</a></li></ol></li><li><div class="panel-heading clickable"> <span class="pull-right panel-heading-collapsable-icon"><i class="mdi mdi-chevron-down"></i></span> <h3>La boulimie mentale</h3></div><ol class="list-group" style="display:none;"><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/Article?contentid=282&language=French">Boulimie mentale : présentation générale</a></li><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/Article?contentid=283&language=French">Boulimie : signes avant-coureurs</a></li><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/Article?contentid=281&language=French">Boulimie : complications médicales</a></li><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/Article?contentid=706&language=French">Boulimie : options de traitement</a></li><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/Article?contentid=294&language=French">Boulimie : comment aider votre enfant à la maison</a></li></ol></li><li><div class="panel-heading clickable"> <span class="pull-right panel-heading-collapsable-icon"><i class="mdi mdi-chevron-down"></i></span> <h3>Trouble d’alimentation sélective et/ou d’évitement</h3></div><ol class="list-group" style="display:none;"><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/Article?contentid=274&language=French">Trouble d’alimentation sélective et/ou d’évitement : présentation générale</a></li><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/Article?contentid=275&language=French">ARFID : signes avant-coureurs</a></li><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/Article?contentid=273&language=French">ARFID : complications médicales</a></li><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/Article?contentid=703&language=French">ARFID : options de traitement</a></li><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/Article?contentid=272&language=French">ARFID : comment aider votre enfant à la maison</a></li></ol></li><li><div class="panel-heading clickable"> <span class="pull-right panel-heading-collapsable-icon"><i class="mdi mdi-chevron-down"></i></span> <h3>L’hyperphagie boulimique</h3></div><ol class="list-group" style="display:none;"><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/Article?contentid=277&language=French">L’hyperphagie boulimique : présentation générale</a></li><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/Article?contentid=278&language=French">Hyperphagie boulimique : signes avant-coureurs</a></li><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/Article?contentid=640&language=French">L’obésité : complications médicales</a></li><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/Article?contentid=276&language=French">Hyperphagie boulimique : comment aider votre enfant à la maison</a></li></ol></li></ol></div><div class="panel panel-primary"><div class="panel-heading clickable"> <span class="pull-right panel-heading-collapsable-icon"><i class="mdi mdi-chevron-down"></i></span> <h2 class="panel-title"> Trouble de déficit de l’attention et hyperactivité (TDAH)</h2></div><div class="panel-body list-group" style="display:none;"><p>Le trouble de déficit de l’attention et hyperactivité (TDAH) est lié à des difficultés de régulation de l’attention et de maîtrise du comportement. Découvrez les principaux symptômes du TDAH chez les enfants et les adolescents, comment la maladie est diagnostiquée et comment aider votre enfant à la maison et à l’école.</p></div><ol class="list-group" style="display:none;"><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/Article?contentid=1922&language=French"> Trouble de déficit de l’attention et hyperactivité : présentation générale</a></li><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/Article?contentid=1923&language=French">TDAH : signes avant-coureurs</a></li><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/Article?contentid=1997&language=French">TDAH : comment aider votre enfant à la maison</a></li><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/Article?contentid=1999&language=French">TDAH : communiquer avec l’école de votre enfant</a></li><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/Article?contentid=1998&language=French">TDAH : traitement à l’aide des médicaments</a></li></ol></div><div class="panel panel-primary"><div class="panel-heading clickable"> <span class="pull-right panel-heading-collapsable-icon"><i class="mdi mdi-chevron-down"></i></span> <h2 class="panel-title"> Les troubles du comportement</h2></div><div class="panel-body list-group" style="display:none;"><p>Les troubles de comportement comprennent le trouble oppositionnel avec provocation et le trouble des conduites. Apprenez comment ces problèmes diffèrent de l’inconduite typique, comment la thérapie et les médicaments peuvent aider à les atténuer et comment vous pouvez gérer un comportement problématique à la maison.</p></div><ol class="list-group" style="display:none;"><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/Article?contentid=1924&language=French"> Les troubles du comportement : présentation générale</a></li><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/Article?contentid=1925&language=French">Troubles du comportement : signes avant-coureurs</a></li><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/Article?contentid=2000&language=French">Troubles du comportement: psychothérapie et médicaments</a></li><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/Article?contentid=2001&language=French">Troubles du comportement : comment aider votre enfant à la maison</a></li></ol></div><div class="panel panel-primary"><div class="panel-heading clickable"> <span class="pull-right panel-heading-collapsable-icon"><i class="mdi mdi-chevron-down"></i></span> <h2 class="panel-title"> Trouble de stress post-traumatique (TSPT)</h2></div><div class="panel-body list-group" style="display:none;"><p>Le trouble de stress post-traumatique (TSPT) est directement lié à l’observation ou à l’expérience d’un événement terrifiant. Découvrez-en les symptômes principaux et apprenez comment le problème est diagnostiqué et comment la psychothérapie et les médicaments peuvent aider votre enfant.</p></div><ol class="list-group" style="display:none;"><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/Article?contentid=1927&language=French"> Trouble de stress post-traumatique : présentation générale</a></li><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/Article?contentid=1928&language=French">TSPT : signes avant-coureurs</a></li><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/Article?contentid=2005&language=French">TSPT : traitement à l’aide de la psychothérapie et des médicaments</a></li></ol></div><div class="panel panel-primary"><div class="panel-heading clickable"> <span class="pull-right panel-heading-collapsable-icon"><i class="mdi mdi-chevron-down"></i></span> <h2 class="panel-title">Les troubles du cerveau et la santé mentale</h2></div><div class="panel-body list-group" style="display:none;"><p>Un trouble du cerveau est un problème médical, une maladie ou une blessure qui perturbe le cerveau et qui se développe avant ou après la naissance. Découvrez comment il peut compromettre l’apprentissage, l’humeur et les aptitudes sociales de votre enfant, comment en sont évaluées les conséquences sur sa santé mentale et comment l’aider à s’adapter.</p></div><ol class="list-group" style="display:none;"><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/Article?contentid=1926&language=French">Les troubles du cerveau et la santé mentale : présentation générale</a></li><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/Article?contentid=2002&language=French">Troubles du cerveau : évaluer la présence de problèmes neuropsychologiques chez votre enfant</a></li><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/Article?contentid=2003&language=French">Troubles du cerveau : comment aider votre enfant à s’adapter</a></li><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/Article?contentid=2004&language=French">Troubles du cerveau : les traitements actuels</a></li></ol></div>https://assets.aboutkidshealth.ca/AKHAssets/Mental_health_landing-page.jpgsantementaleviesaineSanté mentale Apprenez à soutenir le bien-être de votre enfant par l’activité, le sommeil et l’alimentation et à gérer divers troubles de santé mentale.Main
Congestion nasale : comment dégager le nez bouché et sec de votre bébéCongestion nasale : comment dégager le nez bouché et sec de votre bébéNasal congestion : How to clear your baby's dry, stuffy noseCFrenchNANewborn (0-28 days);Baby (1-12 months)NoseNoseConditions and diseasesCaregivers Adult (19+)Nasal congestion2019-02-04T05:00:00Z6.3000000000000074.70000000000001005.00000000000Health (A-Z) - ConditionsHealth A-Z<p> Conseils simples pour les parents sur la façon de dégager le nez bouché de leur bébé ou d’en soulager la sécheresse.</p><p>Les premiers jours de vie, les bébés peuvent sembler avoir le nez bouché du fait que, dans l’utérus, ils baignaient entièrement dans un liquide. Certains bébés éternuent les deux premiers jours suivant la naissance, ce qui est provoqué par le reste du liquide qui demeure dans leurs voies nasales. Un nouveau né dont le nez est congestionné peut renifler en respirant et peut sembler « nasiller ».</p><p>La congestion nasale se manifeste lorsque les tissus internes du nez gonflent ou produisent du mucus. Si votre bébé a le nez congestionné, il peut respirer par la bouche, ce qui peut causer des difficultés au moment de le nourrir. Dans de rares cas, la congestion nasale peut entraîner des troubles respiratoires. La congestion disparaît habituellement seule au en une semaine.</p><p>L’air extrêmement sec peut entraîner la sécheresse des tissus internes sensibles du nez des bébés. Cette sécheresse peut provoquer le <a href="/Article?contentid=749&language=French">saignement</a> des vaisseaux sanguins dans les narines. Si votre bébé n’a subi aucune blessure au nez, mais y présente des saignements, la sécheresse des tissus internes en est peut être la cause. Quand leur nez est sec, les bébés risquent davantage de contracter un rhume.</p><p>La sécheresse nasale est souvent plus marquée en hiver alors que le chauffage assèche l’air intérieur des domiciles.</p><h2>À rete​nir</h2> <ul><li>La congestion nasale est causée par le gonflement des tissus internes du nez.</li> <li>En règle générale, la congestion nasale disparaît seule en une semaine.</li> <li>L’utilisation d’une solution saline à base de sel de mer ou d’une poire à succion pour bébés peut aider à dégager le mucus clair du nez des bébés.</li> <li>Si la difficulté à respirer persiste après l’utilisation de la pompe, consultez un médecin immédiatement.</li></ul><h2>Quelles sont les causes de la congestion nasale chez les bébés?</h2> <ul> <li>l’air sec</li> <li>les irritants comme la poussière, la fumée de cigarette ou les parfums,</li> <li>les affections virales (comme le rhume).</li> </ul> <p>Les mesures ci dessous peuvent permettre de soulager la sécheresse et la congestion nasales de votre bébé. Toutefois, si ses difficultés à respirer ou à se nourrir persistent, consultez son médecin pour écarter le risque qu’une infection ou qu’une maladie soit à l’origine de la congestion.</p><h2>Comment soulager la sé​cheresse du nez de votre bébé</h2><p>Voici des conseils pour soulager la sécheresse ou l’irritation du nez de votre bébé.</p><h3>Humidifiez le ne​z de votre bébé</h3><p>Les <strong>solutions salines</strong> à base de sel de mer se vendent en pharmacie.</p><ol><li>Couchez votre bébé sur le dos. Placez une serviette roulée ou une petite couverture sous ses épaules ou appuyez doucement sur le bout de son nez pour que les gouttes pénètrent plus facilement dans les narines.</li><li>Mettez 2 ou 3 gouttes de solution saline dans chacune des narines, puis attendre de 30 à 60 secondes avant de drainer le nez de votre bébé.</li></ol><h3>Installez un humidi​ficateur ou un vaporisateur à vapeur froide près du lit de votre bébé</h3><p>Si votre bébé a le nez sec, il risque également avoir le nez congestionné. La vapeur d’eau peut aider à humidifier et à déloger le mucus de son nez. Videz et nettoyez le vaporisateur une fois par jour et renouvelez l’eau.</p><h2>Comment dégager le nez congestionné de votre bébé</h2><p>En plus d’installer un humidificateur ou un vaporisateur à vapeur froide près du lit de votre bébé, vous pouvez vous servir de gouttes de solution saline pour dégager le mucus de son nez.</p><h3>Nettoyer le mucus à l’aide de gouttes de solution saline</h3><ol><li>Couchez votre bébé sur le dos. Placez une serviette roulée ou une petite couverture sous ses épaules ou appuyez doucement sur le bout de son nez pour que les gouttes pénètrent plus facilement dans les narines.</li><li>Mettez 2 ou 3 gouttes de solution saline dans chacune des narines, puis attendez de 30 à 60 secondes.</li><li>Couchez votre bébé sur le ventre pour faciliter l’écoulement de la solution du nez. Recueillez le mucus qui s’échappent des narines à l’aide d’un papier mouchoir ou d’un coton-tige. Il se peut que votre bébé tousse ou éternue, ce qui libérera le mucus et la solution saline.</li><li>Faites rouler le coton-tige ou le papier mouchoir sur le pourtour de chaque narine pour en retirer le liquide. N’insérez jamais un coton tige à l’intérieur des narines de votre enfant.</li></ol><h3>Nettoyer le mucus à l’aide d’un aspirateur nasal pour bébé ou d’une poire à succion pour le nez</h3><p>Si vous éprouvez de la difficulté à dégager le mucus, utilisez un aspirateur nasal pour bébé ou une poire à succion pour le nez. Un aspirateur nasal est un tube que vous placez dans la narine de votre bébé pendant que vous inhalez par l’embout du tube afin d’aspirer le mucus. Le mucus est alors piégé dans un filtre. Une poire de succion est insérée dans la narine de votre bébé et crée un vide afin de déloger et d’aspirer le mucus. Les poires à succion sont généralement peu efficaces pour le nettoyage du mucus et des sécrétions.</p><p>Comment utiliser un aspirateur nasal :</p><ol><li>Avant la première utilisation, rincez l’aspirateur à l’eau chaude et asséchez-le complètement.</li><li>Placez un filtre propre dans le porte-filtre et reconnectez l’aspirateur.</li><li>Étendez l’enfant sur le dos, la tête inclinée à droite. Placez délicatement une ou deux gouttes de solution saline dans sa narine. Procédez de la même façon avec la narine opposée après avoir incliné la tête de l’enfant vers la gauche.</li><li>Placez l’embout souple de l’aspirateur nasal à l’entrée de la narine du bébé. Inhalez par l’embout afin d’aspirer doucement le mucus. Le mucus sera recueilli par le filtre hygiénique et ne pourra pas passer à travers le tube d’inhalation. Répétez l’opération avec l’autre narine. Soulevez doucement le bébé afin de permettre au mucus résiduel de s’écouler de son nez.</li><li>Essuyez délicatement les narines de votre enfant à l’aide d’un papier mouchoir ou un tampon d’ouate trempé dans une solution saline.</li><li>Après chaque utilisation, détachez la base de l’aspirateur, retirez et jetez le filtre souillé puis rincez l’aspirateur nasal à l’eau chaude avant de l’assécher. Ne stérilisez pas ni ne faites bouillir l’aspirateur nasal.</li></ol><h3>Comment utiliser une poire à succion pour bébés</h3><ol><li>Faites sortir l’air de la poire en la pinçant.</li><li>Pacez doucement le bout de la poire au début de l’ouverture de la narine. Ne faites pas pénétrer la poire plus loin, car vous risquez d’endommager l’intérieur de la narine. Retirez le mucus, en laissant la poire se remplir d’air.</li><li>Dégagez le mucus de la poire sur un papier mouchoir.</li><li>Rincez bien la poire avec de l’eau fraiche avant et après chaque utilisation.</li></ol><div class="asset-video"> <iframe src="https://www.youtube.com/embed/0gQqI2gz0Z4?rel=0&hl=fr&cc_load_policy=1" frameborder="0"></iframe> </div><h2>Quand consu​lter un médecin</h2> <p>Communiquez avec votre médecin si votre bébé présente l’un ou l’autre des symptômes suivants :</p> <ul><li>fièvre</li> <li>éruption cutanée</li> <li>congestion nasale accompagnée d’une enflure du front, des yeux, des côtés du nez ou des joues</li> <li>congestion nasale durant plus de deux semaines</li> <li>difficulté à respirer ou respiration rapide</li> <li>grande difficulté à boire ou refus de boire</li> <li>humeur très grincheuse ou douleurs apparentes.</li></ul>congestedbabyhttps://assets.aboutkidshealth.ca/AKHAssets/nasal_congestion.jpgCongestion nasale dans les bébés Main

Nous tenons à remercier nos commanditaires

AboutKidsHealth est fier de collaborer avec les commanditaires suivants, qui nous aident à accomplir notre mission, qui consiste à améliorer la santé et le mieux-être des enfants canadiens et étrangers, en leur donnant accès sur Internet à des renseignements sur les soins de santé.

Nos Sponsors